Langue
Clics
701
montfort.kingeshop.com 4

Ne riez pas s'il vous plaît

Article précédent : Du 21 au 24 février 2019 : le carnaval des animaux !

* * *

Un nouveau livre à la gloire de l’humble pape François a été publié. Son titre : « Ouvert à Dieu ; ouvert au monde ».

Lors de la présentation de l’ouvrage, le Père Antonio Spadaro sj a fait l’éloge de François : un pape « en dialogue constant avec le monde extérieur et l’Église universelle et qui répond toujours aux questions qu’on lui pose » (on est prié de ne pas rire) un pape qui « a ouvert en grand les fenêtres du Vatican et nettoyé les écuries d'Augias de la corruption, la simonie, le népotisme et la fraude financière » (on ne rit toujours pas). Là selon les auteurs de l’ouvrage, « la révolution franciscaine est en cours et se poursuivra malgré les critiques virulentes. Elle ouvrira de nouveaux horizons aux 1,5 milliard de fidèles de l’Église catholique. »

Puis vient une critique du pape Benoît XVI : François n’est pas comme son prédécesseur qui passait son temps à écrire des livres dans son bureau...

* * * *

On a de plus en plus de mal à saisir la subtilité des propos de François. En effet :

- pour lui, le péché le plus grave consiste à révéler qu’il existe une coterie homosexuelle active au sein de l’Église. Comprenez : Mgr Vigano aurait mieux fait de se taire pour laisser les choses en l’état.

- selon lui, la situation actuelle à garder le silence... alors qu’il est reproché aux fidèles de n’avoir pas eu le courage de parler pour lutter contre la clérocratie de certains prélats.

Un pape qui finit par s'embrouiller (et nous embrouiller avec lui) dans ses propres contradictions ?

* * * *

Au Chili, le procureur a obtenu des documents mettant en cause de hauts responsables de l’Eglise : les cardinaux Ricardo Ezzati et Francisco Javier Errazuriz, ainsi que l’évêque auxiliaire Fernando Ramos. Les deux cardinaux sont clairement soupçonnés de couvrir des cas d’abus sexuels.

Précisons que le cardinal Errazuriz est membre du « conseil des 9 » créé par le pape François.

Source : www.proliturgia.org/actua.html
(Pro Liturgia, Jeudi 13 septembre 2018)

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Le pape François accuse ceux qui dévoilent les péchés des évêques
de faire le jeu de Satan pour « scandaliser les fidèles »


par Jeanne Smits, RéinformationTV, le 12 septembre 2018

Le hasard a voulu que le film hagiographique de Wim Wenders sur le pape François, Un homme de parole, sorte dans les salles françaises ce mercredi 12 septembre. Triste ironie, alors que le souverain pontife a annoncé dès le soir de la publication du témoignage de Mgr Carlo Maria Viganò qu’il n’entendait pas réagir autrement que par le silence aux graves accusations qui le visent personnellement à propos de la réhabilitation du prédateur homosexuel et ex-cardinal Theodore McCarrick, devenu conseiller écouté et faiseur de cardinaux alors que Benoît XVI lui avait personnellement imposé des restrictions à son ministère (au demeurant peu obéies). Dans son homélie de mardi à Sainte-Marthe, le pape a accusé ceux qui dévoilent les péchés des évêques de faire le jeu de Satan pour « scandaliser les fidèles ».

Le mal ne serait donc pas principalement celui du péché réel et personnel de certains successeurs des apôtres et princes de l’Église, s’adonnant au vice contre nature et entraînant avec eux adolescents, jeunes prêtres ou séminaristes, mais la mise au jour de ce mal.

Faire le « jeu de Satan » en révélant les scandales des abus sexuels des évêques ?

Le pape a affirmé, de manière particulièrement maladroite, que « l’évêque ne reste pas distant du peuple, il n’a pas d’attitude qui le conduise à être distant du peuple ; l’évêque touche le peuple et se laisse toucher par le peuple ». « Il ne va pas chercher refuge auprès des puissants, des élites : non… le peuple a cette attitude d’amour envers l’évêque, et il a cette onction spéciale, qui confirme l’évêque dans sa vocation », a ajouté François, présentant au fond tous les évêques comme bons – même ceux qui aujourd’hui peuvent être accusés d’avoir précisément abusé de cette proximité avec le peuple de manière malsaine.

« Cela fait du bien de le rappeler, en ces temps où il semble que le Grand Accusateur se déchaîne contre les évêques. C’est vrai, il y en a, nous sommes tous pécheurs, nous les évêques. Il cherche à révéler les péchés, qu’ils se voient, pour scandaliser le peuple. Le Grand Accusateur qui, comme il le dit lui-même à Dieu au premier chapitre du Livre de Job, “parcourt le monde en cherchant comment accuser” », a affirmé le pape.

Où l’on comprend que le pire des maux, la véritable œuvre du Malin, serait de « révéler les péchés », et non les péchés eux-mêmes qui sont en quelque sorte le lot commun de tous. Oubliée, la hiérarchie des péchés ! Tous seraient à la même enseigne, il n’y aurait plus de particulière urgence à dévoiler et à combattre une coterie homosexuelle, le plus grave serait de montrer qu’elle existe.

Le pape François préconise le silence : ce qui a justement gangréné l’Église

Il faut ici s’interroger sur le sens que donne le pape au mot « scandaliser ». Au sens traditionnel il s’agit de pousser au mal, d’inciter à pécher en présentant les actes mauvais comme naturels, acceptables… Véritablement, c’est le grand mal de notre époque, spécifique au relativisme, présent hélas dans les écoles comme dans les médias, dans les « structures de péché » qui nous entourent, dans l’air même que nous respirons, vicié par le matérialisme, l’oubli et le rejet de Dieu, la culture de mort. Mais ce n’est pas cela que désigne François. Il emploie le mot au sens moderne, qui est de « choquer », de rompre la confiance des fidèles donc, à l’égard de leurs pasteurs.

Faudrait-il donc recouvrir les manquements de ces pasteurs du manteau de Noé afin que les fidèles leur conservent estime et confiance ? Des pasteurs qui ont si gravement manqué à leurs obligations, qui ont précisément trahi la confiance des jeunes, des parents, des candidats au sacerdoce ? Des pasteurs qui, comme le cardinal McCarrick, ont pu influer sur le choix de nouveaux cardinaux ?

C’est la logique du silence, celle-là même qui a présidé à tant de comportements irresponsables et de réponses inadéquates pendant la grande époque des abus sexuels parmi le clergé. Au fond, il s’agit d’un appel au « cléricalisme » dénoncé par le pape François lui-même, ce cléricalisme qui veut que l’on protège et que l’on se taise en raison de la dignité des clercs.

Parmi les péchés des évêques, les abus homosexuels ont un statut à part

Une chose est vraie, le scandale actuel déstabilise l’Église et provoque la colère d’innombrables fidèles. Vaudrait-il mieux l’éviter ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une nécessaire prise de conscience qui seule peut permettre une purification dans la vérité ? Pour éviter que cette gangrène ne s’installe encore plus durablement au plus haut de la hiérarchie catholique ?

Le pape répond : « La force de l’évêque contre le Grand Accusateur est la prière, celle de Jésus pour lui et la sienne ; et l’humilité de se sentir choisi et de rester proche du peuple de Dieu, sans aller vers une vie aristocratique qui lui ôte cette onction. » Mais quel rapport avec ce que l’on voit aujourd’hui ? Aurait-il mieux valu passer sous silence les graves manquements d’un P. Maciel, plutôt que de les mettre au jour et de permettre aux Légionnaires du Christ de s’en détacher et de repartir sur de bonnes bases ?

Oui, nous sommes tous pécheurs, depuis le pape jusqu’au dernier des fidèles. Mais le commun dénominateur de toute cette affaire, et le vrai problème qui se pose, c’est la banalisation de l’homosexualité au sein de l’Église. Et il semblerait que ce soit là le mal, le seul mal que l’on ne veuille pas voir, nommer ni dénoncer. Car le pape lui-même ne s’est pas privé de fournir le catalogue des péchés des cardinaux, à l’intention de tous les fidèles, lors de ses premiers vœux à la Curie, sans nommer ce qui souille aujourd’hui le plus l’Église.

On nous pardonnera de trouver tout cela particulièrement tordu.

Source : reinformation.tv/pape-francois-a…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.

Votre commentaire
Etienne bis
Ce personnage donne à penser que le (s) conclave (s) où on a envisagé sa désignation (2005 et surtout 2013) étaient vérolés par des cardinaux pourris et organisés.
GChevalier
- Nous les prenons pour des imbéciles,
Pour des moutons, tous à la file !
Si tu veux que je m'explique mieux :
Ils sont tous à la queue leu leu,
Et nous autres, nous en faisons
Tout ce que nous en voulons,
Car c'est nous qui sommes les patrons,
Et eux ne sont que des moutons !
AJPM
- Cela est tout à fait normal,
Car vois-tu, tout est caché,
Mais pour nous, tout est dévoilé
Et tout cela devient banal.
- Tu pourrais parler plus clairement ?
- Si je parlais plus clairement,
Ce serait bien trop évident !
- Mais pour qui prenez-vous les gens ?
Qu'importe que les mots des formules magiques soient dépourvus de sens, avoue un sorcier : moins ils en ont et meilleurs ils sont pour opérer ;
Bien parlé, dit Antéchrist en opinant de la tête ! C'est pour cela que je ne rabote que des bêtises, et c'est efficace !