Clicks585

A23b. Noël des âmes pieuses (2) (cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort)

AJPM
1
AJPM538 Intégral Montfort-Cantiques / www.montfortajpm.sitew.fr / Chaîne YouTube : Montfort AJPM / Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle). N'hésitez pas à télécharger. [AJPM537-…More
AJPM538 Intégral Montfort-Cantiques / www.montfortajpm.sitew.fr / Chaîne YouTube : Montfort AJPM / Compositeur-interprète : Gilbert Chevalier (aveugle). N'hésitez pas à télécharger. [AJPM537-AJPM539] Intégral Ave Maria / Le Ciel ouvert par les 3 Ave Maria

Autre version

Voir paroles dans commentaire ci-dessous

***********************************************************

PROPHÉTIE DE SAINT FRANÇOIS D'ASSISE :

« Ayant convoqué ses frères peu de temps avant de mourir, il les avertit des tribulations futures, disant :
« Mes frères, agissez avec force, ayez de la fermeté et soyez dans l’attente du Seigneur. Une grande époque de tribulations et d’affliction est imminente dans laquelle de grands périls et des embarras temporels et spirituels pleuvront, la charité d’un grand nombre se refroidira et l’iniquité des méchants surabondera. Le pouvoir des démons sera plus grand que d’ordinaire, la pureté immaculée de notre congrégation religieuse et des autres sera flétrie, au point que très peu parmi les chrétiens voudront obéir au vrai Souverain Pontife et à l’Église Romaine avec un cœur sincère et une charité parfaite. Au moment décisif de cette crise, un personnage non canoniquement élu, élevé à la Papauté, s’efforcera avec adresse de communiquer à beaucoup le poison mortel de son erreur. Alors les scandales se multiplieront, notre congrégation religieuse sera divisée, plusieurs parmi les autres seront complètement détruites, parce que leurs membres ne s’opposeront pas mais consentiront à l’erreur. Il y aura tant et de telles opinions et divisions dans le peuple, et chez les religieux et chez les clercs que si ces jours mauvais n’étaient abrégés, comme l’annonce l’Évangile, même les élus tomberaient dans l’erreur (si cela se pouvait), si dans un tel ouragan ils n’étaient protégés par l’immense miséricorde de Dieu. Alors notre Règle et notre manière de vivre seront attaquées très violemment par certains. D’effroyables tentations surviendront. Ceux qui auront été très éprouvés en bien recevront la couronne de vie. Malheur éternel à ceux qui s’attiédiront en mettant leur seule espérance dans leur vie de religion, qui ne résisteront pas fermement aux tentations permises pour l’épreuve des élus. Ceux qui dans la ferveur de l’esprit s’attacheront à la piété avec charité et le zèle de la vérité, recevront des persécutions et des injures comme désobéissants et schismatiques. Car leurs persécuteurs aiguillonnés par les esprits mauvais diront que c’est faire un grand hommage à Dieu de tuer et de faire disparaître de la terre des hommes si mauvais. Alors le Seigneur sera le refuge des affligés et il les sauvera parce qu’ils auront espéré en lui. Et alors, pour se conformer à leur Chef, ils agiront selon la Foi et ils choisiront d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, gagnant par la mort la vie éternelle. Ne voulant pas consentir à l’erreur et à la perfidie, ils ne craindront absolument pas la mort. Alors la vérité sera tenue dans le silence par certains prédicateurs alors que d’autres la foulant aux pieds la nieront. La sainteté de vie sera tenue en dérision par ceux qui la professent extérieurement, c’est pourquoi Notre-Seigneur Jésus-Christ leur enverra non pas un digne pasteur, mais un exterminateur. » »

(Traduction littérale du texte latin figurant dans les très officielles « Opera omnia » de saint François d’Assise, imprimerie de la bibliothèque ecclésiastique, Paris 1880, colonne 430)

***********************************************************
AJPM
* * * AM18. Le Chapelet récité * * *

1- Voyez-vous ce cher Enfant
Dans cette pauvre étable ?
C’est un Seigneur tout-puissant,
C’est un Dieu véritable.
C’est le Maître souverain
Des têtes couronnées,
C’est celui qui tient tout en sa main,
C’est le Dieu des armées.

2- Ce cher Enfant aujourd’hui
Nous parle en son silence,
Et tout nous parle de lui
Dans sa divine enfance.
On lit dans sa pauvreté,
More
* * * AM18. Le Chapelet récité * * *

1- Voyez-vous ce cher Enfant
Dans cette pauvre étable ?
C’est un Seigneur tout-puissant,
C’est un Dieu véritable.
C’est le Maître souverain
Des têtes couronnées,
C’est celui qui tient tout en sa main,
C’est le Dieu des armées.

2- Ce cher Enfant aujourd’hui
Nous parle en son silence,
Et tout nous parle de lui
Dans sa divine enfance.
On lit dans sa pauvreté,
Son amour est extrême !
Tout nous dit : Voyez sa charité,
Voyez comme il nous aime !

3- Ces deux pauvres animaux,
Cette étable et ces langes
Sont des chantres bien nouveaux
Pour former ses louanges.
Aimez ce bon petit Roi,
Disent-ils d’un air tendre.
Mais il faut avoir bien de la foi
Pour le pouvoir entendre.

4- Qu’il fait bon voir le Sauveur
Sur le sein de sa Mère !
Il se presse sur son Cœur
D’une douce manière.
Il la baise tendrement,
Il l’accole, il l’embrasse.
Ses souris, son air tendre et charmant
La remplissent de grâce.

5- Que ce Roi du ciel est grand !
Oh ! qu’il est adorable !
Qu’il est petit à présent,
Mais qu’il en est aimable !
Que cet Enfant a d’attraits
Sur son divin visage !
Ses doux yeux ont des charmes secrets
Qui parlent sans langage.

6- Il prêche l’humilité,
Il prêche l’innocence,
Il prêche la charité,
Il prêche la souffrance.
Oh ! qu’il parle éloquemment,
Puisqu’il parle d’exemple !
Il ravit, il touche vivement
Celui qui le contemple.

7- Qui comprendra ce qu’il dit
Pour nous, à Dieu son Père,
Puisqu’il se rend si petit
Pour calmer sa colère ?
Pour lui donner aujourd’hui
Une gloire infinie,
Il ne veut paraître devant lui
Qu’en qualité d’hostie.

8- Regardez votre cher Fils,
Ô Père des lumières,
Écoutez ses petits cris,
Écoutez ses prières.
Il vous prie en se taisant,
Il parle par ses larmes,
Calmez-vous par son état présent
Et mettez bas les armes.

9- Ô Jésus, votre dessein
En naissant dans l’étable
Est de trouver dans mon sein
Un séjour agréable.
Venez-y donc maintenant
Reposer avec gloire.
Que je sois vaincu par un enfant,
Ô la douce victoire !