sourcefb
1623
54:29
Parcours biblique 66 - Apocalypse et Marie. Parcours biblique 66 - Apocalypse et Marie Par Françoise Breynaert, docteur en théologie. Plus précisément, en comparant les deux témoins à « deux oliviersMore
Parcours biblique 66 - Apocalypse et Marie.
Parcours biblique 66 - Apocalypse et Marie
Par Françoise Breynaert, docteur en théologie.
Plus précisément, en comparant les deux témoins à « deux oliviers » qui se « tiennent devant le Maitre de la terre » (Ap 11, 4), l’Apocalypse fait référence au texte de Zacharie où « les deux oliviers » qui « se tiennent devant le Seigneur de toute la terre » (Za 4, 3-14) sont les deux oints dont Zacharie vient de parler : Josué et Zorobabel, autrement dit les deux chefs, civils (Zorobabel) et religieux (Josué) qui sont à la tête du peuple au retour d’exil. Le voyant de Patmos aurait-il vu une sorte d’équivalent pour le monde entier à la fin des temps ?
Toujours est-il que dans les divers cataclysmes, un tiers des gens sont morts, mais « ils n’ont abandonné ni leurs meurtres, ni leurs sorcelleries, ni leurs débauches, ni leurs rapines » (Ap 9, 21). Surviennent alors les deux témoins, qui sont deux oints, comme un chef civil (roi ?) et un chef religieux …More
sourcefb
Plus précisément, en comparant les deux témoins à « deux oliviers » qui se « tiennent devant le Maitre de la terre » (Ap 11, 4), l’Apocalypse fait référence au texte de Zacharie où « les deux oliviers » qui « se tiennent devant le Seigneur de toute la terre » (Za 4, 3-14) sont les deux oints dont Zacharie vient de parler : Josué et Zorobabel, autrement dit les deux chefs, civils (Zorobabel …More
Plus précisément, en comparant les deux témoins à « deux oliviers » qui se « tiennent devant le Maitre de la terre » (Ap 11, 4), l’Apocalypse fait référence au texte de Zacharie où « les deux oliviers » qui « se tiennent devant le Seigneur de toute la terre » (Za 4, 3-14) sont les deux oints dont Zacharie vient de parler : Josué et Zorobabel, autrement dit les deux chefs, civils (Zorobabel) et religieux (Josué) qui sont à la tête du peuple au retour d’exil. Le voyant de Patmos aurait-il vu une sorte d’équivalent pour le monde entier à la fin des temps ?
Toujours est-il que dans les divers cataclysmes, un tiers des gens sont morts, mais « ils n’ont abandonné ni leurs meurtres, ni leurs sorcelleries, ni leurs débauches, ni leurs rapines » (Ap 9, 21). Surviennent alors les deux témoins, qui sont deux oints, comme un chef civil (roi ?) et un chef religieux, prêtre (Ap 11, 4, cf. Za 4). Ils sont pénitents (vêtus de sacs) et meurent martyrs ; ils sont élevés au ciel, tandis que la terre tremble. Et c’est alors que « les survivants, saisis d’effroi, rendent gloire au Dieu du ciel » (Ap 11, 13). Ce que les fléaux n’obtiennent pas, les martyrs l’obtiennent.