Clicks1K
AJPM
10

Tableau effrayant : à lire à pleines lignes ! Merci Jérôme !

Article précédent : Le Vatican sous la botte de Pékin, mais l'Antéchrist zyeute...

* * *

Paul VI : saint du Ciel ou suppôt de l’Enfer ?

par Jérôme Bourbon - Rivarol (www.rivarol.com) - 17 octobre 2018

Il a osé. Après avoir “canonisé” le 27 avril 2014 Jean XXIII et Jean-Paul II, François-Bergoglio récidive avec la “canonisation” ce 14 octobre de Paul VI. Les modernistes qui occupent le siège de Pierre depuis soixante ans ne prennent même plus de gants, ne reculent devant aucune provocation, se “béatifient” et se “canonisent” les uns les autres à toute vitesse. N’oublions pas en effet que c’est Jean Paul II qui avait ouvert ce processus en “béatifiant” Jean XXIII le 3 septembre 2000. Pour faire passer la pilule, il avait “béatifié” le même jour Pie IX. C’était se moquer du monde : honorer en même temps le pape du Syllabus et l’organisateur de Vatican II, le pontife de l’intransigeance catholique face au monde révolté contre Dieu et le propagateur de la liberté religieuse et du culte de l’homme. Naturellement, la “béatification” de Pie IX n’a jamais abouti à sa canonisation, contrairement à celle de Jean XXIII. Il s’agissait seulement d’un subterfuge pour éviter que les traditionalistes ne poussent des cris d’orfraie. Mais il était impensable pour les apostats du Vatican de “canoniser” le pape de Quanta Cura qui s’opposait énergiquement au monde et à la civilisation moderne.

En déclarant saints les trois principaux responsables de Vatican II, de son organisation (Jean XXIII), de son déroulement (Paul VI) et de son application (Montini et Wojtyla), Bergoglio entend canoniser le “concile” et toutes les réformes désastreuses qui en sont issues, sur le plan doctrinal, moral, pastoral, liturgique, sacramentel et disciplinaire. Les fruits empoisonnés de Vatican II ne sont que trop visibles : effondrement des vocations religieuses et sacerdotales, raréfaction de l’assistance aux offices dominicaux, perte de la foi, indifférentisme et scepticisme, effondrement de l’esprit apostolique et missionnaire, délitement des repères moraux, inculture religieuse abyssale, apostasie universelle, dépravation des mœurs, perte de la pudeur et de la modestie chrétienne dans le langage, dans les conversations, dans les vêtements, développement de l’athéisme, du matérialisme, essor des sectes et des mages en tous genres, promotion des unions contre-nature, massacre des innocents à travers l’avortement et la pornographie de masse, refus de la transmission de la vie à travers la banalisation de la contraception, déchirement des familles, explosion des suicides, individualisme forcené, dépressions, etc. Les brigands, les intrus qui occupent le siège de Pierre depuis soixante ans veulent que l’on considère comme sainte, bénie, voulue par Dieu leur œuvre démoniaque. Nous sommes là dans l’inversion la plus totale et le cynisme le plus absolu. Mais c’est notre monde moderne en entier qui est fondé sur l’inversion, qui promeut le mensonge et l’erreur et rejette la vérité, qui préfère la laideur à la beauté, qui choisit le mal et refuse le bien et, pis encore, fait le mal en l’appelant bien et diabolise le bien.

Puisque Paul VI a été officiellement “canonisé”, il faut rappeler qui était vraiment cet homme et quelle fut son œuvre. Ami des juifs et des francs-maçons, comme Roncalli, Wojtyla et leurs prédécesseurs, Montini a voulu faire passer le catholicisme du théocentrisme à l’anthropocentrisme. Qui ne se souvient de son ahurissant discours de clôture de Vatican II : « Vous, humanistes modernes, qui renoncez à la transcendance des choses suprêmes, sachez reconnaître notre nouvel humanisme. Nous aussi, nous plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme ». S’exprimant à la tribune des Nations Unies, Paul VI ose dire de l’ONU, organisation mondialiste par excellence : qu’elle « est l’idéal dont rêve l’humanité dans son pèlerinage à travers le temps ; c’est le plus grand espoir du monde » (sic !). Dans la « constitution pastorale » Gaudium et Spes, sur « l’Église dans le monde de ce temps », et qui est l’un des principaux documents de Vatican II “promulgués” par Montini, il est écrit : « L’Église reconnaît que tout sur terre doit être ordonné à l’Homme, comme à son centre et à son sommet. »

Démolisseur de la foi, il promulgue en décembre 1965 le concile Vatican II qui contient moult erreurs et hérésies, dont l’œcuménisme libéral, la liberté religieuse et la collégialité, lave dans Nostra Aetate les juifs du crime de déicide, ouvrant la voie aux reptations des derniers hommes en blanc devant le judaïsme talmudique, visitant les synagogues non pour y prêcher Jésus-Christ crucifié et ressuscité mais pour vanter « nos frères aînés dans la foi » et déclarer que l’Ancienne Alliance n’a jamais été abrogée, ce qui est faire fi de la divinité et de la messianité du Christ. Paul VI abroge également en 1967 le serment anti-moderniste et la profession de foi du concile de Trente, vend la tiare, couronne du pape et symbole de son triple pouvoir d’ordre, de juridiction et de magistère, après avoir définitivement cessé de la porter en novembre 1963 lorsqu’il la pose sur l’autel de la basilique saint-Pierre.

C’est à Paul VI que l’on doit l’abandon du latin et du grégorien à la messe, dans les monastères et les séminaires, à lui que l’on doit la création d’une « nouvelle messe » qui n’est en réalité qu’une synaxe protestante dont de surcroît les prières de l’offertoire reprennent des bénédictions juives. La première version de l’article 7 du Novus ordo missae définit la « nouvelle messe » comme un repas et évacue complètement la définition catholique de la messe qui est le renouvellement non sanglant du saint sacrifice du Calvaire. C’est à Paul VI encore que l’on doit le changement de tous les rites, l’adultération des sacrements, la profonde altération des rituels, obstruant ainsi les canaux de la grâce. En juin 1968, au moment où il s’emploie à rassurer faussement les conservateurs avec son Credo et avec l’“encyclique” Humanae vitae, il promulgue un nouveau rituel des sacres des évêques dont des études sérieuses et approfondies ont conclu à l’invalidité radicale, ce qui pose sérieusement la question de la validité des ordres reçus par les candidats au sacerdoce dans ce nouveau rite depuis un demi-siècle. Tous les rituels sont profondément altérés : on met en place un nouveau baptême où sont supprimés tous les exorcismes, une nouvelle confirmation où il n’est plus obligatoire d’utiliser comme matière de l’huile d’olive, un nouveau mariage (le nouveau code de droit de canon promulgué en 1983 sous Jean Paul II inverse les fins du mariage, développant chez les époux une mentalité contraceptive), etc. La désacralisation des lieux saints est systématique : on retourne les autels, le célébrant devenant un simple président tourné vers l’assemblée et non plus vers Dieu, on supprime les bancs de communion, on enlève des statues de saints, on transforme les confessionnaux en placards à balais, on brûle sans aucune piété filiale les anciens ornements liturgiques, on impose la communion dans la main, on supprime quasiment tous les jeûnes, tant eucharistiques qu’ecclésiastiques. Pour communier il faut être à jeun de nourriture solide depuis une heure seulement, et pour les malades et leurs accompagnants, quinze minutes suffisent. C’est ce que feu Jean Madiran avait appelé avec une ironie mordante dans Itinéraires « le quart d’heure de Paul VI ». A la limite, se moquait l’auteur de l’Hérésie du XXème siècle, on pouvait boire son verre de gnôle à l’église en pleine célébration et communier quinze minutes après !

Sous le “règne” — ou plutôt l’usurpation — de Montini, tout est bouleversé : les constitutions religieuses, toutes défigurées, y compris celle des Chartreux qui n’avait jamais été modifiée depuis son fondateur saint Bruno, les États, partis, écoles et syndicats chrétiens. Paul VI contraint l’Espagne de Franco en 1967 à abandonner sa constitution explicitement catholique. Il fait de même avec la Colombie en 1973. Proche du judaïsme, Paul VI porte significativement l’éphod des grands prêtres juifs à plusieurs occasions, et notamment en 1968 lors d’un voyage en Amérique. Il est, dans la même logique, favorable au mondialisme croyant au retour de l’âge d’or, ce qui fait écho à son prédécesseur Roncalli qui, dans son discours d’ouverture de Vatican II, s’en prenait « aux prophètes de malheur » : « L’Humanité est en marche. Elle tend vers l’unité, vers la justice. La Paix est la fin logique du monde présent » s’écrie-t-il à Pâques 1971. « La cause n’est pas perdue, l’unité du monde se fera. Le caractère inviolable de la vie sera admis par tous d’une manière effective » ajoute-t-il dans la même allocution au moment même où les différents pays occidentaux se préparent à légaliser le crime de l’avortement ! Le 24 mai 1978, dans un message à l’ONU, il appelle explicitement à l’avènement d’un « nouvel ordre mondial ». Ses successeurs ne diront pas autre chose.

Non content de lever l’excommunication des schismatiques orientaux, de légitimer la réforme anglicane en invitant le pasteur Ramsey à bénir la foule avec lui, lui passant au doigt son anneau personnel, d’autoriser l’intercommunion des protestants sans abjuration ni confession, non content de recevoir les chefs communistes russes, encore rougies du sang des chrétiens martyrs, d’accorder une audience aux rebelles des colonies portugaises, Paul VI rendit aux musulmans l’Étendard de Lépante. Cette bannière très célèbre fut prise à un amiral turc durant une bataille navale en 1571. Tandis que le pape saint Pie V jeûnait et priait le Rosaire, une flotte chrétienne en infériorité numérique défit une marine musulmane beaucoup plus importante numériquement, sauvant ainsi la chrétienté des infidèles. En l'honneur de cette victoire miraculeuse obtenue le 7 octobre 1571, Pie V avait institué la fête de Notre-Dame du Très Saint Rosaire pour commémorer son intercession. En un seul acte inouï, Paul VI a non seulement renoncé à une victoire chrétienne historique et décisive, mais aussi aux prières et aux sacrifices d'un saint pape.

Tout miel avec tous les ennemis historiques de l’Église catholique, Paul VI se montra en revanche plein de fiel avec les traditionalistes qui contestaient ses réformes et combattaient ses erreurs et hérésies, condamnant Mgr Lefebvre et l’abbé Georges de Nantes à la suspense a divinis, faisant persécuter, via les évêques modernistes, les prêtres, souvent âgés, voulant rester fidèles à la messe de leur ordination.

Alors même que les Journées mondialistes de la jeunesses, les fameuses JMJ, n’ont pas encore été créées (c’est Jean-Paul II qui en sera à l’origine en 1985), Paul VI se montre d’une écœurante démagogie à l’égard de la jeunesse dans une allocution du 1er janvier 1972, dans la Cité des Jeunes à Rome, réunissant 150 garçons de 10 à 19 ans : « Vous qui êtes modernes, qui avez un sens inné de la justice, sachez que nous, les anciens, les vieux, nous vous comprenons, nous vous suivons » (sic !). Car il s’agit d’épouser toutes les modes, d’accompagner la modernité décadente, et de l’approuver, y compris dans ses dérives les plus effrayantes. Il ne faut donc pas s’étonner si Bergoglio aujourd’hui légitime de facto les unions homosexuelles, promeut l’invasion du continent européen par des migrants mahométans, il est parfaitement dans la logique de Vatican II et de Paul VI qui est l’ouverture et la soumission à un monde qui a renié le Christ, sa loi, sa morale, son Évangile.

On peut faire de notre monde une critique politique, sociologique fort intéressante et très pertinente. Mais si l’on évacue de son analyse le cataclysme qu’a représenté Vatican II et qu’il continue toujours à représenter par ses conséquences désastreuses et par sa révolution plus que jamais à l’œuvre, on s’interdit de toucher du doigt l’essentiel. L’homme est fondamentalement un animal religieux. Les anciens le savaient. Il n’est pas innocent, il n’est pas anodin, il n’est pas neutre d’évacuer complètement Dieu de la cité, des institutions, de la conscience et du cœur de l’homme. C’est ouvrir devant soi un gouffre gigantesque dans lequel l’homme moderne plonge chaque jour davantage. Au point de s’y noyer irrémédiablement.

Jérôme BOURBON,
Éditorial du numéro 3348 de RIVAROL daté du 17 octobre 2018.

Source : tradinews.blogspot.com/…/jerome-bourbon-…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
Spina Christi 2
La crise actuelle de la foi catholique et du spirituel est une conséquence directe du dernier concile.
Une arbre mauvais ne peut pas donner de bons fruits, et c'est à ses fruits que l'on juge de l'arbre :

(Entre-autres...)

Cathédrale transformée en lupanar
Cathédrale transformée en sanisette ou urinoir
Cathédrale transformée en fumerie d'opium
Eglises transformées en discothèques
Eglises trans…
More
La crise actuelle de la foi catholique et du spirituel est une conséquence directe du dernier concile.
Une arbre mauvais ne peut pas donner de bons fruits, et c'est à ses fruits que l'on juge de l'arbre :

(Entre-autres...)

Cathédrale transformée en lupanar
Cathédrale transformée en sanisette ou urinoir
Cathédrale transformée en fumerie d'opium
Eglises transformées en discothèques
Eglises transformées en défilé de mode sataniste
Eglises transformées en mosquées
Eglises prêtées à des musulmans pour leur culte antichrist
Eglise avec procession d'idole indoue
Eglises avec chants coraniques
Eglises avec bénédictions d'unions homosexuelles
Eglise avec minaret posé à côté de l'Autel
Eglise avec drapeau arc-en-ciel lgbt
Eglises avec expositions d’œuvres plus que douteuses
Eglise avec tango
Eglise avec prêtre déguisé en clown
Eglise avec effigie du "père-noël" à côté de l'Autel
Eglise avec cardinal prononçant la shahada antichrist
Eglise avec distribution d'hosties de main à main
Eglise avec prêtre déposant les hosties sur des tables de repas en guise de petit biscuit
Eglise avec danseuse du ventre et son serpent
etc.
etc.
Ce brûlot séduira sans doute les esprits crédules et ceux qui sont déjà acquis de différentes manières au combat contre la prétendue « Rome moderniste ». Le sédévacantiste Bourbon aligne des faits bruts en bon avocat du diable qu'il est, sans chercher évidemment à les resituer dans le contexte complexe de l’après-guerre ( par exemple s’agissant de son discours à coloration idéaliste et iréniste …More
Ce brûlot séduira sans doute les esprits crédules et ceux qui sont déjà acquis de différentes manières au combat contre la prétendue « Rome moderniste ». Le sédévacantiste Bourbon aligne des faits bruts en bon avocat du diable qu'il est, sans chercher évidemment à les resituer dans le contexte complexe de l’après-guerre ( par exemple s’agissant de son discours à coloration idéaliste et iréniste à l’ONU qui est OBJECTIVEMENT tout autant théocentrique qu’anthropocentrique car le commandement de l’amour de Dieu et celui de l’amour du prochain sont inséparables, cf. Mt 22.39 , saintebible.com/1_john/4-20.htm ), et dans le contexte de la crise culturelle des années 60/70 en Occident qui du reste a des racines historiquement lointaines. Pour autant, saint Paul VI, qui dénonça les fumées de Satan infiltrées dans l’Église, a-t-il commis des erreurs sinon des fautes d’ordre prudentiel, pastoral ou politique ? Certainement, de même plus ou moins que ses prédécesseurs et ses successeurs. Certains séminaires qui sont pleinement fidèles à la doctrine du Concile Vatican II (comme celui de la communauté Saint Martin en France) manquent de place pour accueillir toutes les vocations de prêtres. La crise actuelle de la foi catholique et du spirituel plus largement a des causes plus profondes et plus complexes que la mauvaise application du Concile Vatican II par une trop large partie du clergé qui eut certes et qui a encore des conséquences dramatiques.

En postulant par pure hypothèse théorique que l’Église dans son magistère ait été totalement éclipsée durant plus de cinq décennies ainsi que le soutiennent les sédévacantistes, il faudrait alors admettre également qu’elle fût éclipsée dans ses composantes traditionalistes anticonciliaires ultra-minoritaires qui n’ont cessé de s’entre-déchirer, dont la principale (FSSPX) s’est rendu coupable d’un schisme objectif au regard de la Foi catholique et du Droit de l’Eglise, et qui ont fricoté, tel Jérôme Bourbon, avec des idées haïssables d’extrême droite. Et il faudrait aussi admettre que ces paroles magistérielles de Pie XII et de Léon XIII ont été contredites par la réalité historique future :

PIE XII (Encyclique Mystici corporis, 29 juin 1943) :

« Ceux-là se trompent donc dangereusement qui croient pouvoir s’attacher au Christ Tête de l’Église sans adhérer fidèlement à son Vicaire sur la terre. Car en supprimant ce Chef visible et en brisant les liens visibles de l’unité, ils obscurcissent et déforment le Corps mystique du Rédempteur au point qu’il ne puisse plus être reconnu ni trouvé par les hommes en quête du port du salut éternel »

Léon XIII (Encyclique Satis cognitum, 29 juin 1896) :

« Il est donc évident […] que Jésus-Christ a institué dans l’Église un magistère VIVANT (1), authentique et, de plus, PERPÉTUEL, qu’il a investi de sa propre autorité, revêtu de l’Esprit de vérité, confirmé par des miracles, et il a voulu et très sévèrement ordonné que les enseignements doctrinaux de ce magistère fussent reçus comme les siens propres. »

[ (1) « Un magistère vivant, c’est-à-dire qui s’exerce continuellement dans l’Église par la communication de la doctrine révélée. Ce magistère est vivant, en tant qu’il s’oppose au magistère encore exercé actuellement dans l’Église par des hommes qui ont disparu, mais auxquels leurs ouvrages ont survécu. Les protestants admettent que les Apôtres exercent encore actuellement dans l’Eglise un magistère, mais seulement par l’influence de leurs écrits : ils n’admettent donc qu’un magistère pour ainsi dire posthume » (« Tradition et Magistère », III, 3, 1, in Dictionnaire apologétique de la foi catholique (DAFC) IV, 1922 )

« Magistère […] vivant, c’est-à-dire qui demeure toujours dans des maîtres VIVANTS et s’exprime par leur bouche, et non pas ce Magistère, divin sans doute, mais mort, que les protestants cherchent dans l’Écriture » ( Auguste-Alexis GOUPIL, S.J., La Règle de la Foi ) ]
L'immonde destructeur .Le Moi je suis DIEU ?
Le Credo du Pape Paul VI : "Mais quelqu'un dira : Toi, tu as la Foi; et moi, j'ai les Oeuvres. Montre-moi ta Foi sans les Oeuvres, et moi, je te montrerai la Foi par mes Oeuvres. Tu crois qu'il y a un seul Dieu, tu fais bien ! Les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la Foi sans les Oeuvres est inutile ?" (Jacques II 18-20).
AveMaria44
Oui, une bonne synthèse qu'il fallait rappeler. Paul VI en abolissant tous les rites des sacrements et la Sainte Messe, est schismatique, il n'avait aucun pouvoir pour le faire. Canoniser un destructeur, un brigandage, est bien le signe clair de l'inversion de cette nouvelle religion, de ce nouvel "humanisme intégral"; pour la perte du plus grand nombre. Quand on voit face à cela les timides …More
Oui, une bonne synthèse qu'il fallait rappeler. Paul VI en abolissant tous les rites des sacrements et la Sainte Messe, est schismatique, il n'avait aucun pouvoir pour le faire. Canoniser un destructeur, un brigandage, est bien le signe clair de l'inversion de cette nouvelle religion, de ce nouvel "humanisme intégral"; pour la perte du plus grand nombre. Quand on voit face à cela les timides dubia on mesure la profondeur de la crise.
ne nous laissez pas succomber likes this.
Je n'ai aucune sympathie pour ce monsieur Bourbon, mais comment lui donner tort devant cet effroyable et implacable réquisitoire ? Christe Eleison ! Notre-Dame de Fatima, Pitié !
dmt
Tout est dit.
GChevalier
- Tu te moques, mais c'est pas grave !
- Pas du tout, mon cher Wargrave.
- Tu connais bien tous mes pseudos !
- Ne suis-je pas Xavier Arnaud ?
- Et bien sûr, c'est ton vrai nom !
- Laisse-moi bien rigoler :
Mon vrai, vois-tu, il est caché !
- Où ça ? - Sous mon menton...
Montfort AJPM
Mais parlons sérieusement, Xavier !
- C'est ce que nous faisons, Hervé.
- Arnaud, c'est tout à rebours !
- Point du tout, mon cher Kerbourc'h !
- Mais alors, c'est de quelle veine ?
- De la mienne, mon cher Pennven !
- Maitre, tu as beaucoup de science !
- Toi plus que moi, mon cher Lawrence.
AJPM
Il y a des âmes qui font leur purgatoire devant le Saint-Sacrement ;
Grâce à Vatican II, dit Antéchrist, tous ces trucs n'existent plus ou ne vont plus exister : je vais faire le nécessaire pour !