Clicks2.3K

Danse-bal-comédie-spectacles (2 cantiques de St L-M Grignion de Montfort)

GChevalier
75
AMDG21 SOMMAIRE "Cantiques sur la Mission" / Le CHAPELET récité / Le Ciel ouvert par les 3 Ave Maria / N'hésitez pas à télécharger. [AMDG20-AMDG22] SOMMAIRE des 2000 CANTIQUES et plus
Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle)

Voir vidéo : Danse et bal, comédie et spectacles (cantiques en 2 versions brut de St L-M de Montfort)
Voir paroles dans commentaires ci-dessous.
Du même style : "Le respect humain"

***************************************

« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

montfortajpm.blogspot.fr/p/le-chapelet-rec…

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

C’est par l’Ave Maria,

LE BON CHAPELET
(à télécharger ici : www.mp3tunes.tk/download )
Prenez votre chapelet
Et souvent le récitez

www.youtube.com/watch
Ou bien le psalmodiez
www.youtube.com/watch
Ou encore le chantez :
www.youtube.com/watch
Un Chapelet bien récité
www.youtube.com/watch
Ou chanté ou psalmodié
www.youtube.com/watch
Et bien intentionné
Est un bon Chapelet !


Que tu te sauveras !

« Récitant tous les jours un Rosaire, si vous êtes fidèles à le dire malgré la grandeur de vos péchés, dévotement jusqu'à la mort, croyez-moi, vous recevrez une couronne de gloire qui ne flétrira jamais. Quand vous seriez sur le bord de l'abîme, quand vous auriez déjà un pied dans l'enfer, quand vous auriez vendu votre âme au diable comme un magicien, quand vous seriez un hérétique endurci et obstiné comme un démon, vous vous convertirez tôt ou tard et vous sauverez, pourvu que, je le répète, et remarquez les paroles et les termes de mon conseil, vous DISIEZ TOUS LES JOURS LE SAINT ROSAIRE, DÉVOTEMENT JUSQU’À LA MORT, POUR CONNAÎTRE LA VÉRITÉ ET OBTENIR LA CONTRITION ET LE PARDON DE VOS PÉCHÉS. »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, "Le Secret admirable du Très Saint Rosaire")


********************************

HISTORIQUE :

Il s'agit d'un sauvetage
Suite à un double naufrage.
Solesmes posséda ces chants :
Il les effaça sur-le-champ.
La première copie
À Fontgombault atterrit :
Son sort fut identique
À celui de l'original,
Et c'est ce qui explique,
Ce qui est d'ailleurs fatal,
La médiocre qualité
De cette deuxième copie
Qu'heureusement j'ai gardée.
Vive Jésus ! Vive Marie !
Si ces chants voulez encore sauver,
Il vous faut les télécharger,
Car ils ne seront pas ici
Éternellement reproduits.

Gilbert Chevalier
l'Aveugle-Vendéen

********************************
Montfort AJPM
« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

montfortajpm.blogspot.fr/p/le-chapelet-rec…

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

+++ C’est par l’Ave Maria…

LE BON CHAPELET

Prenez votre chapelet
Et souvent le récitez
www.youtube.com/watch
Ou bien le psalmodiez
www.youtube.com/watch
Ou encore le chantez :
www.…More
« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

montfortajpm.blogspot.fr/p/le-chapelet-rec…

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

+++ C’est par l’Ave Maria…

LE BON CHAPELET

Prenez votre chapelet
Et souvent le récitez
www.youtube.com/watch
Ou bien le psalmodiez
www.youtube.com/watch
Ou encore le chantez :
www.youtube.com/watch
Un Chapelet bien récité
www.youtube.com/watch
Ou chanté ou psalmodié
www.youtube.com/watch
Et bien intentionné
Est un bon Chapelet !

…Que tu te sauveras ! +++
GChevalier
"Qui n'est qu'à Dieu ne s'attriste jamais, sinon d'avoir offensé Dieu, et sa tristesse sur cela consiste en une profonde mais tranquille et paisible humilité et soumission après laquelle il se relève en la bonté divine par une douce et parfaite confiance, sans chagrin ni dépit."

(Saint François de Sales)


V- MARIE : Invocation sur "Jésus que ma joie demeure" & "Les veilleurs" de Bach
GChevalier
46 more comments from GChevalier
GChevalier
I- LA DANSE ET LE BAL

1-On veut me perdre, Seigneur,
Par le piège de la danse ;
Coupez ce piège trompeur
Qu’on tend à mon innocence.
Les mondains dansent malgré vous,
O Seigneur, secourez-nous.
GChevalier
2-Voici l’encens de Vénus
Et son école agréable,
Voici le jeu de Bacchus,
Voici le cercle du diable,
Voici sa belle invention
Pour notre perdition.
GChevalier
3-Oui, Satan est l’inventeur
De la danse malheureuse,
Il est le premier auteur
De cette peste joyeuse,
Pour damner bien joyeusement
Et comme insensiblement.
GChevalier
4-A la danse il est le roi,
C’est là qu’on lui fait hommage,
C’est là qu’il donne la loi
D’un joyeux libertinage ;
Il a pris séance en ce lieu,
Il a son trône au milieu.
GChevalier
5-C’est lui qui met tout en train
En ce maudit exercice,
Il y glisse son venin
Et sa flamme et sa malice ;
C’est de lui que vient le désir
Et le funeste plaisir.
GChevalier
6-Il anime les danseurs
A danser, chanter et rire ;
C’est là qu’il gagne leurs cœurs
Et leurs corps à son empire ;
Il en fait tous les mouvements,
Les pas et les tournoiements.
GChevalier
7-Il se glisse dans la voix
Pour chanter de bonne grâce,
Il anime le hautbois
Pour chanter sans qu’il se lasse ;
Il y fait tous les agréments
Et les sons des instruments.
GChevalier
8-Il se glisse dans le corps
Des danseurs et des danseuses
Pour leur donner des transports
De ses flammes amoureuses ;
Il conduit les pieds et les yeux
De ces pauvres malheureux.
GChevalier
9-Leur corps est tout déréglé,
Leur esprit est sans lumière,
Leur cœur est ensorcelé :
C’est ce que le diable opère,
Leur faisant nommer scrupuleux
Ceux qui ne font pas comme eux.
GChevalier
10-Le démon chez les païens
A ce tribut ordinaire,
Il n’en cherche pas les biens,
Mais qu’ils dansent pour lui plaire ;
On tient que Satan leur promet
Pour danser quelque bienfait.
GChevalier
11-Les sorciers dans les sabbats
Ont, dit-on, cette pratique :
Ils font après leurs repas
Une danse diabolique.
C’est l’encens, le culte fatal
De cet esprit infernal.
GChevalier
12-Presque tous les réprouvés
Croient que la danse est permise ;
Mais ceux qui seront sauvés,
Les vrais enfants de l’Église,
L’ont tous en exécration,
En abomination.
GChevalier
13-En parlant en général,
La danse est indifférente,
De soi ce n’est pas un mal,
Elle peut être innocente,
Car David dansa de ferveur
Devant l’arche du Seigneur.
GChevalier
14-Mais pour danser sans pécher,
Il faut tant de circonstances,
Qu’on ne peut pas s’empêcher
D’offenser Dieu dans les danses.
C’est un mal ordinairement,
C’est un grand dérèglement.
GChevalier
15-La façon, le temps, la fin
Et la personne qui danse
Y jette tant de venin
Qu’on y perd son innocence,
Le malheur suit tous les danseurs
Et même leurs spectateurs.
GChevalier
16-Comment vient-on au malheur
De ce fin libertinage ?
Avec poudre de senteur,
Avec fard sur le visage,
Avec des fines nudités,
Le luxe et les vanités.
GChevalier
17-Hélas ! Comment danse-t-on ?
La manière en est infâme,
Tout inspire le poison
D’une très impure flamme :
Ces regards si doux et perçants,
Ces mouvements si pressants.
GChevalier
18-Les pas sont si mesurés,
Les cadences sont si belles,
Les acteurs si bien parés
Et les chansons si nouvelles !
Qui pourrait s’empêcher d’aimer,
De brûler et d’enflammer ?
GChevalier
19-Que dire de ces baisers
Qu’on donne pour la clôture,
De ces cruels messagers
D’une flamme toute impure ?
Sont-ils pas les sceaux du démon
Qu’on n’imprime qu’en son nom ?
GChevalier
20-On sait bien par quels motifs
On danse pour l’ordinaire,
Ils sont cachés, mais lascifs :
On veut aimer, on veut plaire,
Émouvoir ou bien être ému,
Ou voir, ou bien être vu.
GChevalier
21-On danse avec des chansons
Toutes pleines d’amourettes,
On se prend aux hameçons
De ces infâmes sornettes ;
Puis ont dit, quand on a dansé :
« Dieu n’en est point offensé. »
GChevalier
22-On danse aux jours défendus,
Et plus qu’aux jours ordinaires,
Et c’est en ces temps perdus
Que Satan fait ses affaires ;
Et l’on fait du jour du Seigneur
La fête du tentateur.
GChevalier
23-Hélas ! on compte pour rien
Le temps qu’on perd à la danse,
Quoiqu’il soit le plus grand bien,
Quoiqu’il soit d’un prix immense ;
Temps si court, temps si précieux,
Donné pour gagner les cieux.
GChevalier
24-Si la danse en un païen
Est toujours très condamnable,
Que sera-ce en un chrétien ?
Oh ! le crime abominable !
Apostat qui renonce au vœu
Qu’il avait fait à son Dieu.
GChevalier
25-N’avait-il pas renoncé
A toute pompe du diable ?
La danse a toujours passé
Pour la plus considérable.
En dansant, il fait au Seigneur
Un sensible déshonneur.
GChevalier
26-Danseur, masque de chrétien,
Jésus-Christ n’est pas ton maître.
Mais Satan t’a pris pour sien,
Comme un apostat, un traître.
Va, suppôt du malin esprit,
Opprobre de Jésus-Christ.
GChevalier
27-Un criminel en dansant
Va mourir à la potence ;
Dans un danger si pressant
Un soldat qui rit et danse :
O folie, ô malheur cruel
D’un danseur tout criminel !
GChevalier
28-O grand fou, qui danse au bord
D’un éternel précipice,
Sans appréhender la mort
Ni Dieu même en sa justice !
Ah ! Satan l’a tout aveuglé,
Il tuera ce bœuf vilé.
GChevalier
29-Les danseurs, dans leurs transports
De bras, de pieds et de tête,
Et le reste de leur corps,
Sont moins sages que les bêtes.
Les chevaux sont bien moins fougueux
Et bien plus paisibles qu’eux.
GChevalier
30-L’un et l’autre Testament
Condamnent toutes les danses
Et menacent hautement
Des plus terribles vengeances
Les danseurs et les bateleurs,
Leurs fauteurs et spectateurs.
GChevalier
31-Dieu maudit tous leurs atours,
Leurs parfums et leurs cadences,
Leurs peines pleines d’amours,
Leurs gestes pleins d’imprudence ;
Il défend de les imiter,
De les voir et fréquenter.
GChevalier
32-La danse est même un tyran,
Le plus fin qui soit peut-être ;
Elle a fait mourir saint Jean,
Précurseur de notre Maître.
O grand Dieu, qu’elle a fait de morts
Et dans l’âme et dans le corps !
GChevalier
33-Les saints Pères, les docteurs,
Les canons, l’Église même
Ont condamné les danseurs,
Les ont frappés d’anathème,
Aussi bien que les bateleurs,
Les comédiens, les farceurs.
GChevalier
34-Les hommes sont aveuglés
Par la danse, dit un Père,
Les enfants sont déréglés,
Ils méprisent père et mère,
Les femmes y perdent l’honneur
Et la grâce du Seigneur.
GChevalier
35-Les danses font transgresser
Toutes les lois de l’Église,
Elles font aussi briser
Toute la loi de Moïse ;
Un danseur a perdu la foi
Et ne garde plus de loi.
GChevalier
36-Quand on danse en quelque lieu,
Le ciel pleure de tristesse,
Par cette offense de Dieu
L’enfer est dans l’allégresse ;
Tandis que le saint en gémit,
Le pécheur impie en rit.
GChevalier
37-Dieu punit fort fréquemment
Les danseurs, de morts subites,
Vomissant en un moment
Leurs âmes déjà maudites.
Tout d’un coup des bals et des jeux
Ils descendent dans les feux.
GChevalier
38-Va-t’en, monde et tes amis,
Quoi que je vienne de dire,
Dire à tous qu’il est permis
Et de danser et de rire ;
Loin de moi, monde scandaleux,
Adieu, monde malheureux.
GChevalier
II- LA COMÉDIE ET LES SPECTACLES

39-Mais que dirons-nous du bal
Et des maux, des comédies,
De ce trésor infernal
De toutes les infamies ?
C’est là que le cœur le plus dur
S’attendrit pour être impur.
GChevalier
40-C’est le trésor du péché,
Pour y savoir la méthode
De le faire si caché,
Qu’il en devient à la mode,
Et qu’il soit finement vêtu
Des habits de la vertu.
GChevalier
41-Diabolique invention,
Malheureuse comédie.
Oh ! cruelle illusion !
Oh ! infernal incendie,
Où l’on fait toute impiété
Avec joie, avec gaieté !
GChevalier
42-Lieu d’opéra, lieu maudit
Où l’air, la voix et le geste
Opèrent sans contredit
Le poison le plus funeste.
« Les beaux airs ! », dit-on, « les beaux vers ! »
Oh ! sirènes des enfers !
GChevalier
43-O source des plus grands maux,
Fournaise de Babylone,
Où des prestiges nouveaux
Ont mis Satan sur le trône !
O le plus fin des hameçons !
O le plus doux des poisons !
GChevalier
44-Se mettre un masque trompeur,
Défigurer son visage,
Blâmer ainsi son auteur
Et réformer son ouvrage,
C’est porter le sceau du démon
Et se vêtir de son nom.
GChevalier
45-Ce masque de réprouvé
Qui semble au diable son père,
Paraît pour être approuvé :
Non, c’est Satan qui veut plaire.
Ce maudit ainsi travesti
Appelle à prendre parti.
GChevalier
46-Écoutez Satan parler
Par cet acteur qui déclame,
C’est par lui qu’il sait brûler
Le corps aussi bien que l’âme,
Fin serpent glissé sous les fleurs
Et les plus vives couleurs.