Clicks1.5K

Un Scandale-Bergoglio qui remonte grâce à Marco Tosatti mais... à vous de lire

Article précédent : La fin de l'avortement dévoilée : la liberté de forniquer, avec la bénédiction de l'Antéchrist

* * *

Une femme d'Argentine s'exprime contre Bergoglio ...

BERGOGLIO EMPÊTRÉ À NOUVEAU
DANS LA DISSIMULATION D’ACTES PÉDOPHILES


par Atila Sinke Guimarães (Tradition in Action), le 29 juin 2018
traditioninaction.org/bev/220bev06_29_2018.htm


L’article de Tosatti qui a été retiré de son site Internet peu après sa publication

Le 26 mai 2018, le journaliste Marco Tosatti, de La Stampa (Turin, Italie), fit paraître sur son site Internet Stilum Curiae un article signalant que lorsque le Pape François était archevêque de Buenos Aires (Argentine), il avait dissimulé les actes pédophiles d’un prêtre de cette ville. L’article rapportait des informations anciennes et peu connues communiquées à l’époque par le blogue espagnol Público. Peu après, cependant, l’article de Tosatti fut retiré du site Stilum Curiae, sans doute sous la pression du Vatican.

Son article fut néanmoins retranscrit intégralement par un autre site Internet italien, Acta Apostolicae Sedis. Voir ici ; l’article de Tosatti constitue la seconde partie du « post ». Le blogue brésilien Fratres in Unum a publié cet article, et c’est là que je l’ai trouvé en portugais avec ses divers liens espagnols et italiens. Je remercie le blogue en question pour cet important service rendu à la collectivité. Je traduis ci-après l’information en anglais et la transmets à mes lecteurs.

Historique et dissimulation de l’affaire

En mai 2013, la Cour d’appel de Quilmes (province de Buenos Aires) a confirmé l’arrêt du tribunal de première instance condamnant le diocèse au versement de 115.600 pesetas (23.490 euros) à une victime d’acte pédophile en indemnisation du préjudice moral infligé à celle-ci et du traitement psychologique qu’elle avait dû subir ensuite.

Peu après, en ce même mois de mai 2013, le blogue espagnol Público évoquait le cas d’un Argentin de quinze ans, Gabriel Ferrini, dont le Père Ruben Pardo avait abusé en 2002. Aussitôt après avoir été ainsi violé, l’adolescent en a parlé à sa mère, Beatriz, qui se rendit auprès de l'évêque de Quilmes, Luis Teodórico Stöckler.

Le diocèse de Quilmes est subordonné à la province de Buenos Aires, dont l'archevêque n’était autre alors que Jorge Bergoglio. L'évêque Stöckler convoqua le prêtre pour lui faire part de cette accusation. L’intéressé avoua tout à son évêque 96 heures après les faits.

à gauche, le Père Ruben Pardo ; à droite, Gabriel Ferrini

Comme l'évêque tardait à punir le prêtre, Beatriz Varela essaya de porter l’affaire devant l'archevêque Jorge Bergoglio. Or non seulement celui-ci refusa de la recevoir, tout en ordonnant à ses gardes du corps de lui interdire l’accès à sa résidence, mais dans le même temps, il pourvoyait au confortable hébergement du prêtre pédophile dans un bâtiment relevant de son autorité.

Le viol eut lieu le 15 août 2002. Beatriz Varela travaillait dans l’école diocésaine de Quilmes. Elle avait demandé au vicaire de sa paroisse, le Père Ruben Pardo, d’enseigner à ses deux fils les vérités de l’Église catholique. Le prêtre se rendit chez elle, et après y avoir donné quelques leçons, dit à Beatriz qu’il voudrait poursuivre son enseignement dans l’église, pourvu que Gabriel y passât la nuit. Il ajouta que l’adolescent pourrait ainsi lui servir sa messe du matin.

Bergoglio n’a pas reçu la mère de la victime
et a même envoyé ses gardes du corps contre elle


Avec le consentement de sa mère, l’adolescent se rendit donc à la cure pour y recevoir sa leçon. Le soir même, Pardo invita Gabriel à coucher dans son lit. Le jeune homme interpréta d’abord cela comme une paternelle invitation, jusqu’à ce que le prêtre se mît à le violer. Gabriel a déclaré ceci :

« Je savais qu’il était en train de me violer, mais je ne voyais pas comment l’éviter, parce que j’étais choqué et que j’avais très peur. »

Quand le prêtre eût fini et se fût endormi, Gabriel se glissa hors du lit et courut jusqu’à chez lui, où il raconta à sa mère ce qui venait de se passer, et Beatriz se rendit directement auprès de l'évêque Luis Stöckler. Elle a déclaré :

« Il avait commencé par se montrer consterné, mais le temps passait sans qu’il prenne aucune mesure ». Au lieu de cela, a-t-elle poursuivi, l’évêque « essayait de minimiser les choses, disant que je devais me montrer miséricordieuse envers les personnes qui ont choisi le célibat par vocation, parce qu’elles ont des moments de faiblesse. »

Beatriz dit à l'évêque qu’elle voulait « la vérité, la justice et la garantie qu’une telle chose n’arrive à personne d’autre ». L'évêque la menaça alors de la licencier. « Je travaillais pour l’école du diocèse », a-t-elle dit pour expliquer la difficulté de sa situation.

Beatriz s’adressa ensuite au tribunal ecclésiastique, dont le président « a refusé de recevoir ma dénonciation ». Quinze jours après, elle fut interrogée par quatre prêtres « qui m’ont soumise à un interrogatoire humiliant, me posant des questions lubriques et tendancieuses comme si c’était moi qui avais été à l’origine du viol, alors qu’ils savaient pertinemment que le violeur avait reconnu les faits 96 heures après ceux-ci devant l’évêque qui le réprimandait ».

Le pape François a couvert un prêtre pédophile à Buenos Aires.

La mère de la victime sollicita également l’ « archevêché », au domicile de l'archevêque Jorge Bergoglio. Ce dernier refusa de la recevoir et ordonna à ses agents de sécurité de l’expulser de chez lui. Peu après, elle apprit que le Père Ruben Pardo était hébergé à la cure du quartier de Flores, qui dépend directement de l’archidiocèse de Buenos Aires. Elle a déclaré :

« Bergoglio était au courant de ça, parce que personne ne peut être logé dans cette cure sans l’autorisation de l’archevêque ».

En haut, Beatriz Varela ; en dessous, son fils Gabriel Ferrini

Elle a hardiment accusé le papeFrançois :

« Là est le double langage de Bergoglio : il condamne les cas de pédophilie dans l’Église, mais il les couvre en faisant montre d’hypocrisie, de mensonge et de complicité. »

Elle formule ensuite une accusation plus générale :

« Dans l’Église, tout le monde sait, et tout le monde se tait ; tout le monde est donc complice. »

Elle a aussi fait état d’autres affaires de même nature dont elle avait connaissance.

« Des prêtres ont été mutés à l’archidiocèse de Córdoba après ma dénonciation. Vendredi dernier, une mère éplorée m’a appelée pour me dire que sa fille de quatre ans avait été violée par ces deux prêtres, qui continuent à enseigner. […] D’autres enfants sont toujours en danger. »

La mère de la petite fille violée n’a pas voulu s’adresser à la presse, mais elle a engagé une action judiciaire contre les prêtres en question.

Beatriz conserve un amer souvenir du verdict final de la cour d’appel faisant suite à l’arrêt du tribunal de Quilmes : « Lorsque le prêtre qui a violé mon fils est mort [du sida, en 2005…], le procès est resté enterré pendant deux ans. Quand le procès était sur le point d’avorter [par le jeu des délais de procédure], mon fils a fait une tentative de suicide. Il a été interné un mois et demi en clinique psychiatrique. Aucune somme d’argent ne pourrait compenser ce que nous avons souffert. »

Son fils, Gabriel Ferrini, a émis le point de vue suivant sur la sentence :
« Le verdict a établi un précédent judiciaire grâce auquel d’autres victimes n’éprouveront pas autant de difficultés à obtenir satisfaction.
« Il est nécessaire d’agir, parce que beaucoup de gens ont trop peur ou trop honte pour dénoncer quelqu’un portant l’habit religieux et entrer en conflit avec lui. »


Telle est l’affaire qui est venue au grand jour fin mai, lorsque Marco Tosatti a mis en lumière la sentence de la cour d’appel de Quilmes déclarant le diocèse de cette ville coupable d’abus sexuel pédophile.

L’affaire a ainsi refait surface au moment où Bergoglio suscitait une indignation publique pour avoir nommé au diocèse d’Osorno (Chili) l'évêque Barros, accusé de couvrir les scandales pédophiles imputables à son clergé. Selon sa bonne vieille habitude, Bergoglio a menacé de lancer ses « agents de sécurité » aux trousses du journaliste italien qui s’efforçait de rendre ces affaires publiques.

Il y a des années, à Buenos Aires, il usait déjà de ce procédé d’intimidation physique à l’encontre de Beatriz Varela ; aujourd’hui, à Rome, il semble adopter un comportement identique à l’égard de Marco Tosatti. Aidez-moi à dénoncer ce complot s’il existe. Je n’aime pas qu’on emploie de la sorte des « agents de sécurité », car cela me rappelle les méthodes d’un Al Capone. En outre, je crois que le moment est venu pour nous autres catholiques de prendre conscience de ce que sont vraiment les procédés « honnêtes, purs, humbles et miséricordieux » de ce qui devrait être notre « Saint Père ».

Vidéo : www.youtube.com/watch

Source : blog.catholicapedia.net/…/francois-bergog…

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU


>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
Stephane77 2
Dieu en viendra à bout de ces (et non pas ses) imposteurs .
Restons en paix tout en étant vigilant s.
La providence veille sur nous , soyons acteurs ... .
Ne nous laissez pas sucomber
@La Croix et le Lys ,Vous faite erreur je ne juge personne ce que vous dite est un mensonge et vous le savez très bien ,je ne dit que se qui était et se qui est advenu ,comme vous n'avez rien à me reprocher vous vous servez d'un mensonge pour vous dédouanez et vous n'êtes pas le seul Vaticansesque à agir ainsi .
Ne nous laissez pas sucomber
@La Croix et le Lys ,Dans les années 1960 en latin avant le triste Paul VI ;mois je parle avant le mortel concile Vatican II ,car dès et même a ses début cela commencé ,quand je dit que le malin dirigeais le concile Vatican deux je sais se que je dit le feux en la maison du Seigneur ,Et que vous n'aimiez pas le latin dénote que vous ne comprenez rien à ce que c'est d'être Catholique ,déjà le …More
@La Croix et le Lys ,Dans les années 1960 en latin avant le triste Paul VI ;mois je parle avant le mortel concile Vatican II ,car dès et même a ses début cela commencé ,quand je dit que le malin dirigeais le concile Vatican deux je sais se que je dit le feux en la maison du Seigneur ,Et que vous n'aimiez pas le latin dénote que vous ne comprenez rien à ce que c'est d'être Catholique ,déjà le vers était dans le fruit ,si vous aviez eux des parents comme les miens comme nos anciens et reçu l'éducation approprier ,mais fin 1950 déjà on sentais venir un vent mauvais et un relâchement dans la foi en Dieu et pourtant ,voyez vous rien que de me dire austérité et détestable montre que vous n'êtes pas mais alors pas du-tout Catholique sectaire oui mais pas plus .Je vous laisse à vos pensées .Quand on ne veut pas comprendre le chemin de l'esprit Saint et que l'on se comptent de son mois il est normal que se sois austère mal appliqué et détestable ,la fainéantise aussi .
5 more comments from Ne nous laissez pas sucomber
Ne nous laissez pas sucomber
@La Croix et le Lys Voila les menteurs ,que se sois en Suisse en 1940 + a Angers 1945 chez les louveteaux aux Locle 1949 ou 1950+ a Genève avec tout les curés et abbé que j'ais connu ,jamais il n'y eu une hombre de se que vous avancez ;cela vient après 1959 et je m'en souviens très bien ,c'est du vécu, les curés et abbés en complet veston et la course aux sexe années 1960;alors remballer vos …More
@La Croix et le Lys Voila les menteurs ,que se sois en Suisse en 1940 + a Angers 1945 chez les louveteaux aux Locle 1949 ou 1950+ a Genève avec tout les curés et abbé que j'ais connu ,jamais il n'y eu une hombre de se que vous avancez ;cela vient après 1959 et je m'en souviens très bien ,c'est du vécu, les curés et abbés en complet veston et la course aux sexe années 1960;alors remballer vos dires le malin est entré dans la place et à la place de SAINT PIERRE en 1959 et le désastreux Jean XXIII le savait très bien ,continué le malin vous adore .
Ne nous laissez pas sucomber
@La Croix et le Lys ,non une paille vous ne vous foutez pas de mois et je ne suis pas chrétien ( se qui ne veut strictement rien dire car multiple sectes ) mais Catholique et fière d'êtres d'avant ce MORTEL CONCILE et d'y rester ;allez vers votre guide il sais y faire le malin ,vous en êtes la preuve .
Ne nous laissez pas sucomber
@La Croix et le Lys de mon temps on respectai les anciens tant qu'ils ne nous incitait pas aux vices et a la débauche ,ce qui n'est plu le cas sur tout en votre Église V 2 .P.S. je ne voie pas Saint Pierre faire la promo des homos à l'instar de votre François ?Je fait rire tan-mieux vous vous me faite pleurer et je pense ne pas être le seul .
Ne nous laissez pas sucomber
@La Croix et le Lys ,Vous le faite exprès ais je parles de Pierre couillon que vous êtes vous allez bien avec votre mandant Satan preuve qu'il réside aujourd'hui au VATICAN votre pote .Détournez les phrase est l'apanage des serviteur du malin et le Vatican aujourd'hui n'en n'ais pas a son cous d'essais et j'en sais quel que chose mon pc aussi .regardez vous triste personnage regardez vous .
Ne nous laissez pas sucomber
Et ou sont'ils les défenseurs de ses fabuleux "Papes " ceux qui depuis 1959 embrasse le Christ comme Judas .
GChevalier
L'Antéchrist est un homme sordide
Comme tout le monde peut le constater :
Sa doctrine est des plus morbides
Et c'est l'enfer qui la lui a soufflée.
Mais voilà, cette doctrine plaît,
Étant donné que tout elle permet !
Chacun la désire avec empressement
Pour pouvoir se damner plus facilement.
montfort.kingeshop.com
Dieu donne à l'un par colère ce qu'il refuse à un autre par miséricorde ;
Moi je donne sans compter, dit Antéchrist, quand je n'ai plus rien...