Clicks805

Enfin on sait qui, pour Bergoglio, est Satan, savoir, le vrai catholique : préparons-nous donc au pire

Article précédent : 32) Le dernier général des tradis 6

* * *

Les ennemis de la civilisation chrétienne

Salvini = Satan.
Marcello Veneziani revient sur l'incroyable couverture de Famiglia Cristiana

("Benoît-et moi", le 29/7/2018)

Au moment où éclate la nauséabonde affaire McCarrick, cette équation résonne comme une indécente provocation... ou le symptôme d'une inquiétante cécité.

>>> Voir sur ce sujet:
¤ Vade retro Salvini
¤ L'Eglise immigrationiste qui oublie Dieu

Et aussi: Cardinal (!) McCarrick

- -

Les ennemis de la civilisation chrétienne

Marcello Veneziani
www.marcelloveneziani.com/…/i-nemici-della-…
Il Tempo, 27 juillet 2018
Ma traduction

* * *

La civilisation chrétienne a aujourd'hui trois ennemis: l'invasion islamique, le matérialisme athée et l'Église de Bergoglio. De différentes manières et à différents degrés, ils arrachent de nos vies la semence du christianisme, le lien avec ses symboles, avec sa foi et sa tradition. Ils détestent toute tentative de donner visibilité et centralité au message chrétien, ils ne supportent pas le crucifix dans les lieux publics, ils sont indignés si quelqu'un pose le problème de la sauvegarde de son espace vital, ses villes, ses rites et ses liturgies.

Les premiers veulent remplacer une religion qu'ils estiment en déclin par leur propre religion et soumettre le christianisme à l'islam. Le second veut effacer de l'horizon public toute trace de spiritualité et de présence religieuse pour réduire l'homme à ses désirs et à son égoïsme. La troisième veut réduire la civilisation chrétienne à un lieu d'accueil, un couloir humanitaire, jusqu'à ce qu'elle perde toute trace vivante de chrétienté.

Le premier vient d'en bas, du sud du monde, des bateaux et des ONG. Le second descend d'en haut, des grandes fabriques d'athéisme et de nihilisme qui se nichent dans les médias, dans la société de consommation, dans les sanctuaires de la finance et de l'idéologie. La troisième, en revanche, corrode la chrétienté de l'intérieur, comme un serpent dans son sein, le réduisant à une agence humanitaire, et se transforme en cheval de Troie au cœur de la civilisation chrétienne.

Les prêtres et les activistes du bergoglisme ne se préoccupent pas que l'Italie, l'Europe et le christianisme courent vers leur extinction, leur suicide, la perte de tout ce qui a été leur visage, leur âme, leur langue et leur catéchisme élémentaire depuis des millénaires. Et ils montrent du doigt leur ennemi, comparant à Satan, comme le fait une misérable couverture de Famiglia Cristiana - désormais réduite à une secte extrémiste et fanatique du bergoglisme -, ceux qui se réclament du christianisme, de la famille, de la religion, des chapelets et des crucifix. Avec l'hypocrisie supplémentaire qu'après avoir balancé Satan en couverture, avec photos et nom, ils disent que ce n'est pas une attaque personnelle mais une défense de l'Evangile contre ceux qui le nient.

S'ils avaient vraiment voulu dénoncer la perversion de l'Évangile, ils auraient dû dédier cette couverture et son Vade Retro à ce prêtre pris en flagrant délit en train d'abuser d'une fillette. Et, comme on le sait, il ne s'agit pas d'un cas isolé. Là, nous en sommes à la perversion diabolique de l'Evangile et du message du Christ, laissez venir à moi les petits enfants (Sinite parvulos venire ad me – Marc, 10,14). Laissez-les venir au presbytère pour abuser d'eux, les violer et assouvir ses propres désirs bestiaux.

Ayant Satan chez eux, ils préfèrent en revanche aller à la pêche à l'ennemi politique et diaboliser Salvini et avec lui les millions d'Italiens qui soutiennent son action en tant que ministre de l'Intérieur. Dans une Église qui a accueilli et serré les mains, y compris récemment, à la fine fleur des Belzebuth, dictateurs assoiffés de sang, serial-avorteurs et auteurs d'infanticides à la chaîne, prédicateurs de mort et pourvoyeurs d'enfer, exploiteurs de migrants et pédophiles, y compris en soutane, sans parler d'athées, persécuteurs, corrompus et corrupteurs, on se permet de désigner comme Satan ceux qui expriment aujourd'hui, à tort ou à raison, le malaise dominant chez les peuples, italiens et autres, sur la nécessité de freiner l'immigration clandestine et incontrôlée et de protéger les Italiens, leurs villes, leurs vies, leurs femmes, leurs enfants, leur civilisation. C'est une chose aberrante à laquelle nous n'aurions jamais voulu assister. Et tout cela dans le silence complice des plus hautes autorités ecclésiastiques. Etaient-ils eux aussi sataniques ces millions de fidèles polonais qui, en octobre dernier, ont formé un immense cordon humain à la frontière, au nom de Dieu, de la Sainte ierge, serrant leur chapelet, pour freiner symboliquement les flux migratoires incontrôlés et demander que "l'Europe reste l'Europe" ? Et les martyrs et les saints qui ont donné leur vie à Lépante et Otrante pour sauver la civilisation chrétienne, étaient-ils sataniques ?

Quel est le mal du bergoglisme? La réduction du mal et du bien à une unique chose. Le Mal Unique et Absolu est le nazisme et ses dérivés; le Bien Unique et Absolu est l'Accueil de l'étranger. Tout autre mal sur terre, passé et présent, disparaît: le terrorisme et le communisme, l'athéisme et la persécution des chrétiens dans le monde, la destruction de la famille, les mille dénis de vie, de la naissance, de la fertilité, l'abolition des rites et des symboles, des traditions et des liturgies sacrées qui sont la langue de Dieu. Seul subsiste un Mal, le nazisme, et l'Antichrist a aujourd'hui le visage de Salvini. De même, tout autre bien disparaît, le salut des âmes et de la civilisation chrétienne, la survie de la foi et des communautés chrétiennes, la sauvegarde de la famille et la promesse de la Résurrection, le sens de l'éternité et l'amour de Dieu. Tout est réduit au premier secours des pauvres, la mission toute entière de l'Église se réduit à sauver des vies humaines de la mer, à les loger et à les nourrir - bien sûr avec l'argent public, sans le concours de l'Église - à aimer son prochain surtout s'il vient de loin, est étranger et n'est pas chrétien, et à exiger qu'un monde petit prenne sur ses épaules un monde immense, tout en sachant qu'il s'effondrera à cause du fardeau insoutenable d'accueillir l'océan dans un lac. Et sans poser d'autres problèmes, comme la croissance démographique vertigineuse ou les effets pratiques de l'invasion massive de populations qui nous voient comme un lieu de repos, mais non comme une civilisation à laquelle se convertir et s'intégrer. Du point de vue théologique, la Trinité est réduite à une Personne. Le Père disparaît, le Saint-Esprit disparaît, le Fils reste et ne s'occupe que du salut non pas des âmes mais des corps, il n'annonce pas la rédemption mais l'hospitalité. Le christianisme réduit à une ONG.

Personne ne prétend que l'Église se convertisse au nationalisme et aux frontières, personne ne réclame que la charité se limite aux chrétiens et aux compatriotes. La miséricorde ne peut pas avoir de barrières, la critique est légitime. Mais on réclame le respect pour ceux qui ne s'alignent pas sur cette Église bergoglienne et qui sont en syntonie avec l'Église de tous les temps, in saecula saeculorum. Et le respect laïc pour ceux qui ont une conception différente des droits et des devoirs, de la solidarité et de la sécurité, des peuples et de l'humanité. Mais ce 'monde du milieu' (*), autrefois catho-communiste (/catho de gauche) et qui aujourd'hui a plongé les mains dans le business des migrants, dans l'entreprise du secours ou dans leur justification à travers la presse, touche à des niveaux de fanatisme et d'aveuglement comparables aux heures les plus sombres du christianisme. Plus la lumière chrétienne dans le monde s'éteint, et plus on invoque, comme l'a fait Famiglia Cristiana, le Pape "électrique" (comme on parlait du magnétisme d'Hitler) qui risque de mener le christianisme au black-out.

----

NDT
(*) mondo di mezzo. Néologisme dont j'ignore s'il a un équivalent français, désignant le "point de rencontre entre les intérêts de la politique et de l'entreprise et ceux de la ...

Source : benoit-et-moi.fr/…/les-ennemis-de-…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU


>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
Ne nous laissez pas sucomber
N'oublier pas que le nazisme est du socialisme communisme à sa base ,les avertissement de notre sainte mère à Fatima ,de plus François ne fait que suivre les recommandations du fabuleux faut concile Vatican II , n'écouter pas la croix du lys il ne fait que de naviguer d'un cote à l'autre .
GChevalier
Dis ce que tu veux de moi,
Une telle ou un tel que ce soit,
Mais vous serez tous bien forcés
De reconnaître la vérité,
Et cela, bon gré malgré,
Soit repentants ou obstinés,
Et vous direz en ce jour-là :
« Il n'était pas si fou que ça. »
montfort.kingeshop.com
Recevoir les grâces qui nous viennent de la bonté de Dieu avec une profonde humilité, voilà la vraie sainteté ;
Nous, s'insurge Antéchrist, on est des mecs dignes : pas vrai les potes ?