Clicks1.1K

Les maladies spirituelles

shazam
37
Les maladies de l'âme qui affligent notre époque avaient déjà été reconnues par les Pères de l'Église. Sœur Catherine Aubin, auteure, professeure et journaliste française, définit ces maladies …More
Les maladies de l'âme qui affligent notre époque avaient déjà été reconnues par les Pères de l'Église. Sœur Catherine Aubin, auteure, professeure et journaliste française, définit ces maladies spirituelles et nous lance sur la piste de leurs remèdes.
-
Les maladies spirituelles sont ce que tout les Pères de l'Eglise – dont notamment Jean Cassien et Evagre le Pontique – sont arrivés à déterminer en vivant leur vie de moine de solitude et de vie spirituelle. Ils sont arrivés à déterminer qu’il y avait des empêchements à la vie spirituelle, des obstructions, des congestions, des mouvements intérieurs qui empêchait de demeurer en Dieu et surtout de croître et de se développer en Dieu.
Ils en déterminent sept, ou huit, et parmi ces maladies spirituelles, la première selon certains Pères de l’Église c’est :
La gourmandise, c’est notre avidité par rapport à la nourriture. Vous savez que l’on est conditionné par la nourriture trois fois par jour, et

notre rapport à la nourriture va conditionner notre rapport à l’amour, et aux autres, et à Dieu.

A la suite de cette maladie il y a : L’avarice, le rapport à l’argent, La luxure, le rapport au corps, et ensuite viennent : La colère, La tristesse, L’acédie (le manque de soin pour sa vie spirituelle), et cette maladie que nous vivons tous et qui s’appelle : L’orgueil... La volonté de toute puissance, c’est-à-dire non plus se fier à Dieu mais se fier à soi-même, et c’est tout.

Le combat des maladies spirituelles
I - Les nommer

ça va être à chaque fois, finalement, mon Moi qui prend trop de place… et qui ne laisse pas agir l’Esprit Saint au dedans de Moi.

Le problème de ces maladies, comme la tristesse ou la rancœur, la jalousie ; c’est que nous n’osons pas les nommer.
Et le premier remède va être de se dire à soi-même et de dire à l’Esprit Saint :
voilà : je suis en train de vivre une forme de jalousie, de rancœur, je suis en train de compenser par la nourriture parce que je ne me sent pas suffisamment valorisé, reconnu.
Le fait de le nommer, d’une part c’est une grande preuve d’humilité, et comme chacun sait, l’humilité cela nous rapproche de Dieu.

Dieu est humble, et en nous mettant dans une démarche d’humilité, déjà, nous nous remettons en contact avec le Seigneur...

Nommer, c’est aussi se séparer de ce qui m’habite c’est-à-dire qu’il va y avoir distance, une différenciation. Je ne vais plus m’identifier à ma colère ou à ma gourmandise.

Le fait de nommer va opérer une dés-identification avec ce que je suis en train de vivre.

II – Ne pas s’y complaire
L’autre remède aux maladies spirituelles ce sera de ne pas s’y complaire.
On a tous un côté victimaire. On est affecté par quelque chose, c’est normal, mais parfois on a tendance à y rester…
Et là les Pères sont catégoriques : pour guérir – alors de quelle guérison s’agit-il ? d’une forme de libération, de délivrance – il faut choisir de ne pas s’y complaire !

III - Un remède dans la joie...
Toutes les maladies, - les Pères de l’Église le disent – ont un remède dans la joie. La joie c’est cet espèce d’élan intérieur où on retrouve, « qui », on est !

La joie, c’est la conscience, très forte, de ne jamais être seul ! La joie, c’est cette Présence, cette Source, qui est le Seigneur lui-même !...

Sainte Bernadette à la grotte de Lourdes : Marie, lui demande de creuser la terre (?)... Bernadette creuse… :-)) certainement pendant un certain temps… et finalement une source a jaillit !
Et bien je crois qu’un des remèdes à la vie spirituelle c’est de creuser.

Les meilleurs fruits, intérieurs, naissent quand nous osons mettre la main dans notre boue intérieure,

c’est-à-dire de ne pas avoir peur de notre vulnérabilité et de notre fragilité.

Et là, quand on creuse, quand on travaille, au-dedans de soi avec l’Esprit saint, quand on se laisse agir et que l’on collabore, il y a ce remède qui est la joie, et qui est à la fois un don, et en même temps aussi quelque chose à cultiver.

L’enjeu de toute notre vie !
L’enjeu de toute notre vie ce sera :
- ou bien je crois en Lui, et je m’appuie sur Lui, j’ai confiance en Lui, Seigneur...
- ou bien je m’appuie sur mes propres ressources.

L’amour inconditionnel de Dieu
Un des remèdes aux maladies spirituelles, c’est d’oser croire que je suis aimé inconditionnellement, et s’y remettre, instant après instant !
Jean de Roquefort and 4 more users like this.
Jean de Roquefort likes this.
Deogratias7 likes this.
gerard57 likes this.
Sylvanus likes this.
Psaume 62 likes this.
shazam
Bibliographie de sœur Catherine Aubin
Prier avec son corps (2005)
Les Fenêtres de l’âme (2010)
Les Saveurs de la prière (2016)
Prier avec son cœur : La joie retrouvée (2017)
Les maladies spirituelles (2018)
Thierry73 likes this.
shazam and one more user like this.
shazam likes this.
crocodile likes this.
dvdenise
Un des remèdes aux maladies spirituelles, c’est d’oser croire que je suis aimé inconditionnellement, et s’y remettre, instant après instant !
....................
Il y a quelques jours, je pensais justement à cette phrase qui m'était arrivé en me réveillant: "CRIE AU MONDE ENTIER QUE JE LES AIME ET LES VEUX TOUS AVEC MOI POUR L'ÉTERNITÉ."
Jean de Roquefort and 6 more users like this.
Jean de Roquefort likes this.
Psaume 62 likes this.
Olivier L likes this.
Thierry73 likes this.
shazam likes this.
Anne et Joachim likes this.
Sylvanus likes this.
shazam
images :
La colère, l’orgueil, la joie.

Mais maintenant, vous aussi, débarrassez-vous de tout cela : colère, emportement, méchanceté, insultes, propos grossiers sortis de votre bouche. Colossiens 3, 8

L’orgueil précède l’effondrement, et la prétention, la chute. Proverbes 16,18

À cœur joyeux, santé florissante ! L’esprit chagrin dessèche jusqu’à l’os. Proverbes 17,22 (même sous la pluie More
images :
La colère, l’orgueil, la joie.

Mais maintenant, vous aussi, débarrassez-vous de tout cela : colère, emportement, méchanceté, insultes, propos grossiers sortis de votre bouche. Colossiens 3, 8

L’orgueil précède l’effondrement, et la prétention, la chute. Proverbes 16,18

À cœur joyeux, santé florissante ! L’esprit chagrin dessèche jusqu’à l’os. Proverbes 17,22 (même sous la pluie  ?)