Clicks751
AJPM
3

Viganò raconte lui-même l'affaire Kim Davis, où apparaît la fourberie de l'Antéchrist

Article précédent : Viganò rétablit la vérité une fois de plus, et l'Antéchrist enrage !

* * *

Le pape François a rencontré Kim Davis en privé :
voici ce qui s’est réellement passé

par Son Excellence Carlo Maria Viganò
Archevêque titulaire de di Ulpiana
Nonce apostolique


(Suivant la Traduction anglaise officielle par Diane Montagna de LifeSiteNews, le 31 août 2018)

Le 28 août 2018, le New York Times a rapporté une partie d’une conversation que Juan Carlos Cruz, la victime chilienne la plus connue d’abus sexuels du père Karadima et de l’évêque Barros, aurait eu avec le pape François. Inexplicablement, dans sa conversation avec Cruz, le Pape aurait parlé de sa rencontre avec Kim Davis lors de sa visite à Washington le 24 septembre 2015, et aurait dit qu’il ne savait rien du cas avant la rencontre.

Face à la déclaration rapportée par le Pape, je me sens obligé de raconter les événements tels qu’ils se sont réellement déroulés.

A la fin du dîner, à la Nonciature de Washington, dans la soirée du 23 septembre 2015, j’ai dit au Pape que j’avais besoin qu’il m’accorde une demi-heure, parce que je voulais porter à son attention, et peut-être pour qu’il l’approuver, une initiative délicate et facilement réalisable, à savoir rencontrer personnellement et en toute confidentialité, hors des feux des médias, Kim Davis, une employée du Rowan County, Kentucky, première américaine condamnée et détenue une semaine pour avoir exercé son droit à une objection de conscience.

Au début de notre rencontre, dans la soirée du 23 septembre, j’ai remis au Pape une note d’une page résumant l’affaire Davis (ci-jointe en italien et en anglais). Le Pape s’est immédiatement montré favorable à une telle initiative, mais a ajouté que la rencontre aurait des implications politiques, et a dit : « Je ne comprends pas ces choses, il serait donc bon pour vous d’entendre l’opinion du Cardinal Parolin. »

Il était déjà 21h30 du soir, alors je suis allé en personne avec deux des conseillers de la Nonciature (un Italien et un Lituanien) à l’hôtel non loin de là, où se trouvait l’entourage du Pape. Comme j’avais appelé à l’avance pour annoncer mon arrivée, Son Excellence Mgr Angelo Becciu (suppléant du Secrétaire d’État) et Son Excellence Mgr Paul Gallagher (Secrétaire aux relations avec les États et Chef de la Section politique de la Secrétairerie d’État) m’attendaient dans le vestibule de l’hôtel. Ils m’ont immédiatement informé que le cardinal Parolin s’était déjà retiré dans sa chambre, et ils n’ont pas jugé bon de le déranger, car ils pouvaient facilement le mettre au courant de notre rencontre le lendemain matin.

Nous nous sommes ensuite rencontrés dans un petit salon de l’hôtel. Comme je l’ai dit, nous étions cinq. Je leur ai donné le même mémo que celui que j’avais donné au Pape, exposant son contenu et expliquant la raison de ma visite, qui avait été demandée par le Pape. Après avoir examiné l’affaire, l’archevêque Becciu s’est immédiatement prononcé en faveur d’une réception privée de Davis par le pape avant qu’il ne quitte Washington pour New York.

L’archevêque Gallagher, tout en soutenant l’idée étant donné l’importance de défendre le droit à l’objection de conscience, a déclaré qu’il convenait de vérifier du point de vue de la common law s’il existait des raisons qui rendraient la réunion inopportune, à savoir si la procédure judiciaire engagée contre Davis était terminée ou était encore ouverte. Je l’ai donc fait parler par téléphone avec le canoniste de la Nonciature, qui avant de devenir prêtre avait été juge dans les tribunaux militaires américains et professeur de droit canon. Après la conversation avec le canoniste pour clarifier les choses - il dit qu’il n’y avait pas d’obstacles procéduraux - Mgr Gallagher a donné une opinion inconditionnellement favorable que le Pape devrait recevoir Davis.

Le lendemain matin, après la messe que le Pape a concélébrée avec nous à la Nonciature, j’ai informé le Pape de l’avis positif de ses deux principaux collaborateurs, qui avaient alors informé le Cardinal Parolin de notre rencontre. Le Pape donna alors son consentement, et je m’organisai pour que Davis vienne à la Nonciature sans que personne ne s’en aperçoive, en la faisant asseoir dans une pièce séparée. Tout a été rendu beaucoup plus facile par le fait que Davis était déjà à Washington, où elle a été invitée à recevoir un prix Cost of Discipleship Award du Family Research Council.

Avant la réunion, j’ai averti le photographe de L’Osservatore Romano qu’il ne devait pas publier les photos de la réunion sans l’autorisation de ses supérieurs. Il a bien sûr observé les ordres, mais il a pris de nombreuses photos, qui n’ont jamais été publiées, et qui sont actuellement conservées dans les archives photographiques de L’Osservatore Romano. J’ai aussi demandé à Davis de me promettre à l’avance qu’elle ne donnerait aucune nouvelle aux médias avant le retour du Pape à Rome, à la fin de sa visite pastorale aux États-Unis. Davis a fidèlement tenu sa promesse.

En début d’après-midi du 24 septembre, avant de partir pour New York, le Pape entra comme prévu dans le salon où Davis et son mari l’attendaient. Il l’a embrassée affectueusement, l’a remerciée pour son courage et l’a invitée à persévérer. Davis était très ému et s’est mise à pleurer. Elle a ensuite été ramenée à son hôtel dans une voiture conduite par un gendarme pontifical, accompagnée d’un Monseigneur américain et d’un membre du personnel de la Nonciature.

Lorsque le Pape revint de Philadelphie à Rome après la Rencontre Mondiale avec les Familles, la nouvelle de sa rencontre avec Davis éclata dans les médias. Une avalanche d’appels téléphoniques, de fax et de courriels sont arrivés à la Nonciature de Washington et au Bureau de presse du Vatican, beaucoup avec des insultes et des protestations, mais aussi beaucoup en faveur de la rencontre du Pape avec Davis. Dans un article du 30 septembre 2015, le New York Times rapportait que « les responsables du Vatican ne confirmeraient pas initialement que la réunion a eu lieu, le faisant finalement mercredi après-midi, tout en refusant de discuter des détails ». Le Bureau de presse du Vatican a alors publié une déclaration - sans que leurs supérieurs de la Secrétairerie d’État ne m’aient jamais consulté - affirmant que le Pape n’avait jamais reçu Davis en audience privée, et qu’il l’avait peut-être saluée parmi beaucoup d’autres personnes avant son départ pour New York. Les Pères Rosica et Lombardi ont ajouté des mensonges à ces mensonges et ont été cités comme suit dans l’édition du 2 octobre 2015 du New York Times : « Mais le pasteur Thomas Rosica, porte-parole du Vatican, a déclaré vendredi que le bureau de l’archevêque Viganò avait adressé l’invitation à Mme Davis et que le Pape n’était probablement pas informé de son cas. Et le Révérend Federico Lombardi, le porte-parole en chef du Vatican, a décrit la réunion comme une rencontre parmi tant d’autres. » C’est la transparence du Saint-Siège sous le pape François !

Le lendemain matin, vers 6 heures du matin à Washington - je m’en souviens bien parce que je venais d’entrer dans la chapelle de la Nonciature - j’ai reçu un appel téléphonique frénétique du cardinal Parolin, qui m’a dit : « Vous devez venir immédiatement à Rome parce que le Pape est furieux contre vous ! » Je suis parti le plus tôt possible et j’ai été reçu par le Pape à la Domus Sanctae Marthae, vers 19 heures du soir du 9 octobre, à l’issue d’une des sessions de l’après-midi du deuxième Synode sur la famille.

Le Pape m’a reçu pendant près d’une heure, et a été très affectueux et paternel. Il s’est immédiatement excusé auprès de moi pour m’avoir troublé en venant à Rome, et il m’a loué sans cesse pour la façon dont j’avais organisé sa visite aux États-Unis et pour l’accueil incroyable qu’il avait reçu en Amérique. Il ne s’attendait pas à un tel accueil.

À ma grande surprise, au cours de cette longue rencontre, le Pape n’a même pas mentionné une seule fois l’audience avec Davis !

Dès que mon audience avec le Pape fut terminée, j’ai immédiatement téléphoné au cardinal Parolin et lui ai dit : « Le Pape était si bon avec moi. Pas un mot de reproche, seulement des éloges pour le succès de sa visite aux USA. » Le cardinal Parolin répondit : « Ce n’est pas possible, parce qu’il était furieux contre vous. »

Voici un résumé des événements.

Comme mentionné au début, le 28 août 2018, le New York Times a rapporté une entrevue avec Juan Carlos Cruz, dans laquelle Cruz a rapporté que lors de sa rencontre avec le Pape, en avril 2018, le Pape lui a parlé du cas Davis. Selon Cruz, le Pape a dit : « Je ne savais pas qui était cette femme et il [Mgr Viganò] l’a fait entrer pour me dire bonjour - et bien sûr, ils en ont fait toute une publicité. Et j’étais horrifié et j’ai viré ce Nonce. »

L’un d’eux ment : Cruz ou le Pape ? Ce qui est certain, c’est que le Pape savait très bien qui était Davis, et lui et ses proches collaborateurs avaient approuvé l’audience privée. Les journalistes peuvent toujours vérifier, en s’adressant aux prélats Becciu, Gallagher et Parolin, ainsi qu’au Pape lui-même.

Il est clair, cependant, que le pape François a voulu cacher l’audience privée avec le premier citoyen américain condamné et emprisonné pour objection de conscience.

Carlo Maria Viganò
Archevêque titulaire di Ulpiana
Nonce apostolique
Le 30 août 2018
Fête de sainte Jeanne Jugan et du bienheureux Alfredo Ildefonso Schuster

Vous trouverez ci-dessous le texte de la note de service d’une page résumant l’affaire Davis que Mgr Viganò a remise au pape François au début de leur rencontre du 23 septembre 2015. (Télécharger l’original italien ici, et un PDF de la traduction anglaise ici).

« 9. Mme Kim Davis,

Comme nous l’avons vu, la Cour suprême des États-Unis a récemment décidé que le "mariage" entre personnes de même sexe est un droit reconnu par la loi dans tous les États des États-Unis, ce qui a radicalement modifié le concept du mariage, ainsi que sa définition même.

Mme Kim Davis, qui a été élue représentante de son comté au Kentucky, a refusé de signer des licences de mariage pour les couples de même sexe, déclarant que sa conscience ne lui permet pas de participer à cette nouvelle façon de comprendre le mariage. Mme Davis, qui appartient à une église chrétienne charismatique, s’est convertie personnellement il y a plusieurs années et veut être fidèle à sa conscience, en suivant « la loi de Dieu plutôt que la loi de l’homme ». Elle a pris soin de ne pas imposer ses croyances religieuses aux autres, alors qu’ils ont cherché à lui imposer ces nouvelles "croyances" sur le mariage. Pour cela, elle a été injustement arrêtée et mise en prison.

C’est la première fois qu’un citoyen américain est emprisonné pour des raisons de liberté de conscience et de liberté religieuse alors que ces droits sont garantis par le Premier amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique.

Mme Davis est une personne humble qui n’a pas cherché à faire connaître son cas, mais elle est devenue un témoin exemplaire de la liberté de conscience et de religion dans tout le pays.

La nouvelle de la rencontre de Mme Davis avec le Saint-Père est restée secrète jusqu’à présent. »

Source : www.lifesitenews.com/news/exclusive-vigan…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
GChevalier
Vous pensiez que ce serait
Une marionnette, pas vrai ?
- Oui, c'est tout à fait ça,
Et nous voilà comme des dadas !
Il nous tire avec une ficelle
Dans son paradis arc-en-ciel,
Et nous qui pensions le mener,
Il nous tire par le bout du nez.
Montfort AJPM
- Tu m'as l'air d'être loufoque !
- Que veux-tu, vieux, c'est l'époque !
Nous sommes tous devenus dingots
Sous notre empereur Bergoglio.
- Oh ! vous ne l'avez pas volé,
Car il est complétement timbré !
- C'est bien pour ça qu'on l'a élu !
- Et vous avez été eus !
AJPM
Dieu fera grâce entièrement ou en partie selon que l'on le prie ;
Quand j'ai décidé un truc, dit Antéchrist, je ne change pas d'avis comme de chemise.