jili22
Voilà les paroles de la chanson de Serge Lama :
Je crois en Dieu Hélas plus du tout en ses prêtres
Il s’est glissé chez eux des Judas et des traîtres
Un vent d’Est a soufflé, glacial, qui dénature
Leurs sermons inspirés par la nomenclature
Et s’ils lèvent encore leurs mains jointes au ciel
Le CAPITAL de Marx est leur nouveau missel !

Je vous salue Marie
Pleine de grâce
Que Votre Nom soit sanctif…More
Voilà les paroles de la chanson de Serge Lama :
Je crois en Dieu Hélas plus du tout en ses prêtres
Il s’est glissé chez eux des Judas et des traîtres
Un vent d’Est a soufflé, glacial, qui dénature
Leurs sermons inspirés par la nomenclature
Et s’ils lèvent encore leurs mains jointes au ciel
Le CAPITAL de Marx est leur nouveau missel !

Je vous salue Marie
Pleine de grâce
Que Votre Nom soit sanctifié
Je vous salue Marie
Oui mais de grâce
De vos prêtres il faut vous méfier !

Je crois en Dieu hélas plus du tout en ses hommes
Et nos enfants non plus ne passent plus par Rome
Ils ont pris des sentiers à l’écart des touristes
La voie sacrée a pris des allures de piste
Où est le rassembleur, le messie, le berger
Qui récupèrera ces brebis naufragées
Où donc est la soutane que l’on reconnaissait
Avec respect l’Homme de Dieu quand il passait.

Je vous salue Marie
Pleine de grâce
Que Votre Nom soit sanctifié
Protégez vos brebis
De ces rapaces
Ils les ont déjà sacrifiées.

Je crois en Dieu… hélas le cercueil de mon père
Ecrasé sous les fleurs était bien solitaire
La Croix dans une main, dans L’autre la Sébile
Un vieux prêtre ânonnait les mots de l’Evangile
Dans la Chapelle morne où la mort s’étonnait
Les Jardins de l’Eden offraient des fleurs fanées
Quand il n’y a plus d’enfants pour chanter le Credo
L’eau de vos bénitiers n’est qu’une flaque d’eau.

Je vous salue Marie
Pleine de grâce
Que Votre Nom soit sanctifié
Vos prêcheurs d’aujourd’hui
Font fin de race
Tous leurs gestes sont momifiés

Debout, debout les mots les jolis mots antiques
Et les incantations, et les choeurs des cantiques
Il faut rentrer en nous comme dans un monastère
Et se dire qu’on est soi même un grand mystère
Et qu’éternellement du berceau au linceul
L’homme est sans le savoir une secte à lui seul

Je Vous salue Marie
Pleine de grâce
Que Votre Nom soit sanctifié
L’Evangile est soumis
A ceux d’en face
Votre fils est recrucifié.
AJPM
NEUVAINE de l'ASSOMPTION par Saint Alphonse de Liguori :
-7- À MARIE, NOTRE BIENFAITRICE
Ô Reine du ciel et de la terre !
n’oubliez pas votre pauvre servante ;
vous êtes la dispensatrice de toutes les grâces
que le Seigneur nous accorde, à nous misérables pécheurs,
et vous n’êtes si puissante, si riche, si tendre,
que pour nous secourir dans nos misères.
Ne dédaignez pas, du haut du trône …
More
NEUVAINE de l'ASSOMPTION par Saint Alphonse de Liguori :
-7- À MARIE, NOTRE BIENFAITRICE
Ô Reine du ciel et de la terre !
n’oubliez pas votre pauvre servante ;
vous êtes la dispensatrice de toutes les grâces
que le Seigneur nous accorde, à nous misérables pécheurs,
et vous n’êtes si puissante, si riche, si tendre,
que pour nous secourir dans nos misères.
Ne dédaignez pas, du haut du trône sublime où vous régnez,
de tourner vers moi vos regards miséricordieux ;
oubliez l’ingratitude dont j’ai trop souvent payé vos bienfaits,
et ne me laissez pas dans la pauvreté.
Plus vous êtes près de la source des grâces,
plus il vous est facile de me secourir.
Au ciel vous connaissez mieux mes misères ;
il faut donc que vous y compatissiez et que vous me prêtiez secours.
Faites que je vous serve avec fidélité et persévérance sur la terre,
afin de vous bénir à jamais en Paradis.
Mère très douce et très aimable,
vos autels sont sans cesse entourés de solliciteurs
qui vous demandent, l’un d’être guéri de quelque mal,
l’autre d’être assisté dans ses besoins,
celui-ci une bonne récolte, celui-là le gain d’un procès.
Je vous demande des grâces plus agréables à votre Cœur :
obtenez-moi d’être humble, détachée de la terre,
résignée à la Volonté divine ;
obtenez-moi la sainte crainte de Dieu,
une bonne mort, le Paradis.
Ma Souveraine, de pécheresse que je suis,
obtenez que je devienne une sainte ;
faites ce miracle, qui vous honorera plus
que si vous rendiez la vue à mille aveugles
et si vous ressuscitiez mille morts.
Vous êtes puissante auprès de Dieu ;
vous êtes sa Mère, sa Bien-Aimée,
celle qu’il a remplie de sa grâce ;
que peut-il vous refuser ?
Reine admirable, je ne prétends pas vous voir sur la terre,
mais je veux aller vous contempler au ciel.
C’est à vous de m’en obtenir l’entrée ;

je l’espère avec confiance.

Trois Ave Maria.

Je vous salue, Marie,
Pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.

montfortajpm.blogspot.com/…/neuvaine-la-tre…

* * *

Les TROIS AVE MARIA du matin & du soir :
avec cette invocation à la fin :
- le matin :
« Ô ma Mère, préservez-moi du péché mortel pendant ce jour. »
- le soir : « Ô ma Mère, préservez-moi du péché mortel pendant cette nuit.»

« Oh ! quelle sainte pratique de piété !
c’est un moyen très efficace d’assurer votre salut. »

(Saint Léonard de Port-Maurice)

* Le ROSAIRE : MÉTHODE & EXPLICATION en CANTIQUE par St Louis-Marie Grignion de Montfort (PDF illustré de 12 pages)