* NEUVAINE EFFICACE à NOTRE-DAME des 3 AVE MARIA pour la VISITATION (24 juin au 2 juillet) ou NEUVAINE de St Alphonse *

- I - Ô Marie, VIERGE PUISSANTE, Vous à qui rien n’est impossible...,
par cette puissance même dont vous a gratifiée le Père tout puissant,
je vous en conjure, assistez-moi dans la nécessité où je me trouve.
Puis donc que vous pouvez me secourir, ne m’abandonnez pas, …More
* NEUVAINE EFFICACE à NOTRE-DAME des 3 AVE MARIA pour la VISITATION (24 juin au 2 juillet) ou NEUVAINE de St Alphonse *

- I - Ô Marie, VIERGE PUISSANTE, Vous à qui rien n’est impossible...,
par cette puissance même dont vous a gratifiée le Père tout puissant,
je vous en conjure, assistez-moi dans la nécessité où je me trouve.
Puis donc que vous pouvez me secourir, ne m’abandonnez pas,
ô vous qui êtes l’avocate des causes les plus désespérées !
Il me semble que la gloire de Dieu, votre honneur et le bien de mon âme,
sont attachés à la concession de cette faveur.
Si donc, comme je le pense, elle est conforme
à la très aimable et très sainte volonté de Dieu,
je vous en prie, ô Toute-Puissance suppliante,
intercédez pour moi auprès de votre Fils, qui ne peut rien vous refuser.
Je vous le demande de nouveau,
au nom de la Puissance sans borne que le Père céleste vous a communiquée,
et en l’honneur de laquelle je vous dis, en union avec sainte Mechtilde,
à qui vous avez révélé la salutaire pratique des Trois Ave Maria :

Je vous salue, Marie,
Pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.


- II -

Divine Vierge, qui êtes appelée le TRÔNE DE LA SAGESSE,
parce que la Sagesse incréée, le Verbe de Dieu, a résidé en vous...,
Vous a qui cet adorable Fils a communiqué toute l’étendue de sa science divine,
dans la mesure où la créature la plus parfaite pouvait la recevoir...,
Vous connaissez la grandeur de ma misère et quel besoin j’ai de votre assistance.
Confiant dans votre divine Sagesse, je m’abandonne entre vos mains,
afin que vous disposiez tout avec force et douceur,
pour la plus grande gloire de Dieu et le plus grand bien de mon âme.
Daignez donc me venir en aide,
par les moyens que vous savez être les plus propres à atteindre cette fin.
Ô Marie ! Mère de la divine Sagesse, daignez, je vous en supplie,
m’obtenir la grâce précieuse que je sollicite ;
je vous la demande au nom même de cette Sagesse incomparable
dont le Verbe, votre Fils, vous a illuminée,
et en l’honneur de laquelle je vous dis,
en union avec saint Léonard de Port-Maurice,
le plus zélé prédicateur de vos Trois Ave Maria :

Je vous salue, Marie,
Pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.


- III -

Ô bonne et tendre Mère, vraie MÈRE DE MISÉRICORDE,
qui, dans ces derniers temps, vous êtes appelée vous-même
« Mère toute Miséricordieuse »,
je viens vous supplier d’user envers moi de votre bonté compatissante.
Plus ma misère est grande, plus elle doit exciter votre compassion.
Je le sais, je ne mérite aucunement la grâce précieuse que je désire,
moi qui vous ai si souvent contristée en offensant votre divin Fils.
Mais, si j’ai été coupable, très coupable,
je me repens sincèrement d’avoir blessé le Cœur si tendre de Jésus et le vôtre.
D’ailleurs, n’êtes-vous pas,
comme vous l’avez révélé à l’une de vos servantes, sainte Brigitte,
« la Mère des pécheurs repentants » !
Pardonnez-moi donc mes ingratitudes passées, et,
considérant uniquement votre Bonté miséricordieuse,
ainsi que la gloire qui en reviendra à Dieu et à vous, obtenez-moi,
de la miséricorde divine, la grâce que j’implore par votre intercession.
Ô vous qu’on n’a jamais invoquée en vain,
« ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie ! »
daignez, daignez me secourir,
je vous en conjure par cette miséricordieuse bonté
dont le Saint-Esprit vous a remplie pour nous,
et en l’honneur de laquelle je vous dis, avec saint Alphonse de Liguori,
l’apôtre de votre miséricorde et le docteur des Trois Ave Maria :

Je vous salue, Marie,
Pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.


Prière approuvée par St Pie X et Benoît XV.
Il est conseillé, lorsqu’il s’agira de grâces importantes, de faire trois neuvaines consécutives.
Pour obtenir plus sûrement la grâce demandée,
il sera bon de promettre d’être à tout jamais fidèle aux Trois Ave Maria, le matin et le soir.
(source : montfortajpm.blogspot.com/p/blog-page.html )


* * *
Les TROIS AVE MARIA du matin & du soir :
avec cette invocation à la fin :
- le matin :
« Ô ma Mère, préservez-moi du péché mortel pendant ce jour. »
- le soir : « Ô ma Mère, préservez-moi du péché mortel pendant cette nuit.»

« Oh ! quelle sainte pratique de piété !
c’est un moyen très efficace d’assurer votre salut. »

(Saint Léonard de Port-Maurice)
AJPM
NEUVAINE à NOTRE-DAME du PERPÉTUEL-SECOURS (19 au 27 juin) :
montfortajpm.blogspot.com/…/sommaire-des-ca…

MOIS du SACRÉ-CŒUR
VINGT-QUATRIÈME JOUR
montfortajpm.blogspot.com/2017/06/poemes-pieux-11.html
JE VOUS SALUE, CŒUR PACIFIQUE : CALMEZ-MOI !
Pratique :
D'où viennent mes troubles et mes inquiétudes ?
De mon peu de conformité au bon plaisir de Dieu.
Par amour pour Jésus …
More
NEUVAINE à NOTRE-DAME du PERPÉTUEL-SECOURS (19 au 27 juin) :
montfortajpm.blogspot.com/…/sommaire-des-ca…

MOIS du SACRÉ-CŒUR
VINGT-QUATRIÈME JOUR
montfortajpm.blogspot.com/2017/06/poemes-pieux-11.html
JE VOUS SALUE, CŒUR PACIFIQUE : CALMEZ-MOI !
Pratique :
D'où viennent mes troubles et mes inquiétudes ?
De mon peu de conformité au bon plaisir de Dieu.
Par amour pour Jésus et en union avec son Cœur,
je veux désormais dire toujours et partout : Fiat ! Fiat !

« Si nous désirons plaire entièrement au Cœur de Dieu,
tâchons non seulement de nous conformer en tout à sa sainte Volonté,
c'est-à-dire de diriger notre volonté comme celle de Dieu,
mais encore de nous y uniformer,
c'est-à-dire des deux volontés n'en faire qu'une,
tellement que nous ne voulions que ce que Dieu veut,
ou mieux, que la Volonté de Dieu reste seule et soit nôtre.
C'est là le sommet de la perfection ! »

montfortajpm.blogspot.com/…/le-sommet-de-la…
(Saint Alphonse de Liguori)


Ton bon plaisir, ô Dieu ! c’est ce que j’aime ;
En lui seul je veux m’abîmer.
Qu’il est doux de vouloir ce que tu veux toi-même !
Ô Volonté de Dieu ! quel bonheur de t’aimer !

Dans ton ardeur, exigeante et jalouse,
Seule toujours tu veux charmer ;
Puis tu deviens si douce à l’âme qui t’épouse !
Ô Volonté de Dieu ! quel bonheur de t’aimer !

Tu rends parfait, et ton feu purifie
L’amour que tu viens allumer ;
Et s’élançant vers toi, l’âme ardente s’écrie :
Ô Volonté de Dieu ! quel bonheur de t’aimer !

Par toi la peine en plaisir est changée,
Et la mort ne peut alarmer ;
De craintes, de douleurs, notre âme est dégagée.
Ô Volonté de Dieu ! quel bonheur de t’aimer !

Je te consacre, ô Jésus ! tout moi-même ;
Prends mon cœur pour le consumer :
Ton Cœur seul, désormais, est mon amour suprême.
Ô Volonté de Dieu ! quel bonheur de t’aimer !

(chanté : COMBIEN la VOLONTÉ de DIEU est AIMABLE ! -1- (mélodie : Jean-Myriam Chevalier)
& COMBIEN la VOLONTÉ de DIEU est AIMABLE ! -2- (mélodie : Gilbert Chevalier) )

« Mon aimable Jésus,
pour vous témoigner ma reconnaissance
et pour réparer mes infidélités, moi...,
je vous donne mon cœur,
je me consacre entièrement à vous
et je me propose, avec votre secours,
de ne plus vous offenser. »

(Courte consécration de soi-même à réciter devant une image du Sacré-Cœur,
Indulgence plénière chaque mois aux conditions ordinaires)