montfort.kingeshop.com shares this
53
MARDI : OFFRANDE des SOUFFRANCES que NOTRE-SEIGNEUR ENDURA chez CAÏPHE.
forumactif.com/…de-de-la-passion-pour-tous-les-jours-de-la-semaine
1. Je vous offre, ô innocent Agneau ! (pour N...) les nouveaux outrages dont vous avez été accablé lorsqu’on vous conduisit chez Caïphe, où vos ennemis, comme des loups furieux, conspiraient votre mort.
2. Je vous offre la patience avec laquelle vous …More
MARDI : OFFRANDE des SOUFFRANCES que NOTRE-SEIGNEUR ENDURA chez CAÏPHE.
forumactif.com/…de-de-la-passion-pour-tous-les-jours-de-la-semaine
1. Je vous offre, ô innocent Agneau ! (pour N...) les nouveaux outrages dont vous avez été accablé lorsqu’on vous conduisit chez Caïphe, où vos ennemis, comme des loups furieux, conspiraient votre mort.
2. Je vous offre la patience avec laquelle vous supportâtes tous les faux témoignages que rendirent contre vous ces hommes iniques, pour opprimer votre innocence.

3. Je vous offre la joie de votre Cœur Sacré au milieu des fausses accusations que formait contre vous la rage de vos ennemis, et l’amour qui vous porta à paraître criminel devant les hommes pour nous rendre justes et saints devant Dieu.

4. Je vous offre, ô Jésus, le respect que vous témoignâtes pour le saint nom de Dieu, lorsque, conjuré par le grand prêtre de dire si vous étiez le Messie Fils de Dieu, vous répondîtes que vous l’étiez, quoique cette réponse dût vous coûter la vie.

5. Je vous offre l’extrême humiliation que vous reçûtes quand vous vous vîtes opprimé pour avoir dit la vérité, et que vos paroles, qui sont celles de la vie éternelle, passèrent pour des blasphèmes dignes du dernier supplice.

6. Je vous offre la patience admirable qui vous fit supporter sans plainte les mauvais traitements que vous attira une réponse si digne de vous.

7. Je vous offre, ô le plus beau des enfants des hommes, le tourment que vous fit souffrir le mépris avilissant de votre Personne adorable, lorsqu’on vous livra à l’insolence des soldats qui vous traitèrent comme le plus coupable et le plus abject des mortels.

8. Je vous offre la douceur et l’égalité d’esprit qu’on vous vit conserver lorsque, devenu le jouet de vos ennemis, vous fûtes par eux méprisé et couvert d’un voile d’ignominie, dont ils vous bandèrent les yeux, en vous disant : « Christ, prophétise-nous qui t’a frappé ! »

9. Je vous offre, ô bon Jésus, l’affliction sensible que vous causa le reniement de saint Pierre, et la tendre compassion qui vous fit jeter sur ce disciple un regard de miséricorde, regard qui l’instruisit de sa faute et la lui fit pleurer amèrement.

10. Je vous offre enfin toutes les douleurs et toutes les humiliations que vous eûtes à essuyer le reste de cette triste et fatale nuit, ainsi que toutes les dispositions de votre Cœur uniquement occupé à nous réconcilier avec votre Père et à nous mériter ses miséricordes.

« Mon aimable Jésus, pour vous témoigner ma reconnaissance et pour réparer mes infidélités, moi..., je vous donne mon cœur, je me consacre entièrement à vous et je me propose, avec votre secours, de ne plus vous offenser. »

« Cœur Sacré de Jésus,
Que votre règne arrive !
Cœur Sacré de Jésus,
Je crois en votre amour pour moi !
Cœur Sacré de Jésus,
J’ai confiance en vous ! »