Clicks783
fr.news
6

"François est complètement déconnecté de la réalité et hors du temps" - Interview

Les forces du mal ont compris que la meilleure façon de saper l'Église catholique est de miner le rite romain, a déclaré à Gloria.tv l'avocat anglais James Bogle, ancien président d'Una Voce International. L'interview.

Les premiers commentaires sur Traditionis Custodes parlent de "scandale", de "bombe atomique", de "cruauté", de "haine envers la messe latine". Même le charismatique père français Daniel Ange a parlé d'une "dureté sans une once de pitié ou de compassion". Quelle est votre réaction ?

Je suis plutôt d'accord. TC me semble un exercice inutile, hâtif et très peu pastoral.

Vous êtes un avocat. Quelle est votre appréciation juridique de Traditionis Custodes ?

Je ne suis pas un canoniste, mais il y a quelques bizarreries. Par exemple, il n'y a pas de période de transition, comme c'est le cas habituellement avec de tels décrets juridiques. Il existe également d'autres incohérences, dont beaucoup ont été analysées par diverses organisations telles que la Latin Mass Society, comme la suppression de la distinction entre le rite ordinaire et le rite extraordinaire et l'affirmation selon laquelle il s'agit de la seule forme du rite romain.

Une partie révélatrice de Traditionis Custodes est son titre. "Custodes" ("gardien") signifie également "geôlier". La Tradition sera-t-elle désormais emprisonnée dans la cage de François ?

Peut-être pour le moment, mais pas pour toujours. Je pense que l'affirmation de François selon laquelle il veut protéger la tradition est tellement déplacée que la plupart des catholiques, même ceux qui n'adhèrent pas au rite traditionnel, considèrent le titre et le document comme inutiles et même comme une sorte de moquerie d'un soin pastoral approprié, donc je ne pense pas que quiconque prenne vraiment TC au sérieux et il est même considéré comme déplacé pour les papes d'utiliser ou de rejeter les rites traditionnels comme un ballon de football politique.

Dans les diocèses du Costa Rica, dans l'archidiocèse de Ribeirao Preto, au Brésil, et dans certains autres diocèses, toutes les messes romaines ont été interdites. Quelle est la situation en Angleterre ?

En Angleterre, la situation est bien meilleure. Un seul diocèse dans tout le pays a supprimé toutes les célébrations du rite romain traditionnel, et c'est le diocèse de Clifton, dont l'évêque est le notoirement hétérodoxe et dictatorial Declan Lang. Sinon, la plupart des évêques ont été prompts à accorder les permissions nécessaires pour maintenir le statu quo.

François veut que tous les catholiques passent au Novus Ordo et chantent le Requiem selon le rite romain. Il doit savoir qu'un tel souhait est illusoire. Pourquoi essaie-t-il de toute façon ?

Je pense que François est déconnecté de la réalité et des besoins et désirs des catholiques ordinaires. Il cherche plutôt à se rendre populaire sur la scène mondiale, notamment auprès des laïcistes, qui sont pour la plupart des ennemis de l'Église catholique. Il s'agit d'une situation sans précédent dans l'histoire de l'Église.

Le rite romain est l'un des deux douzaines de rites liturgiques de l'Église. Toutes les "critiques" modernistes à l'encontre du rite romain pourraient également être formulées à l'encontre de la liturgie byzantine et d'autres rites dont personne ne semble se soucier. Pourquoi ?

Traditionis Custodes a manifestement été influencé par des forces maléfiques qui ont compris que la meilleure façon de corroder l'Église catholique est de saper le rite romain, qui est le rite le plus populaire et qui est fréquenté par les catholiques les plus influents. C'est pourquoi il s'agit de leur principale préoccupation.

Le Novus Ordo existe en mille variantes et, avec ses "diverses options", n'est même pas un véritable rite. De plus, le fait de se tourner vers le peuple, la communion dans la main, etc., qui ne font pas partie du Novus Ordo, sont devenus des dogmes, et il y a des myriades d'autres innovations, abus et sacrilèges, mais François l'appelle encore "l'expression unique du Rite Romain". Est-ce que ça a un sens ?

Non, ce n'est pas le cas - pas même pour ceux qui n'aiment pas le rite romain. Il s'agit en quelque sorte d'une ultime tentative pour assurer l'avenir de la Liturgie Bugnini-Paulinienne de 1970, qui a échoué lamentablement face à la croissance exponentielle du Rite Romain, en particulier chez les jeunes. Mais ce serait aussi futile que d'essayer de stopper la marée. Grâce au pape Benoît XVI, qui a libéré le rite romain d'une sorte de captivité babylonienne après 50 ans, il n'y a désormais plus de retour en arrière possible. Le mouvement traditionnel est un mouvement de jeunes, et ils sont l'avenir.

François, dans sa lettre d'accompagnement à TC, accuse les catholiques de nier la validité du Novus Ordo et du Concile Vatican II, alors que même la Fraternité Saint Pie X ne nie pas la validité du Novus Ordo, ni ne contredit le Concile Pastoral in toto. Pourquoi François utilise-t-il de fausses accusations ?

C'est une preuve supplémentaire que François est complètement déconnecté de la réalité et de son époque. Il vit dans les années 1960, époque à laquelle toutes sortes d'absurdités mensongères ont été répandues sur ceux qui adhèrent au rite romain. Cette époque est révolue et quiconque connaît un peu le sujet sait que les catholiques ne contestent pas la validité du Rite Bugnini-Paulinienne de 1970 ni celle du Concile Vatican II. Ils disent simplement que le rite romain est meilleur - et il l'est en effet, car il a été sanctifié par le temps, les papes, les conciles, les saints, les martyrs et les fidèles depuis près de 2 000 ans.

Soudain, François parle beaucoup de "l'unité de l'Église", bien qu'il favorise les modernistes par rapport aux catholiques. Il aurait même déclaré (Spiegel.de) qu'il "pourrait entrer dans l'histoire pour avoir divisé l'Église catholique". Quel sera l'héritage du pontificat de François ?

L'héritage de son pontificat sera en grande partie la confusion, la désunion, la capitulation devant les ennemis de l'Église, les faux enseignements, la contre-vérité, les compromis doctrinaux et les "esquives", un nouveau déclin du nombre de catholiques pratiquants et des sacrements, une énorme régression, un déclin de la vie religieuse, la fermeture d'églises, de paroisses et de diocèses, une plus grande corruption, davantage de révélations peu recommandables, d'abus, de pots-de-vin, de politique partisane et de décadence morale.

Comment expliquez-vous l'augmentation considérable des messes en latin ces dernières années ?

C'est la forme du rite romain choisie et sanctifiée par Dieu le Saint-Esprit et qui ne peut donc jamais être vaincue, ni par l'homme ni par le diable.

Michael Brendan Dougherty a écrit dans le New York Times que le Novus Ordo représente une autre religion. C'est vrai ? Ou devons-nous croire que le rite romain et le Novus Ordo sont les deux faces d'une même pièce ?

Le Novus Ordo de 1970 est une construction humaine, inventée par l'archevêque Bugnini et ses collègues dans un hôtel suisse au milieu de riches cours et de vins fins, et perfectionnée dans une trattoria de Trastevere, à Rome. Elle n'est pas le fruit de l'étude, du jeûne et de la pénitence des saints, martyrs et docteurs de l'Église catholique. Il ne s'agit pas non plus d'un rite ancien remontant à l'Église primitive, gardé et préservé par les papes et les conciles, et développé et sanctifié par le Saint-Esprit, comme l'est le rite romain. Par conséquent, il est une créature de l'homme, alors que le rite romain a été créé par Dieu à travers l'homme. Ce qui a été créé par Dieu a résisté à l'épreuve du temps et continuera à le faire. Ce qui a été créé par l'homme seul il y a 50 ans n'a pas résisté à l'épreuve du temps et est trop souvent devenu une source d'abus liturgiques conduisant à la confusion dogmatique, à la perte de la foi et à un déclin radical de la participation à la Messe et aux Sacrements. Ce qui a été formé et développé par la main de Dieu restera à jamais. Ce qui n'a été créé que par la main de l'homme ne survivra pas. C'est la simple vérité.

Photos : Jamie Bogle, conférence sur Iota Unum en septembre, Copyright : Joseph Shaw, CC-BY-NC
Verminator
Il y a des gens qui contestent la validité du NOM, n'en déplaise à cet avocat mal informé.
D'ailleurs, un rite légitime ne peut pas être mauvais, vu que l'Église est guidée par le Saint-Esprit. Si donc le rituel de Montini est mauvais, c'est qu'il ne procède point de l'Église, donc il est invalide et "Paul VI" un faux pape.
Yacine Borin
LE CHASSER DE ROME = URGENCE ABSOLUE CHRÉTIENNE !
Etienne bis
Que le peuple de Rome lui balance des tomates pourries. Bon, admettons. Mais il ne faut pas le laisser partir trop vite : qui va gratter les mauvaises herbes qui poussent sur la place Saint-Pierre ? 😂😂
AveMaria44
Déconnecté de l’Église catholique surtout
Grosminet
L'Église se relèvera grâce à la Tradition, et non à partir des ruines et des cendres du désastre conciliaire.
Ludovic Denim
« Grâce au pape Benoît XVI, qui a libéré le rite romain d'une sorte de captivité babylonienne après 50 ans, il n'y a désormais plus de retour en arrière possible. Le mouvement traditionnel est un mouvement de jeunes, et ils sont l'avenir. »

« Michael Brendan Dougherty a écrit dans le New York Times que le Novus Ordo représente une autre religion. »

« Le Novus Ordo de 1970 est une construction …More
« Grâce au pape Benoît XVI, qui a libéré le rite romain d'une sorte de captivité babylonienne après 50 ans, il n'y a désormais plus de retour en arrière possible. Le mouvement traditionnel est un mouvement de jeunes, et ils sont l'avenir. »

« Michael Brendan Dougherty a écrit dans le New York Times que le Novus Ordo représente une autre religion. »

« Le Novus Ordo de 1970 est une construction humaine, inventée par l'archevêque Bugnini et ses collègues dans un hôtel suisse au milieu de riches cours et de vins fins, et perfectionnée dans une trattoria de Trastevere, à Rome. Elle n'est pas le fruit de l'étude, du jeûne et de la pénitence des saints, martyrs et docteurs de l'Église catholique. Il ne s'agit pas non plus d'un rite ancien remontant à l'Église primitive, gardé et préservé par les papes et les conciles, et développé et sanctifié par le Saint-Esprit, comme l'est le rite romain. »