Langue
Clics
863
AJPM 5 1

Quand Valli est en forme, le résultat est croustillant : lisez plutôt !

Article précédent : Les 4 fins dernières, tu connais, Bergoglio ? « Bien sûr ! Les 4 lettres L G B T ! »

* * *

Synode, communication et désir de contrôle

Blog d’Aldo Maria Valli, le 30 octobre 2018

Le document final du Synode sur la jeunesse, une brique indigeste, écrit par quelqu’un qui aspire à l’omniscience, aborde également le thème de l’utilisation des technologies de la communication. Il le fait dans la section intitulée Mission dans l’environnement numérique, où, après avoir affirmé que « l’environnement numérique représente un défi pour l’Église à plusieurs niveaux », il est dit que ce sont « les jeunes eux-mêmes qui demandent à être accompagnés dans le discernement des modes de vie matures dans un environnement fortement numérisé aujourd’hui qui nous permettent de saisir les occasions en évitant les risques » (n. 145).

J’aimerais vraiment savoir qui est à l’origine de ces concepts. Les jeunes demandent-ils à être « accompagnés dans le discernement » ? Mais lesquelles ? Mais où ? Mais quand ? Si je regarde autour de moi, je ne vois rien de tout ça. Je vois plutôt beaucoup d’adultes et de personnes âgées, comme moi, qui aimeraient être « accompagnés » par des jeunes pour mieux comprendre et utiliser un peu plus le diable numérique. Mais quand je demande à mes filles, elles soufflent d’abord, puis disent qu’elles ont plus à faire et enfin bofonchiano quelque chose d’incompréhensible. Et si elles daignent enfin m’expliquer quelque chose, elles parlent et piaillent si vite que je ne comprends rien ! J’aimerais « saisir les opportunités » offertes par ces moyens, mais je ne trouve personne pour « m’accompagner » !

L’autre passage consacré à la communication dans le document final est le suivant : « Le Synode espère que des Offices ou organismes appropriés pour la culture et l’évangélisation numérique seront établis aux niveaux appropriés dans l’Église, qui, avec la contribution indispensable des jeunes, favoriseront l’action et la réflexion ecclésiales dans cet environnement. Parmi leurs fonctions, en plus de favoriser l’échange et la diffusion de bonnes pratiques au niveau personnel et communautaire, et de développer des outils appropriés pour l’éducation numérique et l’évangélisation, ils pourraient également gérer des systèmes de certification des sites catholiques, pour contrer la diffusion de fake news sur l’Église, ou chercher à persuader les autorités publiques de promouvoir des politiques et outils plus rigoureux pour la protection des mineurs sur Internet. » (n. 146)

Or, outre le fait que je trouve paradoxal qu’une conférence sur les fake news arrive du Vatican après que le Vatican, il y a quelques mois, ait été le protagoniste d’une méga-fake news (vous vous souvenez de la présentation à la presse d’un message de Benoît XVI passé pour François, lorsque le pape émérite a refusé l’invitation à écrire un essai théologique sur certains essais produits par 11 théologiens pour fêter Bergoglio), cette proposition pour « gérer des systèmes de certification de sites catholiques » a de quoi inquiéter. Comment traduire ce langage bureaucratique en un seul mot : « censure » ? Ou peut-être « morsure » ?

Qui sait pourquoi, face à une telle idée, je me souviens du bon vieux Parti communiste de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques, avec ses "bureaux" efficaces où des appareils diligents évaluent, filtrent, contrôlent et éventuellement manipulent, censurent et sanctionnent.

La proposition suggère que dans les sacrés Palais, la communication, notamment à travers les sites et les blogs, soit évidemment un nerf de la guerre.

Mais, je me demande, comment a-t-on pu mettre une telle voiture en marche ? Qui et comment pourrait garder sous observation une masse énorme de données, de nouvelles et de commentaires ? Il faudrait une sorte de Big Brother judicieux et implacable, un appareil policier digne des systèmes de contrôle les plus vastes et les plus sophistiqués des régimes totalitaires. Le Vatican se sent-il équipé pour ça ? Et avez-vous l’intention d’utiliser le Secrétariat pour la communication à cette fin ou de créer un organe spécial à cette fin ?

Pour ce qui est du nom d’un nouvel organe éventuel, je pourrais en suggérer un : que diriez-vous d’un Comité de sécurité de l’État, par exemple ? Ça ne vous convainc pas ? Mais vous entendez aussi des sons en russe : Komitet Gosudarstvennoj Bezopasnosti. Et c’est encore mieux en acronyme : KGB.

D’autre part, certains membres de « l’Église de la Miséricorde » (voir le cas du jésuite James Martin) ont déjà fait savoir comment, selon eux, nous devrions nous réglementer contre certains sites, jugés insupportables traditionalistes et conservateurs : les fermer.

Mais je pense que les gens de la miséricorde de James Martin doivent s’y résigner. Pour l’instant, la majorité d’entre nous qui produisons des sites et des blogs non alignés vivent encore dans des pays où, pour le meilleur ou pour le pire, la liberté de pensée et d’expression est protégée. Un grand système de « certification » semble donc irréalisable.

Bien sûr, je comprends que cette chose appelée « liberté » est intolérable pour ceux qui pensent sur la base de « certificats » et de « certifications ». Mais je ne sais pas quoi en faire. Les miséricordieux doivent se résigner.

A cet égard, j’ai une question : qui sait si Jésus, lorsqu’il a dit « Que votre discours soit oui, oui ; non, non ; le reste vient du Malin » a imaginé quelque système de certification. Ah, sachez-le ! D’autre part, comme le général jésuite, le Père Sosa, l’a observé avec autorité, à l’époque de Jésus, il n’y avait pas de magnétophone (flûte à bec), et il y aura donc toujours un doute.

Au lieu de cela, je me souviens d’une phrase qui sonne comme ceci : « En temps de mensonge universel, dire la vérité est un acte révolutionnaire. » L’auteur ? George Orwell. L’un de ces Grands Frères des systèmes de contrôle et des régimes dictatoriaux, dans l’ensemble, en signifie assez.

Source : www.aldomariavalli.it/…/il-sinodo-la-co…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
Votre commentaire
P.S. Tout les"Papes " depuis Jean XXIII l'on fait aussi , à vous de comprendre.
GChevalier
Il a une liste noire,
Et GTV est dedans,
"Benoît-et-moi" pareillement.
Citons-en d'autres pour voir :
Life Site News, InfoVaticana,
One Peter Five et Tosatti,
Church Militant et Valli,
Et j'en oublie, excusez-moi.
Montfort AJPM
L'Antéchrist possède la clef
Pour ouvrir et pour fermer,
Pour conforme certifier :
Les trois 6 sont cette clef !
Il s'en servira pour verrouiller
Tous les sites non-homologués
Qui le critiquent vertement
Et qui le traient rudement.
AJPM
On se reconnaît dans le Purgatoire ;
Moi je te connais, me lance François ! Pourquoi me traites-tu d'Antéchrist, hein ? Enlève anté et laisse le reste : voilà ma carte d'identité !