natale07
O France, ô ma patrie ! Si tu avais conservé la foi… Si tu étais restée la noble fille de l’Eglise… Si tu avais persévéré à chasser de ton sein ces maîtres, qui enseignent en souriant le mépris de la loi du Seigneur, l’oubli de ses bienfaits, la profanation du dimanche, l’incrédulité, le blasphème, le luxe et l’amour effréné du plaisir ;
Que tu serais grande et puissante aujourd’hui !… Que tes …More
O France, ô ma patrie ! Si tu avais conservé la foi… Si tu étais restée la noble fille de l’Eglise… Si tu avais persévéré à chasser de ton sein ces maîtres, qui enseignent en souriant le mépris de la loi du Seigneur, l’oubli de ses bienfaits, la profanation du dimanche, l’incrédulité, le blasphème, le luxe et l’amour effréné du plaisir ;
Que tu serais grande et puissante aujourd’hui !… Que tes enfants seraient heureux !… Que ton nom serait béni parmi les nations !…
Mais que sert un regret stérile ?…Veux-tu revenir à la paix, veux-tu retrouver ta noblesse et ta grandeur ?… Lève les yeux vers l’Etoile de la France : invoque Marie ! Appelle à ton secours Celle qui t’a comblée de tant de grâces et de faveurs !… Reviens !… Tout n’est pas perdu pour toi, si tu retournes au Dieu de tes pères ; si tu sais recourir au Refuge des pécheurs, à l’Espérance des désespérés, à celle qui veut bien encore être appelée Reine de France… Reviens ; reconnais seulement tes fautes, rends-lui ton cœur, et Elle est assez puissante pour te réconcilier avec Dieu, pour t’obtenir de nouvelles bénédictions de son divin Fils, et te rétablir près de Lui dans le haut rang que tu as perdu.
O Marie, ô notre Reine, nous périssons !… Sauvez-nous par un grand coup de vos miséricordes !… Montrez à Jésus la foi de Clovis, le zèle de Charlemagne, la piété saint Louis, la consécration de louis XIII, le vœu du roi martyr à son Cœur sacré !…
O Marie ! Nous implorons votre toute puissante intercession. Délivrez votre peuple, touchez les endurcis, éclairez les aveugles, ressuscitez les morts à la grâce… Afin que tous ensemble nous poussions ce cri de reconnaissance et d’amour : O Notre-Dame de France, ô chère Libératrice, Régnez sur nous, Vous et votre Fils ! Amen
notrehistoireavecmarie.mariedenazareth.com
dvdenise
En 1636, la Sainte Vierge demande à Mère Anne-Marie de Jésus Crucifié, religieuse stigmatisée que le Cardinal de Richelieu tenait en grande estime, que la France lui soit consacrée. L'année suivante, le Roi Louis XIII, « dans le secret de son coeur », consacre sa personne et son Royaume à Marie, et avec la Reine, Anne d'Autriche, il multiplie les prières et les pèlerinages pour obtenir un …More
En 1636, la Sainte Vierge demande à Mère Anne-Marie de Jésus Crucifié, religieuse stigmatisée que le Cardinal de Richelieu tenait en grande estime, que la France lui soit consacrée. L'année suivante, le Roi Louis XIII, « dans le secret de son coeur », consacre sa personne et son Royaume à Marie, et avec la Reine, Anne d'Autriche, il multiplie les prières et les pèlerinages pour obtenir un héritier attendu depuis 22 ans.
.
La Mère de Dieu répond en apparaîssant à un religieux de Notre-Dame des Victoires, tout juste fondée par le Roi, reconnaissant pour ses premiers succès. Elle demande trois neuvaines à Notre-Dame de Cotignac en Provence, Notre-Dame de Paris et Notre-Dame des Victoires.
.
Le caractère surnaturel des faits est rapidement reconnu et la Reine est prévenue. Le religieux, frère Fiacre, achève les trois neuvaines le 5 décembre et c'est neuf mois après jour pour jour que naîtra Louis XIV qui reçevra le nom de baptême de « Louis Dieudonné ».
.
Dès que la Reine est certaine de sa grossesse, et sans attendre la naissance pour savoir si l'enfant serait garçon ou fille, Louis XIII publie le 10 février 1638 l'Edit officiel qui consacre solennellement la France à Marie.
Montfort AJPM
* AM18. Le Chapelet récité *

« Pèse, ô mon âme, ces trois choses :
Un Dieu... Un moment... Une éternité...

Un Dieu qui me regarde ;
Un moment qui m’échappe ;
Une éternité qui m’attend...

Un Dieu qui est tout ;
Un moment qui n’est rien ;
Une éternité qui ôte ou donne tout...

Un Dieu que je sers si peu ;
Un moment que j’emploie si mal ;
Une éternité que je risque à tout moment...

Ô Dieu !...…
More
* AM18. Le Chapelet récité *

« Pèse, ô mon âme, ces trois choses :
Un Dieu... Un moment... Une éternité...

Un Dieu qui me regarde ;
Un moment qui m’échappe ;
Une éternité qui m’attend...

Un Dieu qui est tout ;
Un moment qui n’est rien ;
Une éternité qui ôte ou donne tout...

Un Dieu que je sers si peu ;
Un moment que j’emploie si mal ;
Une éternité que je risque à tout moment...

Ô Dieu !... Ô moment !... Ô éternité !...
Éternité dans le Ciel, ou éternité dans l’enfer !...
Ô Dieu que je vive toujours de telle sorte,
Que je mérite le Ciel et évite l’enfer ! »

(Memento du Chrétien)