Clicks512
fr.news

Le cardinal Müller met en garde contre la mégalomanie allemande

François est entouré de "flatteurs raffinés" et de conseillers "idéologiquement contaminés", a déclaré le cardinal Gerhard Müller à catholicnewsagency.com (19 avril) - comme si ces personnes n'avaient pas été choisies par François lui-même.

Les conseillers de François veulent reconstruire l'Eglise selon le "plaisir des hommes" (Gal 1:10), analyse Müller. Il explique que jusqu'à récemment, ils étaient des "ennemis acharnés" de Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI, mais qu'avec François ils ont "fait un virage à 180 degrés" et prônent désormais "un absolutisme papal."

Ils transforment les opinions privées de François sur le changement climatique, la propriété privée, l'immigration de masse et la vaccination contre le coronavirus en dogmes et rétrogradent les vrais dogmes en "opinions privées de gardiens de la foi insensibles au pastoralisme".

À titre d'exemple, Müller cite les panégyriques que les évêques ont chantés à propos de feu Hans Küng : "Le fait qu'il ait nié la divinité de Jésus-Christ les laisse froids".

Müller explique qu'une "mégalomanie allemande résurgente" inspire à certains évêques, théologiens et fonctionnaires laïcs allemands - de leur propre aveu - la conscience d'une "supériorité spirituelle et morale".

Les évêques allemands sécularisés souhaitent placer l'autonomie de leur "église nationale", leur "chemin synodal" et leur morale sexuelle axée sur la luxure au sommet de l'Église, explique Müller. Ils se considèrent comme la "locomotive" tirant les autres églises locales retardées comme des wagons de train derrière la prétention allemande au leadership.

Pour Müller, les mots à la mode utilisés par les Allemands, tels que "réalité de la vie", sont les pièces sonnantes et trébuchantes d'une fausse monnaie.

Il dit, à propos du temps qu'il a passé en tant que membre de la Conférence épiscopale allemande, "qu'il s'agissait surtout de questions politico-financières, y compris l'intimidation de confrères indésirables, mais rarement de questions de foi."

Image: Gerhard Ludwig Müller, © Mazur, CC BY-NC-ND, #newsRrtxkdewps