Clicks706

A18d. Noël des Rois (4) (cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)

AJPM
1
AJPM524 Intégral Montfort-Cantiques / www.montfortajpm.sitew.fr / Chaîne YouTube : Montfort AJPM / Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle). N'hésitez pas à télécharger. [AJPM523-…More
AJPM524 Intégral Montfort-Cantiques / www.montfortajpm.sitew.fr / Chaîne YouTube : Montfort AJPM / Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle). N'hésitez pas à télécharger. [AJPM523-AJPM525] Intégral Ave Maria / Le Ciel ouvert par les 3 Ave Maria

Autre version

Voir paroles dans commentaire ci-dessous

***********************************************************

PROPHÉTIE DE SAINT FRANÇOIS D'ASSISE :

« Ayant convoqué ses frères peu de temps avant de mourir, il les avertit des tribulations futures, disant :
« Mes frères, agissez avec force, ayez de la fermeté et soyez dans l’attente du Seigneur. Une grande époque de tribulations et d’affliction est imminente dans laquelle de grands périls et des embarras temporels et spirituels pleuvront, la charité d’un grand nombre se refroidira et l’iniquité des méchants surabondera. Le pouvoir des démons sera plus grand que d’ordinaire, la pureté immaculée de notre congrégation religieuse et des autres sera flétrie, au point que très peu parmi les chrétiens voudront obéir au vrai Souverain Pontife et à l’Église Romaine avec un cœur sincère et une charité parfaite. Au moment décisif de cette crise, un personnage non canoniquement élu, élevé à la Papauté, s’efforcera avec adresse de communiquer à beaucoup le poison mortel de son erreur. Alors les scandales se multiplieront, notre congrégation religieuse sera divisée, plusieurs parmi les autres seront complètement détruites, parce que leurs membres ne s’opposeront pas mais consentiront à l’erreur. Il y aura tant et de telles opinions et divisions dans le peuple, et chez les religieux et chez les clercs que si ces jours mauvais n’étaient abrégés, comme l’annonce l’Évangile, même les élus tomberaient dans l’erreur (si cela se pouvait), si dans un tel ouragan ils n’étaient protégés par l’immense miséricorde de Dieu. Alors notre Règle et notre manière de vivre seront attaquées très violemment par certains. D’effroyables tentations surviendront. Ceux qui auront été très éprouvés en bien recevront la couronne de vie. Malheur éternel à ceux qui s’attiédiront en mettant leur seule espérance dans leur vie de religion, qui ne résisteront pas fermement aux tentations permises pour l’épreuve des élus. Ceux qui dans la ferveur de l’esprit s’attacheront à la piété avec charité et le zèle de la vérité, recevront des persécutions et des injures comme désobéissants et schismatiques. Car leurs persécuteurs aiguillonnés par les esprits mauvais diront que c’est faire un grand hommage à Dieu de tuer et de faire disparaître de la terre des hommes si mauvais. Alors le Seigneur sera le refuge des affligés et il les sauvera parce qu’ils auront espéré en lui. Et alors, pour se conformer à leur Chef, ils agiront selon la Foi et ils choisiront d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, gagnant par la mort la vie éternelle. Ne voulant pas consentir à l’erreur et à la perfidie, ils ne craindront absolument pas la mort. Alors la vérité sera tenue dans le silence par certains prédicateurs alors que d’autres la foulant aux pieds la nieront. La sainteté de vie sera tenue en dérision par ceux qui la professent extérieurement, c’est pourquoi Notre-Seigneur Jésus-Christ leur enverra non pas un digne pasteur, mais un exterminateur. » »

(Traduction littérale du texte latin figurant dans les très officielles « Opera omnia » de saint François d’Assise, imprimerie de la bibliothèque ecclésiastique, Paris 1880, colonne 430)

***********************************************************
AJPM
* AM18. Le Chapelet récité

LES ROIS :
1- Ô grands rois, voyez-vous un bel astre des cieux ?
Qu’il est nouveau, qu’il est mystérieux !
Il avertit qu’un Sauveur vient de naître,
Allons, allons adorer ce grand Maître.

2- Marchons et quittons tout sans tarder un moment,
Sans raisonner sur cet événement.
Sentez-vous pas une douceur nouvelle ?
C’est là la voix de Dieu qui nous appelle.

3- Suivons …
More
* AM18. Le Chapelet récité

LES ROIS :
1- Ô grands rois, voyez-vous un bel astre des cieux ?
Qu’il est nouveau, qu’il est mystérieux !
Il avertit qu’un Sauveur vient de naître,
Allons, allons adorer ce grand Maître.

2- Marchons et quittons tout sans tarder un moment,
Sans raisonner sur cet événement.
Sentez-vous pas une douceur nouvelle ?
C’est là la voix de Dieu qui nous appelle.

3- Suivons en sûreté ce céleste flambeau,
À sa clarté cherchons l’Enfant nouveau.
Il vient de loin pour montrer qu’il nous aime,
Allons bien loin, pour lui rendre le même.

4- L’astre s’arrête ici. Quoi ! dans ce pauvre lieu ?
Serait-ce ici qu’est né notre vrai Dieu ?
Cela n’est pas, cela n’est pas croyable.
Quoi qu’il en soit, entrons en cette étable.

5- En vérité, voici celui que nous cherchons :
C’est notre Dieu ; descendons, arrêtons,
Prosternons-nous aux pieds de son enfance,
Dans le respect, l’amour et le silence.

6- Amis, que voyons-nous ? Ô prodige étonnant !
Voici, voici notre Dieu tout-puissant.
Dans le respect, l’amour et le silence,
Prosternons-nous aux pieds de son enfance.

JÉSUS ENFANT :
7- Vous avez pris, ô rois, bien des peines pour moi,
Je ne puis trop admirer votre foi.
Relevez-vous, approchez-vous de grâce,
Venez à moi pour que je vous embrasse.

LES ROIS :
8- Bonjour, ô cher Enfant, ô puissant Roi des rois,
Nous venons pour nous soumettre à vos lois,
Nous adorons votre toute-puissance
Au travers de cette vile apparence.

9- Daignez prendre cet or comme un Roi tout-puissant,
Comme vrai Dieu recevez cet encens,
Comme mortel recevez cette myrrhe,
Nos sceptres sont soumis à votre empire.

JÉSUS ENFANT :
10- J’accepte ces présents, je reçois ces honneurs ;
Je veux aussi vous combler de faveurs,
Pour vous seront mes plus grandes largesses,
Vous goûterez mes plus tendres caresses.

LES ROIS :
11- Amis, ressentez-vous l’ineffable douceur
Qu’on goûte ici près de ce doux Sauveur ?
Nos palais n’ont point de plaisir semblable
À celui qu’on ressent dans cette étable.

12- Adorons, adorons ce débonnaire Agneau,
Tombons, tombons au pied de son berceau ;
Il est enfant, mais il est adorable,
Il est abject, mais il est tout aimable.

13- Mère du bel amour, qu’on vous loue en tout lieu
De nous avoir donné cet Enfant-Dieu,
D’avoir donné le jour à la lumière,
L’être au vrai Dieu, la vie à notre Père.

14- Votre exemple, ô Jésus, nous montre évidemment
Que la grandeur est dans l’abaissement,
Que le bonheur consiste en la souffrance,
Que le vrai bien se trouve en l’indigence.

15- Vous enlevez nos cœurs par votre humilité,
Vous les gagnez par votre pauvreté,
Ayez sur eux une victoire entière,
Bénissez-les par votre Sainte Mère.

16- Puisque nous ne pouvons rester ici longtemps
Pour contempler vos attraits si charmants,
Avant partir, bénissez-nous de grâce,
Et pour jamais en nos cœurs prenez place.

17- Digne Mère de Dieu, mille remerciements
De nous avoir donné ce bel Enfant.
Il faut partir, ô notre unique joie :
Bénissez-nous, bénissez notre voie.

JÉSUS ENFANT :
18- Amis, allez en paix sous ma protection,
Prêchez partout la gloire de mon nom,
Croyez en moi, portez chacun à croire,
Et vous serez de grands rois dans ma gloire.