Clicks8

Libération en Christ /+ vidéo/

Le mystère du péché originel ne peut être compris que par rapport à la mort et à la résurrection du Christ. La Parole de Dieu nous montre deux polarités opposées : Adam et le Christ. Ceux qui demeurent en Adam sont dans la mort et l’esclavage. Ceux qui entrent dans la mort du Christ reçoivent une vie nouvelle et une vraie liberté.

Regardez cette vidéo sur:

un-disciple.wistia.com/medias/moouljgbyp
rumble.com/…-et-libration-en-christ-2.html
cos.tv/videos/play/25985518882820096


Nous sommes nés comme des enfants d’Adam, sans la vie de Dieu. Si nous ne renaissons pas, mais continuons dans cet état de mort spirituelle, nous serons condamnés pour toujours. Jésus a dit : « Vous devez renaître d’en-haut. Ce qui est né de la chair, est fait de chair et ce qui est né de l’Esprit, est Esprit. « (Jn 3:6 ss.). Comment pouvons-nous renaître ? Cela signifie qu’il faut accueillir Jésus dans nos vies par la métanoïa et la foi ! « À ceux qui l’ont accueilli, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jn 1, 12).

Question : De quelle manière ont agi Adam et le deuxième Adam – Christ ?

Réponse : Adam a agi seul, indépendamment de Dieu. Cela a été la tragédie du Paradis. Jésus – le second Adam, au contraire, a tout fait en lien avec Dieu. Son programme était :« Père, que ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne. » (Lc 22 :42).

Question : Pourquoi la vie de Dieu se manifeste-t-elle si peu en nous ?

Réponse : La raison est que nous vivons encore selon notre volonté et notre intellect, c’est-à-dire, selon notre âme. Nous travaillons et servons en nous appuyons sur notre propre force. Nous ne puisons pas la force en Dieu. Une âme indépendante entrave la nouvelle vie ; pour cela nous devons la perdre, par amour du Seigneur Jésus. Il a dit : « Celui qui perdra la propre vie à cause de moi et de l’Évangile, la sauvera. « (Mc 8 : 35).

L’entité juridique :

Dieu regarde Adam et tous ceux qui sont issus de lui comme un seul vieil homme. De même, Dieu regarde le Christ et chacun de ceux qui proviennent de lui comme un homme nouveau. Lorsque nous utilisons le terme « personne juridique », cela signifie que chacun de nous, qui avons accepté Jésus comme son Sauveur et Seigneur, fait partie de son Corps Mystique. Tout ce qui est fait à nouveau, concerne le corps tout entier, avec chacun de ses membres.

Nous utilisons cinq images, pour illustrer cinq situations :


La première situation : La domination du vieil homme (Image 1).

L’Ecriture Sainte utilise trois expressions importantes. Le premier est le péché, le second est le vieil homme et le troisième est le corps. (cf. . Rm 6, 6).

Le mot « péché » au singulier est compris comme la source du mal ou la semence spirituelle du diable, qui est entré dans la nature humaine par nos premiers parents. La nature humaine a été infectée par la semence du diable, et l’Écriture appelle cette nature corrompue, le vieil homme. Nos péchés personnels sont le fruit de cette nature corrompue, dans laquelle la semence du diable reste, c’est-à-dire le péché originel. Le terme « corps » dans l’Ecriture Sainte signifie non seulement notre corps biologique avec ses membres et ses cinq sens, mais signifie aussi les pouvoirs de notre âme, tels que la raison et la volonté.

Le péché est personnifié par un souverain qui maintient l’homme lié et le force à commettre tous les péchés personnels. L’homme devient esclave du péché ; il est soumis à cette tyrannie et exécute ses ordres.

Dans cet échange, tous les deux – le péché et le vieil homme – cherchent un instrument et trouvent le corps. Les pouvoirs mentaux du corps emploient les membres : soit ils font fonctionner les yeux, soit les oreilles, soit les mains. De cette façon, le corps remplit les ordres dictés par le péché et soutenus par le vieil homme. Le péché est celui qui donne des ordres, le vieil homme est assujetti à lui avec lui et le corps exécutent leurs ordres sous la forme de lacunes. Le résultat de cette collaboration c’est une série de péchés que nous commettons.


La deuxième situation : Le vieil homme est crucifié avec le Christ (image 2).

L’Ecriture Sainte dit : « Adam est devenu une âme vivante » (1Cor 15:45). Par le péché, Adam a perdu la vie de Dieu, et ce qui lui restait n’était qu’une vie mentale (psychique), qui à travers le péché s’est associée au diable. Adam a vécu indépendant de Dieu, et il s’est assujetti au diable.

Le développement, indépendamment de la vie mentale, éloigne l’homme de Dieu et conduit à l’auto-divinité (« Vous deviendrez comme Dieu, comme des dieux » (Gn 3:5)). La solution se trouve dans la crucifixion avec le Christ et l’union avec sa mort : « Nous savons bien que notre vieil homme a été crucifié avec lui… Par le baptême, nous avons donc été enterrés avec lui dans la mort. « (Rm 6, 4-6). Marcher dans la foi, c’est mettre notre baptême en pratique ! Si je me joins au pouvoir de la crucifixion et de la mort du Christ par la foi, le diable, le péché et le vieil homme sont paralysés et vaincus.

Question : Que se passe-t-il avec le corps ?

Réponse : Le vieil homme est crucifié et immergé dans la mort du Christ ; de sorte que la puissance du péché ne peut plus dominer le corps. Le corps n’écoute plus le péché et n’est pas d’accord avec ses suggestions. Dans ces circonstances, le corps n’a plus rien à faire, il n’est plus employé. Ma bouche était employée à critiquer constamment, mais maintenant elle n’agit plus comme telle, elle a perdu son activité. Mes pieds marchaient sur ses chemins, ils ne le font plus, ils sont aussi inactifs. Mes yeux, mes oreilles et même tout mon corps ne sont plus employé comme avant (katargethé), c’est-à-dire par rapport au péché.


La troisième situation : L’Esprit Saint et le nouvel homme (image 3).

« Vous devez revêtir le nouvel homme… « (Eph 4: 24). « Celui qui s’unie au Seigneur ne forme plus qu’un seul esprit avec lui… glorifier donc Dieu dans votre corps ! » (1 Co 6, 17. 20).

Encore une fois, nous avons trois facteurs importants : l’Esprit Saint, le nouvel homme et le corps. A la place du péché, qui a été personnifié comme un détenteur d’esclaves et un tyran, c’est désormais l’Esprit Saint qui prend le gouvernement.

Le nouvel homme mentionné
dans la Bible est notre nouvelle nature, reçue quand nous sommes re-nés de l’Esprit (Jn 3,7).

Par l’acte de notre foi et l’abandon total de nous-mêmes au Christ, c’est le vieil homme qui, dans cette situation, a été immergée dans la mort du Christ. Cela signifie qu’à l’heure actuelle il est agissant en nous, et ainsi le nouvel homme, qui jusque-là a été paralysé par le péché et le vieil homme, est à l’œuvre. Par conséquent, nous ne nous battons pas directement avec le péché en premier lieu, et nous ne mortifions pas le corps seulement de l’extérieur, mais se produit plutôt un changement de notre essence par la foi. Dans cette nouvelle interaction, l’Esprit Saint et le nouvel homme influencent le corps. Le corps devient leur outil. Il exécute des ordres inspirés par l’Esprit et acceptés par le nouvel homme. L’Esprit Saint a maintenant pris le pouvoir sur le péché, qui était auparavant le chef. Le nouvel homme se soumet maintenant à l’Esprit de Dieu. Le corps, dans la pratique, fait la volonté de Dieu. Tous les trois font l’unité, sont d’accord les uns avec les autres et le résultat de leur coopération est le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix… (voir Ga 5, 22).
La quatrième situation : La nouvelle vie ne fonctionne pas (image 4).

Il ne suffit pas que nous soyons baptisés, que nous nous sommes éloignés du monde et que nous avons accueilli le Christ comme notre Seigneur ; et il ne suffit pas non plus que nous ayons reçu la plénitude de ce même Esprit comme les Apôtres. Nous devons aussi vivre selon l’Esprit, et c’est une lutte !

Vivre une nouvelle vie est conditionnée par la marche dans la foi (cf. Rm 6, 11). Dès que je baisse la garde (cf. Mt 26: 41), le vieil homme descend automatiquement de la croix, il « ressuscite » et paralyse la nouvelle vie. Le vieil homme reprend le pouvoir et fait de nouveau du corps, un instrument de péché (cf. Rm 7, 5).


C’est pourquoi nous devons encore et encore, par un acte de repentir et de foi, entrer dans la mort du Christ (cf. 2 Co 4:10 ss.), sinon le vieil homme générera la jalousie, l’orgueil, l’adultère, les querelles, etc.

La cinquième situation : La nouvelle vie fonctionne (image 5).

Si le vieil homme n’est pas sur la croix, Le Christ ne peut pas vivre en moi (image 4). Mais si dans une situation particulière le vieil homme est sur la croix et plongé dans la mort avec le Christ (image 5), le péché n’influence plus le corps. Alors, à travers l’Esprit Saint, « le Christ vit en moi » (Gal. 2). C’est cela, marcher dans l’Esprit, c’est la vie de la victoire, la vie de la liberté ! Voilà ce que nous devons apprendre et vivre avant tout dans la prière intérieure. Jésus dit : « Ainsi, vous n’avez pas été en mesure de veiller une heure (tous les jours) avec moi ? » (Mt 26: 40).

Ne restons pas en Adam, dans la mort et dans l’esclavage ! Entrons par la foi, dans la mort du Christ, là nous avons la Vie nouvelle et la vraie liberté !

+ Élie

Patriarche du Patriarcat catholique byzantin

+ Méthode, OSBMr + Timothée, OSBMr

Evêques Secrétaires

Le Patriarcat Catholique Byzantin (PCB) est une communauté de moines, de prêtres et d’évêques vivant dans des monastères. Le PCB est dirigé par le patriarche Élie, en collaboration avec deux évêques secrétaires, Timothée et Méthode. Ce patriarcat est né de la nécessité de défendre les vérités chrétiennes fondamentales contre les hérésies et l’apostasie. Le PCB ne reconnaît pas le pseudo–pape Bergoglio, et ne lui est pas subordonné.

Abonnez-vous aux newsletters du PCB


vkpatriarhat.us4.list-manage.com/…4da3e3582e1ecefc&id=c8496b93c3