Clicks632
AJPM
5

L'Antéchrist a tout prévu d'avance : pas besoin de se casser les méninges

Article précédent : POÈME-DES-POÈMES 20

* * *

Synode: la pression LGBT

Mise en perspective de la convergence objective entre les médias mainstream (et les intérêts qu'ils représentent) et une frange très bruyante de l’Église, bien représentée au plus haut niveau, à travers deux articles issus de courants diamétralement opposés: Nicole Winfield vs Michael Voris

("Benoît-et-moi", le 22/10/2018)

Nicole Winfield est la correspondante à Rome de la principale agence de presse mondiale, l'Associated Press, et à ce titre, elle traite des affaires du Vatican. Ses analyses et ses compte-rendus sont repris par les médias du monde entier (un peu comme l'AFP à l'échelle de la France, mais même l'AFP est influencée par l'AP), et ont donc un impact considérable sur l'opinion publique grâce à la caisse de résonnance que ces mêmes médias se font mutuellement.
De par sa fonction, elle est évidemment l'incarnation du politiquement et du religieusement correct.
L'article qu'elle a écrit hier à propos du Synode sur la jeunesse en cours semble suggèrer (à travers son titre, qui, selon une méthode éprouvée pour faire passer un message précis ne résume en réalité que la première partie) que l'"inclusion" des LGBT est LE principal sujet de préoccupation des jeunes à un synode de l’Église catholique qui leur est consacré.
La seconde traite de la façon dont le Synode a abordé - et abordera, dans son rapport final - le scandale des abus sexuels: il y aurait d'ailleurs beaucoup à dire sur l'hypocrisie (dénoncée par Mgr Vigano, cf. Mgr Vigano répond au cardinal Ouellet) de prélats comme le cardinal Cupich qui protestent avec véhémence de la volonté de l’Église de faire la transparence, tandis qu'eux-mêmes camouflent par tous les moyens la principale cause et couvrent les coupables.

Le hasard a voulu que me tombe en même temps sous les yeux un article de Michael Voris, l'animateur très charismatique du site américain très polémique et très anti-bergoglien <Church militant> (pour en savoir plus à son sujet il faudrait lire la notice wikipedia - en anglais).
Pris séparément, on pourrait penser que cet article est une énième provocation de son auteur.
A la lumière de la dépêche AP de Nicole Winfield, on a un avis plus nuancé. Et si Voris disait vrai?
Remarque technique: Michael Voris utilise des expressions idiomatiques, ce qui rend la traduction pas facile: j'ai traduit comme j'ai pu.


* * * * * * * * * * * * * * *

DES JEUNES CATHOLIQUES EXHORTENT LE VATICAN À DIFFUSER UN MESSAGE LGBT INCLUSIF
par Nicole Winfield
www.apnews.com/5c51dab8700745a…
21 octobre 2018
Ma traduction

* * *

Les évêques catholiques entament leur dernière semaine de débat sur les questions brûlantes auxquelles sont confrontés les jeunes catholiques, parmi lesquelles la façon dont l'Église devrait accueillir les gay et répondre au scandale des abus sexuels cléricaux qui a discrédité de nombreux membres de la hiérarchie de l'Église.
Le synode des évêques d'un mois se termine samedi prochain avec l'adoption par plus de 260 cardinaux, évêques et prêtres d'un document final et l'approbation d'une lettre séparée, plus courte, aux jeunes catholiques du monde.
Certains des jeunes délégués ont insisté pour que le document final exprime un message inclusif pour que les catholiques LGBT se sentent les bienvenus dans une Église qui les a souvent évités.

Le Vatican a fait un pas dans cette direction en faisant pour la première fois référence aux "LGBT" dans son document préparatoire à la rencontre.

Mais certains évêques s'y sont opposés, dont l'archevêque de Philadelphie, Mgr Charles Chaput, qui a insisté dans son discours sur le fait qu'«il n'existe pas de 'catholique LGBTQ', de 'catholique transgenre' ou de 'catholique hétérosexuel', comme si notre appétit sexuel définissait qui nous sommes».
D'autres évêques ont exprimé leur volonté d'utiliser ce langage, mais il reste à voir si le document final ou la lettre le fera. Chaque paragraphe fera l'objet d'un vote à la majorité des deux tiers.

«Les jeunes en parlent librement et dans la langue qu'ils utilisent, et ils nous encouragent à «faire appel à nous, s'adresser à nous, parce que c'est ce que nous sommes», a déclaré le cardinal John Ribat de Papouasie-Nouvelle-Guinée lors d'une conférence de presse samedi.

L'une de ces jeunes, Yadira Vieyra, qui travaille avec les familles de migrants à Chicago, a déclaré que les gays se sentent souvent attaqués et rejetés par l'église.
«Nous savons que ce n'est pas vrai, n'importe quel catholique sait que ce n'est pas vrai» dit-elle. Mais elle a ajouté que les évêques doivent communiquer que "«l'Église est là pour eux».

L'enseignement de l'Église catholique affirme que les gay devraient être aimés et respectés, mais que les actes homosexuels sont «intrinsèquement désordonnés».

---

Le synode du 3 au 28 octobre s'est déroulé dans le contexte du scandale des abus sexuels du clergé qui a explosé à nouveau aux États-Unis, en Allemagne, en Pologne et dans d'autres pays. Certains conservateurs ont accusé une sous-culture gay de la prêtrise d'être à blâmer, même si des (???) études ont montré que les gay ne sont pas plus susceptibles d'abus que les hétérosexuels (???).

Beaucoup de jeunes délégués ont insisté pour que le document final aborde directement le scandale des abus, et l'archevêque de Melbourne, Mgr Peter Comensoli, a laissé entendre que ce serait le cas.
«L'un des points clés qui sera important pour l'avenir n'est pas seulement qu'il y ait un mot d'excuse, de reconnaissance et de recherche de meilleures pratiques, mais qu'il y ait une action associée», a-t-il dit.

Le cardinal Blase Cupich, de Chicago, a déclaré que les jeunes demandent également des comptes et de la transparence à la direction de l'Église, qui a été crucifiée pour avoir couvert les abus des prêtres prédateurs pendant des décennies.
Il a réitéré son appel, lancé pour la première fois la semaine dernière lors d'un entretien avec le National Catholic Reporter, pour que les évêques cèdent leur propre autorité et autorisent un processus externe impliquant des experts laïcs pour enquêter sur eux lorsqu'une accusation a été portée contre eux.
«Les laïcs veulent que nous réussissions. Les gens veulent que nous fassions les choses correctement», a dit Cupich. «Oui, il y a beaucoup de colère dehors. Mais sous cette colère, il y a la tristesse. Il y a la tristesse que l'Église soit meilleure que ça, et que nous devrions faire les choses correctement».

* * * * * * * * * * * * * * *

LE PLAN DEPUIS LE DÉBUT
C'est vraiment évident.


par Michael Voris

www.churchmilitant.com/…/vortex-the-plan…
19 octobre 2018
Ma traduction

* * *

Je suis à Rome pour couvrir le prétendu Synode des jeunes - et il y devient de plus en plus, non pas seulement clair, mais évident, que le but de ce synode est la normalisation de l'homosexualité dans l'Église.

En fait, c'était le plan depuis le début, comme l'a souligné le cardinal George Pell lors du Synode extraordinaire sur la famille de 2014.

Vous vous souviendrez que le premier Synode sur la Famille en 2014 et le synode de l'année suivante sont ceux qui ont produit l'exhortation apostolique Amoris Laetitia et toute la polémique qui s'en est suivie sur l'admission à la Sainte Communion des catholiques divorcés et civilement remariés.

Cette polémique a suscité celle des Dubia, et à partir de ce moment, l'Église a attendu le signal de départ tandis qu'orthodoxes et hétérodoxes se constituaient autour de questions théologiques.

Mais ce qui sous-tend tout cela, c'est ce que l'Archevêque Viganò a à juste titre identifié comme le "courant homosexuel" dans l'Église et plus particulièrement au Vatican. Tout ce qui s'est passé durant le pontificat de François remonte directement à la question de l'homosexualité - même Amoris Laetitia.

En 2014, George Pell, cardinal de Sydney, en Australie, a déclaré devant la caméra que toute la question du divorce et du remariage civil des catholiques et de la Sainte Communion n'était rien de plus qu'un "cheval de troyes" (stalking horse) - selon ses propres termes - pour accélérer l'acceptation de l'homosexualité par l'Église (1).

Même sans changer l'enseignement - ce qui n'est pas faisable - la pratique peut changer de comportement, tout comme pour l'enseignement sur la contraception.

L'enseignement, réaffirmé par Paul VI en 1968, bien qu'en des termes différents de ceux des deux mille ans précédents, y est fermement ancré à côté de tous les autres enseignements, mais il est presque complètement rejeté, ignoré et même tourné en dérision dans la vie quotidienne de la grande majorité des catholiques.

Ce rejet de l'enseignement de l'Église dans un domaine de la sexualité a ouvert la porte - ou la boîte de Pandore - au rejet également dans d'autres domaines. Et depuis les années 1960, l'afflux d'hommes homosexuels dans le sacerdoce et leur ascension subséquente à l'épiscopat et au Collège des Cardinaux a créé un environnement où ils se sentent parfaitement capables d'affirmer leur volonté et de passer en force sur la question.

Et c'est de cela qu'il s'agit dans ce synode - et seulement de cela.

Dans les semaines qui ont précédé le synode, le Cardinal Baldisseri, par exemple, a tout simplement menti sur l'inclusion - pour la première fois dans un document officiel de l'Eglise - de l'acronyme "LGBT" [Les mensonges de Mgr Baldisseri].

Il a dit qu'il provenait d'un document de travail antérieur, ce qui n'était pas le cas, et quand son mensonge a été démasqué par des journalistes, il a adopté l'approche du pape François en disant aux journalistes qu'il n'allait rien changer ni rien faire. Et dans les coulisses, encore une fois avant l'ouverture officielle du synode au début du mois, de nombreux groupes d'activistes homosexuels ont travaillé avec les divers comités de planification à l'élaboration du langage et du programme.

Par exemple, le groupe dirigé par la majorette gay de Chicago, le cardinal Cupich, veut que l'Eglise reconnaisse, "accepte et même honore... d'autres formes de famille". Dans le même temps, le cardinal hondurien Rodriguez Maradiaga milite pour une "pastorale" du "mariage entre homosexuels, la grossesse de substitution (GPA) et l'adoption par des couples homosexuels".

L'affaire est réglée, c'est d'une évidence criante. C'est le moment que le clergé homosexuel réclame depuis 50 ans, son objectif ultime.

Et si un certain pourcentage d'entre eux violent des enfants de chœur et détruisent la vie et les vocations des séminaristes, eh bien, le Pape ne fait que l'ignorer et ils le savent - donc rien ne les ralentit.

Ces hommes, les cardinaux impliqués là-dedans, sont des déviants et des dégénérés absolus, du moins sur le plan théologique, mais pas seulement.

Ils s'en prennent aux victimes, comme le pape François l'a fait au Chili.
Ils accusent de ragots ceux qui ont été violés par le clergé homosexuel.
Ils leur disent de se taire. Ils leur disent de faire confiance.
Ils roulent sur tout ce qui se trouve sur leur chemin - les âmes, la foi, la vérité, peu importe, ils foncent vers la ligne d'arrivée.
Ils sont tellement dépravés dans leur ambition d'utiliser l'Église pour normaliser le mal qu'ils ne se soucient de rien d'autre.

C'est le gros titre ici à Rome, l'écrasement de toute opposition à la marche vers la bénédiction des relations sexuelles gays.

En 2014, Church Militant est venu ici pour couvrir le synode, et, comme d'autres, a immédiatement détecté ce courant homosexuel sous-jacent dans les documents de travail - en particulier le Rapport intermédiaire.

Nous aimerions vous ramener un instant à cet échange très révélateur entre nous et l'Archevêque Bruno Forte, qui avait d'ailleurs écrit dans la relation que "les homosexuels ont des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne: sommes-nous capables d'accueillir ces personnes, de leur garantir un espace supplémentaire dans nos communautés"?

La non-réponse de Forte, donnée en riant, comme le font les démons, était très suspecte à l'époque pour quiconque écoutait aussi attentivement que Church Militant. Cette petite partie du document de mi-parcours était une sorte d'effet papillon (2).

James Martin est apparu sur la scène pour annoncer des signes d'espoir sans précédent pour les gays.

D'autres Vaticanistes ont parlé d'un tremblement de terre - et c'était le cas. Tous les homo-cléricaux de l'Église ont reçu le message. Le temps était enfin venu pour l'Église de bénir la sodomie au nom de la charité, de la miséricorde et de la justice.

Et quatre ans plus tard - presque jour pour jour - ces mêmes membres du clergé sodomite se sont rassemblés à nouveau, utilisant les enfants et les jeunes comme couverture, pour faire semblant d'écouter les jeunes.

Ils produiront un document pré-déterminé, probablement déjà écrit, "voteront" sur celui-ci et déclareront ensuite que l'Église a changé, pas nécessairement dans l'enseignement officiel, mais d'une quelconque manière possible.

Le pape François produira plus que probablement une déclaration ou un document et alors la cabale gay ici à Rome déclarera tout ce mal comme étant l'œuvre du Saint-Esprit, continuera à faire avancer le clergé homosexuel, à couvrir le mal, à refuser de répondre aux questions des médias, à produire une fausse enquête, à attaquer les victimes tout en prétendant s'en soucier et à laisser les bons prêtres, surtout les jeunes, être complètement enterrés par leur évêque homosexualiste.

Quiconque pense que l'Église se sortira bientôt de ce maelström ne comprend tout simplement pas la situation. S'il y a un moment où les fidèles laïcs doivent s'engager, c'est bien celui-là.

Arrêtez de donner de l'argent. Commencez à exiger l'adhésion aux enseignements de l'Église.

Et mettez-vous à genoux.

- - -

NDT


(1) Cf. www.catholicnews.com/…/cardinal-pell-s….
Cela pourrait expliquer que le cardinal Pell ait été écarté, et surtout, soit "l'intrus" dans la "fournée" des prélats abuseurs. A moins, évidemment, que les accusations soient fondées...

(2) "the camel's nose under the tent": expression idiomatique (ma traduction ne correspond pas exactement, mais je n'ai rien trouvé d'autre) désignant un petit acte ou une décision apparemment inoffensive qui entraînera des conséquences beaucoup plus importantes, plus graves et moins souhaitables. Le terme se réfèrerait à un proverbe arabe selon lequel si on autorise un chameau à entrer le nez à l'intérieur d'une tente, il sera impossible de l'empêcher d'y entrer en entier

Source : benoit-et-moi.fr/…/synode-la-press…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
avecrux.avemaria
Ça me met en rage de voir ces prédateurs, ces tueurs d'âmes, se servir de la Veritable Eglise pour agir impunément
ne nous laissez pas succomber likes this.
AveMaria44
Ce gars-là est promoteur, complice et protecteur d'un clergé qui pratique le vice contre-nature, sans parler de sa doctrine de la fausse miséricorde, il faudrait quand même ouvrir les yeux
ne nous laissez pas succomber likes this.
GChevalier
Apprêtez-vous à ressentir
Les ondes du roi de Tyr
Au moment où ce dernier
Va faussement ressusciter
Après une mort toute aussi fausse
Pour pouvoir parachever
Son grand-œuvre bien commencé :
Mais à la fin, l'attend la fosse !
Montfort AJPM
Nous sommes à la lisière
De cet instant fatal
Où va paraître dans l'univers
L'horrible monstre infernal
Dans sa terrible stature,
Faisant pâlir toute figure,
Tant sa science dépassera
Et de beaucoup celle de l'IA.
AJPM
Il est mieux pour nous que certaines grâces nous soient refusées plutôt qu'accordées ;
C'est pas du juste, pleurniche Antéchrist ! Moi, quand on me demande la lune, je donne le soleil... même en pleine nuit !