Clicks659
fr.news

Évêque Carlassare : "C'était difficile d'affronter la mort"

Christian Carlassare, l'évêque élu de Rumbek, au Sud-Soudan, a déclaré à AciAfrica.org que ses blessures par balle avaient mis sa vie en danger mais qu'il se rétablissait bien : "Il faudra un certain temps avant que je puisse à nouveau marcher".

Carlassare se trouve actuellement dans un hôpital de Nairobi. Il admet qu'il était difficile "d'affronter cette situation, de faire face à la mort et à tous les problèmes qui découleront de cette fusillade", mais il pardonne aux auteurs.

"La justice doit toujours être accompagnée de la miséricorde parce que la médecine des relations humaines est donnée par la miséricorde plus que par la justice", a-t-il expliqué.

Au Corriere.it, Carlassare a déclaré que si l'attaque voulait l'intimider, elle avait eu "l'effet contraire". Il a qualifié de "normal" que l'enquête de police se concentre sur les membres de l'Église.

Pendant l'attaque, il a essayé pendant un moment de trouver une issue de secours. Puis il a tenté de parler aux agresseurs qui n'ont pas répondu. Au lieu de cela, ils ont tiré six ou sept fois, et quatre balles ont atteint ses jambes, apparemment sans lui briser les os.

Carlassare était convaincu qu'ils étaient venus pour le tuer, "J'ai juste pensé, ainsi soit-il, je suis prêt. Ma vie est offerte."

De tels tirs dans les jambes provoquent des lésions musculaires, tissulaires et nerveuses, ce qui entraîne parfois une claudication et des douleurs atroces lors la marche, qui peuvent handicaper les personnes touchées pendant le reste de leur vie. Dans le cas de Carlassare, c'est presque un miracle que les médecins aient pu sauver ses membres.

Image: Christian Carlassare, EWTN.com, #newsRdkodtuwvu