petero
Je n’ai pas eu beaucoup de réponse. Voici donc pour quelle raison je pense que le dernier pape, ce sera Jésus Lui-même.

Parce que Jésus est Dieu le Père, dans sa Parole devenue homme. Ce n'était pas Lui qui parlait, mais son Père, Lui n'étant que la bouche que le Père avait donné à sa Parole devenu homme :

« Jésus lui répondit: "Il y a longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu? …More
Je n’ai pas eu beaucoup de réponse. Voici donc pour quelle raison je pense que le dernier pape, ce sera Jésus Lui-même.

Parce que Jésus est Dieu le Père, dans sa Parole devenue homme. Ce n'était pas Lui qui parlait, mais son Père, Lui n'étant que la bouche que le Père avait donné à sa Parole devenu homme :

« Jésus lui répondit: "Il y a longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu? Philippe, celui qui m'a vu, a vu aussi le Père. Comment peux-tu dire: Montrez-nous le Père! Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même: le Père qui demeure en moi fait lui-même ces oeuvres. Croyez sur ma parole que je suis dans le Père, et que le Père est en moi. (Jean 14, 9-11)

Ce qui veut dire que c’est Dieu son Père, qui parlait par sa bouche, comme il l’avait d’ailleurs annoncé ici :

« Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète tel que toi; je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. (Deutéronome 18, 18)

Pape vient du mot « Père » et c’est pourquoi le pape est appelé « le Très Saint Père », ce qui est le Nom de Dieu le Père, qui après avoir parlé par les prophètes en mettant ses paroles dans leurs oreilles, pour qu’ils les rapportent, parlera directement par la bouche donnée à sa Parole devenu homme, pour après que sa Parole se soit semé en ses Apôtres, continuer à parler à ses brebis, par Pierre comme Jésus le constatera ici :

« Jésus lui répondit: " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, (Matthieu 16, 17-18)

Ce qui veut dire que Dieu le Père, a mis cette Parole : « tu es le Fils du Dieu vivant », directement dans la bouche de Simon, qui va recevoir le Nom qui était attribué au Dieu d’Israël : « le Rocher », « le Kêpha », sur laquelle toute l’Eglise reposera pour recevoir du Père, la Parole qu’il adressera à son Peuple, à ses brebis, Lui, le Véritable Bon Pasteur, présent dans celui qu’il a établit « Père » avec Lui.


Par Pierre et ses successeurs, c’est Dieu le Père de Jésus, qui continuera à faire parler par leur bouche, Jésus sa Parole qui s’est semé en eux, pour faire d’eux les ministres de sa Parole, les serviteurs de sa Parole.

Et comme Jésus est avec son Père, l’Alpha et l’Omega, le commencement et la fin, le premier et le dernier. Ayant été le premier Pape, représentant son Père qui parlait par sa bouche, il sera le dernier Pape, représentant son Père, qui va resté présent par ses papes, au milieu de ses brebis.

Quand Jésus dans sa Parabole du festin nuptial, que son Père entrera dans la salle de Noce pour vérifier qui a été épousé par son Fils, étant devenu image de son Fils, on peut penser qu’il entrera dans la salle de Noce, sa Bergerie, sa Sainte Eglise Catholique, avec Jésus sa Parole devenu homme, et qui après être ressuscité comme Bon Pasteur avec son Père, dans les papes qui vont se succéder, il ressuscitera à la fin, pour le jugement dernier, dans celui qu’il choisira pour se manifester de nouveau à ses Apôtres, à son Eglise, restés fidèles :

« Heureux ce serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera veillant! Je vous le dis en vérité, il se ceindra, les fera mettre à table et passera pour les servir. Et si c'est à la deuxième ou à la troisième veille qu'il arrive et (les) trouve ainsi, heureux sont-ils! Sachez-le bien, si le maître de maison savait à quelle heure le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts, car c'est à l'heure qu vous ne pensez pas que le Fils de l'homme viendra. (Luc 12, 37-40)

C’est en venant faire le plein d’huile le dimanche à la messe, ce qui nous oblige à nous réveiller quand nous nous sommes endormis, qu’on reste éveillé, dans l’attente de la manifestation du Père et de son Fils Jésus, présent en Lui, qui viendra comme un voleur, sans frapper à la porte, comme il l’a fait le dimanche de sa résurrection, le soir, alors que ses Apôtres étaient dans la chambre haute, les portes fermées à clef.

Et comme cela s’est passé avec les disciples d’Emmaüs, et qu’il a marché avec eux pendant un long moment, en leur expliquant ce qui lui était arrivé, en faisant une relecture des Ecritures, passant à table avec eux, rompant le pain, pour se faire reconnaître à ce moment là ; cette fois-ci, il ne reviendra pas à la place du Pape qui tient sa place, mais comme Fils servant son Père, à ses côtés, se ceignant les reins comme il l’a fait le jeudi saint, pour les servir.

Ne soyons donc pas surpris, qu’un jour, le pape, à qui il se fera peut-être reconnaître, comme il l’a fait avec Pierre en premier, nous annoncera que le Seigneur est ressuscité :

« Il est apparu à Céphas, puis aux Douze. Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois …. Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres. En tout dernier lieu, il m’est aussi apparu, à moi l’avorton. (1 Corinthiens 15,1… 11)