02:01:01

Film Jean de Florette (1986)

Au milieu des années 1920 dans un petit village de Provence perdu dans la garrigue, Ugolin a un rêve : gagner de l'argent en cultivant des œillets. Son oncle, César Soubeyran, dit « le Papet », est …More
Au milieu des années 1920 dans un petit village de Provence perdu dans la garrigue, Ugolin a un rêve : gagner de l'argent en cultivant des œillets. Son oncle, César Soubeyran, dit « le Papet », est un vieux célibataire prêt à tout pour que son neveu réussisse et se marie, pour que se transmette son nom, dont il est l'unique héritier.

Mais pour que ces projets aboutissent, il faut pouvoir disposer d'une source, un bien extrêmement précieux. La ferme des Romarins conviendrait parfaitement. Le Papet propose alors à Piquebouffigue, le propriétaire de la ferme, de la lui racheter. Mais la discussion tourne mal et Piquebouffigue, projeté à terre par le Papet, meurt en heurtant une pierre avec sa tête.

La ferme semble dès lors disponible, mais l'héritier de la ferme arrive un jour avec sa femme et sa fille pour s'en occuper. Il s'appelle Jean Cadoret, il est bossu, et vient de la ville. Idéaliste, il a pour ambition de mener la vie d'un paysan prospère et proche de la nature.
Les deux Soubeyran vont comploter pour lui rendre la tâche impossible…
perceo3 likes this.
shazam
Genre : garrigue ardente.
La Provence crépitante, l'eau vitale, des stars à foison, il y a là tout ce qu'il faut pour un mammouth cinématographique des plus académiques. De fait, on est rarement surpris : tout correspond fidèlement au dépliant touristique, et le voyage dans la garrigue est bien organisé.
Reste que l'histoire est suffisamment forte pour captiver. Elle réunit toutes les qualités d'…More
Genre : garrigue ardente.
La Provence crépitante, l'eau vitale, des stars à foison, il y a là tout ce qu'il faut pour un mammouth cinématographique des plus académiques. De fait, on est rarement surpris : tout correspond fidèlement au dépliant touristique, et le voyage dans la garrigue est bien organisé.
Reste que l'histoire est suffisamment forte pour captiver. Elle réunit toutes les qualités d'une tragédie.
Si Claude Berri n'est pas très inspiré face aux paysages, il sait en revanche intensifier les visages, les regards, les face-à-face. Grâce à son savoir-faire, il honore ici la tradition du grand spectacle populaire.
(Télérama)
-
"Jean de Florette" est l'adaptation cinématographique par Claude Berri de la première partie du roman écrit en 1962 par Marcel Pagnol, "L'Eau des collines ". La deuxième partie, tournée dans la foulée sous le titre "Manon des sources" est sortie sur les écrans trois mois plus tard, cet ensemble indissociable étant considéré aujourd'hui comme l'une des plus belles réussites du cinéma français.
Servi par un tournage en Provence qui magnifie cette région baignée par le soleil, bénéficiant d'un casting irréprochable, et restituant fidèlement un des romans les plus poignants de Pagnol, on ne peut que s'incliner devant une œuvre profondément humaniste, qui dépeint sans manichéisme mais avec une certaine cruauté les mœurs, inenvisageables aujourd'hui, d'un petit village retiré au dessus d'Aubagne, au début du vingtième siècle.
(Dvdpascher.net)