AveMaria44
6378

Lex orandi lex credendi ?

Cardinal Burke : il n’est tout simplement pas vrai que la liturgie réformée est la seule forme valide du rite romain

Le cardinal Raymond Burke s’est interrogé sur le fondement des efforts menés par le pape pour restreindre et éliminer la messe traditionnelle [Comme voulait le faire « saint » Paul VI], tandis que Mgr Athanasius Schneider a déclaré que ce “trésor millénaire” ne peut être détruit, car il est l’œuvre du Saint-Esprit.
Le cardinal Burke a dit à Edward Pentin, du National Catholic Register :
dans la mesure où la raison et la saine théologie prévaudront[Et la foi ?], la sauvegarde et la promotion de l’Usus Antiquior se poursuivront”.
Le préfet émérite de la signature apostolique a déclaré que cela se passait “malgré les difficultés et même la persécution” inspirées par Traditionis Custodes et les Responsa ad Dubia. Mais le cardinal Burke a souligné qu’en tant que “motu proprio”, Traditionis Custodes n’a pas une force suffisante car il n’a d’autorité que dans la mesure où il est fondé sur des motifs justes.[Donc aucune autorité] Il a ajouté que les motifs du décret, et la lettre du pape François aux évêques qui l’accompagnait, “ne sont pas vrais et justes” lorsqu’ils sont pris ensemble, et il a donné ses raisons.
La première est qu’il n’est “tout simplement pas vrai” que la liturgie réformée est la seule forme valide du rite romain. Il a souligné que, comme l’ont reconnu les papes Saint-Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI, l’Usus Antiquior n’a “jamais été supprimé” et, en fait, a continué à être célébré depuis l’époque de la promulgation du Missel du pape Saint-Paul VI.
Le cardinal Burke a déclaré qu’il est
contraire à la raison et à la saine théologie liturgique d’affirmer qu’une forme du rite romain célébrée sans interruption pendant quelque 15 siècles n’est plus une forme valide du rite romain”.
Il s’est également inscrit en faux contre l’affirmation des documents selon lesquels ceux qui assistent à la liturgie traditionnelle rejettent le Concile Vatican II et sèment la discorde parce qu’ils se considèrent comme les seuls vrais catholiques. Au contraire, il est évident, y compris pour ceux qui ne sont pas eux-mêmes attirés par la liturgie traditionnelle, que les fidèles qui sont attirés par elle sont
“nourris spirituellement par elle, qu’ils sont pieux dans leur culte et dans leur pratique de la foi. Ils sont également loyaux envers leurs évêques et le Saint-Père.”
“Pour cette raison, ils ont été, à juste titre, profondément blessés par la dureté des documents en question, par le fait que le document Traditionis Custodes a pris effet immédiatement, et par l’application des documents par certains évêques sans aucun égard pour le bien des âmes.”
Il a également déclaré que “malheureusement, certains ont conclu à tort qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’Église.[conciliaire]”
Le cardinal Burke a déclaré que leur douleur est “naturellement intensifiée” lorsqu’ils voient
“la voie synodale allemande et d’autres individus et groupes dissidents s’écarter ouvertement de ce que l’Église a toujours enseigné et pratiqué, alors qu’ils sont traités comme nuisibles à l’Église en raison de leur profonde appréciation de la liturgie romaine classique”.
La situation est totalement confuse et source de division”.
Le Cardinal Burke a également fait allusion aux résultats de l’enquête de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur laquelle Traditionis Custodes est basée, en disant que ce n’était pas une base justifiée pour ces mesures parce que les résultats de l’enquête
“n’ont jamais été rendus publics, et plusieurs personnes dignes de confiance qui ont vu les résultats ou, au moins, certains des résultats, déclarent qu’ils sont favorables à la poursuite de la discipline établie par Summorum Pontificum”.
Mais le cardinal Burke a souligné un autre “vice de procédure fondamental dans la promulgation de Traditionis Custodes”, à savoir que la plupart des personnes concernées n’ont pas été consultées avant sa promulgation – ce qui, a-t-il dit, va à l’encontre des Regulae Iuris.
Quant aux Responsa ad Dubia, le cardinal Burke a déclaré qu’elles n’ont que la force de la loi à laquelle elles se réfèrent, mais les Responsa vont au-delà de Traditionis Custodes et, même, présument changer la loi universelle de l’Église – par exemple, en ce qui concerne la loi sur la célébration de la messe deux fois le même jour.
Un autre problème pour le Vatican, a-t-il dit, est que le Dicastère pour le culte divin s’arroge des compétences qui appartiennent à l’évêque diocésain et relèvent de sa juridiction.
Le cardinal a déclaré que les Responsa ad Dubia présentent de nombreuses autres difficultés sérieuses, qui découlent du fait qu’elles ont été élaborées et promulguées sans consultation suffisante.
“On ne peut qu’espérer que les évêques l’interpréteront selon les principes pérennes du droit canonique, en particulier le principe selon lequel le soin des âmes est la loi suprême”.
Mgr Athanasius Schneider a fortement encouragé les évêques, les prêtres et les fidèles à conserver leur attachement et leur fidélité à l’ancienne liturgie qui
“est un trésor de toute l’Église, également en raison de sa vitalité.”[trésor de la seule Sainte Messe, cœur de l’Église, source de toutes les grâces, seul sacrifice adéquat avec la foi intègre et intégrale]
Étant donné qu’il s’agit d’un don inestimable pour l’Église, il a déclaré qu’il fallait trouver un moyen
“de défendre ce trésor et de le transmettre à la prochaine génération, par amour de la sainte mère l’Église, et aussi par amour pour l’honneur du siège apostolique.”
“C’est très grave”. “C’est une tentative de détruire en partie la tradition liturgique. Aucun pape en 2 000 ans, et aucun concile, n’avait osé réformer un rite vénérable séculaire éprouvé ; personne n’oserait faire cela à quelque chose d’aussi vénérable et porteur de fruits.”[Et « saint »Paul VI ?]
“Pour ces raisons, les évêques, les prêtres et les fidèles doivent rester fidèles à ce grand trésor de l’Église.”
S’ils ne le font pas, et collaborent à l’application de ces mesures restrictives, alors ils causent
un préjudice spirituel pour l’Église, car perdre un tel trésor sanctifié par les saints depuis tant d’années serait un préjudice évident pour le bien spirituel de l’Église et pour les âmes.”[Et « saint »Paul VI ?]
Cela inclut le rejet du style de culte versus populum (face au peuple) et de la communion dans la main :
“Cela n’a jamais été catholique”. “C’est un style protestant et il faut les abandonner”.
Mgr Schneider a déclaré que, pour ceux qui poussent à la réforme liturgique, la Messe est un rassemblement centré sur la communauté, alors que pour les catholiques traditionnels, elle est l’adoration de la Très Sainte Trinité. La Messe est avant tout le sacrifice du Golgotha sous la forme sacramentelle, mais pour ceux du Vatican, ils insistent davantage sur l’élément banquet qui est protestant et luthérien et ne relève pas de la tradition apostolique. Ceci est particulièrement clair dans la lettre apostolique Desiderio Desideravi du pape de 2022 sur la formation liturgique.
Interrogé sur la façon dont le Vatican pourrait se faire une idée plus claire des catholiques traditionnels afin qu’ils ne soient pas qualifiés à tort d'”extrémistes”, il a déclaré qu’une telle terminologie est abusive et constitue une injustice.
Peut-être doivent-ils appliquer ces mots à eux-mêmes”. “Ne sont-ils pas des extrémistes lorsqu’ils persécutent impitoyablement un si vieux trésor de l’Église ? Ne sont-ils pas également extrémistes ? Alors ils appliquent leur comportement aux autres. Leur idéologie est de répéter une nouvelle forme de compréhension protestante, et cela sape la preuve catholique immuable du caractère sacrificiel de la messe et principalement du caractère adoratif de la Sainte Messe.”
La situation pourrait-elle s’aggraver ?
“Tout est entre les mains de la Providence”. “Même si Dieu permet une telle persécution de ce trésor de l’Église, il le permet pour un plus grand bien, que notre foi soit purifiée, nettoyée, et que la vérité soit toujours plus visible après cette crise.” “La beauté du caractère sacrificiel, adorateur et immuable de la messe et de la liturgie devrait être toujours plus mise en évidence afin qu’à l’avenir, aucun pape n’ose plus jamais faire une telle révolution – pas d’une manière aussi radicalement révolutionnaire.”[Et « saint »Paul VI ?]
“Bien sûr, l’Église peut faire quelques changements, mais pas de manière drastique et révolutionnaire.”
Il a ensuite fait remarquer que si, comme l’insiste ce pontificat, les réformes liturgiques après Vatican II n’étaient pas une révolution mais en continuité avec la Tradition, “alors pourquoi persécutent-ils la forme traditionnelle ?” Si le Novus Ordo n’est qu’une autre forme de la Tradition, a-t-il demandé, alors pourquoi doivent-ils persécuter l’autre forme, qui est aussi une tradition ?
Mgr Schneider a dit que, pour lui, cela montre que leur
“concept de la Messe est contraire d’une certaine manière à ce qui exprime la forme traditionnelle de la Messe, et cette forme traditionnelle de la Messe les dérange, ou remet en question leur nouvelle compréhension idéologique de la Messe, qui est en contraste avec le sens pérenne de l’Église”.[Preuve que le protestantisme n'est pas compatible avec le catholicisme]
Mgr Schneider a conclu en se disant confiant qu’
“aucun pape, aucun évêque, aucun dicastère du Vatican ne parviendra à éliminer un trésor millénaire”.[Et « saint »Paul VI ?]
L’Esprit Saint, a-t-il ajouté,
“ne le permettra pas et même après Traditionis Custodes, l’Esprit Saint réveille maintenant une nouvelle vague d’amour pour la liturgie traditionnelle pour les nouvelles générations.”
“C’est un fait qui démontre que c’est l’œuvre de l’Esprit Saint” “et qui montre qu’ils ne peuvent pas lutter contre l’œuvre de l’Esprit Saint”.
“Je dirais au Saint-Père, aux cardinaux à Rome, au Dicastère pour le culte divin, aux évêques diocésains : N’osez pas lutter contre l’œuvre de l’Esprit Saint.”
ladoctrine
Si François "s'attaque aux fondements de l'Eglise" comme vous dites, c'est que tout simplement il n'a pas autorité ! Comment le Vicaire du Christ pourrait-il vouloir détruire l'Eglise du Christ ?
AveMaria44
Mais oui, ils sont dans l'impasse car ils ne veulent pas conclure.....
ladoctrine
Je crois que c'est l'histoire des conclaves qu'il faudrait aussi "résoudre" car ils ont été élus et c'est ça qui coince pour beaucoup de gens qui veulent préserver la succession apostolique, donc la Constitution même de l'Eglise.
AveMaria44
Élus par des mafias, et puis sans doute excommuniés pour appartenance à la secte......le Saint Esprit ne doit pas avoir beaucoup participé.
Claudius Cartapus
C'est exactement le même principe que celui d'accuser les non-vaccinés de contaminer les vaccinés... L'autorité (François) fait des pressions énormes pour faire passer un agenda qui s'attaque aux fondements de l'Église. La messe en latin ne peut être maintenant jugée mauvaise puisque ça fait partie de l'héritage de millénaire. L'Église ne peut pas invalider ses fondements ! Vouloir s'en éloigner …More
C'est exactement le même principe que celui d'accuser les non-vaccinés de contaminer les vaccinés... L'autorité (François) fait des pressions énormes pour faire passer un agenda qui s'attaque aux fondements de l'Église. La messe en latin ne peut être maintenant jugée mauvaise puisque ça fait partie de l'héritage de millénaire. L'Église ne peut pas invalider ses fondements ! Vouloir s'en éloigner signifie la rejeter, donc s'auto-répudier... Le Cardinal Burke et Mgr Schneider remettent de l'ordre dans la cabane !
AveMaria44
Évidemment François est un agent de l'ennemi, c'est clair, d'où la dénonciation de Vigano. Burke et Schneider sont des mollassons qui veulent une réforme de la réforme un coagula libéral.