Clicks148
religions
1

LA PREMIÈRE SOURATE, AL-FATIHA, OU L’ENDOCTRINEMENT DANS LA HAINE

LA PREMIÈRE SOURATE, AL-FATIHA, OU L’ENDOCTRINEMENT DANS LA HAINE

« Nous t’avons donné sept versets que l’on récite, et aussi le très grand Coran. (15.87) » Allah distingue ici le Coran et la première sourate, la Fatiha, formée de sept versets. Si le Coran et la Fatiha sont distincts, alors, de deux choses l’une : soit Allah n’a pas révélé que le Coran (55.2 ; 85.31), soit le Coran, qui contient la Fatiha, est falsifié. Quelle option choisir ?

En raison d’un hadîth d’Al-Boukhari qui affirme que « la prière de quiconque ne récite pas la sourate Al Fatiha est invalide », de nombreux savants musulmans insistent pour que la première sourate précède toutes les prières musulmanes, qui sont au minimum de dix sept par jour 17 fois, pour ne compter que les cinq prières obligatoires. Sans la récitation de la fatiha au début de sa prière, le fidèle doit la refaire.

Texte de la première sourate, appelée al-fatiha :

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Louange à Allah, Seigneur de l’univers.
Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,
Maître du Jour de la rétribution.
C’est Toi que nous adorons, et c’est Toi dont nous implorons secours.
Guide-nous dans le droit chemin,
le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.


De nombreux chercheurs se sont penchés sur cette sourate du Coran. Certains ont vu dans ce texte des ressemblances avec des textes chrétiens comme le psaume 1 et le psaume 231 ou le Notre Père. Pour Dye, ce texte contient de nombreuses “réminiscences chrétiennes” (Psaume 1, livre d’Isaïe)7. Cuypers compare ce texte avec le Psaume 1, construit de manière similaire, présentant les “deux voies” (adoration et demande) et finit par des termes similaires.

Pour Rippin, « Une grande partie du vocabulaire de ce passage a des parallèles hébraïques / Syriaque, tout particulièrement raḥmān et ‘lam, mais aussi la plupart des autres phrases d’une manière ou d’une autre. » Pour Kropp, « La basmala : c’est une citation biblique (Exode 34:6; Ps 86[85].15 et suiv.) en usage dans les temps pré-islamiques jusqu’à nos jours par les chrétiens coptes et éthiopiens. » Younes appuie cette association par l’orthographe particulière du mot nom.

Selon Mohammed Arkoun, Al-Fatiha commencerait par “Louange à Dieu, le Seigneur des siècles”. Cette épiclèse divine correspond au terme syriaque d’oulmin. Ce terme devient alamin en arabe et prend le sens des “mondes créés par Dieu”. L’auteur s’interroge sur le sens, syriaque ou arabe, qu’avait ce mot lors de l’énonciation de cette sourate. Soulignant la difficulté de compréhension de ce terme, d’autres chercheurs voient dans le terme alamin le terme araméen “cosmos”.

Jan Van Reeth a mené une étude globale sur la sourate. Il remarque des similitudes avec Isaïe 35. L’auteur présente une filiation de certaines expressions de certains versets de la sourate depuis le texte biblique à travers le Targoum des Prophètes. À l’inverse, selon lui, les premiers versets proviennent de liturgie chrétienne et rappellent une doxologie puis des répons psalmodique. Ainsi, le verset 5 serait une adaptation du Deus in adjutorium meum intende, Domine ad adjuvandum me festina commençant la Prière des Heures. Pour lui, la sourate Al-Fatiha est un “restant de Livre d’Heure. Cette sourate est composée d’un extrait de la grande doxologie (rappel mnémotechnique pour chanter l’intégralité de celle-ci), du verset commençant la Prière des Heures.

Hadith Muslim – livre 26 numéro 5389 : “Ne saluez pas les juifs et les chrétiens avant qu’ils ne vous saluent, et quand vous rencontrez l’un d’eux sur les routes, forcez-le à passer sur la partie la plus étroite de la route.”

Hadith Muslim – livre 19 numéro 4366 : “Le Messager d’Allah à dit : ” J’expulserai les Juifs et les Chrétiens de la Péninsule Arabique et je ne laisserai personne en dehors des musulmans. ”

Coran Sourate 5 verset 51 : “Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.”

Coran Sourate 9 verset 30 : “Les Juifs disent : “Uzayr est fils d’Allah” et les Chrétiens disent : “Le Christ est fils d’Allah”. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. QU’ALLAH LES ANÉANTISSE ! ”

Abbé Guy Pagès

La fatiha ou l’endoctrinement dans la haine
AveMaria44
Le Coran ne serait pas un livre de paix ? Il faudrait prévenir François......