Clicks794
Montfort AJPM
5

Parallèle saisissant entre McCarrick et Danneels, tous les deux couverts par l'Antéchrist

Article précédent : RÉFLEXION III

* * *

Danneels, le McCarrick belge

Une enquête de "Super-Ex" (Marco Tosatti)

qu'Isabelle complète par d'importantes précisions


("Benoît-et-moi", le 3/9/2018)

Très clairvoyant, comme toujours, Super Ex ! Il y a quelques jours déjà que l’épithète « McCarrick belge » circulait ! Et on pourrait relever d’autres similitudes qui ont échappé à la sagacité du chroniqueur italien : par exemple, l’influence néfaste et décisive de Danneels, pendant plusieurs décennies, sur les nominations et promotions épiscopales belges (à l’exception évidemment de son successeur direct, à qui il a fait payer cher sa fidélité au Christ et au magistère de l’Église !) Le critère principal était sans doute l’image et la ressemblance avec le primat d’alors.

Par ailleurs, comme McCarrick, Danneels a connu une « traversée du désert », à laquelle l’avènement du pape François a mis fin en réhabilitant l’un et l’autre. De fait, après l’affaire Vangheluwe et la disgrâce médiatique qui en résultait pour lui (juin 2010), le cardinal Danneels avait pratiquement disparu de la vie publique. Enfin François vint … Mais écoutons à ce propos le cardinal Danneels lui-même, dans une homélie à l’occasion de la célébration de son quatre-vingtième anniversaire en la cathédrale de Malines (7 juin 2013): « J’ai connu des dimanches des Rameaux avec les palmes et les ‘Hosannah’, mais aussi un vendredi saint, avec le cri de Jésus sur mes lèvres : Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? Mais alors, arriva Pâques et le pape François !” Alléluia.

Le vendredi 15 mars 2013, rendant compte de l’élection du nouveau pape, le journal belge
Het Laatste Nieuws (de tendance historiquement anticléricale), titrait : “La douce vengeance de Danneels”. Le journaliste notait que personne n’avait quitté le conclave aussi heureux que Danneels, qui s’était livré à un lobbying intensif pour son « grand ami », dont déjà en 2005 il avait plaidé la cause. Rappelant la déception non dissimulée de Danneels après l’élection du cardinal Ratzinger en 2005, le journaliste de poursuivre, comme un vrai devin : « Quand le pape François voudra prendre conseil pour les nominations belges importantes, ce sera Danneels qui prendra l’avion pour Rome et pas Léonard » et, plus loin : « Danneels sera reçu à bras ouverts à Rome, quand il s’agira de faire le choix d’un nouveau cardinal électeur belge ».

Il y a une autre analogie troublante dans les deux cas, à savoir l’intervention publique d’un ancien nonce, mais dans des sens tout à fait opposés. Beaucoup de prélats qui s’indignent aujourd’hui des déclarations de Mgr Viganó font semblant d’oublier la fameuse interwiew de Mgr Rauber, ancien nonce en Belgique, dans laquelle il critiquait le pape Benoît XVI pour avoir nommé Mgr Léonard à Malines-Bruxelles : « Mgr Léonard n’était ni dans la première 'terna', ni dans la seconde qui a dû être faite. Personnellement, je ne le vois pas du tout adapté pour Bruxelles. J’aurais préféré un auxiliaire de Danneels. […]Avec le Cardinal Danneels, j’ai parlé souvent ; il connaissait les noms de la terna et savait que le nom de Léonard n’y figurait pas. Certainement, il aurait préféré un autre successeur, un de ses auxiliaires, très estimé du clergé », ajoutant enfin que « Danneels et Benoît XVI ont certainement des orientations différentes » (Il Regno, 3 février 2010). Pour ceux qui l’auraient oublié, rappelons quelle fut la réaction du pape François à ces propos indélicats vis-à-vis de Benoît XVI et de Mgr Léonard : le nonce Rauber fut récompensé par le chapeau cardinalice, le 14 février 2015 …


Isabelle

Danneels, le McCarrick belge, parrain de Bergoglio

www.marcotosatti.com/…/un-altro-vescov…
1er septembre 2018
Traduction par Isabelle

* * *

Il suffit de retourner un peu dans le passé pour parvenir à la conclusion que, s’il y avait un reproche à formuler contre le dossier Viganó, ce serait qu’il dit beaucoup, mais pas tout. Et cela simplement parce que Viganó raconte ce qu’il a vu lui-même.
Mais ce qu’il a vu, nous pouvons le dire, s’accorde parfaitement avec d’autres faits et incidents auxquels l’ancien nonce n’a pas assisté en personne.

Vigano souligne les excellentes relations de Bergoglio avec les hommes d’Église ouverts au monde gay et LGBT en général ; – quelques noms suffisent pour en faire la démonstration : Galantino et Paglia en Italie, Kasper et Marx en Allemagne, Wuerl, Farrell, Tobin, Cupich et Martin aux USA.

Pour les suites de l’affaire McCarrick, qui vivra verra (mais je n’ai aucun doute sur l’exactitude du dossier Viganó: sinon, il aurait été démenti, au moins sur ce point précis, par Bergoglio ou par Benoît) ; mais nous pouvons nous déplacer de quelques kilomètres pour trouver un sujet équivalent, un «McCarrick belge», en la personne du cardinal Godfried Danneels.

Sur Vatican Insider du 24 septembre 2015, Marco Tosatti faisait la recension de la biographie de Danneels en ces termes :
« Selon les auteurs, Danneels aurait œuvré pendant des années à préparer l’élection du pape François en 2013. Lui-même d’ailleurs, dans une video enregistrée lors de la présentation du livre à Bruxelles, reconnaît avoir fait partie d’un club secret de cardinaux opposés à Joseph Ratzinger. En riant, il le définit comme ‘une mafia qui portait le nom de Saint-Gall’. Le groupe aspirait à une réforme drastique de l’Eglise, qu’ils voulaient plus moderne et actuelle, avec à sa tête Jorge Maria Bergoglio, le pape François. C’est ce qui est arrivé. Outre Danneels et Martini, le livre cite, entre autres membres du groupe, l’évêque néerlandais Adriaan Van Luyn, les cardinaux allemands Walter Kasper et Karl Lehmann, le cardinal italien Achille Silvestrini et le cardinal britannique Basil Hume».

Quelle est la position de Danneels sur l’idéologie gay?

Le 16 octobre 2014, Paolo Rodari rappelait, dans La Repubblica, que le cardinal belge, «grand électeur» de Bergoglio, était favorable à des lois sur les unions civiles entre homosexuels, et aussi à l’idée d’accorder la communion aux divorcés remariés.

(On me permettra ici une parenthèse : tous les prélats favorables aux unions gay ont, comme par hasard, fait bloc pour s’attaquer à l’indissolubilité de la seule union voulue par Dieu, celle entre un homme et une femme, en anticipant sur Amoris Laetitia ou en défendant le document après sa publication. Est-ce le fait du hasard si Mgr Marcello Semeraro, patron des rassemblements gay en Italie et secrétaire du C9, ou le cardinal Coccopalmerio, dont le secrétaire a été surpris dans une orgie où se mêlaient drogue et sexe, ou encore le cardinal Farrell, qui a signé la préface d’un ouvrage pro LGBT du jésuite James Martin, sont tous auteurs d’au moins un texte destiné à soutenir Amoris Laetitia et à répondre, sur un ton polémique implicite ou explicite, aux dubia ?)

Mais revenons à Danneels. Certains politiciens belges soutiennent que le cardinal, à l’époque de la légalisation de l’avortement, a invité le roi Baudouin à ne pas faire d’opposition et à signer la loi. L’information est sujette à discussion (1), mais il est établi que, plusieurs années plus tard, le 11 avril 2003, Danneels n’hésitera pas à écrire au premier ministre belge, G. Verhofstadt, au sujet des unions civiles alors en discussion (2) (on se rappellera que le gouvernement Verhofstadt accordera, en 2005, aux couples gay le droit d’adoption).

Comment ne pas mettre en rapport le soutien de Danneels à la reconnaissance des unions gay et l’attitude analogue, en Italie, des années plus tard, de Bergoglio lui-même et de son fidèle Nunzio Galantino? Tous se souviendront que, lors des discussions autour de la loi Cirinnà, Bergolio n’est jamais intervenu, et pas non plus pour saluer les deux Family Days tandis que son fidèle Galantino cherchait, par tous les moyens, à stopper Massimo Gandolfini, leader du mouvement catholique pour la Vie, et qu’il a, à maintes reprises, exprimé son approbation pour le tandem parfaitement aligné Cirinnà-Boschi !

Mais revenons encore à Danneels, grand électeur de Bergoglio.

Nous l’avons appelé le «McCarrick belge», mais nous ne savons pas si, lui aussi, a sur le dos une affaire d’abus sexuels.

Ce que nous savons, c’est qu’il a été lui-même plusieurs fois accusé d’avoir, à de multiples reprises, couvert et protégé des ecclésiastiques homosexuels et pédophiles: en 1998, Danneels a été condamné à 500 000 francs d’amende, pour avoir protégé un curé homosexuel abuseur; il a été accusé par un prêtre, Rik Devillé, et par une vingtaine d’autres personnes; quelques fidèles l’ont ensuite accusé d’avoir manqué de vigilance quant à un groupe de travail œcuménique sur la pédophilie, financé par la conférence épiscopale belge. Enfin, il a été soupçonné d’avoir couvert l’évêque de Bruges, reconnu coupable d’abus sexuel sur son neveu! L’année 2010 a même vu la perquisition du domicile du cardinal et la confiscation de son ordinateur!

Le Post du 30 août 2010:
« Ces derniers jours, la presse belge a publié les enregistrements-audio de deux rencontres qui ont eu lieu au mois d’avril dernier, entre le cardinal Godfried Danneels – ancien archevêque de Bruxelles – et une des victimes des actes de pédophilie commis par l’ex-évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, contraint à la démission en juin dernier, après avoir demandé pardon pour ses crimes. Dans les enregistrements, Danneels cherchait à convaincre la victime, aujourd’hui âgée de 42 ans, de ne pas mettre son histoire sur la place publique après tant d’années ou, à tout le moins, d’attendre la retraite du prélat : ‘Il sera à la retraite l’année prochaine et, ce serait mieux, pour toi, d’attendre’, peut-on lire dans les enregistrements retranscrits par les journaux flamands De Standaard et Het Nieuwsblad… »

Comment conclure ? Avec Emiliano Fittipaldi qui, dans son ouvrage Lussuria : Peccati, scandali e tradimenti di una Chiesa fatta di uomini (Luxure : péchés, scandales et trahisons dans une Eglise faite d’hommes), consacre justement quelques pages aux intrigues du cardinal belge, rappelle les demandes d’excuses publiques du cardinal et conclut ainsi: «Le 13 mars 2013, il sera un des grands parrains de Bergoglio. Au Synode sur la famille, il sera un fidèle parmi les fidèles (invité personnellement par le pape, note de M. Tosatti) et cherchera à pousser les revendications progressistes. Tout est pardonné.»

- - -
NDT

(1) En réalité, cette information a bel et bien été confirmée par les plus importants ministres du gouvernement de l’époque, dans une émission rétrospective de la chaîne télévisée francophone francophone à l’occasion des 20 ans de la loi sur l’avortement. Ces interventions ont d’ailleurs été retranscrites et traduites sur « Benoît et moi » (NdT).
(2) Plus précisément, Danneels adressa à Verhofstadt en 2003 une lettre dans laquelle il le félicitait d’avoir mis fin à la discrimination des couples ‘holebi’ : il trouvait excellente la reconnaissance des unions civiles, pourvu qu’on ne leur donne pas le nom de mariage.


Source : benoit-et-moi.fr/…/danneels-le-mcc…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ? (cet article ayant été dynamité, le retrouver ici : gilbertchevalier.blogspot.com/2018/08/bergoglio-666.html )

>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
AveMaria44
Chapitre 5 : Ils sont tombés dans leurs sens réprouvés ceux qui, après ce vice, désirent recevoir l’ordre sacré.
Qui passera outre, en faisant la sourde oreille, qui ne frissonnera pas jusqu’à la moelle en pensant à ce que l’Apôtre a claironné, comme une trompette retentissante, en disant : « Dieu les a livrés aux convoitises de leurs cœurs, à une impureté où ils avilissent eux-mêmes leur propre …More
Chapitre 5 : Ils sont tombés dans leurs sens réprouvés ceux qui, après ce vice, désirent recevoir l’ordre sacré.
Qui passera outre, en faisant la sourde oreille, qui ne frissonnera pas jusqu’à la moelle en pensant à ce que l’Apôtre a claironné, comme une trompette retentissante, en disant : « Dieu les a livrés aux convoitises de leurs cœurs, à une impureté où ils avilissent eux-mêmes leur propre corps. » (Rm. 1) Et un peu plus loin : « A cause de cela, Dieu les a livrés à une passion ignominieuse, car leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature. Pareillement les hommes, délaissant l’usage naturel de la femme, ont brûlé de désir les uns pour les autres, perpétrant l’infamie d’homme à homme, et recevant en leurs personnes l’inévitable salaire de leur égarement. »
Pourquoi donc, après une telle chute, aspirent-ils à la sublimité de l’ordre ecclésiastique ? Que penser, que croire, sinon que Dieu les a livrés à leurs sens réprouvés ? Il ne leur permet pas de voir les choses qui leur sont nécessaires, pressurés qu’ils sont par leurs péchés. Car, ayant perdu les yeux intérieurs, le soleil pour eux se couche, celui qui est sur son déclin. Ils ne parviennent pas à réaliser la gravité des maux que fait commettre l’impureté, ni que c’est plus terrible encore de désirer posséder quelque chose de façon désordonnée, contre la volonté de Dieu. Et, de façon habituelle, cela procède de la règle de la justice divine. Ceux qui se souillent avec cette vilenie mille fois condamnable sont frappés par la malédiction d’un digne jugement : ils se plongent dans les ténèbres de la cécité. Voilà ce qu’on lit sur cette infamie dans les auteurs anciens. Les Sodomites voulaient, avec frénésie, faire violence au juste, et ils étaient déjà sur le point de défoncer la porte. Et voici, dit l’Écriture, que les hommes étendirent la main, ramenèrent Loth à eux, et fermèrent la porte. Et ils frappèrent de cécité ceux qui étaient à l’extérieur, du plus petit jusqu’au plus grand, de sorte qu’ils ne pouvaient pas trouver la porte. (Gen. XIX) Il appert que, par ces deux anges, qu’on lit être venus voir Loth, les personnes du Père et du Fils sont dûment désignées. Le montre de façon évidente le fait qu’en leur parlant Loth a dit : « Parce que ton serviteur a trouvé grâce à tes yeux, et que tu as magnifié la miséricorde que tu m’as montrée, je te demande, mon Seigneur, de sauver mon âme. » Celui qui parle ainsi à deux personnes, comme à une seule, est certain qu’en deux personnes une seule substance est vénérée.
Les Sodomites cherchaient donc à entrer par effraction pour faire violence à des anges. Mais c’est à Dieu que font violence ces hommes immondes, en cherchant à s’approcher des fonctions de l’ordre sacré. Mais ils sont subitement frappés de cécité parce que, par un juste jugement de Dieu, ils tombent dans les ténèbres intérieures, de sorte qu’ils ne parviennent pas à trouver la porte. Parce que, étant séparés de Dieu par le péché, ils ignorent le chemin du retour vers lui. Car ceux qui, non par l’humilité, mais par l’effraction de l’arrogance et de l’ambition, s’efforcent d’accéder à Dieu, se rendent compte immédiatement qu’ils ignorent comment ouvrir la porte d’entrée. Parce que, tout compte fait, c’est le Christ qui est la porte, comme il le dit lui-même : « Je suis la porte. » (Jn X) Ceux qui sous la pression des péchés perdent le Christ, c’est comme si, ne trouvant pas la porte, ils ne pouvaient pas entrer dans l’habitacle des citoyens célestes.
Ils sont donc livrés à leurs sens réprouvés. Comme ils n’évaluent pas le poids de leur faute sur la balance de leur propre esprit, ils pensent qu’une très lourde masse de plomb a la légèreté des peines anodines. Donc, ce qui est dit là : « Ils frappèrent de cécité ceux qui étaient dehors, » l’Apôtre le déclare manifestement quand il dit : « Dieu les a livrés à leurs sens réprouvés. » Et ce qui est ajouté là après : « Pour qu’ils ne puissent pas trouver la porte », saint Paul l’expose clairement quand il dit : « Pour qu’ils fassent ce qui ne convient pas. » C’est comme s’il disait : « Ils essayèrent d’entrer là où ils ne le devaient pas. » Celui qui, indigne des ordres ecclésiastiques, s’efforce de faire irruption dans le ministère de l’autel sacré, qu’est-ce autre que, après avoir laissé de côté le seuil de la porte, s’efforcer d’entrer par la barrière infranchissable du mur ? Et quoiqu’aucune entrée libre ne s’offre à leurs pieds, ceux qui sont tels s’engagent solennellement à pouvoir parvenir au sanctuaire, préférant être frustrés de ce qu’ils ont présumé obtenir, plutôt que de demeurer dans le vestibule extérieur. Ils peuvent, à la vérité, se cogner la tête sur la pierre d’achoppement de la Sainte Écriture, mais il ne leur est jamais permis d’entrer par la voie de la divine autorité. Et pendant qu’ils tentent d’entrer au lieu qui leur est interdit, ils ne font rien d’autre que de palper un mur complètement recouvert. Ce n’est pas sans raison qu’on peut leur appliquer ce que dit le Prophète : « Ils tâtaient en plein midi comme pendant la nuit. » (Job V) Et ceux qui ne peuvent pas franchir le seuil de la vraie entrée, ils s’égarent en route, et tournent en rond en un cercle vicieux. C’est d’eux que parle le psalmiste quand il dit : « Mon Dieu, pose-les comme une roue. » (Ps LXXX11) Et de même : « Les impies marcheront en rond. » (Ps, X1) C’est en parlant d’eux qu’un peu plus loin saint Paul ajoute, après avoir énuméré leurs crimes : « Ceux qui font de telles choses sont dignes de mort, non seulement ceux qui les font, mais aussi ceux qui consentent à ce qu’ils font. » (Rm 1) Liber Gomorrhianus St Pierre Damien
Etienne bis
Sans connaître l'ex-cardinal Américain, mais pour avoir observé souvent le cardinal, ex primat de Belgique, il y a des différences entre eux.
Dans un concours de nombrilisme-sous-camouflage, la palme devrait revenir au Belge : plus faux-cul que lui, tu meurs.
GChevalier
- Mais que veux-tu dire par là ?
- Je vais tout t'expliquer cela !
En deux-mille-trente, nous avons tout prévu
Sur les inspirations bien sûr de Lulu,
À savoir qu'il ne devrait plus rester
Que bien peu, très peu d'hommes en vérité.
De huit milliards que nous sommes aujourd'hui
Huit-cent-millions resteront, c'est dit !
- Pas très ragoutant, ton affaire !
- Que veux-tu, c'est la conciliaire !
Nous ne sommes pas arrivés encore
Où il y aura des morts et des morts !
- L'avortement en fait pourtant beaucoup !
- C'est pour ainsi dire comme rien du tout !
- Et l'euthanasie en fait aussi !
- Tu verras pire, je te le dis !
Montfort AJPM
Marie a un nom de salut ;
L'Antéchrist a un nom de damnation.