Clicks643
GChevalier
5

Des bombes à désamorcer, beaucoup de boulot pour l'Antéchrist !

Article précédent : Merci Denis pour tes trois posts lucides !

* * *

Le Vatican s’attend à une autre “bombe”,
à propos de la pénétration des gays dans la hiérarchie


Par Carlos Esteban – INFOVATICANA, 6 septembre 2018

Le Rapport Viganò aurait pu lever l’interdiction du secret officiel du Vatican, et Rome est remplie de rumeurs qui attendent la prochaine ” bombe “, peut-être du dossier commandé par Benoît XVI sur la corruption à la Curie et jamais rendu public.

Ce qui est peut-être le plus surprenant dans le Rapport Viganò, c’est qu’il n’est pas surprenant du tout, sauf une chose : qu’un archevêque curial de rang aussi élevé ait violé son serment de secret en accusant le Pape et la Curie et en demandant la démission de l’un.

De plus, le contenu des accusations, qu’elles soient vraies ou non, est peu ou pas surprenant. Que la Curie sache ce que tant de gens savaient, ce qu’ils avaient finalement l’obligation de savoir, ne devrait pas être si frappant. Nous l’avons déjà vécu, avec Jean-Paul II, sans compter que la hiérarchie ecclésiastique a la réputation d’avoir un excellent service d’information interne.

Ce que dit Viganò peut, bien sûr, être un mensonge, mais c’est un mensonge éminemment crédible qui est extraordinairement sympathique aux situations que nous avons déjà vécues en 2002 et aux événements qui font l’objet de spéculations depuis un certain temps, car ils sont logiques et ils ont un sens : s’il y a eu des évêques qui ont payé extrajudiciaires pour résoudre des plaintes judiciaires contre McCarrick, il est vrai que ceux-ci ne l’ont pas fait individuellement et ils ont informé leurs supérieurs comme ils ont précisé, en revanche, que ce sont des évêques qui leur sont venus à bout de leur travail.

Viganò a “péché”, cela ne fait aucun doute, en violant le secret professionnel. Ou, peut-être, pourrait-on dire qu’il a ” discerné “, qu’il a choisi de ne pas être un semi-pélagique rigide au visage amer, obsédé par le respect des règles. Car la ” nouvelle dispensation ” que semble offrir Sa Sainteté peut être montrée comme une épée à double tranchant, en ce sens que tous ne discernent pas les questions de conscience de la même manière.

Et c’est là le danger qu’il y a maintenant plus de hauts fonctionnaires du Vatican qui discernent dans le même sens, et que les paroles du Pape soient prises plus au sérieux lorsqu’il exalte l’ouverture et la transparence que l’ancienne et jusqu’à présent scrupuleusement tenue secrète fonction. Bref, que le barrage soit brisé et que de nombreuses autres fuites confidentielles aient des conséquences encore plus explosives.

Aujourd’hui à Rome, un chaudron de rumeurs, on parle surtout de trois d’entre elles, qui sont ou viennent probablement du même. Le premier serait un dossier sur le cardinal américain Kevin Farrell, qui a vécu six ans dans la même maison que l’ancien cardinal McCarrick alors qu’il était son assistant à Washington, qui a écrit une préface élogieuse au livre ” Building a bridge ” du père jésuite homosexuel James Martin, invité comme orateur principal au désastreux World Meeting of Families à Dublin. Farrell, lorsque le scandale McCarrick a éclaté, a dit qu’il n’avait aucun soupçon au sujet de son bon ami et protecteur et a montré une surprise qui a convaincu peu.

La seconde ne serait qu’une simple liste : les noms et les positions du clergé et des prélats homosexuels au Vatican qui formeraient le réseau homosexuel qui pousserait l’Église à changer sa conception de la sexualité humaine.

Mais cette seconde, comme probablement la première, ne pouvait sortir que du Saint Graal des rapports confidentiels : la reliure rouge de 300 pages que le Pape Benoît XVI a donnée à son successeur pour en faire ce qu’il voulait de lui.

Oui, cela peut paraître romantique et même conspirateur, mais il n’y a rien à ce sujet : tout est dûment publié, même dans les publications officielles de l’Église, et tout le monde peut consulter l’histoire du célèbre dossier au contenu mystérieux. Seules les interprétations diffèrent sur cette curieuse saga.

Cela commence, entre autres, par Viganò, alors responsable du gouvernorat ou Gobernorato, l’organisme qui administre l’État du Vatican. L’archevêque a trouvé une véritable cour monipodiale dans les finances, une corruption économique qui s’est traduite par un déficit de huit millions d’euros alors qu’il convertirait lui-même ce solde en plus de trente millions de surplus.

Viganó écrivit à Benoît pour dénoncer cette corruption, tout en prenant des mesures pour y mettre fin, ruinant de nombreuses entreprises pour des personnes importantes de la Curie. Jusqu’à ce que certains de ces messages, ainsi que d’autres qui exposaient également la corruption des hautes sphères du Vatican, fuient à la presse dans le scandale connu sous le nom de VatiLeaks.

Le coupable a été trouvé ou, du moins, déclaré coupable et le majordome personnel de Sa Sainteté a été condamné et presque immédiatement gracié, ce qui a conduit beaucoup à penser que les fuites avaient été approuvées par le pontife lui-même pour lancer une “opération de nettoyage”.

Le fait est que l’affaire VatiLeaks a donné à Benoît une raison – ou un prétexte, si vous voulez – pour ouvrir une enquête sur la corruption à la Curie en particulier et dans la hiérarchie en général, une enquête qu’il a commandée à trois cardinaux : Julián Herranz, Jozef Tomko et Salvatore De Giorgi.

Il en est résulté le rapport dont nous avons parlé et qui, apparemment, avec la corruption économique, avait révélé une corruption morale généralisée parmi les représentants du haut clergé, en particulier dans son aspect homosexuel.

Le Vatican avait alors informé que le Pape avait lu le rapport et qu’il avait décidé de ne pas le rendre public, mais de le transmettre à son successeur pour qu’il puisse faire ce qu’il voulait. Quelques semaines plus tard, de façon surprenante, Benoît annonça sa démission au motif qu’il n’avait pas la force d’affronter les réformes dont l’Église avait besoin.

Et il a remis le fameux rapport à Francisco, qui non seulement ne l’a pas rendu public, mais, pour autant que nous le sachions, ne l’a pas mentionné à nouveau.
Mais si le rapport est entre les mains de Francisco, ou même s’il est déjà passé par la déchiqueteuse, il y a au moins trois personnes qui le connaissent bien et qui en garderont très probablement des copies : Julian Herranz, Jozef Tomko et Salvatori De Giorgi.

Et c’est la ” bombe ” dont parlent déjà des publications comme Il Giornale, parmi tant d’autres, qui reprend la rumeur qui court comme une traînée de poudre à Rome, qui dit adieu à l’été et dans laquelle, de croire les alarmistes, il y a beaucoup de prélats qui ne mettent pas leur chemise au cou. Ce rapport produirait presque certainement la ” liste noire ” qui menace de devenir publique et, probablement, le rapport que certains attendent du Cardinal Farrell.

Le secret commercial – couvert par des sanctions morales et canoniques – a jusqu’à présent été la sauvegarde de ces secrets. Mais Viganò aurait pu ouvrir l’interdiction et de nombreux fonctionnaires liés par lui peuvent discerner en ce moment, selon la doctrine à la mode de la primauté de la conscience, s’ils ne feront pas un plus grand bien à l’Église en le brisant.

Source : www.abbatah.com

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Une lettre confirme que les responsables du Vatican
étaient au courant des allégations de McCarrick en 2000


La lettre du Vatican de 2006 soutient les affirmations explosives de l’archevêque Viganò

Par Robert Duncan, CATHOLIC HERALD, 8 septembre 2018

Un haut fonctionnaire de la Secrétairerie d’État du Vatican a reconnu les allégations faites par un prêtre de New York en 2000 concernant l’archevêque Theodore McCarrick, d’après une lettre obtenue par Catholic News Service.

Le P. Boniface Ramsey, pasteur de l’église Saint-Joseph de Yorkville à New York, a dit à la CNS qu’il avait reçu la lettre datée du 11 octobre 2006 de Mgr Leonardo Sandri, ancien substitut du Vatican pour les affaires générales, demandant des informations concernant un prêtre de l’archidiocèse de Newark qui avait étudié au séminaire Immaculée Conception et était examiné pour un poste dans un bureau vatican. Il a mis la lettre à la disposition de la CNS.

L’archevêque Sandri écrivit au P. Ramsey : “Je vous demande, en particulier en ce qui concerne les questions graves concernant certains étudiants du Séminaire de l’Immaculée Conception, que vous avez eu l’amabilité, en novembre 2000, de porter à l’attention du Nonce apostolique aux États-Unis, feu Mgr Gabriel Montalvo, en toute confidentialité”.

Le P. Ramsey avait fait partie de la faculté du séminaire de 1986 à 1996 et avait envoyé une lettre en 2000 à Mgr Montalvo l’informant des plaintes qu’il avait reçues de séminaristes étudiant au séminaire, situé à South Orange, New Jersey.

Dans la lettre, le P. Ramsey a dit au CNS : “Je me suis plaint des relations de McCarrick avec les séminaristes et de toute cette histoire de coucher avec des séminaristes et tout le reste ; toute cette histoire que tout le monde connaît”.

Le P. Ramsey a dit qu’il a supposé que la lettre de l’archevêque Sandri, qui est maintenant cardinal et préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, ne mentionnait que des “questions graves impliquant” des séminaristes et non le comportement de Mgr McCarrick, car les accusations contre l’ancien cardinal étaient “trop sensibles”.

“Ma lettre du 22 novembre 2000 parlait de McCarrick et n’accusait les séminaristes de rien ; elle accusait McCarrick.”

Bien que le P. Ramsey ait dit n’avoir jamais reçu de réponse officielle à la lettre qu’il avait envoyée en 2000, il a dit à la CNS qu’il était certain que la lettre avait été reçue à cause de la note qu’il avait reçue de Mgr Sandri en 2006 accusant réception des allégations qu’il avait soulevées en 2000.

La lettre de 2006 confirme non seulement les remarques passées du Père Ramsey, mais aussi des éléments d’un document écrit par Mgr Carlo Maria Viganò, archevêque qui a été nonce aux États-Unis de 2011 à 2016.

Dans une déclaration de 11 pages, publiée le 26 août, l’archevêque Viganò a accusé les responsables de l’Église, dont le pape François, de ne pas avoir donné suite aux accusations d’abus sexuel, ainsi que d’abus de conscience et de pouvoir de l’actuel archevêque McCarrick.

Mgr Viganò a déclaré que le Vatican avait été informé dès 2000 – alors qu’il était fonctionnaire à la Secrétairerie d’État – d’allégations selon lesquelles Mgr McCarrick “partageait son lit avec des séminaristes”.

Mgr Viganò a dit que le Vatican avait entendu l’allégation des religieuses américaines de l’époque : Mgr Montalvo, qui a servi de 1998 à 2005 et Mgr Pietro Sambi, qui a servi de 2005 à 2011.

Fin juin, le cardinal McCarrick, alors âgé de 88 ans, archevêque à la retraite de Washington, a déclaré qu’il n’exercerait plus aucun ministère public ” en obéissance ” au Vatican après qu’une allégation d’abus sur un adolescent il y a 47 ans dans l’archidiocèse de New York fut jugée crédible. Le cardinal d’alors a dit qu’il était innocent.

Depuis lors, plusieurs anciens séminaristes ont affirmé que le cardinal d’alors inviterait des groupes d’entre eux à une maison sur la plage et insisterait pour que les membres individuels du groupe partagent un lit avec lui.

Source : www.abbatah.com

* * * * * * * * * * * * *
Album ACTU

>>> BERGOGLIO = 666 !!! Troublant, non ?
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : si François l'est, concluez.
ladoctrine
Votre photo est révélatrice....... les loups ne se mangent pas entre eux ! Mais je ne vois pas le rapport avec le titre de votre article.
Ne nous laissez pas sucomber likes this.
Lilou33
Pour quelle raison dîtes-vous que François est l'Antéchrist ?
Montfort AJPM
Il y arrive bien, je t'assure :
C'est un expert en la matière
Qui manie parfaitement la censure
En tournant sa langue tout à l'envers.
S'il continue dans cette lignée,
L’Église il va écrabouiller !
C'est pourquoi on le laisse vivocher
Pour qu'il fasse nos quatre volontés.
- Tu es un présomptueux !
- C'est à cause de Vatican II
Qui nous a rendus tous comme ça :
Le premier d'entre nous est François
Qui croit décrocher la lune
Sans perdre aucune plume,
Et nous le poussons dans ce sens
Pour qu'il fasse tout ce qu'on pense.
GChevalier
Les âmes du Purgatoire sont dans une union continuelle avec Dieu ;
L'Antéchrist est dans une union continuelle avec le diable.