Join Gloria’s Christmas Campaign. Donate now!
Clicks283

Rostropovitch devant le mur de Berlin, les dessous d'une image iconique

shazam
Le récital du violoncelliste et chef d'orchestre Mstislav Rostropovitch est l'un des symboles de la chute du mur de Berlin en 1989. Si ce moment historique a suscité une intense émotion tant au …More
Le récital du violoncelliste et chef d'orchestre Mstislav Rostropovitch est l'un des symboles de la chute du mur de Berlin en 1989. Si ce moment historique a suscité une intense émotion tant au niveau collectif que personnel, ce fut également un moment d'humour inattendu.
-

France Musique célèbre le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin : Rostropovitch devant le mur de Berlin, les dessous d'une image iconique

La vidéo de Mstislav Rostropovitch jouant une sarabande de Bach au pied du mur de Berlin a fait le tour du monde et symbolise aux yeux de tous la chute du mur. « Je suis venu jouer ici pour que l'on se souvienne de tous ceux qui sont morts à cause de ce mur ».

Dans une archive de 1999, le violoncelliste et chef d'orchestre revient sur l'événement : il détaille son émotion lorsqu'il a appris la chute du mur et la nécessité pour lui de se rendre à Berlin au plus tôt. Antoine Riboud, homme d'affaires et ami du musicien, l'a accompagné en ce jour-là. Il raconte le périple pour aller jusque Berlin et comment le concert improvisé s'est mis en place. La foule s'est réunie autour de Rostropovitch et une intense émotion a été partagée par chaque personne présente : un « silence fantatisque », nous dit-il. « Dans la vie, quand il y a d'immenses émotions, il y a toujours un extraordinaire moment d'humour ».

Et pendant que Rostropovitch jouait la désormais célèbre sarabande de Bach, les Allemands de l'Est qui passaient s'arrêtaient pour regarder, impressionnés. Antoine Riboud décrit alors ce moment inattendu : « Et puis, avec un geste merveilleux, ils déposaient un peu d'argent de l'Allemagne de l'Est au pied de Slava ». Plein d'humour, il avoue qu'il a ensuite proposé à Rostropovitch de partager l'argent récolté.
« C'est le cachet le plus élevé que j'ai jamais reçu de ma vie »...

La réconciliation de deux parties de la vie de Rostropovitch
Déchu de sa nationalité russe en 1978, le violoncelliste et chef d'orchestre a vécu la chute du mur comme un moment de réconciliation interne entre deux parties de sa vie. La première correspond aux 47 ans qu'il a passé dans son pays en tant que citoyen russe et la seconde à son statut d'apatride. Le mur représentait pour lui « une plaie, une inflammation de son cœur ».

« J'étais sûr que je ne regagnerais jamais mon pays ». Chose vraisemblablement inconcevable - qu'un citoyen apatride puisse retrouver son pays - arrive finalement en 1989, et le violoncelliste peut finalement réunir les deux parties de sa vie.
(francemusique.fr)