01:03

L'Esprit Saint

Pour obtenir le fichier PPS, vous pouvez me contacter par mail : f.saillen@bluewin.ch C’est avec plaisir que je vous l’enverrai.
Nicole Abboud likes this.
Jésus Fils de Dieu likes this.
dvdenise
Extrait d’une catéchèse du Pape François qu’il serait peut-être bien d’approfondir et de mettre en pratique.

Venons-en au troisième aspect de la communion aux choses saintes, c’est-à-dire la communion de la charité, l’unité que la charité, l’amour, fait entre nous. En observant les premiers chrétiens, les païens disaient : mais comme ils s’aiment, comme ils s’aiment ! Ils ne se haïssent pas, …More
Extrait d’une catéchèse du Pape François qu’il serait peut-être bien d’approfondir et de mettre en pratique.

Venons-en au troisième aspect de la communion aux choses saintes, c’est-à-dire la communion de la charité, l’unité que la charité, l’amour, fait entre nous. En observant les premiers chrétiens, les païens disaient : mais comme ils s’aiment, comme ils s’aiment ! Ils ne se haïssent pas, ils ne disent pas du mal les uns des autres. C’est cela la charité, l’amour de Dieu que l’Esprit-Saint met dans nos cœurs. Les charismes sont importants dans la vie de la communauté chrétienne, mais ce sont toujours des moyens pour grandir dans la charité, dans l’amour, que saint Paul place au-dessus des charismes (cf 1 Cor 13,1-13). Sans l’amour, en effet, même les dons les plus extraordinaires sont vains ; cet homme guérit les gens, il a cette qualité, cette autre vertu… mais est-ce qu’il a l’amour et la charité dans son cœur ? S’il l’a, c’est bien, mais s’il ne l’a pas, il ne rend pas service à l’Église. Sans l’amour, tous ces dons et ces charismes ne servent pas à l’Église, parce que là où il n’y a pas l’amour, il y a un vide qui se remplit d’égoïsme. Et je m’interroge : si nous sommes tous égoïstes, pouvons-nous vivre dans la communion et la paix ? Ce n’est pas possible, c’est pourquoi nous avons besoin de l’amour qui nous unit. Le plus petit de nos gestes d’amour a de bons effets sur tous ! Vivre la communion de la charité signifie donc ne pas chercher notre propre intérêt, mais partager les souffrances et les joies de nos frères (cf. 1 Cor 12,26), en étant prêts à porter les poids des plus faibles et des plus pauvres. Cette solidarité fraternelle n’est pas une figure rhétorique, une manière de parler, mais elle fait partie intégrante de la communion entre les chrétiens. Si nous la vivons, nous sommes dans le monde un signe, un « sacrement » de l’amour de Dieu. Nous le sommes les uns pour les autres et nous le sommes pour tous ! Il ne s’agit pas seulement de ces petits actes de charité que nous pouvons nous offrir mutuellement, il s’agit de quelque chose de plus profond : c’est une communion qui nous rend capables d’entrer dans la joie et dans la souffrance de l’autre pour les faire nôtres, sincèrement.

Et souvent nous sommes trop arides, indifférents, détachés et, au lieu de transmettre la fraternité, nous transmettons notre mauvaise humeur, notre froideur, notre égoïsme.

Et avec la mauvaise humeur, la froideur, l’égoïsme, on ne peut pas faire grandir l’Église ; l’Église grandit seulement avec l’amour qui vient de l’Esprit-Saint. Le Seigneur nous invite à nous ouvrir à la communion avec lui, dans les sacrements, dans les charismes et dans la charité, pour vivre dignement notre vocation chrétienne !
Gudule likes this.