Clicks216

DOUCE NUIT

JMJ731 SOMMAIRE "Noëls traditionnels & montfortains" / Le CHAPELET récité [JMJ730-JMJ732] TABLE des 2000 CANTIQUES / Les 3 AVE MARIA du matin & du soir : montfortajpm.blogspot.com/p/blog-page.html
Chant : Jean-Myriam Chevalier / Accompagnement : Gilbert Chevalier (aveugle)
Enregistrement : 31 décembre 2017

Diaporama animé : www.youtube.com/watch

1- Douce nuit, sainte nuit !
Dans les cieux l’astre luit,
Le mystère annoncé s’accomplit.
Cet Enfant sur la paille endormi,
C’est l’Amour infini ! (bis)
...

Paroles en PDF : NOËLS TRADITIONNELS & MONTFORTAINS par Gilbert & Jean-Myriam Chevalier

Autres versions : Douce nuit (accompagnement au piano)
& À l'Enfant-Jésus sur "Douce nuit"

Même style : VENEZ, DIVIN MESSIE !

CANTIQUES pour le saint jour de NOËL (25 décembre) :
montfortajpm.blogspot.com/2018/12/minuit-chretiens.html

Autres Noëls : "MINUIT, CHRÉTIENS" (chanté & instrumental)
& NOËLS MUSICAUX
& Il est né le divin Enfant (accompagnement à l’orgue)
& Entre le bœuf et l'âne gris

********************

« Le Rosaire est admirable !
Il donne à tous du secours,
Il guérit l’âme incurable :
Disons-le donc tous les jours ! »

montfortajpm.blogspot.com/p/le-chapelet-rec…
(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

C’est par l’Ave Maria,

LE BON CHAPELET
(à télécharger ici : montfortajpm.blogspot.com/…/lien-pour-telec… )
Prenez votre chapelet
Et souvent le récitez

www.youtube.com/watch
Ou bien le psalmodiez
www.youtube.com/watch
Ou encore le chantez :
www.youtube.com/watch
Un Chapelet bien récité
www.youtube.com/watch
Ou chanté ou psalmodié
www.youtube.com/watch
Et bien intentionné
Est un bon Chapelet !


Que tu te sauveras !

« Récitant tous les jours un Rosaire, si vous êtes fidèles à le dire malgré la grandeur de vos péchés, dévotement jusqu'à la mort, croyez-moi, vous recevrez une couronne de gloire qui ne flétrira jamais. Quand vous seriez sur le bord de l'abîme, quand vous auriez déjà un pied dans l'enfer, quand vous auriez vendu votre âme au diable comme un magicien, quand vous seriez un hérétique endurci et obstiné comme un démon, vous vous convertirez tôt ou tard et vous sauverez, pourvu que, je le répète, et remarquez les paroles et les termes de mon conseil, vous DISIEZ TOUS LES JOURS LE SAINT ROSAIRE, DÉVOTEMENT JUSQU’À LA MORT, POUR CONNAÎTRE LA VÉRITÉ ET OBTENIR LA CONTRITION ET LE PARDON DE VOS PÉCHÉS. »

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, "Le Secret admirable du Très Saint Rosaire")

*****************************************
avecrux.avemaria
Paix et bien Gilbert C'est dommage, la Nativité de notre Seigneur n'a plus sa place. J'ai grand pitié de mes frères et soeurs. Vous vous rendrez compte bien vite que toute cette agitation est vaine. Il est vrai que nous sommes mûrs pour la récolte. Mais alors quelle récolte puisque tout est asséchée par le vent de la révolte ! J'ai grand pitié de vous.
DDFG5 likes this.
AJPM
* La CONTRITION PARFAITE & la COMMUNION SPIRITUELLE *

Saint Jour de NOËL (25 Décembre) par Saint Alphonse de Liguori
NAISSANCE de JÉSUS
montfortajpm.blogspot.com/…/saint-jour-de-n…
La naissance de Jésus-Christ fut un sujet de joie pour tout l’univers. Il était le Messie promis à Adam, l’objet de tant de prières et de soupirs qu’Il était appelé le Désiré des Nations, le Désir des …More
* La CONTRITION PARFAITE & la COMMUNION SPIRITUELLE *

Saint Jour de NOËL (25 Décembre) par Saint Alphonse de Liguori
NAISSANCE de JÉSUS
montfortajpm.blogspot.com/…/saint-jour-de-n…
La naissance de Jésus-Christ fut un sujet de joie pour tout l’univers. Il était le Messie promis à Adam, l’objet de tant de prières et de soupirs qu’Il était appelé le Désiré des Nations, le Désir des collines éternelles. Ce Sauveur est enfin venu ; Il est né dans une étable. L’Ange du Seigneur nous répète ce qu’Il dit alors aux bergers de Bethléem : « Je vous annonce un grand sujet de joie pour tous les hommes : c’est qu’aujour

d’hui même il vous est né un Sauveur. » Quelle allégresse, dans un royaume à la naissance du royal enfant qui sera l’héritier du trône ! Mais combien ne devons-nous pas nous réjouir davantage en apprenant que le Fils de Dieu vient du Ciel pour régner sur nos cœurs par Son Amour, ainsi que l’annonça le prophète : « Pressé par les entrailles de Sa Miséricorde, Il a bien voulu descendre jusqu’à nous visiter. Nous étions perdus, et Il vient nous sauver. » Le Pasteur vient à la recherche de ses brebis perdues, prêt à donner Sa Vie pour elles. Voici l’Agneau de Dieu : Il vient s’immoler pour nous faire renaître à la vie de la grâce ; Il veut être notre Libérateur, notre Lumière, notre Vie ; et même notre nourriture dans le Saint-Sacrement.

Si Jésus naissant voulut qu’on le mît dans une crèche où les animaux prennent leur nourriture, c’est, dit Saint Maxime, pour nous faire comprendre qu’Il s’est fait homme non seulement afin de nous sauver par ses souffrances, mais encore pour nous donner en nourriture Sa Chair sacrée, aliment d’éternelle vie. Bien plus, Il veut chaque jour, au Saint Sacrifice de la Messe, naître entre les mains du prêtre, au moment de la consécration. L’autel est la Crèche où le Prêtre se rassasie de la Chair de Jésus-Christ, la Crèche où Il prend cette Divine Nourriture pour la donner aux fidèles. Il y a des Chrétiens qui souhaiteraient tenir Jésus entre leurs bras, comme le Saint vieillard Siméon ; mais la Foi nous enseigne que, lorsque nous communions, nous avons non pas dans nos bras, mais dans notre poitrine, ce même Jésus que la Foi nous montre aujourd’hui couché dans la crèche à Bethléem. Il y est né pour se donner entièrement à nous. « Un petit Enfant nous est né : un Fils nous a été donné. »

Affections et prières

« J’ai erré comme une brebis loin du bercail, dit le Psalmiste ; cherchez votre serviteur. » Seigneur, je suis cette pauvre brebis qui, pour suivre ses fantaisies et ses caprices, s’est malheureusement perdue ; mais Vous êtes mon Pasteur ; Vous êtes aussi l’Agneau Divin venu du Ciel me sauver en Vous immolant sur la Croix pour expier mes péchés. Si donc je veux me corriger, qu’ai-je à craindre ? Ne dois-je pas au contraire me confier en Vous, qui êtes descendu en ce monde tout exprès pour me sauver ? Quelle plus grande preuve de Miséricorde pouviez-Vous me donner, mon doux Rédempteur, pour m’engager à me confier en Vous, que de Vous donner à moi ? Cher Enfant, combien je regrette de Vous avoir causé tant de douleur ! Je Vous ai fait pleurer dans l’étable de Bethléem ; mais sachant que Vous y êtes venu pour me chercher, je me jette à Vos pieds plein de confiance. Je Vous vois tout affligé et humilié dans la Crèche, sur la paille ; cependant je Vous reconnais pour mon Roi et mon Souverain Seigneur. J’entends Vos tendres vagissements : ils m’invitent à Vous aimer et réclament mon cœur. Le voici, ô Jésus ; je me jette aujourd’hui à Vos pieds pour Vous l’offrir ; changez-le, embrasez-le tout entier du Feu de Votre Amour. Je Vous entends me dire : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur. » Mais si je ne Vous aime pas, ô Jésus, Vous mon Seigneur et mon Dieu, qui donc aimerai-je ? Vous me dites que Vous êtes tout à moi : de fait, c’est pour cela que Vous vous êtes fait homme et petit enfant ; et moi je refuserais d’être tout à Vous ! Oh ! non, mon bien-aimé Seigneur : je me donne tout à Vous, et je Vous aime de tout mon cœur ; ne permettez pas que je cesse jamais de Vous aimer.

Ô ma Souveraine, ô Marie, je Vous en conjure, par la joie qui remplit Votre Cœur lorsque pour la première fois Vos yeux bénis purent contempler Votre Divin Fils, suppliez-Le de m’attacher inséparablement à Lui par les liens du plus pur amour.