Clicks469

Merci Elia : tu parles en vrai catholique ! Ça fait plaisir

Article précédent : Catholiques, voilà ce qui nous attend ! Apocalypse XIII : mourir de faim !!!

* * *

Le vomi de l'enfer

Par Don Elia, 28 avril 2018

Messieurs, l'enfer est servi. Ici sur terre. Grâce aux idées bestiales des "progressistes" et au soutien hypocrite de leur vile coryphée ecclésiastique. Non seulement, par permission divine, l'abîme a été bien ouvert (cf. Apocalypse 9:1ss), d'où est sortie une fumée dense qui a obscurci le soleil et l'atmosphère (c'est-à-dire l'intellect et la culture de peuples entiers) et qui a répandu partout des sauterelles féroces (c'est-à-dire des démons) qui tourmentent les hommes, mais l'abîme insatiable s'élargit de plus en plus avec la complicité active des institutions publiques. En quelques années, ils ont réussi à convaincre les gens que le meilleur intérêt d'un malade qui ne peut pas guérir est de le tuer comme un animal, au lieu de prendre soin de lui avec amour jusqu'à ce que la volonté divine le fasse sortir de ce monde. Or, cette mentalité inhumaine induite devient loi par la jurisprudence, à partir d'un pays qui passe (indûment) par le phare des libertés démocratiques, alors qu'en réalité, il a toujours été l'otage d'une oligarchie – d'abord foncière, puis industrielle et financière – façonnée par une idéologie raciste et, aujourd'hui, obsédée par un prétendu excès de population.

L'euthanasie des enfants peut aussi avoir des motivations purement contingentes. Dans le cas d'Alfie, on a supposé (même par le personnel hospitalier) la couverture d'un crime grave, peut-être lié au trafic d'organes, à l'essai de nouveaux vaccins ou même - ce n'est pas à exclure - un rite de passage dans une loge maçonnique : il pourrait s'agir, en somme, d'un véritable sacrifice humain offert au diable pour une admission à un degré supérieur. Le rite écossais en prévoit trente-trois ; jusqu'au seizième inclus, grâce à l'observation d'un secret strict et au système d'initiation graduelle, l'affilié peut encore ignorer la nature luciférienne de l'association. Avec l'entrée dans le dix-septième (le central), il est plutôt introduit dans l'arcane du culte de Satan ; si sa conscience se rebelle et n'est pas disposée à continuer, sa vie vient à être en grave danger. Il y a aussi des francs-maçons repentants qui, après la conversion, ont raconté leurs expériences, mais Dieu seul sait combien d'entre eux ne peuvent plus parler.

Au-delà des explications possibles, cependant, une stratégie à long terme pour créer un ordre d'euthanasie et d'eugénisme est certainement en place. Quand les autorités publiques d'un pays s'unissent si fermement, il doit y avoir un enjeu très important avec un objectif beaucoup plus large. Les deux niveaux d'interprétation ne sont pas mutuellement exclusifs : Winston Churchill, par exemple, pour passer le test d'admission à un nouveau degré : rasé au sol la ville de Dresde [objectif atteint], sans aucun avantage plausible de guerre, mais avec une perte incalculable de vies humaines et de trésors artistiques ; l'ensemble du conflit faisait néanmoins partie du projet d'établissement progressif du Nouvel Ordre Mondial, qui avec la Grande Guerre avait redessiné la carte de l'Europe et avec la seconde divisait le monde en deux blocs apparemment opposés. Nous nous dirigeons maintenant vers la troisième, mais déjà depuis des décennies une guerre interne silencieuse, non déclarée, est en cours dans les pays dits "démocratiques", dont les peuples sont décimés par leurs propres institutions par la stérilisation, l'avortement, la contraception, le pansexualisme et le sexisme et, maintenant, aussi avec l'euthanasie de l'État.

Comme je l'ai déjà mentionné, la mentalité nazie a des racines anglo-saxonnes et ne s'est pas éteinte du tout, mais aujourd'hui elle domine les gouvernements et la politique des pays occidentaux ; dans cette optique, le Troisième Reich n'était rien de plus qu'une expérience voulue et rendue possible par l'élite maçonnique-satanique qui les contrôle. Une fois que cela a été admis, la question se pose : où est l'Église catholique ? Elle est en état d'occupation, formellement soumise à des apostats enregistrés dans le libro-paga de Mister Soros & Company. On ne peut pas conclure autrement, après avoir lu la déclaration des évêques britanniques : « Nous affirmons notre conviction que tous ceux qui ont pris des décisions déchirantes concernant le soin d'Alfie Evans agissent avec intégrité et pour le bien d'Alfie, comme ils le voient. » Que dire ? Un chef-d'œuvre non seulement d'hypocrisie, mais surtout de correction policière : le point de référence n'est plus la loi divine immuable, mais une conviction subjective des bureaucrates ecclésiastiques ; le soin d'un enfant malade peut inclure sa suppression délibérée ; même un crime horrible peut être commis avec intégrité et le bien est privé de tout caractère objectif, restant maintenant déterminé par la manière dont tout le monde le voit.

Le bien, comme l'a vu Adolf Hitler, y compris l'extermination de millions d'innocents (handicapés, juifs, tsiganes et chrétiens, dont les derniers, qui sait pourquoi, ne sont jamais mentionnés). À ce moment-là, notre Paglia inexprimable aurait soutenu que nous avions besoin d'établir une alliance d'amour afin de procéder d'une manière aussi partagée que possible pour trouver la meilleure solution. Le contenu de "concordance" est ici complètement hors de propos : la valeur suprême n'est pas de créer des contrastes. Mais vous pouvez certainement bien vous entendre avec tout le monde, laissant tout le monde penser et faire ce qu'ils veulent – sauf, bien sûr, si vous êtes touché en personne... La colère humaine, à ce stade, vous donnerait le désir de pendre ces criminels anglais avec leurs propres tripes et les faux bergers de connivence, mais nous ne sommes pas des cryptonazistes comme eux. Et puis il y a toujours le jugement juste et inexorable de Dieu, devant lequel nous devons tous apparaître. Si ces messieurs ne se repentent pas à temps, réparant leurs erreurs autant que possible, les démons dans le service desquels ils se sont placés auront plaisir à les tourmenter pour toute l'éternité et au-delà. Pour le moment ce sont les cousins (carbonari) qui l'emportent. Quiconque les croise dans la rue peut au moins leur cracher au visage pour exprimer leur opinion : c'est un droit civil.

Mais, à part l'explosion d'un cœur débordant de douleur et d'amertume, il est réconfortant de reconnaître qu'au moins une voix isolée d'évêques catholiques s'est élevée. L'archevêque de Trieste, Giampaolo Crepaldi, a dit que, dans le cas du petit Evans, il n'y avait aucune incertitude au niveau du jugement moral et que le comportement à assumer était très clair : il aurait été juste de l'aider à vivre, ce qui n'est pas du tout configuré comme une fureur thérapeutique ; au contraire, nous avons été habitués d'une manière totalement illogique à le supprimer en vue de son "bien". « Le jugement sur Alfie a éliminé le droit naturel, il a supprimé le droit à l'objection de conscience, il a rasé au sol le concept d'objectivité du bien », a-t-il déclaré sans ambiguïté. Ainsi, l'État est le maître de la vie innocente et remplace la volonté des parents (exactement - j'ajouterais – comme dans les pires régimes totalitaires que l'histoire connaisse). « Mais ce ne sera pas le jugement d'un juge, ni l'action d'un gouvernement, ni la décision d'un hôpital de changer la vérité et le bien », a-t-il conclu avec une rigueur incontestable.

Nous nous demandons maintenant : Paglia et Crepaldi appartiennent-ils à la même institution ? Outre l'aspect formel, est-ce que les deux détiennent vraiment une mission dans l'Église ou est-ce que le premier n'est qu'un bouffon des puissances occultes, ainsi que les prélats anglais ? Ici, en fait, il y a une faille, certainement pas manifeste, mais évidente aux yeux de Celui qui scrute les cœurs et de ceux qui Le servent sincèrement. Il faut nécessairement choisir son camp : certainement dans la conscience ; si nécessaire, aussi publiquement. Avons-nous la même foi que ceux qui ont approuvé un infanticide comme remède ou que ceux qui, après avoir refusé toute assistance spirituelle à la famille et n'ayant jamais rendu visite à l'enfant, se sont rendus à Rome pour dissuader le Pape de toute intervention ? Pouvons-nous être en communion avec ceux qui ont appelé à un pacte d'amour avec un régime qui, pour assassiner son petit fils loin des projecteurs, a persuadé ses parents de demander le retrait des manifestants et des journalistes en échange d'un faux espoir ? Pouvons-nous, au-delà du bavardage, être tous de vrais membres du même Corps ? En tant qu’Église, nous les considérons comme excommuniés. Anathema sit !

« Dieu a placé des inimitiés, des antipathies, des oppositions profondes entre les fils et serviteurs authentiques de la Sainte Vierge et ceux qui sont fils et esclaves du diable ; ils ne peuvent s'aimer les uns les autres, il ne peut y avoir de compréhension mutuelle. Les fils de Bélial, les esclaves de Satan, les amis du monde (qui sont la même chose) ont toujours persécuté jusqu'à présent et persécuteront de plus en plus ceux qui appartiennent à la Sainte Vierge, comme dans le passé Caïn a persécuté son frère Abel et Ésaü son frère Jacob, qui sont les figures des réprouvés et des prédestinés. Mais l'humble Marie apportera toujours la victoire sur cet orgueilleux : une victoire si grande qu'elle viendra écraser sa tête, où réside son orgueil ; elle saura toujours démasquer le serpent, éviscérer ses pièges infernaux, dissiper les projets diaboliques et savoir défendre, jusqu'à la fin des temps, ses fidèles dévots de ses cruelles griffes ; » (Saint Louis Marie Grignion de Montfort, Traité sur la vraie dévotion à la Vierge Marie, § 54).


Source : lascuredielia.blogspot.ro/…/nazisti-in-toga…

Suite de : Alfie Evans. Article terrifiant ! Mes soupçons se trouvent justifiés : Hôpital-Boucherie !

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU
Ne nous laissez pas sucomber
@montfort.kingeshop.com ,Les Grandes douleurs SONT MUETTE ,en faire la une des journaux n'est pas digne d'un CATHOLIQUE ,car ils en est bien d'autres ,alors silence SVPL .
Montfort AJPM
Les Juifs avaient été marqués
Afin qu'ils soient éliminés.
Mais c'est dans le sens contraire
Que fera l'horrible conciliaire :
Elle marquera ses abonnés
Afin qu'ils soient épargnés
Singeant ainsi l'agneau pascal
Pour son grand-œuvre infernal.
GChevalier
Les enfants morts sans Baptême ne peuvent prétendre à la vision béatifique ;
C'est ce qui me ravit, bave Antéchrist ! C'est pourquoi je suis pro-avortement ! Ainsi, ils ne verront pas Dieu, car c'est moi qui suis Dieu et plus que Dieu !