Gastonviet
Gastonviet

Ondes de choc par Richard avec Silvano Trotta

@Legio Patria Nostra J'ai remarqué que vous commentez bien souvent chez les autres mais sans permette aux autres de commenter sous votre page !...
Gastonviet

Le compte Youtube "Catholiques de France" supprimé...

D'un autre coté le dit "Catholique de Fance" performant dans de jolies pirouettes théologiques ...visiblement pour les besoins de leur cause !..
Gastonviet

Un puissant défenseur de la messe romaine ne l'a jamais célébrée

@AveMaria44 se faire ordonner validement Et légitimement, c'est ce en quoi consistent la difficulté !?
Gastonviet

!!!

Point juridique sur lequel maître Jean-Yves Dupriez avocat au barreau de Valence a travaillé, il en ressort que la vaccination ne peut être obligatoire pour des vaccins dont l'efficacité et les effets secondaires sont en cours d'évaluation, c'est tout simplement illégal : pourquoi l'obligation vaccinale pourrait être illégale :
Chacun a entendu les représentants de l'Etat expliquer tour à tour …More
Point juridique sur lequel maître Jean-Yves Dupriez avocat au barreau de Valence a travaillé, il en ressort que la vaccination ne peut être obligatoire pour des vaccins dont l'efficacité et les effets secondaires sont en cours d'évaluation, c'est tout simplement illégal : pourquoi l'obligation vaccinale pourrait être illégale :
Chacun a entendu les représentants de l'Etat expliquer tour à tour qu'il n'y a rien d'exceptionnel à l'obligation vaccinale qui est l'unique moyen de mettre un terme à la pandémie. - faux
Voici le principe : En vertu de l'inviolabilité du corps humain, les essais médicaux sur des volontaires en bonne santé sont autorisés sous réserve d'un consentement libre, éclairé et exprès
En droit européen : la directive 2001/20/CE du 4 avril 2001 art 3, d'application directe en France prévoit un consentement éclairé et la CEDH a eu l'occasion de rappeler ce principe à plusieurs reprises.
En droit interne : Art 1122-1-1 code de la santé publique : aucune recherche impliquant la personne humaine ne peut-être pratiquée "sans son consentement libre et éclairé recueilli par écrit, après que lui a été délivrée l'information prévue". Ladite information porte notamment sur les risques prévisibles.
Alors quelle différence entre les vaccins covid et les 11 vaccins déjà obligatoires en France ?
La réponse est simple :
Pour que l'Etat soit autorisé à se passer du consentement libre et éclairé des personnes qui reçoivent le vaccin, il doit disposer des éléments scientifiques permettant d'établir d'une part l'efficacité du vaccin et d'autre part l'identification des risques encourus. Dans de telles circonstances, il peut même être retenu que l'obligation reste légale "lorsqu'un petit nombre de décès survient dans le cadre d'un programme de vaccination dont le seul but est de protéger la santé de la société en éliminant les maladies infectieuses".
En quelque sorte, le Gouvernement qui prive l'individu de l'expression d'un consentement libre et éclairé doit lui même disposer de toutes les informations nécessaires. C'est en principe le cas pour les 11 vaccins actuellement obligatoires.
Or les conditions nécessaires à l'obligation vaccinale ne peuvent être réunies quant il s'agit d'un vaccin expérimental !
Dans un article RDLF n°2021 chronique 20, le Professeur Philippe SEGUR, démontre que les vaccins Moderna, Pfizer, BioNTech et Astrazénéra revêtent bien les caractéristiques de vaccins expérimentaux.
Pour preuve, il rappelle que leurs autorisations de mise sur le marché sont conditionnées à la fourniture par les laboratoires des résultats de "l'essai principal qui se poursuit pendant 2 ans".
Les rapports finaux sont donc attendus :
- pour Pfizer en décembre 2022
- pour Moderna : en janvier 2023
- pour Astrazeneca : mai 2022
- pour Johnson&Johnson : 31 décembre 2023
Qui dit essai dit expérimentation; qui dit expérimentation dit nécessité d'obtenir de l'individu un consentement libre et interdiction pour le Gouvernement d'imposer l'obligation vaccinale, ne serait-ce que sur le fondement de l'article 1122-1-1 ou de la CESDH.
Nous sommes à l'heure des annonces, mais il faut s'attendre à ce que les textes à paraitre soient scrutés de prêt et à l'apparition d'un contentieux juridictionnel massif, d'abord à l'occasion de l'obligation imposée au personnel soignant, puis du reste de la population.
patient/parent).
- Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789 et DUDH adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 : les lois d’obligation sont anticonstitutionnelles.
- Article 3 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) de 1950, sur le respect de la dignité humaine.
- Loi sur le respect du corps humain insérée dans le Code Civil, Art. 16-1 et suivants (29 juillet 1994).
Art. 16-1 :
«Chacun a droit au respect de son corps. Le corps humain est inviolable».
- Art. 16-3 :
«Il ne peut être porté atteinte à l'intégrité du corps humain qu'en cas de nécessité médicale pour la personne. Le consentement de l'intéressé doit être recueilli préalablement.»
- Art. 16-4 :
«Nul ne peut porter atteinte à l'intégrité de l'espèce humaine.»
- Constitution française (4 octobre1958), article 55 (hiérarchie des normes) :
«Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l'autre partie.».
-ATTENTION ! : certains sur les réseaux sociaux évoquent la Loi BARNIER sur le principe de précaution (2 février 1995). C'est une erreur, elle n'est pas applicable en matière de vaccination!
- Code de Déontologie médicale inséré dans le Code de la santé publique (6 septembre 1995) :
. Art. R4127-2 :
«Le médecin, au service de l'individu et de la santé publique, exerce sa mission dans le respect de la vie humaine, de la personne et de sa dignité.».
. Art R4127-3 :
«Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine.».
. Art R4127-36 :
«Le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas.
Lorsque le malade, en état d'exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposés, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences.
Si le malade est hors d'état d'exprimer sa volonté, le médecin ne peut intervenir sans que la personne de confiance, à défaut, la famille ou un de ses proches ait été prévenu et informé, sauf urgence ou impossibilité.
Les obligations du médecin à l'égard du patient lorsque celui-ci est un mineur ou un majeur faisant l'objet d'une mesure de protection juridique sont définies à l'article R. 4127-42.».
.Art 4127-39 (sur l'injection d'une substance parfaitement inconnue, puisqu'en cours dévaluation en phase III d'expérimentation) :
«Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé.
Toute pratique de charlatanisme est interdite.»
- Et bien sûr, enfin, le Serment d'Hippocrate, que tous les médecins semblent avoir oublié : «PRIMUM NON NOCERE» («en premier ne pas nuire»)....
*************************
En fonction de toute cette littérature, aucun vaccin ne peut être légalement obligatoire, c'est un MENSONGE COMPLET que de l'affirmer, même péremptoirement.
Notre président le sait, et bluffe donc, comme son sinistre VÉREUX de service!...
Toute vaccination dans ces conditions, relève donc, sur un plan pénal, de la «mise en danger de la vie d'autrui» (art 223-1 du Code pénal), voire de «l'abus de faiblesse», concernant les enfants, les personnes déficientes mentales, et les personnes âgées (art 223-15-2 à 223-15-4 du Code pénal), et, lorsque cette vaccination est imposée de force ou par malice, de «l'extorsion» (art 312-21 du Code pénal).
*************************
Gastonviet

La Une TV- Émission du 24 Juillet 2021 --- 😊 Le plan du dictateur est en train de foirer !

Point juridique sur lequel maître Jean-Yves Dupriez avocat au barreau de Valence a travaillé, il en ressort que la vaccination ne peut être obligatoire pour des vaccins dont l'efficacité et les effets secondaires sont en cours d'évaluation, c'est tout simplement illégal : pourquoi l'obligation vaccinale pourrait être illégale :
Chacun a entendu les représentants de l'Etat expliquer tour à tour …More
Point juridique sur lequel maître Jean-Yves Dupriez avocat au barreau de Valence a travaillé, il en ressort que la vaccination ne peut être obligatoire pour des vaccins dont l'efficacité et les effets secondaires sont en cours d'évaluation, c'est tout simplement illégal : pourquoi l'obligation vaccinale pourrait être illégale :
Chacun a entendu les représentants de l'Etat expliquer tour à tour qu'il n'y a rien d'exceptionnel à l'obligation vaccinale qui est l'unique moyen de mettre un terme à la pandémie. - faux
Voici le principe : En vertu de l'inviolabilité du corps humain, les essais médicaux sur des volontaires en bonne santé sont autorisés sous réserve d'un consentement libre, éclairé et exprès
En droit européen : la directive 2001/20/CE du 4 avril 2001 art 3, d'application directe en France prévoit un consentement éclairé et la CEDH a eu l'occasion de rappeler ce principe à plusieurs reprises.
En droit interne : Art 1122-1-1 code de la santé publique : aucune recherche impliquant la personne humaine ne peut-être pratiquée "sans son consentement libre et éclairé recueilli par écrit, après que lui a été délivrée l'information prévue". Ladite information porte notamment sur les risques prévisibles.
Alors quelle différence entre les vaccins covid et les 11 vaccins déjà obligatoires en France ?
La réponse est simple :
Pour que l'Etat soit autorisé à se passer du consentement libre et éclairé des personnes qui reçoivent le vaccin, il doit disposer des éléments scientifiques permettant d'établir d'une part l'efficacité du vaccin et d'autre part l'identification des risques encourus. Dans de telles circonstances, il peut même être retenu que l'obligation reste légale "lorsqu'un petit nombre de décès survient dans le cadre d'un programme de vaccination dont le seul but est de protéger la santé de la société en éliminant les maladies infectieuses".
En quelque sorte, le Gouvernement qui prive l'individu de l'expression d'un consentement libre et éclairé doit lui même disposer de toutes les informations nécessaires. C'est en principe le cas pour les 11 vaccins actuellement obligatoires.
Or les conditions nécessaires à l'obligation vaccinale ne peuvent être réunies quant il s'agit d'un vaccin expérimental !
Dans un article RDLF n°2021 chronique 20, le Professeur Philippe SEGUR, démontre que les vaccins Moderna, Pfizer, BioNTech et Astrazénéra revêtent bien les caractéristiques de vaccins expérimentaux.
Pour preuve, il rappelle que leurs autorisations de mise sur le marché sont conditionnées à la fourniture par les laboratoires des résultats de "l'essai principal qui se poursuit pendant 2 ans".
Les rapports finaux sont donc attendus :
- pour Pfizer en décembre 2022
- pour Moderna : en janvier 2023
- pour Astrazeneca : mai 2022
- pour Johnson&Johnson : 31 décembre 2023
Qui dit essai dit expérimentation; qui dit expérimentation dit nécessité d'obtenir de l'individu un consentement libre et interdiction pour le Gouvernement d'imposer l'obligation vaccinale, ne serait-ce que sur le fondement de l'article 1122-1-1 ou de la CESDH.
Nous sommes à l'heure des annonces, mais il faut s'attendre à ce que les textes à paraitre soient scrutés de prêt et à l'apparition d'un contentieux juridictionnel massif, d'abord à l'occasion de l'obligation imposée au personnel soignant, puis du reste de la population.
patient/parent).
- Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789 et DUDH adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 : les lois d’obligation sont anticonstitutionnelles.
- Article 3 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) de 1950, sur le respect de la dignité humaine.
- Loi sur le respect du corps humain insérée dans le Code Civil, Art. 16-1 et suivants (29 juillet 1994).
Art. 16-1 :
«Chacun a droit au respect de son corps. Le corps humain est inviolable».
- Art. 16-3 :
«Il ne peut être porté atteinte à l'intégrité du corps humain qu'en cas de nécessité médicale pour la personne. Le consentement de l'intéressé doit être recueilli préalablement.»
- Art. 16-4 :
«Nul ne peut porter atteinte à l'intégrité de l'espèce humaine.»
- Constitution française (4 octobre1958), article 55 (hiérarchie des normes) :
«Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l'autre partie.».
-ATTENTION ! : certains sur les réseaux sociaux évoquent la Loi BARNIER sur le principe de précaution (2 février 1995). C'est une erreur, elle n'est pas applicable en matière de vaccination!
- Code de Déontologie médicale inséré dans le Code de la santé publique (6 septembre 1995) :
. Art. R4127-2 :
«Le médecin, au service de l'individu et de la santé publique, exerce sa mission dans le respect de la vie humaine, de la personne et de sa dignité.».
. Art R4127-3 :
«Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine.».
. Art R4127-36 :
«Le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas.
Lorsque le malade, en état d'exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposés, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences.
Si le malade est hors d'état d'exprimer sa volonté, le médecin ne peut intervenir sans que la personne de confiance, à défaut, la famille ou un de ses proches ait été prévenu et informé, sauf urgence ou impossibilité.
Les obligations du médecin à l'égard du patient lorsque celui-ci est un mineur ou un majeur faisant l'objet d'une mesure de protection juridique sont définies à l'article R. 4127-42.».
.Art 4127-39 (sur l'injection d'une substance parfaitement inconnue, puisqu'en cours dévaluation en phase III d'expérimentation) :
«Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé.
Toute pratique de charlatanisme est interdite.»
- Et bien sûr, enfin, le Serment d'Hippocrate, que tous les médecins semblent avoir oublié : «PRIMUM NON NOCERE» («en premier ne pas nuire»)....
*************************
En fonction de toute cette littérature, aucun vaccin ne peut être légalement obligatoire, c'est un MENSONGE COMPLET que de l'affirmer, même péremptoirement.
Notre président le sait, et bluffe donc, comme son sinistre VÉREUX de service!...
Toute vaccination dans ces conditions, relève donc, sur un plan pénal, de la «mise en danger de la vie d'autrui» (art 223-1 du Code pénal), voire de «l'abus de faiblesse», concernant les enfants, les personnes déficientes mentales, et les personnes âgées (art 223-15-2 à 223-15-4 du Code pénal), et, lorsque cette vaccination est imposée de force ou par malice, de «l'extorsion» (art 312-21 du Code pénal).
*************************
Gastonviet

François Ruffin appelle à soutenir les manifestations contre le pass sanitaire. C'est donc le …

C'est pas théoriquement , mais C'est la jurisprudence en la matière !.. dont meme Me Di Vizio le rappelle !.. et c'est vous qui me dite que je spécule !... cela s'appelle de L’Accusation Inversatoire ou plus exactement de la mauvaise foi caractérisé !..
Gastonviet

François Ruffin appelle à soutenir les manifestations contre le pass sanitaire. C'est donc le …

Dans cette hypothèse spéculative un renversement de la jurisprudence , c'est-à-dire de l'état de droit.
Gastonviet

François Ruffin appelle à soutenir les manifestations contre le pass sanitaire. C'est donc le …

Faux . Pas avec une AMM conditionnelle !..
Gastonviet

François Ruffin appelle à soutenir les manifestations contre le pass sanitaire. C'est donc le …

<< la vaccination obligatoire >> - A ce jour cela n'est pas possible juridiquement parlent sans renverser la jurisprudence en matière vaccinale.
Gastonviet

Me Fabrice Di Vizio Live ce soir 20h30

La Cour européenne a enfin statué sur l’interdiction de l’obligation vaccinale. Le lien en français est à la fin avec les articles de loi de la Cour européenne.

Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut Le Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec l’UE), auquel appartiennent tous les États européens à l’exception du Belarus, du Kosovo et du Vatican qui est le parrain …More
La Cour européenne a enfin statué sur l’interdiction de l’obligation vaccinale. Le lien en français est à la fin avec les articles de loi de la Cour européenne.

Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut Le Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec l’UE), auquel appartiennent tous les États européens à l’exception du Belarus, du Kosovo et du Vatican qui est le parrain de la Cour européenne des droits de l’homme, a décidé le 27.01.2021 dans sa résolution 2361/2021, entre autres, que personne ne peut être vacciné contre sa volonté, sous la pression.

Les 47 États membres sont invités à signaler avant la vaccination que la vaccination n’est pas obligatoire et que les personnes non vaccinées ne doivent pas subir de discrimination.

La discrimination est également expressément interdite en cas de risques sanitaires existants ou si une personne ne souhaite pas être vaccinée. Les fabricants de vaccins sont tenus de publier toutes les informations sur la sécurité des vaccins.

Avec cette résolution, la plus importante organisation de défense des droits de l’homme en Europe a désormais établi des normes et des obligations, ainsi que créé des lignes directrices en vertu du droit international, qui doivent être appliquées par les 47 États membres, y compris l’UE en tant qu’organisation.

Les discriminations, par exemple sur le lieu de travail ou les interdictions de voyager pour les personnes non vaccinées, sont donc légalement exclues.

Dans toute procédure judiciaire, contre toute autorité, tout employeur, tout fournisseur de voyages, tout responsable.

En Version française :

https://pace.coe.int/fr/files/29004/html
Gastonviet

Emmanuel Macron menteur ? Mickaël Vendetta balance : "Brigitte et lui ne sont pas vaccinés"

La Cour européenne a enfin statué sur l’interdiction de l’obligation vaccinale. Le lien en français est à la fin avec les articles de loi de la Cour européenne.

Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut Le Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec l’UE), auquel appartiennent tous les États européens à l’exception du Belarus, du Kosovo et du Vatican qui est le parrain …More
La Cour européenne a enfin statué sur l’interdiction de l’obligation vaccinale. Le lien en français est à la fin avec les articles de loi de la Cour européenne.

Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut Le Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec l’UE), auquel appartiennent tous les États européens à l’exception du Belarus, du Kosovo et du Vatican qui est le parrain de la Cour européenne des droits de l’homme, a décidé le 27.01.2021 dans sa résolution 2361/2021, entre autres, que personne ne peut être vacciné contre sa volonté, sous la pression.

Les 47 États membres sont invités à signaler avant la vaccination que la vaccination n’est pas obligatoire et que les personnes non vaccinées ne doivent pas subir de discrimination.

La discrimination est également expressément interdite en cas de risques sanitaires existants ou si une personne ne souhaite pas être vaccinée. Les fabricants de vaccins sont tenus de publier toutes les informations sur la sécurité des vaccins.

Avec cette résolution, la plus importante organisation de défense des droits de l’homme en Europe a désormais établi des normes et des obligations, ainsi que créé des lignes directrices en vertu du droit international, qui doivent être appliquées par les 47 États membres, y compris l’UE en tant qu’organisation.

Les discriminations, par exemple sur le lieu de travail ou les interdictions de voyager pour les personnes non vaccinées, sont donc légalement exclues.

Dans toute procédure judiciaire, contre toute autorité, tout employeur, tout fournisseur de voyages, tout responsable.

En Version française :
https://pace.coe.int/fr/files/29004/html
Gastonviet

Passeport sanitaire =Vaccination forcée déguisée

La Cour européenne a enfin statué sur l’interdiction de l’obligation vaccinale. Le lien en français est à la fin avec les articles de loi de la Cour européenne.

Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut Le Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec l’UE), auquel appartiennent tous les États européens à l’exception du Belarus, du Kosovo et du Vatican qui est le parrain …More
La Cour européenne a enfin statué sur l’interdiction de l’obligation vaccinale. Le lien en français est à la fin avec les articles de loi de la Cour européenne.

Toute obligation de vaccination est désormais illégale par défaut Le Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec l’UE), auquel appartiennent tous les États européens à l’exception du Belarus, du Kosovo et du Vatican qui est le parrain de la Cour européenne des droits de l’homme, a décidé le 27.01.2021 dans sa résolution 2361/2021, entre autres, que personne ne peut être vacciné contre sa volonté, sous la pression.

Les 47 États membres sont invités à signaler avant la vaccination que la vaccination n’est pas obligatoire et que les personnes non vaccinées ne doivent pas subir de discrimination.

La discrimination est également expressément interdite en cas de risques sanitaires existants ou si une personne ne souhaite pas être vaccinée. Les fabricants de vaccins sont tenus de publier toutes les informations sur la sécurité des vaccins.

Avec cette résolution, la plus importante organisation de défense des droits de l’homme en Europe a désormais établi des normes et des obligations, ainsi que créé des lignes directrices en vertu du droit international, qui doivent être appliquées par les 47 États membres, y compris l’UE en tant qu’organisation.

Les discriminations, par exemple sur le lieu de travail ou les interdictions de voyager pour les personnes non vaccinées, sont donc légalement exclues.

Dans toute procédure judiciaire, contre toute autorité, tout employeur, tout fournisseur de voyages, tout responsable.

En Version française :
https://pace.coe.int/fr/files/29004/html
Gastonviet

Désormais il ne sera plus possible de vivre, d’aller faire ses courses, voyager, aller au restauran…

‘Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a validé le 27 janvier 2021 la résolution 2361 avec une très forte majorité de 115 voix pour, 2 contre ainsi que 13 abstentions. L’article 7.3.1. – "de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est PAS obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou …More
‘Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a validé le 27 janvier 2021 la résolution 2361 avec une très forte majorité de 115 voix pour, 2 contre ainsi que 13 abstentions. L’article 7.3.1. – "de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est PAS obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement;"
Gastonviet

Mgr Schneider évêque auxilliaire d'Astana est assez silencieux sur ce qui se passe en son diocèse

Oui, mais c'est pas mon propos concernent votre erreur théologique , c'est-à-dire qu'un évêque auxilliaire n'a pas de diocèse a proprement parlé. Prêcher et gouverner sont des actes du pouvoir de juridiction.
Gastonviet

Mgr Schneider évêque auxilliaire d'Astana est assez silencieux sur ce qui se passe en son diocèse

C'est normal en quelque sorte, en effet l'évêque auxilliaire n'a pas de diocèse a proprement parlé. Il n'a pas de juridiction directe sur le diocèse.
Gastonviet

Un excellent ouvrage à lire !

@ladoctrine a écrit : << je ne sais pas qui leur met dans la tête que l'Eglise Catholique ne peut pas exister sans pape ! >>

Exister, mais alors comme personne morale ( c.100 ) et non physique puisque l'Eglise catholique et le Pape c'est tout un. Il n'y a pas l'Eglise catholique d'un coté et le Pape de l'autre. C'est tout un.
Gastonviet

youtube.com/watch?v=zv1Wu7KYLfs

En réalité c'est un marrane. En effet il proposent dans une longue vidéo de « re-catholiser » la France sans Pontife romain mais encore sans l'épiscopat. A la protestante via sa secte de Quaker de la CRMI.
Gastonviet

Soixante ans de religion conciliaire

Un collectif folklorique qui performant dans des jolies pirouettes théologiques ...visiblement pour les besoins de leur cause .

Page.83 :


4) Comment le prêtre traditionnel agit-il aujourd’hui en la personne de l’Église, quand il n’y a pas d’autorité pour lui permettre de dire la Messe ?

Il fait en continuant la mission de l’Église catholique, qui est la sanctification des âmes. Ainsi, il est …More
Un collectif folklorique qui performant dans des jolies pirouettes théologiques ...visiblement pour les besoins de leur cause .

Page.83 :


4) Comment le prêtre traditionnel agit-il aujourd’hui en la personne de l’Église, quand il n’y a pas d’autorité pour lui permettre de dire la Messe ?

Il fait en continuant la mission de l’Église catholique, qui est la sanctification des âmes. Ainsi, il est parfaitement légitime et nécessaire que le prêtre disent la Messe, prêchent, et distribuent les sacrements, puisqu’ils sont autorisés par l’Église de faire cela par le principe de l’épikie.

Versus doctrine catholique :

L'épikie laisse intacte l'obligation qu'engendre la loi, et donc si vraiment ces guignols feraient de l'épikie, ils n'auraient aucun problème à admettre que l'obligation de la loi reste en vigueur pour tous ...

Chanoine Labrecque, CONSULTATIONS THÉOLOGIQUES, p.612 a écrit:

L'épikie n'est pas non plus une dispense. En effet, toute dispense est accordée par l'autorité : c'est un acte de juridiction par lequel le législateur suspend, dans un cas particulier, la loi ou l'obligation imposée par la loi. [...] L'épikie au contraire, procède du jugement privé, non du pouvoir de juridiction; elle est exercée par l'individu, soit l'intéressé, soit une autre personne.


Ainsi, l'épikie laisse intacte l'obligation (au moins générale) de la loi.