Clicks3K

Cathédrale Saint-Lazare d'Autun

Irapuato
2
by ktotv on May 5, 2012 Cathédrale Saint-Lazare d'Autun
Irapuato
(We visited it!) Autun Cathedral (French: Cathédrale Saint-Lazare d'Autun) is a Roman Catholic cathedral, and a national monument of France, in Autun. Famous for its Cluniac inspiration and its Romanesque sculptures by Gislebertus it is a highlight in Romanesque art[1] in Burgundy and it is the seat of the Bishop of Autun. The Bishop of Autun set forth the construction of …More
(We visited it!) Autun Cathedral (French: Cathédrale Saint-Lazare d'Autun) is a Roman Catholic cathedral, and a national monument of France, in Autun. Famous for its Cluniac inspiration and its Romanesque sculptures by Gislebertus it is a highlight in Romanesque art[1] in Burgundy and it is the seat of the Bishop of Autun. The Bishop of Autun set forth the construction of St. Lazare Cathedral as a result of the large movement of pilgrims travelling to Vezelay as they progressed on the pilgrimage route to Santiago de Compostela.[2] Due to social practices that involved pilgrims venerating the relics of saints in this period, the Bishop of Autun ordered the creation of a larger cathedral to house the relics and accommodate the influx of pilgrims into Autun.[3] The column capitals and main façade of the church are embellished with realistic sculptures carved by Gislebertus. The artwork is a means of teaching the masses of Christian ethics with dramatic scenes of heaven and hell.[4]
en.wikipedia.org/wiki/Autun_Cathedral
Irapuato
La cathédrale Saint-Lazare d'Autun est une cathédrale catholique située à Autun, en Saône-et-Loire. Construite au XIIe siècle et consacrée comme cathédrale à la fin du XXe siècle, en remplacement de la cathédrale Saint-Nazaire. Elle est le siège du diocèse d'Autun, Chalon et Mâcon.
Sommaire

1 Historique
2 Description
2.1 Le tympan
2.2 L'intérieur
2.3 La salle capitulaire
3 Le musée …More
La cathédrale Saint-Lazare d'Autun est une cathédrale catholique située à Autun, en Saône-et-Loire. Construite au XIIe siècle et consacrée comme cathédrale à la fin du XXe siècle, en remplacement de la cathédrale Saint-Nazaire. Elle est le siège du diocèse d'Autun, Chalon et Mâcon.
Sommaire

1 Historique
2 Description
2.1 Le tympan
2.2 L'intérieur
2.3 La salle capitulaire
3 Le musée Rolin
4 Voir aussi
4.1 Articles connexes
4.2 Liens externes
5 Bibliographie
6 Références et notes
Historique
Une première cathédrale a été construite à Autun à partir du Ve siècle, consacrée plus tardivement à saint Nazaire (il en reste une chapelle du XIVe siècle). La cathédrale Saint-Lazare (dédiée à Lazare d'Aix et non au saint Lazare de l'Évangile) fut projetée par Étienne de Bagé afin de conserver les reliques du dit saint, jusqu'alors situées dans le premier édifice.
Commencée vers 1120 par l'évêque d'Autun, Étienne Ier de Baugé, elle fut achevée en 1146, le porche étant achevé quelques années plus tard. Elle est bâtie sur le modèle de l'abbatiale de Paray-le-Monial. Elle possède, tout comme à Cluny et à Paray, une voûte en berceau brisé, construite peu de temps après sa consécration comme cathédrale, puisqu'on ajouta des arcs-boutants à cette époque. Une flèche fut construite en 1469 par le cardinal Rolin (le fils du chancelier Rolin), au-dessus de la croisée du transept, à la place d'un clocher roman détruit par la foudre. Elle atteint 80 m de haut.

Plan de la cathédrale d'Autun
En 1766, l'édifice eut à subir plusieurs dommages du fait des chanoines du chapitre de la cathédrale[1]. L'art médiéval était peu apprécié à l'époque et les chanoines voulaient renouveler l'aspect de la cathédrale[2] dans un style plus baroque[3]. Le portail latéral et son tympan furent détruits et les pierres réemployées pour la construction des maisons voisines. La fameuse Tentation d'Ève fut donc incluse dans un mur avant d'être redécouverte. Le jubé et le monumental Tombeau de saint Lazare qui se trouvait derrière l'espace du chœur ont été également démantelés (les statuaires restantes du tombeau sont exposées au musée Rolin). Tout l'espace du chœur fut détruit, y compris la mosaïque du XIIe siècle, remplacée par un pavé neuf. Le fameux tympan du Jugement Dernier de Gislebert, a été recouvert de plâtre, les chanoines d'alors le jugeant de mauvais goût. Cela lui valut d'être préservé du vandalisme de la période révolutionnaire qui prit pour cible, entre autres, les tympans et linteaux d'églises de Saône-et-Loire[4],[5],[6]. Il a été redécouvert en 1837 et restauré. La tête du Christ, ayant été sectionnée au cours du premier plâtrage et conservée au musée Rolin à côté, n'a été remise en place qu'en 1948.
La cathédrale et le quartier (ville haute ou Hauts-quartiers) ainsi que la ville moyenne, sont intégrés dans un secteur sauvegardé de 74 ha depuis 1973. Ce secteur compte nombre de lieux remarquables.
Description
Le tympan

Tympan Le Jugement dernier
Il s'agit de l'élément le plus remarquable de la cathédrale. Exceptionnellement, on connaît le nom du sculpteur qui fut l'auteur au moins du Jugement dernier : il s'agit de Gislebert, qui signe de son nom aux pieds du Christ (Gyslebertus hoc fecit)[7].
On peut le décomposer en une scène centrale représentant le Christ en Majesté, surmontant un linteau et entourée de deux arcades, l'externe comprenant de nombreux médaillons figuratifs comportant des représentations des signes zodiacaux, et des travaux aux différents mois de l'année. Le tout repose sur des colonnes à chapiteaux historiés.
La scène centrale représente un Jugement dernier, avec le Christ en mandorle. Il possède plusieurs éléments classiques de ce sujet :
résurrection des morts, dont certains se cachent déjà le visage, d'autres portent les emblèmes du pèlerin (coquille Saint-Jacques) ;
la vierge folle aux seins mordus par les serpents, représentant la Luxure ;
un Christ immense dominant la scène ;
à sa droite, Saint Pierre fait entrer les justes au Paradis ; au-dessus, une grande place est faite à la Vierge Marie intercédant ;
à la gauche du Christ, a lieu la pesée des âmes ; comme d'habitude dans ce genre de scènes, le Diable triche en appuyant sur la balance, mais exceptionnellement l'archange Saint-Michel triche lui aussi en faveur des humains. L'enfer occupe une place réduite.
On a donc une représentation optimiste du Jugement dernier, en cohérence avec l'époque prospère de sa réalisation.

Trumeau du portail central
Le trumeau est bien postérieur puisqu'il date du XIXe siècle et représente saint Lazare et ses deux sœurs. Jugé barbare par les chanoines le tympan fut plâtré par ceux-ci en 1766. Peu après le passage de Stendhal à Autun, d'autres chanoines le dégagèrent, sans la tête qui manquait au Christ. Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que le chanoine Denis Grivot la remit à sa place.
De juin à octobre 2009, le tympan en cours de restauration est recouvert d'une bâche avec sa reproduction en trompe-l'œil et en grandeur nature. Elle est retirée le 9 novembre 2009. Cette restauration a duré de juin à octobre. Deux restaurateurs d'art ont rénové les sculptures à l'aide de micro-laser, micro-sablage et de tampon avec solvant selon la nature de la pierre. La teinte noirâtre d'une des voussures a disparu. Sept fragments des réserves du Musée Rolin retrouvent leur place, dont une mèche du Christ, sa tête a été légèrement repositionnée. Cette opération a coûté 110 000 euros dont 20 000 pour un système anti-pigeons utilisé également à Fribourg et Berne. Le tympan restauré est inauguré le 13 novembre 2009 en présence des autorités départementales et épiscopales.
L'intérieur

Piliers de la nef

Le Martyre de Saint-Symphorien, huile sur toile de Dominique Ingres (1834), est exposé à l'entrée de la sacristie.
Les nefs centrales et latérales sont en voûte brisée, non contrebalancées, à l'origine par des arcs-boutants, rendant l'ensemble assez instable. Ces derniers ont été rajoutés au XIIIe siècle.
Le chœur a été refait au XVe siècle en style gothique et les vitraux datent du XIXe siècle et XXe siècle.
Le retable Noli me tangere est le seul retable du XVIe siècle de la cathédrale. Sainte Marie-Madeleine et le Christ se dressent de part et d'autre d'un arbre supportant les armoiries des commanditaires. Sur le phylactère partiellement brisé est retranscrite la phrase que prononce Jésus à l'intention de Marie-Madeleine : « Noli me tangere » (« Ne me touche pas »).
Des chapiteaux historiés ornent les colonnes de la nef centrale. Bien que remarquables, ils sont assez peu visibles du fait de leur éloignement et de la relative pénombre.
La cathédrale possède un grand tableau de Dominique Ingres représentant le martyre de Saint Symphorien, situé à l'entrée de la sacristie. Un autre tableau, de François-Joseph Heim, La résurrection de Lazare, est représentatif du renouveau de la penture religieuse en France au XIXe siècle ... même s'il illustre le saint Lazare de l'Évangile et non Lazare d'Aix, qui est le saint honoré dans cette cathédrale. Une Piétà, œuvre du Guerchin et un Christ mort de Daniel Seyter sont également présentés dans la cathédrale.

Noli me tangere, partie d'un retable du XVIe (cathédrale Saint-Lazare, Autun)

La résurrection de Lazare par François-Joseph Heim (cathédrale Saint-Lazare, Autun)

Autun : cathédrale Saint-Lazare, vitraux du chœur

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Les vitraux, datant de 1868, fabriqués par l'atelier Lusson de Paris, représentent la vie de saint Léger (616-678)), évêque martyr d'Autun, illustrant sa consécration comme évêque, sa présentation au roi Childéric II, son arrestation par les soldats d'Ébroïn, maire du palais et rival de saint Léger et sa décapitation[8]. Peu avant l'entrée de la salle capitulaire, se trouvent les statues funéraires de Pierre Jeannin et d'Anne Guéniot qui sauvèrent de nombreuses vies lors du massacre de la Saint-Barthélemy. Le tombeau de l'ancien président du Parlement de Bourgogne, décédé en 1623, et de son épouse a été détruit lors de la Révolution française, mais leurs statues, après avoir été transférées hors de la cathédrale, y ont été replacées en 1807.
La salle capitulaire
Ancienne bibliothèque, la salle capitulaire rassemble aujourd'hui une trentaine de chapiteaux, réalisés pour la plupart par Gislebertus[9], et extraits lors de la rénovation des piliers soutenant le clocher par Eugène Viollet-le-Duc. Les chapiteaux représentent des scènes bibliques ou des créatures extraordinaires.

La salle capitulaire à la cathédrale Saint-Lazare d'Autun

La pendaison de Judas

Adoration des mages

Sommeil des mages

La fuite en Égypte
Comme fréquemment en Bourgogne, les toits sont couverts de tuiles vernissées aux couleurs variées, formant des motifs géométriques.
Le musée Rolin
Situé à proximité de la cathédrale, le musée Rolin expose des vestiges des rénovations anciennes de la cathédrale.
Article détaillé : Musée Rolin.
On y trouve, en particulier l'un des premiers nus de l'histoire de la sculpture romane[10], représentant La Tentation d'Ève ou Ève couchée, attribué à Gislebert[9]. La cathédrale étant orientée Nord-Sud, ce haut-relief ornait le linteau du portail est. Les pèlerins sortaient par ce portail pour se rendre en face dans l'ancienne cathédrale Saint Nazaire qui, elle, était orientée est-ouest. Il fut démonté en 1766, en même temps que le Tombeau de saint Lazare et le Jubé, les chanoines du XVIIIe siècle étant peu sensibles aux beautés de l'art médiéval. Ce linteau représente Ève couchée, le corps ondulant dans une posture sensuelle, détournant les yeux du geste qu'elle s'apprête à commettre. Elle tend la main dans son dos, tenant la pomme représentant le péché originel. À droite, se trouve l'arbre de la connaissance, le serpent encore présent et le diable qui fuit, représentant la force qui pousse l'humanité au mal. Le visage d'Ève est traité en deux à-plats à angle quasi droit sur l'arête du nez, dans un style proche du cubisme, et reflète l'expression d'une femme qui va consommer le péché.
Le musée conserve d’autres vestiges du tympan du portail détruit, comme une Assomption de la Vierge et la sculpture d'un moine. Des vestiges du Tombeau de saint Lazare, qui se dressait derrière le maître-autel de la cathédrale, sont également exposés au musée Rolin ainsi que des chapiteaux de la cathédrale[6].
Par ailleurs, la tête d'une statue de saint Pierre du XIIe siècle provenant du Tombeau de saint Lazare est conservée au Musée du Louvre, et une Vierge à l’enfant, initialement présente dans la cathédrale, est exposée au Metropolitan Museum of Art de New York.
fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale…