Langue
Clics
762
montfort.kingeshop.com 2

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -12-

Bergoglio se déplace vers la gauche

L’intérêt politique qui avait toujours marqué Bergoglio est devenu une caractéristique dominante de son rôle d’Archevêque de Buenos Aires. Au cours de son mandat, il a été confronté au gouvernement de gauche et anticlérical de Néstor Kirchner et de sa veuve Cristina, qui lui a succédé à la Présidence en 2007. La stratégie de Bergoglio consistait à déborder le gouvernement de gauche : quand les Kirchner attaquaient l’Église avec des mesures comme le mariage homosexuel, le Cardinal ripostait en disant que le gouvernement négligeait les intérêts réels du peuple. Il cultive son influence auprès des syndicats argentins et sa rivalité avec le gouvernement atteint un point tel que Kirchner commence à le considérer comme le véritable chef de l’opposition. Sur ce point, on peut lire le commentaire sans critique d’Austen Ivereigh : « C’était un paradoxe très bergoglio. L’austère, incorruptible mystique en guerre avec le monde spirituel – l’évêque pastoral qui sentait le mouton – était la politique argentine la plus astucieuse depuis Perón. » (37) Le point politique peut être accepté, mais il faut se demander dans quelle mesure l’odeur du mouton était un arôme utilisé et dans quelle mesure le mysticisme faisait partie du programme. Vers 2010, la position politique du Cardinal Bergoglio avait exacerbé les relations entre l’Église et l’État à tel point que certains secteurs de l’Église cherchaient à le remplacer comme Archevêque de Buenos Aires, en proposant de le faire compenser par une nomination romaine comme Préfet de la Congrégation des Religieux.

Jusqu’à son arrivée en tant qu’Archevêque de Buenos Aires en 1998, et même un peu plus tard, Bergoglio était connu du public comme le bras droit du Cardinal "réactionnaire" Quarracino, comme l’ennemi des marxistes dans la Compagnie de Jésus, peut-être même comme un collaborateur tacite du régime militaire des années soixante-dix (bien que les critiques les plus vives à ce sujet n’aient pas émergé avant 2005). Il a été proche de groupes conservateurs dans l’Église comme l’Opus Dei et les deux mouvements italiens, Communion et Libération et les Focolari, qui ont été influents en Argentine. La grande énigme que nous devons aborder est sa transformation en l’homme auquel la section libérale de l’Église, et notamment le groupe de Saint-Gall, s’est tournée comme figure de proue. Pour beaucoup, ce changement est l’énigme majeure de la carrière de Bergoglio.

Ici aussi, cependant, il se peut que nous soyons confrontés à l’angle mort qui est de ne pas saisir le fond péroniste. Perón, en tant que Président, n’hésita pas à passer de la droite à l’extrême gauche, car cela convenait à sa quête de pouvoir, et au début du XXIe siècle, les conditions étaient réunies dans l’Église pour que ce changement de direction paraisse astucieux. Le Pape Jean-Paul II était en déclin ; il y avait une large supposition que le prochain Pape serait libéral. Si Bergoglio pensait que lui-même, après son accession au cardinalat en 2001, pourrait être un successeur crédible, c’est un point trop éloigné de la spéculation : un Pape d’Amérique latine pourrait encore paraître à long terme. Mais il n’y aurait pas de mal à être du côté des prétendus vainqueurs.

L’émergence du Cardinal Bergoglio devant un public international est le fruit d’un accident de l’histoire. En octobre 2001, il a participé au Synode des Évêques à Rome, tenu pour débattre du rôle des évêques dans l’Église. Bergoglio était subordonné au Cardinal Egan de New York, qui devait livrer la relatio, ou résumé, à la fin de la réunion d’une semaine. Mais Egan a été appelé à l’extérieur pour assister à un service commémoratif pour les victimes de l’attaque du 11 septembre quelques semaines auparavant, et la tâche est tombée de façon inattendue au Cardinal Bergoglio. Son discours a beaucoup impressionné les évêques. Austen Ivereigh souligne son rôle dans l’établissement de la réputation de Bergoglio et se fait l’éloge de celle-ci : « Ce qu’il a produit était concis et élégant et a remporté des éloges tout autour... À l’intérieur de la salle, Bergoglio reçut de grands éloges pour la manière dont il reflétait les préoccupations des évêques sans causer de désunion. Ce pourquoi les gens l’admiraient, c’est la façon dont il a sauvé le meilleur du débat synodal malgré les limites de la structure et de la méthode », se souvient l’ami de longue date de Bergoglio à Rome, le Professeur Guzmán Carriquiry (38). Ce qui n’a pas été révélé, c’est que le discours du Cardinal Bergoglio a été écrit pour lui, du début à la fin, par le prêtre argentin Monseigneur Daniel Emilio Estivill, membre du secrétariat du Synode. Ceux qui connaissent Monseigneur Estivill rapportent qu’il vit depuis lors dans un état de tension nerveuse, de peur des représailles auxquelles son secret incommode pourrait l’exposer.

Le Synode des Évêques a aidé le Cardinal Bergoglio à se faire connaître de nombreux responsables de l’Église, y compris le Cardinal Martini, qu’il avait rencontré pour la première fois à la Congrégation générale des Jésuites de 1973. Martini, le Cardinal Archevêque de Milan, était le représentant le plus redoutable de l’aile libérale de l’Église, avec toutes les chances de devenir le prochain Pape, hormis le désavantage de son âge. Pour Bergoglio, c’était une stratégie qui ne coûtait rien pour se présenter comme l’allié de ce parti. Il a profité du prestige dont jouissent les libéraux de l’Église latino-américaine pour son œuvre de "théologie de la libération", même si cela n’a jamais été la ligne de Bergoglio.

L’histoire de la façon dont il a frôlé les élections au Conclave de 2005 a été racontée dans le chapitre précédent, et il est retourné en Argentine avec le prestige d’être le "presque Pape" latino-américain. On avait le sentiment, en effet, qu’il avait été escroqué de la papauté par les révélations publiées plus tôt en 2005 de sa prétendue trahison des prêtres à la dictature, car un dossier sur le sujet avait été distribué aux cardinaux. Sur ce point, Omar Bello commente que Bergoglio a eu de la chance dans son accusateur, Horacio Verbitsky, un marxiste amer et anticlérical, dont les preuves ont donc été écartées. En réponse, Bergoglio a fait publier une biographie de lui-même, sous la forme d’une série d’interviews, réfutant les accusations et prétendant avoir travaillé contre la dictature.

Les années qui ont suivi 2005 ont été celles de la plus grande influence du Cardinal Bergoglio en Argentine et en Amérique latine. Il s’était désormais positionné comme l’ennemi de l’aile droite de l’Église et avait assumé une position pleinement libérale, au grand dam de ceux qui l’avaient considéré comme le champion des valeurs catholiques. Sa méthode consistait à faire des déclarations qui satisferaient Rome de son orthodoxie, tout en évitant toute opposition sérieuse au programme anti-catholique des Kirchner. En 2010, lorsqu’une loi a été présentée pour introduire le mariage homosexuel, le Cardinal Bergoglio a écrit une lettre à certaines religieuses affirmant la doctrine chrétienne en termes solides, mais il a également écarté toute opposition efficace que les militants catholiques souhaitaient présenter. Cette année-là, l’écrivain catholique traditionaliste Antonio Caponnetto a publié un livre, La Iglesia Traicionada ("L’Église trahie"), dénonçant « le magistère embarrassant de style Ghandi qui le paralyse aujourd’hui et avec lequel il trouble et lâche le troupeau qui lui est confié » (39), à l’opposé de la défense ouverte du principe catholique pour lequel Bergoglio n’avait été connu que quelques années auparavant.

---
(37) Ivereigh, op. cit., p.252.

(38) Ivereigh, op. cit., p.264.

(39) Antonio Caponnetto, "La Iglesia Traicionada", Buenos Aires, 2010, p.120-121.


(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )

>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -11-
>>> Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -13-

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU
AveMaria44
Le péroniste passe de l'extrême-droite à l'extrême-gauche sans problème avec un cynisme certain, c'est au fond un "populiste".......
AJPM
La psychologie de François montre que c'est un homme de rien mais qui se sert de tout pour arriver à ses fins.
GChevalier a mentionné cette publication dans À l'USAGE des COMMENTATEURS : Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -12-.