Clicks10.1K

Pie XII, un don pour le XXème siècle

Philomène
11
Diaporama réalisé en l'honneur du Grand Pape Pie XII
Philomène
Eloge du Pape Pie XII – prononcé par Sa Sainteté Jean XXIII à Venise dans la basilique patriarcale de Saint-Marc, le 11 octobre 1958.
Livre du Cardinal Domenico Tardini : « Pie XII » – paru aux éditions Fleurus - 1961

- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :-

En toute circonstance, quand elle s’élève dans cette basilique, ma parole s’inspire volontiers de l’Evangile de saint Marc, notre patron.…More
Eloge du Pape Pie XII – prononcé par Sa Sainteté Jean XXIII à Venise dans la basilique patriarcale de Saint-Marc, le 11 octobre 1958.
Livre du Cardinal Domenico Tardini : « Pie XII » – paru aux éditions Fleurus - 1961

- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :-

En toute circonstance, quand elle s’élève dans cette basilique, ma parole s’inspire volontiers de l’Evangile de saint Marc, notre patron. Or le rite funèbre célébré aujourd’hui en l’honneur du glorieux Pontife Pie XII qui vient de passe de ce monde à l’autre, et pour le repos de son âme, ne peut être mieux illustré que par le témoignage de saint Marc lui-même, filius et interpres Petri, ce témoignage qu’il a recueilli de la bouche des foules extasiées, stupéfaites des prodiges accomplis par Jésus, et qu’il nous a rapporté. Vainement, à ces admirateurs on imposait le silence car magis plus praedicabant, eo amplius admirabantur, dicentes : bene omnia fecit, et surdos fecit audire et mutos loqui * (Marc, VII, 36-37).

Depuis près de vingt ans, la voix de Pie XII, du Pasteur Angélique, du Serviteur des serviteurs de Dieu, s’est élevée quotidiennement dans les limites de sa patrie, annonçant la Bonne Nouvelle, avertissant, encourageant, au bien tantôt des fidèles isolés, tantôt des foules innombrables. Et souvent ces frontières ont été dépassées, à l’exemple de Jésus se rendant au-delà de Tyr, dans la direction de la mer de Galilée, dans la Décapole, jusqu’aux régions de Palestine les plus éloignées et les plus opposées.

Et de même que les miracles parlaient du vivant du Christ, avec Pie XII une voix s’est élevée, efficace, pénétrante, une clameur qui a retenti dans tout l’univers.

Votre Patriarche, chers Messieurs, se souvient encore d’avoir prononcé, il y a 36 ans, en s’exprimant avec sa simplicité coutumière, un discours funèbre à la mémoire du Pape Benoît XV, et cela dans l’église paroissiale de Castelgandolfo, voisine de la résidence papale alors silencieuse et vide, et sur le thème de cette citation de Saint Marc : Bene omnia feciti.

Sept années d’une âpre lutte avaient suffi à la gloire de Benoît XV, ce pape de taille exiguë, si grand par l’intelligence et par le cœur. C’est lui qui, le 13 mai 1917, par l’onction épiscopale, fit descendre sur le jeune prélat Eugène Pacelli cette vertu divine qui devait l’acheminer vers les hauteurs du sacerdoce suprême.

Mais que dire maintenant de ce dernier, du Pape Pie XII, après cette période de presque quatre lustres d’un règne qui fut plus de guerre que de paix ? Que dire de lui dont l’enseignement eut des résonances si profondes, dont la parole s’est répercutée sur toute la surface de la terre et qui à cette forme particulière d’apostolat a su joindre une activité pastorale si grande que vingt volumes suffisent à peine à en rendre compte ?

Dans l’après-midi d’hier, en assistant à la translation de la dépouille mortelle du Pape, de Castelgandolfo à Saint-Jean puis à Saint-Pierre, je me suis posé cette question : le triomphe d’un Empereur romain montant au Capitole a-t-il pu jamais égaler le spectacle que j’ai sous les yeux ? Mis à part le déploiement de force militaire, a-t-il jamais pu atteindre cette imposante dignité, revêtir cette majesté toute spirituelle, susciter une pareille émotion ? Et une fois de plus me sont revenus à l’esprit ces mots de notre grand écrivain lombard : « Qu’elle est grande, la force de la charité ! Il arrive qu’à l’occasion d’une calamité générale, alors que tant de souvenirs divers de faits mémorables s’offrent à l’esprit, on ne retienne que le nom d’un seul homme, parce qu’à cet homme elle a
inspiré des sentiments et des actions plus mémorables encore que les maux endurés. Et le souvenir d’un tel homme qu’elle impose à l’esprit résume pour ainsi dire toutes ces souffrances parce que c’est elle qui l’y a poussé et introduit comme un guide, comme un bienfaiteur, comme un modèle, et comme une victime volontaire. Cette catastrophe qui a atteint tous les hommes, on la lui rapporte comme s’il s’agissait d’une entreprise glorieuse. C’est de lui qu’elle a tiré son nom, comme s’il s’agissait d’une conquête ou d’une découverte. »

A l’éminente charité dont fut animée cette active existence de plus de 80 ans, convient bien assurément cette louange que la foule élevait sur les pas de Jésus de Nazareth : Bene omnia fecit, il a bien fait toutes choses.

Et les derniers mots de cet éloge précisent les deux raisons les plus marquantes du succès du pontificat de Pie XII : par la continuité de son enseignement, si divinement élevé, il a ouvert l’oreille aux sourds, et il a rendu la parole aux muets, en d’autres termes, il a fait parler ceux qui demeuraient silencieux.

Le magistère de Pie XII… Toutes les voix qui se sont élevées à la nouvelle de sa mort et qui continuent de s’élever encore s’accordent à proclamer l’importance, la variété, l’harmonie et la richesse de l’enseignement dispensé par ce grand maître de la foi qui, prodiguant ses leçons et rappelant les fastes des Pères de l’Eglise, a su s’adapter aux formes les plus modernes de la pensée et en même temps les dominer, dans le respect doctrinal de ses devanciers. Il a encore accru ce saint patrimoine au bénéfice de la civilisation humaine et chrétienne, pour le progrès de toutes les nations, afin de les diriger dans leur ascension vers Dieu, par les voies qui se trouvent, ainsi qu’on l’a très bien dit, « dans la religion, dans le christianisme, dans le catholicisme, dans cette armée ordonnée pour une bataille sainte qu’est l’Eglise romaine, militant sous l’autorité suprême du Pontificat de Pierre ».

Parlant de Pie XII, l’histoire dira comment il a exercé son magistère avec une libéralité sans exemple et combien son enseignement est apparu opportun, efficace et irrécusable à une époque où – notons-le bien – la société n’a guère laissé à l’Eglise que la liberté de la parole, de cette parole indispensable à celui qui ne veut pas marcher dans les ténèbres ni perdre de vue l’étoile directrice.

Il m’est arrivé souvent, en m’adressant à des âmes simples et droites, de comparer le magistère sacré de l’Eglise en général, et plus particulièrement celui de Pie XII, à une fontaine placée au centre d’une agglomération, ville ou village. L’enseignement de ce Pape s’est étendu à toutes les branches de l’activité humaine, à tous les apports de la vie en société, à toutes sortes de conjectures nouvelles et déconcertantes. Tous les citoyens n’ont-ils pas également accès à la fontaine publique ? Ils en peuvent jouir ou bénéficier suivant leurs besoins, différents suivant les conditions humaines.

Ce n’est pas ici le lieu de m’étendre plus longuement sur cette grande dignité de maître universel qui consacre de façon éminente l’extraordinaire mérite de Pie XII. C’est la lumière même de la charité de Jésus Notre Seigneur qui a resplendi sur le visage de son Vicaire sur terre, alors qu’il se consacrait à exalter le Christ et à promouvoir son règne, ce règne de vérité et de grâce, de justice, d’amour et de paix, et cela dans tous les domaines : théologie, mystique, ascèse, activités missionnaires et sociales.

C’est un des plus brillants titres de gloire de Pie XII dans l’exercice de son magistère que d’avoir inlassablement mis en lumière les vérités les plus sacrées, d’en avoir parlé avec zèle, d’avoir cherché à les faire de mieux en mieux connaître afin que les âmes puissent y trouver leur nourriture.

Partout et en toute circonstance, il a renouvelé le miracle, posant ses doigts sur les oreilles et disant : Ephphatha (Marc, VII, 34).

Les sourds à qui il a parlé ont-ils correspondus à ses efforts, ont-ils recouvré la sensibilité auditive ? C’est le secret de la grâce et du mérite singulier de ce Pontife favorisé de l’onction divine.

Mais dans les ministères des âmes, c’est déjà un résultat appréciable que d’avoir rendu inexcusable la dureté de ceux qui refusent de s’ouvrir à la vérité. Oui, c’est un grand titre d’honneur et de mérite que ce Bene fecit omnia : et surdos fecit audire !

L’autre aspect du pontificat de Pie XII, c’est le mutos loqui. Il faut nous arrêter ici à un fait consolant, dont le spectacle nous est donné ces jours-ci et qui tempère la tristesse causée par le départ pour le ciel de notre père commun.

Les préoccupations et les motifs de tristesse n’ont jamais manqué dans l’Eglise du Seigneur. Ce qui pourrait être seulement une occasion de tranquilles méditations sur les vérités religieuses et d’exercice de la piété filiale peut quelquefois devenir un sujet de peine et même de vives souffrances.

Si nous nous reportons aux circonstances de la mort des grands Pontifes de ces derniers temps, les douloureux souvenirs ne manquent pas.

Le serviteur de Dieu Pie IX compte parmi les plus insignes et saints papes des temps passés. On a dit que jamais Pape ne fut plus aimé ni plus haï. Je me rappelle encore tout le bien que m’a fait la lecture de sa vie et l’influence qu’elle exerça sur mon adolescence et ma jeunesse. On se souvient encore, à la honte de ceux qui furent à l’origine de cette diabolique entreprise (et toute âme bien née frémit à ce souvenir), qu’on essaya de jeter ses ossements vénérés dans le Tibre, à l’occasion du transfert de son cercueil du cimetière de Campo Verano à la basilique Saint-Laurent-hors-les-murs, où déjà les catholiques d’Europe lui avaient préparé cette majestueuse sépulture que l’on visite encore avec respect.

En 1903, alors que je venais à peine de recevoir les Ordres majeurs, le 20 juillet, s’éteignit un astre de première grandeur, le pape Léon XIII, après 25 ans de pontificat. Certes, il y eut alors des cérémonies funèbres très solennelles, mais toutes de caractère strictement ecclésiastique, et à l’intérieur de la basilique Saint-Pierre. La Rome civile et politique resta silencieuse et méprisante. Les Papes successifs, saint Pie X, Benoît XV et Pie XI, furent, bien entendu, accompagnés dans la mort par beaucoup de respect et des cérémonies religieuses se déroulèrent alors dans la plus parfaite ordonnance liturgique. Mais elles n’eurent pas un extraordinaire retentissement. Nous assistons, au contraire, à l’occasion de la mort de notre Saint Père le Pape Pie XII, et il est bien réconfortant de le constater, à un évident élargissement des perspectives, à une mystérieuse évolution. On constate une amélioration progressive des rapports entre l’ordre religieux et l’ordre social, une tendance plus accentuée dans le monde à respecter ce qui es sacré. Il semble que l’on cherche désormais à se regarder bien en face, dans le désir de se mieux comprendre, disposition qui se manifeste chez des hommes représentant les milieux politiques et sociaux les plus divers.

On dirait que le retour à Dieu de ce Pape dont le nom restera parmi les plus grands et les plus populaires de l’histoire de notre temps a fait naître un respect grandissant envers tout ce que signifie et résume la dignité de Chef de l’Eglise catholique, et c’est déjà un avantage manifeste.

Non seulement les doigts du divin Thaumaturge ont été posés sur le oreilles des sourds, tandis que leur était adressée la parole : Ouvre-toi, mais, comme jadis dans l’Evangile, Jésus a touché de sa salive des lèvres autrefois muettes, et il en a fait sortir une parole vivante et sonore.

Oui, jusqu’au bout, bene omnia fecit, et le succès est total : et fecit mutos loqui.

Mais, ce disant, voici que la tristesse s’empare de moi. Le monde s’est ému, sans doute, à la mort du Pape, et l’on pourrait dire qu’il se trouve rassemblé sur les hauteurs du mont des Oliviers, tels les disciples autrefois, pour l’adieu suprême, pour accompagner des yeux et du cœur le départ du Maître pour le Ciel.

Mais il est une partie du monde où il est interdit à un grand nombre de fidèles de l’Eglise catholique de participer à la douleur universelle.
Le Saint Père désignait cette fraction de son troupeau du nom d’Eglise du silence.

Chers Messieurs et chers Frères, vous me comprendrez sans peine : penser à l’Eglise du silence, alors que nous sommes réunis en esprit autour du Pape défunt et cependant toujours vivant, qui tant de fois en a traduit les gémissements, c’est comme prier avec lui le Père céleste de mettre fin à l’épreuve qu’endurent tant de bouches fermées, tant de coeurs angoissés et opprimés sous le poids d’un esclavage impitoyable et d’une persécution qui, en fait d’audacieuse et diabolique organisation, dépasse tout ce qui a été vu jusqu’ici.

O Saint Père, toi qui traverses les régions de l’au-delà à la rencontre de la paix divine, nous t’invitons, instruits par ton exemple, à unir ta prière à la nôtre pour la rendre plus agréable à Dieu : Exsurge, Domine, adjuva nos, et libera nos propter nomen tuum.

Je n’ajouterai plus qu’un mot : prêtant l’oreille aux voix qui montent de la terre entière, on peut bien affirmer que le décès de notre saint Pontife et Père apparaît finalement et de façon impressionnante comme un triomphe mondial de son nom et de sa personne. Et l’on peut dire que, nous regardant du haut des demeures célestes où il a été élevé, il répète ces paroles que je crois pouvoir attribuer à saint Grégoire le Grand : Meus honor et honor Universalis Ecclesiae, est fratrum meorum solidus vigor. Mon honneur, l’honneur que vous me rendez, rejaillit sur l’Eglise universelle. Il est pour vous, mes frères, participation de vigueur spirituelle. Je souhaite qu’il en soit ainsi véritablement.

Agrée donc, ô Père saint, les sentiments d’immense reconnaissance que le monde catholique te voue, avec tous ceux qui portent sur le front le nom du Christ, même s’ils ne participent pas à l’unité catholique. De tous ceux qu’unit le sentiment de la fraternité humaine s’élève vers toi un émouvant et général témoignage de douleur, d’admiration et d’amour.

Les ultimes paroles de ton testament te furent dictées par la miséricorde : derniers appels d’un cœur de père à la fraternité et au pardon.

De ce pardon nous avons tous besoin. Vois, nos bras se tendent vers toi. Avec les saints de Dieu, sois notre intercesseur en présence du Très-Haut.

Tu fus le Pasteur Angélique, et tu nous a guidés aux pâturages de l’éternelle vie ; tu fus le défenseur de notre patrie aux heures les plus tragiques. Sois-le encore, ô Pontife Pie, sois-le toujours, ô fleur, ô gloire de la race italienne, sois-le toujours et bénis nos maisons, nos familles, nos prêtres, les pauvres, les souffrants, les enfants. Bénis Venise (dont l’horizon aujourd’hui s’élargit comme sa prière aux dimensions de la chrétienté), cette Venise qui se tint toujours fidèle auprès de ton trône et qui ne cessera d’honorer ta mémoire, de même que tu continueras à la réjouir par ta céleste protection.

Père Inoubliable et saint, sit super nos seper benedictio tua.

* … de plus belle, ils le proclamaient. Au comble de l’admiration, ils disaient « Il a bien fait toutes choses : il a fait entendre les sourds et parler les muets. »
Philomène
A DIEU JEAN !
Jean est décédé le 28 novembre à 22h20, horaire de Manaus Brésil.
www.youtube.com/user/Jive51
One more comment from Philomène
Philomène
Monseigneur Dominique Le Tourneau est interrogé dans "Monde & Vie" à propos de son dernier livre "Pie XII et la Shoah, Des historiens et des Juifs témoignent", éd. Téqui. Extraits :

"Notre ouvrage porte comme sous-titre : « Le silence de Pie XII ? » Le point d’interrogation est évidemment essentiel. C’est à cette interrogation que répond l’ouvrage. Les interventions de l’historien Philippe …More
Monseigneur Dominique Le Tourneau est interrogé dans "Monde & Vie" à propos de son dernier livre "Pie XII et la Shoah, Des historiens et des Juifs témoignent", éd. Téqui. Extraits :

"Notre ouvrage porte comme sous-titre : « Le silence de Pie XII ? » Le point d’interrogation est évidemment essentiel. C’est à cette interrogation que répond l’ouvrage. Les interventions de l’historien Philippe Chenaux, spécialiste de l’histoire contemporaine, de Me Serge Klarsfeld, bien connu pour sa chasse des nazis, et de Gary Krupp président-fondateur de Pave the Way Fundation et, au départ, farouche adversaire de Pie XII, démontent le mécanisme du soi-disant « silence de Pie XII ». L’on sait de nos jours que toute l’affaire a été montée par le KGB, les services secrets de la Russie soviétique, furieux de la condamnation par l’Eglise, et par le pape Pie XII, du communisme athée.

Les premières attaques intervinrent d’ailleurs, dès 1945, sur les ondes de Radio-Moscou. Il est intéressant de noter que le poison ainsi distillé subtilement grâce à la pièce Le Vicaire et réadministré par le film Amen de Costa Gavras, a fait les délices du monde anglo-saxon qui a relayé complaisamment les attaques contre Pie XII, tandis que les Juifs s’en tenaient, dans un premier temps du moins, à l’estime qu’ils éprouvaient pour le Pontife.

Des voix ne s’étaient- elles pas élevées en Israël à la mort de Pie XII pour demander que l’on plantât une forêt de 860000 arbres correspondant au nombre de Juifs qu’il avait contribué à sauver pendant le cataclysme mondial ? J’aime demander combien Churchill, De Gaulle, Roosevelt et Staline en ont sauvés. Et nul ne leur fait grief de leur attitude à cet égard ! C’est quand même curieux.

Ceci étant, le pape Pie XII ne s’est pas contenté de parler autant qu’il le pouvait, sa marge de manoeuvre étant étroite, car un mot de trop risquait d’entraîner des représailles massives de la part des nazis, comme ce fut le cas aux Pays-Bas quand les évêques condamnèrent leurs exactions en chaire. Pie XII a également agi en organisant des réseaux d’évasion de Juifs hors d’Italie, par exemple en obtenant du président de la République Dominicaine 1600 visas par an. Il a aussi demandé aux institutions catholiques d’ouvrir généreusement leurs portes pour accueillir des Juifs, comme lui-même en fit admettre des centaines au Vatican, dont 400 s’enrôlèrent dans la Garde pontificale."
Editions PIERRE TEQUI : librairietequi.blogspot.com/…/pie-xii-et-la-s…
coeur percé
Vive Pie XII!
Philomène
LES ALLIES ONT FAIT PRESSION SUR PIE XII POUR LE FAIRE TAIRE Découverte de documents britanniques et américains ROME, Mardi 18 mai 2011 (ZENIT.org) – LesEtats-Unis et la Grande-Bretagne ont exercé des pressions sur le pape Pie XII pour qu’il ne dise rien sur les brutalités nazies, évitant ainsi que ses protestations aient d’autres conséquences, révèlent des documents jusqu’ici inédits. Les …More
LES ALLIES ONT FAIT PRESSION SUR PIE XII POUR LE FAIRE TAIRE Découverte de documents britanniques et américains ROME, Mardi 18 mai 2011 (ZENIT.org) – LesEtats-Unis et la Grande-Bretagne ont exercé des pressions sur le pape Pie XII pour qu’il ne dise rien sur les brutalités nazies, évitant ainsi que ses protestations aient d’autres conséquences, révèlent des documents jusqu’ici inédits. Les textes ont été découverts par la Fondation Pave the Way, fondée par le juif américain Gary Krupp. Selon lui, les révélations qu’on y trouve peuvent aider à mieux comprendre les circonstances des agissements de Pie XII. Au milieu des documents retrouvés dans les archives américaines, figure la correspondance entre le représentant britannique près le Saint-Siège, sir D'Arcy Osborne, et Myron Taylor, représentant du président américain Franklin D. Roosevelt près le Saint-Siège. Dans le texte, portant la signature de Franklin C. Gowen, l’assistant de Myron Taylor, et daté du 7 novembre 1944, à 12h45, il est expliqué que D'Arcy Osborne « appela et dit qu’il avait peur que le Saint-Père lance un appel radio pour les juifs de Hongrie et se mette à critiquer ce que les russes faisaient dans les territoires occupés ». « Sir D'Arcy dit qu’il fallait faire quelque chose pour s’imposer au pape et faire en sorte qu’il ne s’exprime pas, car cela aurait eu des répercussions politiques très graves », ajoute le diplomate américain. Documents détruits « Un autre document sur l’aide aux réfugiés juifs affirme clairement que le lettre devait être détruite pour éviter qu’elle ne tombe entre les mains ennemies », a expliqué Gary Krupp dans un communiqué. Dans une lettre d’Arcy Osborne du 20 avril 1944 à Harold Tittman, l’assistant de Myron Taylor, le représentant britannique près le Saint-Siège demande de détruire les documents envoyés pour aider les organisations américaines juives, car ceux-ci auraient pu mettre en danger la vie de ceux qui les avaient remis, et il mentionne concrètement le nom d’un prêtre appelé « Benoît ». Gary Krupp a relevé que « ce geste était courant durant la guerre, mais il y a encore des critiques qui semblent ne pas comprendre que c’est la raison pour laquelle tant d’ordres écrits ont été détruits ». Ronald Rychlak, professeur à la Faculté de droit de l’université du Mississippi et auteur de livres sur Pie XII a lui aussi participé à la découverte des documents. Autres documents Pour sa part, le journaliste Dimitri Cavalli, chercheur et collaborateur à la Fondation Pave the Way, a trouvé divers documents extrêmement significatifs de l’agence internationale JTA (Jewish Telegraph Agency). Une dépêche du 28 juin 1943 fait état d’accusations de « Radio Vatican » contre le traitement que recevaient les juifs en France. Dimitri Cavalli a trouvé le numéro publié le 19 mai 1940 par la revue « Jewish Chronicle », de B'nai B'rith (association juive d’action sociale), où Pie XII apparaît en couverture et dont un article révèle que le pape était en discussion avec des professeurs juifs qui avaient été expulsés des institutions italiennes à cause des lois raciales de Benito Mussolini. Le 15 janvier 1943, la JTA informait de la réponse du cardinal Pierre-Marie Gerlier, archevêque de Lyon, aux autorités nazies qui avaient proposé de laisser en paix l’Eglise catholique si celle-ci ne disait rien sur le traitement réservé aux juifs. Le cardinal avait répondu au commandant nazi : « Vous ne savez pas que le Saint-Père (Pie XII) a condamné les lois antisémites et toutes les mesures anti-juives ». La revue juive « Advocate » du 5 février 1943 publia ce titre: « le cardinal hongrois attaque les théories raciales », en référence au dur discours prononcé par le cardinal Jusztinián Györg Serédi, O.S.B., archevêque d’Esztergom-Budapest. La déclaration répercutée sur les ondes de Radio Vatican, condamnait avec force les théories raciales nazies et demandait que la Hongrie protège « tous ceux qui étaient menacés pour leurs convictions ou leur race ». Sur la même page on peut lire un bref article où il est dit que Mussolini rendait les lois raciales moins dures pour pouvoir reprendre des relations avec le Vatican. Le « Jewish Chronicle » de Londres du 9 septembre 1942 informait que Joseph Goebbels, ministre de la Propagande de l’Allemagne nazie, avait imprimé dix millions d’opuscules en plusieurs langues, qui furent distribués en Europe et en Amérique Latine, condamnant Pie XII pour sa position en faveur des juifs. Gary Krupp a déclaré à ZENIT que ces documents ne sont qu’une goutte d’eau par rapport aux 46.000 pages d’articles d’information, documents originaux, matériel de recherche et témoignages oculaires confirmant l’aide que Pie XII a apportée aux juifs et qui ont été publiés par la fondation Pave the Way. Ce matériel et les vidéos contenant des témoignages historiques peuvent être consultés sur : www.PTWF.org. Jesús Colina
Philomène
émission sur Pie XII : "Pie XII et les juifs - son influence sur Vatican II" sur "Radio Notre-Dame" :

partie 3 :

radionotredame.net/emission/conference_pie_xii_3
5 more comments from Philomène
Philomène
émission sur Pie XII : "Pie XII et les juifs - son influence sur Vatican II" sur "Radio Notre-Dame" :

partie 2 :

www.radionotredame.net/emission/conference_pie_xii_2
Philomène
émission sur Pie XII : "Pie XII et les juifs - son influence sur Vatican II" sur "Radio Notre-Dame" :

partie 1 :
www.radionotredame.net/emission/conference_pie_xii_1
Philomène
Oui Pie XII a sauvé des juifs :

Nous sommes dans les années 40. Pie XII pilote la barque de Pierre. Le monde le regarde, et lui aussi regarde le monde. Soudain, une tragédie plonge l’humanité dans la terreur et le chaos. C’est le nazisme ; ce sont l’arrestation et l’exécution des milliers de juifs. Contrairement à certaines idées reçues, contrairement à certains discours truffés de mensonges et …More
Oui Pie XII a sauvé des juifs :

Nous sommes dans les années 40. Pie XII pilote la barque de Pierre. Le monde le regarde, et lui aussi regarde le monde. Soudain, une tragédie plonge l’humanité dans la terreur et le chaos. C’est le nazisme ; ce sont l’arrestation et l’exécution des milliers de juifs. Contrairement à certaines idées reçues, contrairement à certains discours truffés de mensonges et d’approximations, Eugenio Pacelli, en sa qualité de chef spirituel et moral, agira pour que cesse cette ignominie. Mais qui mieux que Serge Klarsfeld, historien et fondateur de l’association Les fils et filles des déportés juifs de France, peut nous en donner une confirmation éclatante ? Ecoutons-le un instant : « N’occultons pas que Pie XII a eu des gestes discrets et efficaces pour aider les juifs. Citons par exemple ce qui s’est passé à Rome. Un millier de juifs ont été arrêtés lors d’une rafle-surprise. Pie XII n’a pas protesté à voix haute, mais il a demandé aux établissements religieux d’ouvrir leurs portes. Résultat : des milliers de juifs ont pu être sauvés. Alors que si Pie XII avait élevé la voix, quelles auraient été les conséquences ? Est-ce que cela aurait changé les choses pour les juifs ? Probablement pas. Le rôle de Pie XII a aussi été diplomatique et idéologique : il a été le rédacteur de l’encyclique de 1937 condamnant le nazisme et publiée par son prédécesseur. » Un autre témoignage (plus récent par ailleurs), publié par la Pave The Way Foundation, nous éclaire également. Il y est indiqué que le père de Robert Adler, membre de la commission pour l’holocauste de l’Alabama (Etats-Unis) a été conduit au Vatican en 1941. Il restera caché pendant cinq semaines chez le pape. Qu’il rencontrera, à plusieurs reprises… Alors silence du pape ? oui, peut-être ! Inaction du pape ? Non !

article de Guillaume Camara

africanus.over-blog.com/article-oui-pie…
Philomène
Vendredi 2 juillet 2010

Pave the Way révèle des documents sensationnels sur Pie XII et les Juifs

La fondation américaine Pave the Way, créée et dirigée par des juifs américains a révélé, mardi dernier, l’existence de documents sensationnels découverts par ses chercheurs dans une partie des Archives secrètes du Vatican, récemment ouverte, des documents qualifiés « de grande importance » par …More
Vendredi 2 juillet 2010

Pave the Way révèle des documents sensationnels sur Pie XII et les Juifs

La fondation américaine Pave the Way, créée et dirigée par des juifs américains a révélé, mardi dernier, l’existence de documents sensationnels découverts par ses chercheurs dans une partie des Archives secrètes du Vatican, récemment ouverte, des documents qualifiés « de grande importance » par la fondation.
Michael Hesemann, historien représentant de Pave the Way en Allemagne, a découvert une lettre du cardinal Eugenio Pacelli, futur Pie XII, datée du 30 novembre 1938, trois semaines après la funeste « Nuit de Cristal ». Dans cette lettre, adressée par le cardinal Secrétaire d’État à toutes les nonciatures et délégations apostoliques, ainsi qu’à 61 évêques européens, Eugenio Pacelli demandait 200 000 visas pour des « catholiques non aryens » (mot de code pour « juifs », comme on le verra plus loin). Un moi plus tard, le 9 janvier 1939, il envoyait trois nouvelles lettres aux mêmes destinataires.
Par « catholiques non–aryens », précise Heseman, Pacelli reprenait l’expression du Concordat de 1933 entre le Saint Siège et l’Allemagne nazie, qui englobait, dans un accord de protection, les « juifs convertis » et les « catholiques non aryens », mais les destinataires savaient qu’il s’agissait tout simplement de « juifs » non convertis. D’ailleurs dans sa lettre de novembre, Pacelli précisait à ses destinataires : « On devra veiller à ce que des sanctuaires soient fournis pour garantir leur bien spirituel et protéger leur culte religieux, leurs coutumes et traditions ». Il s’agit là bien des pratiquants du judaïsme car les juifs convertis n’avaient évidemment plus de « coutumes et traditions » propres…
Dans les réponses d’évêques au cardinal Secrétaire d’État, la chose est d’ailleurs confirmée, puisqu’ils parlent des « juifs persécutés » et non de « juifs convertis » ou « catholiques non-aryens ».
Dans une des lettres envoyées le 9 janvier, et rédigée en latin – pour en dissimuler le vrai sens à la censure allemande –, Pacelli écrit : « Ne vous engagez pas seulement à sauver le peuple juif, mais aussi les synagogues, les centres culturels et tout ce qui a trait à leur foi : les rouleaux de la Torah, les bibliothèques, les centres culturels, etc. ». Il s’agit donc bien là, encore une fois, des adeptes du judaïsme et non de juifs convertis.
Le président-fondateur de Pave the Way, Elliot Hershberg, a commenté cette découverte : « Beaucoup de Juifs qui ont réussi à quitter l’Europe n’on jamais eu la moindre idée que ces visas et autres documents officiels de voyage furent obtenus grâce à ces efforts du Vatican. »
Une preuve supplémentaire qu’Eugenio Pacelli déploya d’énormes efforts pour sauver non seulement les Juifs persécutés d’Europe mais aussi la culture du judaïsme.
www.americatho.org/article-pave-th…
Philomène
Pour en savoir plus sur Pie XII :

- Dès 1929, il avait déjà les idées claires sur hitler :
lesalonbeige.blogs.com/…/qui-a-dit-.html

- Le Cardinal Bertone répond au rabbin Cohen :
lesalonbeige.blogs.com/…/pie-xii-le-card…

- «le plus gros de la documentation vaticane est accessible« , alors que même Israël refuse la consultation de ses archives ! :
lesalonbeige.blogs.com/…/rome-fte-pie-xi…

- …More
Pour en savoir plus sur Pie XII :

- Dès 1929, il avait déjà les idées claires sur hitler :
lesalonbeige.blogs.com/…/qui-a-dit-.html

- Le Cardinal Bertone répond au rabbin Cohen :
lesalonbeige.blogs.com/…/pie-xii-le-card…

- «le plus gros de la documentation vaticane est accessible« , alors que même Israël refuse la consultation de ses archives ! :
lesalonbeige.blogs.com/…/rome-fte-pie-xi…

- Le directeur de Yad Vashem est favorable à Pie XII :
lesalonbeige.blogs.com/…/le-directeur-de…

- Les archives nazies innocentes Pie XII :
lesalonbeige.blogs.com/…/les_archives_na…

- Le KGB est l’auteur de la légende noire :
lesalonbeige.blogs.com/…/le_kgb_auteur_d…

- La légende noire vient de la propagande communiste :
lesalonbeige.blogs.com/…/pie-xii-les-cau…

- En juillet 1943 Hitler a voulu éliminer Pie XII :
lesalonbeige.blogs.com/…/en-juillet-1943…

- Le Rabbin Dalin a réhabilité Pie XII des mensonges dans un ouvrage magistral :
lesalonbeige.blogs.com/…/pie-xii-et-les-…

- Un document prouve que Pie XII a donné l’ordre de sauver les juifs :
lesalonbeige.blogs.com/…/un-document-pro…

- Des juifs dormaient dans les couloirs du Vatican :
lesalonbeige.blogs.com/…/des-juifs-dorma…

- Décryptage de la légende noire sur Pie XII :
lesalonbeige.blogs.com/…/d%C3%A9cryptage…

- Des journalistes et historiens juifs défendent la mémoire de Pie XII :
lesalonbeige.blogs.com/…/des-journaliste…

- les scouts de France l’avaient déjà entendu en 1940 condamner l’erreur raciale contre les Juifs :
lesalonbeige.blogs.com/…/juifs-pie-xii-s…

- Le président de la Fondation juive américaine Pave the Way Foundation a déclaré que «Pie XII a sauvé dans le monde plus de juifs que tout autre personne dans l’histoire» :
lesalonbeige.blogs.com/…/des-juifs-affir…

- Pour Albert Einstein, «L’Eglise catholique a été la seule à élever sa voix contre l’assaut mené par Hitler contre la liberté :
lesalonbeige.blogs.com/…/pie-xii-le-crif…

- Un rabbin français, André Zaoui, aumônier capitaine du Corps expéditionnaire français, a remercié Pie XII de l’aide apportée aux juifs persécutés, dans une lettre datée du 22 juin 1944 :
lesalonbeige.blogs.com/…/pie-xii-et-les-…

- Le rabbin de New York a demandé que Pie XII soit reconnu comme Juste parmi les Nations:
lesalonbeige.blogs.com/…/pie_xii_juste.h…

- Les juifs doivent respecter l’Eglise :
lesalonbeige.blogs.com/…/les-juifs-doive…

- Un blog pour défendre Pie XII :
www.pie12.com