Qui sera sauvé?

Question fondamentale pour tout chrétien: qui sera sauvé? Celui qui a la bonne foi et le cœur dur ou celui qui a les œuvres mais la mauvaise foi?

La réponse se trouve dans les deux commandements qui résument la loi « tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toutes tes forces » (donc tu devras avoir la bonne foi car il n’y a qu’un seul Dieu et qu’une seule vérité) mais aussi « tu aimeras ton prochain comme toi-même » (donc tu devras aussi avoir les œuvres). Jésus-Christ nous répond donc clairement que pour être sauvé, l’observance des deux commandements est indispensable (même si le premier est chronologiquement prioritaire sur le second).

En effet, quiconque prétend aimer Dieu tout en méprisant l’être humain (pourtant, image de Dieu) se contredit et se fourvoie nécessairement. On ne peut pas aimer Dieu et en même temps détester sa création la plus précieuse. Ceux qui s’enfoncent dans cette impasse sont en général issus du milieu sedevacantiste ; ils se servent de leur amour de Dieu pour justifier au fond leur haine des hommes. Ce sont les fétichistes, à l’instar des pharisiens et des « docteur de la loi », du légalisme. Cela est bien sûr une impasse diabolique (que le Seigneur a souvent dénoncé).

De l’autre côté de l’échiquier nous avons ceux qui au contraire prétendent que l’essentiel est l’amour des hommes et que Dieu serait en quelque sorte « superflu ». En gros c’est l’idéologie de la franc- maçonnerie. On connait le résultat de cette éthique non transcendantale : auto idolâtrie de l’homme (qui devient son propre Dieu et donc son propre démon) et qui le mène irréversiblement et intrinsèquement à sa destruction (déculpabilisation du l’avortement, de l’homosexualité ; instrumentalisation de la personne humaine avec « l’adoption-chosification » d’enfants par les couples gays, vampirisme intergénérationnel avec les médicaments fabriqués à partir d’embryons humains etc…)
L’amour de Dieu, quand il est authentique, est en réalité indissociable de l’amour (amour dans le sens de l’agape) de l’homme (image de Dieu) et l’amour de l’homme « dans la vérité » ne peut pas être déraciné de l’amour de Dieu.

Quand l’amour pour Dieu rejette l’homme, c’est le pharisianisme
Quand l’amour pour l’homme rejette Dieu, c’est la franc-maçonnerie.
Jean-Pierre Aussant
Olivier L
Sans la charité, la foi est un mime.
AveMaria44
La bonne foi c'est celle qui est animée par la charité. La bonne volonté c'est celle qui est conforme à celle de Dieu, à ses commandements.....