Clicks1.1K

L'explication du Rosaire en cantique (St Louis-Marie Grignion de Montfort)

JMJ139 V- Chants à Marie / Le CHAPELET récité / www.montfortajpm.sitew.fr / Compositeur-interprète: Gilbert Chevalier (aveugle). N'hésitez pas à télécharger. [JMJ138-JMJ140] Intégral Montfort-Canti…More
JMJ139 V- Chants à Marie / Le CHAPELET récité / www.montfortajpm.sitew.fr / Compositeur-interprète: Gilbert Chevalier (aveugle). N'hésitez pas à télécharger. [JMJ138-JMJ140] Intégral Montfort-Cantiques / Le Ciel ouvert par les 3 Ave Maria / Méthode pour réciter le Rosaire par St Louis-Marie Grignion de Montfort

Voir audio : The explanation of the Rosary in song (St Louis Marie Grignon de Montfort)

Autres versions :
1-
Explication du Rosaire (cantique de St L-M Grignion de Montfort)
2-
"a capella"

Voir paroles : www.montfortajpm.sitew.fr (vidéo 308) & dans commentaires ci-dessous.

Voir aussi :
1-
"Le chapelet chanté intégralement"
2- "Le Triomphe de l'Ave"
3- "La grande Couronne de la Sainte Vierge"
4- "La petite Couronne de la Sainte Vierge"
5- Les 15 mystères du Rosaire sur "Vierge Sainte"

*****************************************

NOTRE-DAME du PERPÉTUEL-SECOURS

A Notre-Dame du Perpétuel-Secours (poésie de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus)

Notre-Dame du Perpétuel-Secours,
Oh ! secourez-nous tous les jours,
Car vous êtes un secours perpétuel
Envers nous, pauvres mortels.
« Je vous secourrai volontiers
Si point vous ne m'abandonnez,
Car si moi l'on abandonne,
L'on ne trouve plus personne.
Mais pour qui me prie tous les jours,
Je suis son perpétuel secours.
Ma tendresse ne tarit jamais
Envers tous mes pauvres enfants
Qui sont à mes pieds, me priant :
Et voilà bien ce qui me plaît. »
Mais aussi que faut-il faire
Pour vous aimer et vous plaire ?
« Imitez-moi, voilà tout
Ce que je demande aujourd'hui de vous. »
Vous prier et vous imiter,
Nous le ferons donc tous les jours ;
Et en échange, soyez
Notre perpétuel secours.
« Je suis bien aise que vous vouliez
M'aimer, me prier et m'imiter.
Persévérez donc, chers enfants,
Et je vous secourrai à tout instant. »
Mais secourez aussi l'Église
Qui en a un si grand besoin.
« Je la sauverai à la fin :
C'est là une chose promise. »
Louange, action de grâces et gloire
À Notre-Dame des Victoires
Qui nous protège tous les jours,
Notre-Dame du Perpétuel-Secours.


Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen

*****************************************
GChevalier
* Le CHAPELET récité avec vous ! par Gilbert Chevalier, l'Aveugle-Vendéen

C’est par l’Ave Maria,

LE BON CHAPELET
Prenez votre chapelet
Et souvent le récitez

www.youtube.com/watch
Ou bien le psalmodiez
www.youtube.com/watch
Ou encore le chantez :
www.youtube.com/watch
Un Chapelet bien récité
www.youtube.com/watch
Ou chanté ou psalmodié
www.youtube.com/watch
Et bien intentionné
More
* Le CHAPELET récité avec vous ! par Gilbert Chevalier, l'Aveugle-Vendéen

C’est par l’Ave Maria,

LE BON CHAPELET
Prenez votre chapelet
Et souvent le récitez

www.youtube.com/watch
Ou bien le psalmodiez
www.youtube.com/watch
Ou encore le chantez :
www.youtube.com/watch
Un Chapelet bien récité
www.youtube.com/watch
Ou chanté ou psalmodié
www.youtube.com/watch
Et bien intentionné
Est un bon Chapelet !


Que tu te sauveras !
www.youtube.com/watch
GChevalier
1- Veut-on faire un choix excellent
Des plus saintes Prières,
Et méditer en même temps
Les principaux mystères ?
Le Rosaire en est un précis :
Ces deux trésors y sont compris,
Trésors inépuisables,
Puisque le ciel en est le prix,
Ils sont inestimables.

2- Le Rosaire est donc un moyen,
Et des plus efficaces
Pour trouver le souverain bien
Et la source des grâces ;
On y médite les vertus,
Lesque…
More
1- Veut-on faire un choix excellent
Des plus saintes Prières,
Et méditer en même temps
Les principaux mystères ?
Le Rosaire en est un précis :
Ces deux trésors y sont compris,
Trésors inépuisables,
Puisque le ciel en est le prix,
Ils sont inestimables.

2- Le Rosaire est donc un moyen,
Et des plus efficaces
Pour trouver le souverain bien
Et la source des grâces ;
On y médite les vertus,
Lesquelles conviennent le plus
Selon chaque mystère :
On les demande par Jésus
Et par sa sainte Mère.

3- Il renferme trois chapelets,
Qui font quinze dizaines :
On trouve ici quinze couplets,
Pour les offrir sans peines,
C’est par cinq mystères joyeux
Et cinq mystères douloureux
Qu’on fait quinze demandes,
Y joignant les cinq glorieux :
Les quinze ont quinze offrandes.

4- Toute notre religion
Consiste en ces mystères,
Mais c’est la méditation
Qui les rend salutaires :
On les honore en général,
Ensuite les quinze en détail,
Méditant leurs merveilles ;
Chaque mystère est un canal
De grâces non pareilles.

5- En joignant le cœur à la voix,
L’esprit à la parole,
On le commence par la Croix
En disant le Symbole,
Puis un Pater et trois Ave
Pour adorer la Trinité
Dont Marie est le Temple,
Le Rosaire ainsi récité,
On y prie et contemple.

SUR LA CROIX

6- Adorons dans la Trinité
Un Dieu seul par essence,
Trois personnes dans l’Unité,
D’une même substance.
Croyons en Dieu très fermement,
Espérons en Dieu sûrement ;
Car, c’est notre bon Père,
Aimons Dieu souverainement,
C’est le seul nécessaire.
3 more comments from GChevalier
GChevalier
L’ANNONCIATION

7- Un Ange du Ciel descendit
Et salua Marie :
Elle conçut du Saint-Esprit
Jésus, le fruit de vie :
Un Dieu prend notre humanité,
L’unit à sa Divinité,
Une Vierge est féconde :
Admirons tous l’humilité
D’un Dieu qui vient au monde.

LA VISITATION

8- La Vierge, enceinte du Sauveur,
Alla, non sans mystère,
Sanctifier son Précurseur
Dans le sein de Sa Mère :
Pratiquons donc la …
More
L’ANNONCIATION

7- Un Ange du Ciel descendit
Et salua Marie :
Elle conçut du Saint-Esprit
Jésus, le fruit de vie :
Un Dieu prend notre humanité,
L’unit à sa Divinité,
Une Vierge est féconde :
Admirons tous l’humilité
D’un Dieu qui vient au monde.

LA VISITATION

8- La Vierge, enceinte du Sauveur,
Alla, non sans mystère,
Sanctifier son Précurseur
Dans le sein de Sa Mère :
Pratiquons donc la charité
Et les devoirs d’humanité
À l’égard de nos frères,
Inspirons-leur la sainteté,
Soulageons leurs misères !

LA NATIVITÉ

9- Celui que Dieu même produit
Dans son sein adorable,
Est né d’une Vierge, à minuit,
Dans une pauvre étable :
Ce pauvre lieu nous fait horreur.
Mais écoutons-y le Sauveur
Qui parle en son silence :
Bienheureux les pauvres de cœur,
Leur trésor est immense.

LA PURIFICATION

10- Jésus s’offre au Temple pour nous,
Par les mains de Marie,
Pour calmer Dieu dans son courroux,
Par une double hostie :
Il faut, pour observer la Loi,
Sacrifier tout à la Foi,
Remplir toute justice,
Craindre et purifier en soi
Jusqu’à l’ombre du vice.

LE RECOUVREMENT DE JÉSUS

11- Elle trouve au Temple son Fils,
Après trois jours d’absence,
Parmi les docteurs tout surpris
De sa haute science :
Cherchons donc toujours le Sauveur
Comme Marie avec ferveur.
Pour le trouver sans cesse,
Cherchons avec la même ardeur,
La divine Sagesse.
GChevalier
L’AGONIE DE JÉSUS-CHRIST

12- Jésus, triste jusqu’à la mort,
Au Jardin des Olives,
Sua du Sang par un effort
Des douleurs les plus vives ;
Pleurons sur nous-mêmes aujourd’hui,
Veillons et prions comme lui :
Mêlons nos pleurs aux siennes :
Nos péchés l’accablent d’ennui,
N’augmentons pas ses peines.

LA FLAGELLATION

13- Son Sang s’écoule à gros ruisseaux
Pendant qu’on le flagelle,
Sa chair …
More
L’AGONIE DE JÉSUS-CHRIST

12- Jésus, triste jusqu’à la mort,
Au Jardin des Olives,
Sua du Sang par un effort
Des douleurs les plus vives ;
Pleurons sur nous-mêmes aujourd’hui,
Veillons et prions comme lui :
Mêlons nos pleurs aux siennes :
Nos péchés l’accablent d’ennui,
N’augmentons pas ses peines.

LA FLAGELLATION

13- Son Sang s’écoule à gros ruisseaux
Pendant qu’on le flagelle,
Sa chair s’en va toute en lambeaux,
Oh ! la douleur cruelle !
Apprenons à mortifier,
À punir et crucifier
Notre chair si rebelle,
Pour la soumettre et conserver
Sans tache criminelle.

LE COURONNEMENT D’ÉPINES

14- La Couronne du Roi des cieux
Est d’épines piquantes,
On lui fait, en bandant ses yeux,
Mille insultes sanglantes :
Ne rougissons point de la Croix,
Souffrons comme le Roi des rois,
Qu’on nous raille ou nous gronde ;
Soyons bien soumis à ses lois,
Et méprisons le monde.

LE PORTEMENT DE CROIX

15- Jésus-Christ portant une Croix,
Dessus sa chair sanglante
Se trouve accablé de son poids
Tant elle était pesante :
Ne l’accablons pas de nouveau
En ajoutant à son fardeau
Quelque nouvelle offense,
Mais imitons ce doux Agneau,
Sa douce patience.

LE CRUCIFIEMENT

16- Jésus, abandonné de tous
Sous les yeux de sa Mère,
Est enfin mort d’amour pour nous
Sur la Croix du Calvaire.
Nos péchés seuls l’ont fait souffrir,
Nos péchés seuls l’ont fait mourir :
Versons, versons des larmes.
Portons la Croix sans déplaisir :
Elle n’est pas sans charmes.
GChevalier
LA RÉSURRECTION

17- Trois jours après, ce Dieu très fort
Ressuscite avec gloire,
Ayant, sur l’enfer et la mort,
Une pleine victoire :
Ressuscitons avec Jésus,
Faisons vivre en nous les vertus
Et mourons à tout vice ;
Dorénavant, ne péchons plus ;
Que tous se convertissent.

L’ASCENSION

18- Jésus-Christ monte en Paradis
Pour préparer nos places.
Ce Royaume nous est acquis,
Si nous suivons …
More
LA RÉSURRECTION

17- Trois jours après, ce Dieu très fort
Ressuscite avec gloire,
Ayant, sur l’enfer et la mort,
Une pleine victoire :
Ressuscitons avec Jésus,
Faisons vivre en nous les vertus
Et mourons à tout vice ;
Dorénavant, ne péchons plus ;
Que tous se convertissent.

L’ASCENSION

18- Jésus-Christ monte en Paradis
Pour préparer nos places.
Ce Royaume nous est acquis,
Si nous suivons ses traces :
Désirons le Ciel ardemment,
Soupirons à chaque moment
Après notre patrie,
Et méprisons chrétiennement
Les biens de cette vie.

LA PENTECÔTE

19- Jésus remplit du Saint-Esprit
Marie et les Apôtres :
Par eux ensuite il en remplit
Le cœur de plusieurs autres :
Prions ce Dieu de vérité,
De lumière et de sainteté
Qu’il éclaire notre âme,
Prions ce Dieu de charité
Qu’il l’anime et l’enflamme.

L’ASSOMPTION

20- Marie est morte par amour,
Elle est ressuscitée,
Puis élevée au même jour
Jusqu’au Ciel empyrée :
Pour mourir très heureusement
Et monter au Ciel sûrement,
Faisons-le par Marie,
Et la servons dévotement
En imitant sa vie.

LE COURONNEMENT DE LA VIERGE

21- Marie est couronnée aux Cieux
Comme une Souveraine,
Elle veut être en ces bas lieux
Sensible à notre peine :
Demandons par elle à son Fils,
Cette Couronne qu’il promit
À la persévérance
Et la gloire du Paradis
Pour notre récompense.
AJPM
VICTOIRE

Notre-Dame de la Victoire (7 octobre 1571 : Victoire de Lépante par le Rosaire)

Le saint Rosaire écrase l'enfer
Et il écrabouille Lucifer :
Sur l'Antéchrist il remportera
Pleine victoire, croyez-moi.


Pour la solennité de Notre-Dame du très saint Rosaire
AJPM
1941- « Examinez la profession que vous avez abandonnée, et voyez dans quel état vous êtes tombé, en méditant sur les rigueurs de la justice divine. »

(Saint Grégoire le Grand)


www.montfortajpm.sitew.fr (vidéo 175)
LE DOCTEUR RAYMOND DIOCRÈS

Dans la vie de saint Bruno, fondateur des Chartreux, on trouve un fait étudié à fond par les très-doctes Bollandistes, et qui présente à la critique la plus sérieuse tous les caractères historiques de l’authenticité ; un fait arrivé à Paris, en plein jour, en présence de plusieurs milliers de témoins, dont les détails ont été recueillis par des contemporains, et …More
LE DOCTEUR RAYMOND DIOCRÈS

Dans la vie de saint Bruno, fondateur des Chartreux, on trouve un fait étudié à fond par les très-doctes Bollandistes, et qui présente à la critique la plus sérieuse tous les caractères historiques de l’authenticité ; un fait arrivé à Paris, en plein jour, en présence de plusieurs milliers de témoins, dont les détails ont été recueillis par des contemporains, et enfin qui a donné naissance à un grand Ordre religieux.
Un célèbre docteur de l’Université de Paris, nommé Raymond Diocrès, venait de mourir, emportant l’admiration universelle et les regrets de tous ses élèves. C’était en l’année 1082. Un des plus savants docteurs du temps, connu dans toute l’Europe par sa science, ses talents et ses vertus, et nommé Bruno, était alors à Paris avec quatre compagnons, et se fit un devoir d’assister aux obsèques de l’illustre défunt.
On avait déposé le corps dans la grande salle de la chancellerie, proche de l’église de Notre-Dame, et une foule immense entourait le lit de parade où, selon l’usage du temps, le mort était exposé, couvert d’un simple voile.
Au moment où l’on vint à lire une des leçons de l’Office des morts qui commence ainsi :
« Réponds-moi. Combien grandes et nombreuses sont tes iniquités », une voix sépulcrale sortit de dessous le voile funèbre, et toute l’assistance entendit ces Paroles : « Par un juste jugement de DIEU, j’ai été accusé. » On se précipite ; on lève le drap
mortuaire : le pauvre mort était là, immobile, glacé, parfaitement mort. La cérémonie, un instant interrompue, fut bientôt reprise ; tous les assistants étaient dans la stupeur et pénétrés de crainte.
On reprend donc l’Office ; on arrive à la susdite leçon « Réponds-moi ». Cette fois, à la vue de tout le monde, le mort se soulève, et d’une voix plus forte, plus accentuée encore, il dit : « Par un juste jugement de DIEU, j’ai été jugé », et il retombe. La terreur de l’auditoire est à son comble. Des médecins constatent de nouveau la mort. Le cadavre était froid et rigide. On n’eut pas le courage de continuer, et l’Office fut remis au lendemain.
Les autorités ecclésiastiques ne savaient que résoudre. Les uns disaient : « C’est un réprouvé ; il est indigne des prières de l’Église. » D’autres disaient : « Non, tout cela est sans doute fort effrayant ; mais enfin, tous tant que nous sommes, ne serons-nous pas accusés d’abord, puis jugés par un juste jugement de DIEU ? » L’Évêque fut de cet avis, et, le lendemain, le service funèbre recommença à la même heure. Bruno et ses compagnons étaient là comme la veille. Toute l’Université, tout Paris était accouru à Notre-Dame.
L’Office recommence donc. À la même leçon : « Réponds-moi », le corps du docteur Raymond se dresse sur son séant, et avec un accent indescriptible qui glace d’épouvante tous les assistants, il s’écrie : « Par un juste jugement de DIEU, j’ai été
condamné »
, et retombe immobile.
Cette fois, il n’y avait plus à douter. Le terrible prodige constaté jusqu’à l’évidence n’était pas même discutable. Par l’ordre de l’Évêque et du Chapitre, on dépouille, séance tenante, le cadavre des insignes de ses dignités, et on l’emporte à la voirie de Montfaucon.
Au sortir de la grande salle de la Chancellerie, Bruno, âgé alors d’environ quarante-cinq ans, se décida irrévocablement à quitter le monde, et alla chercher, avec ses compagnons, dans les solitudes de la Grande-Chartreuse, près de Grenoble, une retraite où il pût faire plus sûrement son salut, et se préparer ainsi à loisir aux justes jugements de DIEU.
Certes, voilà un réprouvé qui "revenait de l’enfer", non pour en sortir, mais pour en être le plus irrécusable des témoins.

("L’ENFER" de Mgr de Ségur)

Saint Bruno et Diocrès
stephane77 likes this.