Kept Secret: Pell’s Accuser Had Treatment For Psychological Issues - Delusions?

Cardinal George Pell’s accuser suffers or suffered from psychological issues that had required treatment, reports TheAustralian.com.au (September 20). This information has been known from a long time…
"One witness is not enough to convict anyone accused of any crime or offense they may have committed. A matter must be established by the testimony of two or three witnesses." (Deut 19:15)
Lion IRC, don't be troubled about that media report, it is not as clear cut as that!
Yeah, the best Lousie poison miligan and the mob squad could come up with is a person with a history of physiological issues, perhaps he may even be possessed as it seemed odd how he came out of the wood works.
GTVisrockin likes this.
Maintenu secret : L'accusateur de Pell avait un traitement pour des problèmes psychologiques - délires ?

L'accusateur du cardinal George Pell souffre ou a souffert de problèmes psychologiques qui avaient nécessité un traitement, rapporte TheAustralian.com.au (20 septembre).

Cette information est connue depuis longtemps mais n'a pas été révélée.

Le cardinal martyr a été condamné par un second…More
Maintenu secret : L'accusateur de Pell avait un traitement pour des problèmes psychologiques - délires ?

L'accusateur du cardinal George Pell souffre ou a souffert de problèmes psychologiques qui avaient nécessité un traitement, rapporte TheAustralian.com.au (20 septembre).

Cette information est connue depuis longtemps mais n'a pas été révélée.

Le cardinal martyr a été condamné par un second jury avec la seule "preuve" du témoignage de l'accusateur. Cette "preuve" contredisait dix-sept témoins et les circonstances pratiques, architectoniques et logiques de la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne, où les "abus" n'auraient pu se produire comme décrit.

Les avocats du cardinal Pell ont demandé au juge l'autorisation d'obtenir des dossiers décrivant les problèmes psychologiques de l'accusateur, mais cela leur a été refusé. Ils n'ont même pas été autorisés à dire au jury que le plaignant avait subi un traitement psychologique. TheAustralian demande : « Le plaignant, par exemple, avait-il souffert d'illusions à un moment ou à un autre ? »

Les procès pour abus dans l'État de Victoria, en Australie, sont entachés d'irrégularités dès le début, car les avocats de la défense ont les mains liées. Ils n'ont pas le droit de poser les questions difficiles et d'examiner la crédibilité de l'accusateur, alors que la prétendue "victime" peut gémir et pleurer à volonté afin d'impressionner un jury.

Le juge donne même au jury l'instruction que des déclarations contradictoires ou embellies ne sont pas un signe que l'accusateur ment, car les contradictions et les versions modifiées font [prétendument] partie du « processus de commémoration » des victimes de violence.

[Scoop : Bergoglio a soudoyé tout ce beau monde à force d'argent, d'où le déficit actuel du Vatican.]
Lion IRC
I'm deeply troubled by the media reports that Cardinal Pells' lawyers are using a new appeal strategy based on conceding that his accuser might be honestly telling (what he sincerely thinks) is the truth. This is a bizarre and needlessly generous concession.
An untruth is an untruth irrespective of motive or origin.