Clicks997
fr.news
31

Cardinal Burke : "Il est clair que François ne veut pas que j'occupe un poste de direction".

"Tout au long de mon sacerdoce, on m'a toujours reproché d'être trop attentif à ce que disait le pape", a déclaré le cardinal Raymond Burke à Ross Douthat dans une interview pour le démoniaque New York Times (9 novembre).

"Et maintenant, je me retrouve dans une situation où l'on m'appelle l'ennemi du pape, ce que je ne suis pas ", ajoute Burke.

Il déclare : "Je n'ai pas changé. J'enseigne toujours les mêmes choses que j'ai toujours enseignées et ce ne sont pas mes idées."

Il observe que la papauté a été altérée par une "vision politique" où le pape est une sorte de monarque absolu "qui peut faire ce qu'il veut".

Cependant, Burke souligne qu'un pape n'est pas élu pour changer l'enseignement de l'Église.

Il se rend compte que François l'a "rétrogradé", "il est clair que le pape ne veut pas que j'occupe un poste de direction, qu'il ne me voit pas comme le genre de personne qu'il veut pour donner une direction forte aux choses".

Image: Raymond Burke, © John Briody, CC BY-ND, #newsEuzjaizzwc

Marie sophia likes this.
Mais cela on en a que faire, ce qui nous intéresse c'est la défense de la foi pour le salut du plus grand nombre.....
Ce n'est pas la Papauté qui est altérée car elle ne le sera jamais, mais c'est Raymond Burke qui est altéré !!! Comment cela ? Il s'obstine, comme tout le monde d'ailleurs, Schneider et Vigano y compris, il s'obstine, dis-je, à voir comme Successeur de Pierre et Vicaire de Jésus-Christ un hérétique, apostat et idolâtre ! Comprenne qui pourra! N'est-ce pas là le Mystère d'Iniquité ?
Bocage likes this.
@GChevalier : il s'obstine parce que justement il serait schismatique aux yeux de la majorité s'il commençait maintenant seulement à se séparer de l'Eglise. François essaie de les forcer à se séparer de lui sachant bien qu'il garderait avec lui un grand nombre de fidèles. L'enjeu, c'est le troupeau à paître pour lequel il ne faut pas perdre une brebis. Les Cardinaux Vigano et Burke, l'évêque …More
@GChevalier : il s'obstine parce que justement il serait schismatique aux yeux de la majorité s'il commençait maintenant seulement à se séparer de l'Eglise. François essaie de les forcer à se séparer de lui sachant bien qu'il garderait avec lui un grand nombre de fidèles. L'enjeu, c'est le troupeau à paître pour lequel il ne faut pas perdre une brebis. Les Cardinaux Vigano et Burke, l'évêque Schneider, y pensent de leur côté contrairement à vous tous qui ne voulez qu'excommunier les Papes pour se débarrasser du problème et comme si la solution la plus simple et la plus radicale était la meilleure... Ils essaient d'être fin jusqu'à que la parole du Pape Léon XIII dans sa prière à l'Archange Saint Michel se réalise, à savoir que le pasteur étant frappé, le troupeau sera dispersé.
Ce n'est pas Burke, Schneider ou Vigano qui vont faire aujourd'hui ce qui n'a pas été fait pendant les 40 premières années qui ont suivi V2 avec l'apostasie d'Assises et alors qu'il y avait un plus grand nombre de fidèles. C'est la parabole que Notre Seigneur raconte où la mauvaise herbe croit avec le froment et où le Maître dit de laisser pousser tous deux jusqu'à la moisson.