Comprendre la haine des merdias sataniques contre le pape émérite Benoit XVI

La nouvelle chasse aux sorcières organisée depuis quelque temps par les médias sataniques internationaux de la culture de mort contre sa sainteté le pape émérite Benoit XVI prouve pour la énième fois (à ceux qui l’ignoraient encore) que ce Pape est un merveilleux apôtre du Seigneur.

(Petit rappel « pour les nuls » sur les véritables objectifs de cette haine contre le Pape, qui n'est rien d'autre que
la haine contre l'Église « tout court »)

INSTRUMENTALISATION DE LA PÉDOPHILIE POUR DÉTRUIRE L’ÉGLISE: QUINZE QUESTIONS ET QUATRE RÉPONSES POUR COMPRENDRE.

L'Église catholique est la seule instance au monde qui a dû subir récemment une enquête sur 70 ans (d'abord aux États-Unis et maintenant en France) pour trouver les "éventuels" cas de pédophilie parmi les prêtres et les évêques. Pourquoi est-ce que personne ne pense à faire la même chose pour:

1) L’éducation nationale française ? (qui est loin d’être épargnée par ce drame)

2) Le parti socialiste français ?

3) Les rabbins New-yorkais ?

4) Les francs-maçons de Montréal ?

5) Les imams de Marseille ?

6) Les médecins Londoniens ?

7) Les écolos allemands et français? (réputés pour leur apologétique de la pédophilie dans les années 70. Nous avons tous certains noms en mémoire…)

8.) Les infirmiers d’hôpitaux psychiatriques belges?

9) Les lesbiennes de Californie ?

10) Les protestants hollandais et les bouddhistes du Tibet?

11) Les gays du Marais ?

12) Les membres du Lions club?

13) La CGT, la CFDT ?

14) Les fonctionnaires de l'ONU ?

15) Et pourquoi pas, dans la foulée, les virologues de l'OMS?

Oui, la liste exhaustive étant trop longue, on va s'arrêter là.

Alors, pourquoi ce traitement « de faveur » pour l’Église?

C’est qu’en réalité le drame de pédophilie (que tout esprit sain condamne) est un merveilleux prétexte pour réduire les catholiques au silence. En effet, si les médias internationaux, véritables «bonnes à tout faire» du politiquement correct mondial, s’emploient à discréditer l’Église en faisant croire (contre la vérité des chiffres) qu’elle serait, plus que d’autres instances, globalement touchée par des cas de pédophilie, c’est au fond pour une raison très simple: l'Église est la seule voix à l’échelle mondiale qui s’oppose frontalement à la propagation de la culture de mort et ses lois de déni du réel. Cela est pour la dictature, insupportable. C’est la raison pour laquelle tous les moyens sont bons pour essayer de la discréditer.

La finalité de ces agressions mensongères (mensongères en ce qu’elles donnent l’illusion que seul le catholicisme serait concerné) est, comme je le suggère dans le titre, de quatre ordres:

1) Empêcher les catholiques de s’exprimer en les culpabilisant.

2) « Déculpabiliser » la haine contre les catholiques parmi les populations de la terre (un peu comme les médias nazis l’avaient fait en Allemagne contre les juifs dans les années trente). C’est qu’il faut rendre la détestation du catho «comme il faut» et culturellement acceptable.

3) Affaiblir l’Église en divisant les catholiques entre eux: d’un côté les naïfs qui croient les mensonges des médias et de l’autre ceux qui ne se laissent pas berner.

4) Orienter, et quand bien même d’une façon subliminale, le débat sur une thématique choisie à l’avance par la dictature (en l’occurrence la pédophilie) empêchant ainsi les catholiques de se concentrer sur leur vraie mission éthique actuelle qui devrait être de dénoncer le meurtre légal des enfants à naître, la théorie du genre, le mariage du même sexe "contre Dieu et nature", l’instrumentalisation du delirium corona par le système pour polluer l’exercice du culte (fermeture des églises ou imposition du masque de deshumanisation pendant la Sainte Messe etc.)

C’est pourquoi, fort de cette évidence et tout en gardant à l’esprit que tout cas de pédophilie doit bien évidemment être condamné et son auteur puni par la loi, il convient d’affirmer que les catholiques qui au lieu de se battre contre la culture de mort, passent leur temps à s’auto-flageller et à faire leur « mea culpa », sont peut-être davantage les idiots du diable qui tombent dans le piège qui leur est tendu par la dictature, que les soldats du Seigneur.
Il est important que cela soit dit.
Jean-Pierre Aussant