Clicks317
GChevalier
4

Premier article au bon endroit : Merci Valli pour ton formidable humour !

Article précédent : L’Antéchrist vu par un non-spécialiste

* * *

Les bons hommes au bon endroit

Blog d’Aldo Maria Valli, le 26 novembre 2018

Bonjour, chers amis, et bienvenue dans la rubrique "La bonne personne au bon endroit".

Commençons par le Comité d’organisation de la rencontre qui se tiendra en février prochain au Vatican sur "La protection des mineurs dans l’Église". Comme vous l’avez peut-être entendu, s’il n’y a pas au comité le cardinal Sean Patrick O’Malley, archevêque de Boston et président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, il y a le cardinal Blase J. Cupich, archevêque de Chicago.

Puisqu’il est bien connu que sa nomination à Chicago a été parrainée par le cardinal Maradiaga et l’ancien cardinal Theodore McCarrick, harceleur en série de séminaristes et agresseur de garçons, Mgr Cupich est vraiment la bonne personne au bon endroit !

En outre, l’Agence de presse catholique a rapporté que Cupich lui-même, avec l’ancien archevêque de Washington Wuerl, successeur de McCarrick, avait travaillé sur le plan alternatif au plan anti-abus élaboré par les évêques américains et bloqué par une intervention du Vatican de la dernière heure peu avant la réunion des évêques des États-Unis. Une autre circonstance qui fait de lui la bonne personne au bon endroit !

Mais ce n’est pas suffisant. Comme vous vous en souviendrez, il y a quelque temps, Cupich a déclaré que le pape avait des choses plus importantes à régler que les abus, comme le problème climatique ou l’immigration.

Au lieu de cela, O’Malley, qui dans le passé a pris ses distances par rapport à la ligne de Bergoglio sur la gestion de la crise des abus au Chili, aurait manifestement été la mauvaise personne au mauvais endroit.

Et nous voici au deuxième homme au bon endroit.

C’est le général des jésuites, le père Augusto Sosa, élu président des supérieurs généraux de tous les ordres religieux.

L’élection, qui s’est déroulée dans le cadre des travaux de la quatre-vingt-onzième assemblée de l’USG, Union des Supérieurs généraux, qui s’est tenue à la Maison du Divin Maître d’Ariccia sur le thème "Jeunesse, foi et discernement", ne peut que nous réjouir.

Vous vous souviendrez en effet que le Père Arturo Sosa Abascal, il y a quelque temps, lorsqu’on l’interrogeait sur la communion des divorcés remariés, s’est distingué pour avoir expliqué avec autorité : « En attendant nous devrions commencer une belle réflexion sur ce que Jésus a vraiment dit. À l’époque, personne n’avait de magnétophone pour enregistrer les mots. » Et quand le passage évangélique de Matthieu 19,3-6 (« Que l’homme de divise pas ce que Dieu a uni ») lui a été signalé, Sosa a répondu avec autorité : « Je m’identifie à ce que dit le Pape François. Il ne se remet pas en question, il discerne. » C’est pourquoi ses collègues seniors ont dû automatiquement se dire : c’est l’homme qu’il faut au bon endroit !

Mais nous croyons que le titre d’homme juste au bon endroit appartient de droit au Père Sosa aussi pour d’autres circonstances, comme, par exemple, avoir été photographié en prière parmi des moines bouddhistes, avoir dit que le diable n’existe fondamentalement pas et avoir écrit sur l’importance de la médiation marxiste de la foi chrétienne.

Et maintenant, le troisième homme à la bonne place.

Dans ce cas, nous ne connaissons pas le nom, mais nous pouvons décrire ce qui s’est passé grâce à l’histoire qui nous a été fournie par un ami aimable.

Nous sommes dans une église à Naples et ici, à la fin de la Sainte Messe, le prêtre, avant la bénédiction, appelle à l’autel un jeune homme qui a demandé à pouvoir se souvenir d’un défunt.

Alors l’homme s’en va, prend la parole et remercie. Pour quoi faire ? Pour la chance de se souvenir de « son mari ».

Voici notre troisième homme à la bonne place ! À laquelle, si nous le souhaitons, nous pourrions ajouter le célébrant Révérend, mais nous ne savons pas si, lorsqu’il a invité le jeune homme pour la mémoire, il était conscient de l’identité de la personne dont il faut se souvenir.

Dans notre rubrique, chers amis, les bons hommes au bon endroit ne sont généralement jamais plus de trois, mais aujourd’hui nous voulons faire une exception.

Nous mentionnons aussi Son Excellence Monseigneur José Rodríguez Carballo, Secrétaire de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, qui, il y a quelques jours, lors d’une rencontre avec les moniales cloîtrées, leur a adressé cette noble expression : « Vous êtes des femmes adultes ! Traitez vos vies comme des adultes, pas comme des adultères ! » Et tout cela pour convaincre les moniales cloîtrées précitées de s’ouvrir au monde, de ne pas avoir peur des changements imposés par le Vatican et de ne pas résister face à l’affirmation que les monastères perdent leur indépendance et leur autonomie.

Nous pensons que les raisons pour lesquelles Monseigneur Carballo est notre quatrième homme de droit au bon endroit sont évidentes : pour la finesse de son discours, pour la délicatesse affichée envers les cloîtrés, pour la cohérence et la profondeur de ses arguments.

Chers amis, nous nous arrêtons ici aujourd’hui.

Rendez-vous au prochain épisode et n’oubliez pas de nous faire part de vos propositions pour "La bonne personne au bon endroit" !

Source Catholique-Forum : catholique.forumactif.com/t79-voila-un-ar…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
ouvres ton coeur
Lui-même fut accusé
D'être un accusateur
Par le grand Exterminateur,
Et de lui il s'est caché
Pour de ses foudres se préserver,
Car l'Antéchrist est un tueur,
Un brigand et un voleur,
Bref, l'Homme de péché.
Montfort AJPM
Antéchrist monte les plus rouillés
Afin de les bien honorer,
Et il descend les meilleurs
Et les poursuit jusqu'ailleurs
Afin de les dénigrer,
De pouvoir même les tuer
Si l'occasion s'en présentait :
Vigano sait que je dis vrai.
GChevalier
Que ne verrons-nous pas en voyant Dieu qui est le Paradis-même !
En me voyant, dit Antéchrist, tu vois la lune...