Clicks524
Montfort AJPM
1
F186. Paroles de Saints 26 : Le Ciel (St François de Sales) DS504 Intégral Montfort-Cantiques / Chaîne YouTube : Chapelet récité / www.montfortajpm.sitew.fr / Compositeur-interprète : Gilbert …More
F186. Paroles de Saints 26 : Le Ciel (St François de Sales)

DS504 Intégral Montfort-Cantiques / Chaîne YouTube : Chapelet récité / www.montfortajpm.sitew.fr / Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle). N'hésitez pas à télécharger. [DS503-DS505] Litanies & Prières / Le Ciel ouvert par les 3 Ave Maria

Paroles dans commentaire ci-dessous

************************************************************

LE BON CHAPELET

Prenez votre chapelet
Et souvent le récitez

www.youtube.com/watch
Ou bien le psalmodiez
www.youtube.com/watch
Ou encore le chantez :
www.youtube.com/watch
Un chapelet bien récité
www.youtube.com/watch
Ou chanté ou psalmodié
www.youtube.com/watch
Et bien intentionné
Est un bon chapelet !


Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen
(31/10/2014)

***************************************

* XV- TRADITIONNEL : N-D des 3 Ave Maria ou de la Trinité (versions chantée et instrumentale)

LES TROIS AVE MARIA
en l’honneur de la Puissance, de la Sagesse et de la Miséricorde de la Très Sainte Vierge


Cette pratique a été révélée à sainte Mechtilde (XIIIe siècle), avec promesse de la bonne mort, si elle y restait fidèle tous les jours.
On lit dans les révélations de sainte Gertrude : « Pendant que cette sainte chantait l’Ave Maria aux matines de l’Annonciation, elle vit, tout à coup, jaillir du Cœur du Père, du Fils et du Saint-Esprit, trois jets lumineux qui pénétrèrent au Cœur de la Bienheureuse Vierge. Puis elle entendit ces paroles : « Après la Puissance du Père, la Sagesse du Fils, la Tendresse miséricordieuse du Saint-Esprit, rien n’approche de la Puissance, de la Sagesse, de la Tendresse miséricordieuse de Marie. »

Pratique :

Réciter, matin et soir, les Trois Ave Maria en l’honneur de ces trois grands privilèges, avec cette invocation à la fin : le matin : « Ô ma Mère, préservez-moi du péché mortel pendant ce jour », le soir : « Ô ma Mère, préservez-moi du péché mortel pendant cette nuit ».

(bénédiction apostolique par St Pie X)

Prière :

Ô Marie Immaculée, Notre Dame des Trois Ave Maria, nous nous réjouissons avec tous les Anges et les Saints de ce que vous avez été enrichie des trois grands Privilèges de Puissance, de Sagesse et de Miséricorde par le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Daignez, nous vous en conjurons, par la vertu de ces mêmes privilèges, nous protéger, nous éclairer et nous secourir, pendant cette vie et surtout à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.


* A N-D des 3 Ave Maria (sur "Vierge Sainte")

*******************************************************
Montfort AJPM
* * * AM17. Le Chapelet psalmodié * * *

« Tous les Bienheureux sont parfaitement satisfaits, et tous ont un contentement indicible de connaître qu'après avoir assouvi tout le désir de leur cœur et rempli pleinement leur capacité en la jouissance du Bien infini qui est Dieu, cependant il reste encore en cette infinité des perfections infinis à voir, à ouïr et à posséder que la divine Majesté …
More
* * * AM17. Le Chapelet psalmodié * * *

« Tous les Bienheureux sont parfaitement satisfaits, et tous ont un contentement indicible de connaître qu'après avoir assouvi tout le désir de leur cœur et rempli pleinement leur capacité en la jouissance du Bien infini qui est Dieu, cependant il reste encore en cette infinité des perfections infinis à voir, à ouïr et à posséder que la divine Majesté seule connaît, elle seule se comprenant soi-même. Ah ! Qu'il fait beau voir ces heureux citoyens du Paradis et vraiment grands princes du saint Empire, mieux environnés et investis de toute part de l'Océan de la Divinité, que les poissons ne sont couverts de flots dans le sein de la mer, que les oisillons voltigeant ne sont entourés de l'air, que les astres enchâssés dans l'azur du firmament ne sont environnés des cieux ! Oh ! Quelle félicité d'être plus intimement uni à Dieu que la lumière au pur cristal, que le feu à l'or qui brille comme un soleil dans le creuset, que l'âme au corps et que la grâce à l'âme ! Explique qui pourra la pleine réjouissance des Saints qui naît de la jouissance sans réserve du Souverain Bien incréé, lequel ne se sonde que par les abîmes, ne se mesure que par l'immensité, ne se borne que par l'infinité, ne se termine que par l'éternité et n'est compris que par la Divinité même ! C'est de là que les parfaits Amis de Dieu tirent un extrême contentement, se voyant infiniment au-dessus de tout ce qu'ils auraient pu espérer, comblés de bonheur, abîmés de joie, enivrés des torrents très voluptueux de la Maison de Dieu, vrai rendez-vous de toutes les saintes et chastes délices que le Très-Haut, Dieu de paix et de toute consolation étale incessamment pour réjouir ses fidèles serviteurs, les rassasiant à cœur plein, sans dégoût toutefois, des mets de sa table divinement royale et digne de ce très heureux, très magnifique et très glorieux Monarque. Dieu, comme un père très amoureux, se plaît à festoyer de la sorte avec ses vrais enfants légitimés par sa grâce et reconnus par la gloire qu'il leur départ, ce qu'il fait d'une façon infiniment admirable ! Car, de la jouissance leur naît le désir, et à mesure que croit le désir croît aussi l'assouvissement, celui-ci étant sans ennui et celui-là sans angoisse, mais l'un et l'autre avec un parfait plaisir et contentement. Quand la volonté jouit de Dieu, elle se repose en lui, prenant une souveraine complaisance, et néanmoins, elle ne se lasse point de continuer le mouvement de son désir, désirant l'Amour ardemment et aimant le désir infiniment. Ô Dieu, que les élus chantent mélodieusement les bénédictions divines à proportion de leur sainteté et mérite ici-bas en terre ! À mesure que ces âmes parfaites louent Dieu, elles se plaisent à le louer ; et à mesure qu'elles se plaisent à le louer, elles désirent encore le mieux louer ; et pour se contenter, ne pouvant souhaiter à Dieu aucun agrandissement parce qu'il en a infiniment plus qu'elles ne lui en peuvent désirer ni même jamais penser, elles souhaitent au-moins que son Nom soit béni, exalté, loué, honoré et adoré de plus en plus au Ciel et sur la terre, des hommes et des Anges. »

(Saint François de Sales)