08:57

Les Ambassadeurs - Hans Holbein le Jeune

Les Ambassadeurs - Hans Holbein le Jeune : « Peut-on braver la mort ? » Deux hommes, près d’une étagère,remplie d’objets. Un tableau singé Holbein. Au premier abord, tout n’est que luxe, pouvoir, …More
Les Ambassadeurs - Hans Holbein le Jeune : « Peut-on braver la mort ? »
Deux hommes, près d’une étagère,remplie d’objets. Un tableau singé Holbein.
Au premier abord, tout n’est que luxe, pouvoir, arrogance. Mais il y a une fausse note ! Une forme blanchâtre lévite en bas de la scène, menaçante...
Pour découvrir la clé apparente du tableau, il faut le regarder de biais : alors l’image se déforme, les richesses s’effacent et la grande triomphatrice se dévoile ! La mort balaye tout !...
Alors que signifie vraiment cette mise en scène ?
Ces deux hommes piétinent-ils la mort ? Ou s’apprête-t-elle à les emporter ?
-
(à partir de 1mn20) Partie 1 La Mort invincible Essayer de vaincre la mort ? Le camp humain semble bien mal préparé ! Corps enfouis sous les couches de vêtements...objets en désordre...accumulation de motifs : face à une vie humaine artificielle, lourde, compliquée, la mort apparaît pleine de santé ! Seul élément naturel non modifié par l’homme, elle seul bénéficie d’une …More
Psaume 62
Remarquable dissection picturale ! La diplomatie ... ou l’art des compromis et souvent en effet des compromissions machiavéliennes !

Sur le sujet des relations de la France et de l’islam dans l’histoire, je conseille la lecture de l’ouvrage ’’La France et l’islam au fil de l’histoire …’’ de Gerbert Rambaud.

Les divisions, les haines et les guerres dans l’histoire entre des peuples se réclamant …More
Remarquable dissection picturale ! La diplomatie ... ou l’art des compromis et souvent en effet des compromissions machiavéliennes !

Sur le sujet des relations de la France et de l’islam dans l’histoire, je conseille la lecture de l’ouvrage ’’La France et l’islam au fil de l’histoire …’’ de Gerbert Rambaud.

Les divisions, les haines et les guerres dans l’histoire entre des peuples se réclamant de la foi au Christ Jésus sont un scandale mais vu l’influence du diable sur cette terre et vu la force du péché, même chez des baptisés, ces maux sont plus ou moins fatals. Dieu veut le salut de tous, Il vise au salut du plus grand nombre possible d’âmes au terme de l’existence terrestre, et Il tente sans cesse de tirer quelque bien d'un mal, de rabaisser l’orgueil humain afin que les âmes puissent désirer s’ouvrir in fine au repentir, au travers de malheurs et de divisions meurtrières.

Oui, en fait de mal pour un bien, ces rivalités habituelles entre différentes dynasties européennes ont poussé la France à s’allier à des musulmans contre des chrétiens, ce qui profita indirectement aux chrétiens d’Orient fr.wikipedia.org/wiki/Chr%C3%A9tiens_d%27Orient (dont une grande partie ne sont d’ailleurs pas catholiques).
shazam likes this.
Psaume 62 likes this.
shazam
Psaume 62 likes this.
mignotm
L'alliance avec l'Angleterre hérétique, avec les princes protestants allemands et avec l'ennemi ottoman : la France de François I, soutenue par la finance des marranes, a trahi sa mission divine. Voilà ce que peint Holbein le protestant ; c'est donc bien l'aveu que Luther mène au diable.
Même si je suis bien d'accord avec vous sur le fond de votre commentaire, il convient tout de même de nuancer votre jugement :
- la peste de la prétendue réforme est effectivement entrée en France sous le règne de François I°; mais le roi était pieux et bon catholique (prières et Messes quotidiennes, pélerinages dont le Saint Suaire...); ce que l'on peut lui reprocher, comme à Louis XV avec le …More
Même si je suis bien d'accord avec vous sur le fond de votre commentaire, il convient tout de même de nuancer votre jugement :
- la peste de la prétendue réforme est effectivement entrée en France sous le règne de François I°; mais le roi était pieux et bon catholique (prières et Messes quotidiennes, pélerinages dont le Saint Suaire...); ce que l'on peut lui reprocher, comme à Louis XV avec le fléau maçonnique, c'est sa tolérance excessive du mal nouveau; ce n'est pas lui mais surtout son entourage, et au premier chef sa soeur Marguerite de Navarre, qui s'est rapproché de l'hérésie. Il ne faut pas oublier non plus de rappeler que le roi s'est engagé, dès la fin des années 1520 et jusqu'à sa mort en 1547, dans une lutte puissante et souvent implacable contre le protestantisme; son fils Henri II (un très grand roi) a poursuivi son oeuvre avec acharnement et aurait certainement chassé cette peste sans sa mort accidentelle en 1559. Enfin et surtout, ce que la plupart de nos contemporains qui voient beaucoup mieux les choses avec 500 ans de recul (tout est figé maintenant et donc facile à analyser), ne comprennent plus, c'est qu'au XVI°s les questions religieuses brûlantes étaient souvent assez floues, mal tranchées pour une grande partie des chrétiens, même après les excommunications de Luther et de ses suiveurs; les critiques contre Rome étaient parfois fondées et les assertions des protestants pas toujours faciles à contredire. Et beaucoup de gens, perdus, désorientés, gyrovagues, hésitaient et passaient dans leur vie plusieurs fois d'une attitude à une autre et inversement (l'exemple le plus célèbre est le futur roi Henri IV). On peut très bien se représenter cette époque de désordre en regardant le spectacle de notre temps où il est souvent bien difficile pour une majorité de fidèles de savoir qui est qui ou de démêler le vrai du faux entre "conciliaires", modernistes, laïcistes, traditionalistes, papistes, "intégristes", "progressistes", sédévacantistes, ralliés, oecuménistes, schismatiques, hérétiques etc... etc... avec querelles, incompréhensions, mauvaise foi, déloyauté, entêtement, agressions, calomnies, coups bas, trahisons et... haine à la clé.
- le Saint Empire puis l'Espagne ne sont pas totalement blancs et il y avait une vraie volonté d'étouffer la France; s'en sont ensuivis de terribles combats, avec de terribles ravages, notamment dans le nord de la France (épisode célèbre de l'anéantissement total des importantes villes comtales d'Hesdin ou de Thérouanne dont il n'est pas resté et sur ordre, littéralement, pierre sur pierre !); ces ennemis poursuivaient l'oeuvre de leurs ancêtres les ducs de Bourgogne Jean sans Terre, Philippe le Bon et Charles le Téméraire révoltés contre leur suzerain le roi de France, Charles VII puis Louis XI. Jeanne d'Arc a été capturée par les Bourguignons et livrée par eux aux anglais.
- enfin, il faut être juste et surtout complet vis à vis des Capitulations des années 30 et de la très controversée alliance avec les Ottomans. Il ne faut jamais oublier que la France est restée, de par son statut privilégié, depuis François I° jusqu'au XX°s, la grande et la seule protectrice des chrétiens d'Orient face aux barbares mahométans; ces frères lointains lui en ont toujours été infiniment reconnaissants ! Pour ceux que cela intéresse voici un extrait d'un article qui rappelle beaucoup de ces vérités oubliées ou occultées, expliquant le rôle séculaire et bienfaisant qu'a joué la France au Moyen-Orient et l'affection que portaient à la Fille aînée de l'Eglise jusqu'à notre triste aujourd'hui tant et tant de frères et de soeurs chrétiens de cette région du monde : "...Cette reprise de relations survint avec la signature du traité des Capitulations entre François Ier et le sultan ottoman, en 1535. Par cette convention, le roi de France s’engageait à ne pas faire la guerre à l’empire ottoman, à charge pour le sultan de permettre aux commerçants et aux pèlerins français de voyager librement en Orient. Dans ses conférences sur le sujet, l'abbé de Nantes a désapprouvé cette politique, car le Roi très chrétien doit combattre le Turc, et non faire alliance avec lui, surtout quand il assiège la Chrétienté ! Cependant, soulignait-il aussi, à long terme cette diplomatie permit de protéger les chrétiens d’Orient. En effet, si le Saint-Empire combattit efficacement les Turcs en Méditerranée, notamment lors de la victoire miraculeuse de Lépante (1571), aucun pays européen n’intervint militairement au Levant pour secourir les chrétiens, et ce, jusqu’au XVIIIe siècle et pratiquement jusqu’au XX° siècle. Or, comme le montre François Charles-Roux dans "France et chrétiens d’Orient", en renouvelant régulièrement les Capitulations, les rois de France demandèrent aux Ottomans sans cesse davantage de privilèges, et finalement, ils prirent sous leur protection non seulement les pèlerins français, mais tous les pèlerins chrétiens se rendant aux Lieux saints, puis tous les chrétiens d’Orient, et enfin les missionnaires qui commencèrent à arriver en Orient dès la fin du XVIe siècle. Y compris en Syrie !..." (in "Syrie : les leçons d'une histoire séculaire" C.R.C. Novembre 2017). Totalité de l'article ICI
shazam and one more user like this.
shazam likes this.
Anne et Joachim likes this.
Merci ! Plein de détails de ce tableau m'avaient échappé
shazam likes this.
crocodile and one more user like this.
crocodile likes this.
shazam likes this.
shazam
Jean de Dinteville, à gauche, ambassadeur de France en Angleterre en 1533, date de la réalisation du tableau.

À droite, se trouve son ami, Georges de Selve, évêque de Lavaur qui a été lui aussi occasionnellement ambassadeur auprès de l'Empereur romain germanique, de la république de Venise et du Saint-Siège.

Les ambassadeurs
Pour approfondir :

Quand la peinture pense
www.accordphilo.com/…More
Jean de Dinteville, à gauche, ambassadeur de France en Angleterre en 1533, date de la réalisation du tableau.

À droite, se trouve son ami, Georges de Selve, évêque de Lavaur qui a été lui aussi occasionnellement ambassadeur auprès de l'Empereur romain germanique, de la république de Venise et du Saint-Siège.

Les ambassadeurs
Pour approfondir :

Quand la peinture pense
www.accordphilo.com/La-peinture-pen…