apvs
252.3K

Acte 3 - "Que penser de Maria Valtorta ?" Des critiques qui ne tiennent pas la route.

Cet article répond à la vidéo "Que penser de Maria Valtorta".

Imaginez, si vous le voulez bien :

Vous n'êtes pas croyant, et j'ai décidé de tout faire pour vous dégoûter de l'Evangile, profitant de votre crédulité à mon endroit, en vous adressant à peu près ce langage :

"Dans ce ramassis de facéties ridicules, l'espèce de gourou prévient ainsi ses adeptes : "Si vous ne pratiquez pas l'infantilisme ( recommencer à balbutier et à mettre des couches comme les nourrissons, retourner comme eux dans les jupes de sa mère en pleurant et en rempant par terre ), alors vous n'aurez pas part à mon royaume ! "

Où est-il question de "pratiquer l'infantilisme" dans les saints Evangiles ? Nul part, mais cela ne dérangera pas un menteur invétéré et habile.

Que croyez-vous que vous allez faire en entendant cela ? Vous convertir à l'Evangile ainsi falsifié ? Aurez-vous de l'estime pour cet enseignement loufoque ?
La déformation est subtile, car Jésus demande bien à ses disciples de redevenir comme les petits enfants, mais certainement pas de pratiquer l'infantilisme !

Ce petit procédé bien sale, bien vile et sournois, et qui malgré cela, a de forte chance d'arriver à ses fins sans trop d'encombre tant les gens sont naïfs, est celui qu'emploient couramment les détracteurs illusionnistes de Maria Valtorta pour la faire haïr, comme dans cette vidéo digne des merdias : "Que penser de Maria Valtorta ?".

1 ) Une question pour le moins curieuse, mettant la puce à l'oreille :

Lorsqu'un mail frauduleux vous hameçonne, l'indice qui le trahit le mieux, c'est celui des fautes de français et d'orthographe que vous y découvrirez fatalement.

Lisons la fameuse question, produire dans la vidéo :

"Un catholique peut-il imaginer ces mots indignes sortir du Fils de Dieu ? "

L'auteur de cette phrase débile ignore manifestement qu'on ne dit pas que les mots sortent "de quelqu'un", mais plutôt : "de sa bouche"... Il aurait du commencer par relever son propre niveau, car vu comment il s'exprime, on est en droit de se demander s'il est apt à comprendre ce qu'il lit... Et c'est plutôt grave, lorsqu'on prétend comme lui pouvoir analyser un texte pour le dénoncer.

Conclusion :

Rien qu'à lire cette grossière faute de français, on peut voir que ça pue l'arnaque à plein nez. Et le reste va nous le confirmer.

Examinons pour cela le passage incriminé, déformé et traîtreusement sorti de son contexte qui l'explique, sans qu'il soit normalement besoin de rajouter quoi que ce soit.

2 ) Contexte : la complicité entre Jésus et Pierre.

Ce contexte est passé sous silence, dans les quatre Évangiles. Les évangélistes ne prennent pas le temps de trop approfondir l'aspect psychologique des personnages, il n'y est pratiquement question que de la foi au Christ. Seules de très rares et brèves indications nous donnent quelques indices sur les apôtres, et la méditation fait le reste.

Mais il est évident que la vie de Pierre fut complètement bouleversée, réorientée vers le Christ, depuis son départ à sa suite. Celui-ci était devenu pour lui bien plus que son père abbé, bien plus qu'une connaissance, mais son Dieu et son Tout, son unique et grand Ami. Il avait tout quitté pour Le suivre, à plein temps, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

En retour, notre Seigneur, sans devenir pour lui et les autres un simple "bon copain", sut lui donner toutes les marques chaleureuses de la plus suave complicité, comme Il ne le faisait pas pour n'importe qui, pour quelqu'un d'extérieur au groupe des douze : notre Seigneur sut être pour chacun d'eux un véritable Père , Image parfaite du Père Éternel, spécialement à l'égard de Pierre qui était désormais comme son fils spirituel.

Mais cette réelle complicité bien compréhensible ne se changea pas en vulgaire camaraderie entre les deux : car il n'y avait aucune commune mesure entre la dignité divine du Dieu fait Homme et celle de Pierre, simple homme pécheur.

C'est pourquoi, lorsque Notre Seigneur finit par accorder à Pierre - par l'intercession de Marie, ce qui fait de ce passage un exemple s'il en est de la "vraie dévotion" du saint de Montfort - ce qu'il lui avait premièrement refusé ( l'adoption de Margziam, le jeune orphelin ), Il va mêler à cette franche complicité l'expression de sa Majesté royale, mais sur un ton légèrement taquin pour que l'intimidation et les craintes de Pierre en soient vite atténuées.

Majesté divine et complicité sont ici merveilleusement réunies en Jésus, s'adressant à son apôtre.

3 ) De grossières déformations du texte original.

Dans celui-ci, on entend Jésus appeler ainsi son premier apôtre, voulant lui annoncer qu'Il accède finalement à son souhait si cher à son cœur :

( plaidoirie de la sainte Vierge )
"Oui, qu'il soit fait comme tu veux." lui répond Jésus.

Il se lève, et appelle à haute voix : "Simon de Jonas, viens ici ! "

Pierre sursaute et monte l'escalier en vitesse : "Que me veux-tu, Maître ?"

"Viens ici, usurpateur et corrupteur !"

... Et non pas "L"'usurpateur et "LE" corrupteur, comme le laisse entendre dans la vidéo le falsificateur, pour nous faire croire que Jésus traite positivement son Pierre de démon.

" Moi ? Pourquoi ? Qu'ai-je fait, Seigneur ?"

Devant une telle convocation, Pierre est décontenancé, intimidé, saisi de crainte : c'est tout de même le juste salaire, pour quelqu'un qui ne s'est pas contenté d'accepter et d'obéir, mais a voulu passer par la Mère afin de fléchir la Volonté du Fils. On voit mal le Christ lui dire sans aucune autorité : "Allez, c'est bon Pierre, tu as gagné, je t'accorde tout ce que tu veux, c'est mieux comme ça, tu avais raison."

On sait par ailleurs que notre Seigneur avait accepté en souriant la plaidoirie de Marie ( cf le contexte qui précède ) , car dès le début, Il en connaissait la teneur, ce qui souligne encore plus le délicieux comique de la situation présente.

4 ) Mon Dieu, du comique dans cette oeuvre !? Brûlez-là !!!

C'est la réaction incompréhensible de certains obscurs lecteurs devenus détracteurs, qui ignorent que :

- Le rire est le propre de l'homme, comme le disait déjà Aristote, dans un de ses traités, et que le Christ n'aurait pas été complètement Homme s'il avait manqué cet aspect à sa Vie terrestre.

- et que par exemple, Notre Dame de l'osier se montra facétieuse envers Pierre Port-Combet le 25 mars 1649, lui qui refusa premièrement d'abandonner le protestantisme pour le catholicisme, devant le miracle du sang ayant jaillit de l'osier, tranché par lui un jour de fête mariale chômé ( il fut même poursuivit et verbalisé pour son acte de travail, par la police du Roi ). Elle vint lui demander des nouvelles de "ce huguenot qui refusait de se convertir", comme si Elle ou lui pouvait ignorer qu'il s'agissait bien du Pierre en question, c'est à dire : de lui, à qui elle s'adressait.

Ceux qui refusent avec horreur la moindre facétie innocente de la part du Seigneur dans Maria Valtorta, seront les mêmes qui refuseront de croire aux apparitions de ND de l'osier, pourtant reconnues officiellement par l'Église, si vraiment ils étaient cohérents avec eux-mêmes.

5 ) Suite de la grossière déformation du texte original

Celui-ci continue ainsi :
"Tu as corrompu ma Mère."

... Et non pas "tu as souillé ma Mère", comme l'écrit dans sa vidéo le diffamateur, pour transformer une boutade innocente du Seigneur en véritable blasphème irrecevable, attaquant d'une manière absurde la pureté virginale de Marie. Mais il aurait tout aussi bien pu aller plus loin en transformant ainsi le texte : "Tu as souillé la terre", ou encore : "Tu as fais dans ton froc". Pourquoi pas, tant qu'il y était ?! Pourquoi s'être ainsi arrêté en si bon chemin de perversion ?

Or ici, on comprend facilement que la "corruption" dont il est question n'est rien qu'un doux sujet de plaisanterie, qui dédramatise la situation de manière tellement bienvenue.

"C'est pour cela que tu voulais être seul. Qu'est-ce que je dois te faire ?"

Jésus feint d'être intraitable envers Pierre, pour que le fait de lui accorder lui fasse encore plus plaisir. On en sourit jusqu'aux oreilles !

On comprend bien ici que Jésus ne veut pas non plus se faire le "copain" de Pierre, et lui faire croire qu'Il devait obligatoirement surseoir à sa demande. Il ne se déprend pas de son autorité, mais sans en faire un fléau, bien au contraire : Il en fait une oeuvre d'Amour.

Ainsi, dans une vraie famille, lorsqu'un enfant ose contourner l'autorité du patriarche pour l'atteindre via la persuasion de la maman, qui saura sûrement mieux que lui-même lui obtenir telle ou telle grande faveur, on comprend sans problème que dans cette famille, on s'aime ! Et on ne veut pas faire peser sur les échines une autorité intraitable, voulant s'affirmer à tout prix, jusqu'à se rendre odieux par son inflexibilité ( pardon pour les pères de famille qui se reconnaîtraient néanmoins dans ce dur portrait ).

Et oui, dans cette famille que forment les apôtres autour de Jésus et Marie, on s'aime toutes voiles dehors, et on cherche, non pas à perdre toute autorité sous prétexte de "gentillesse", mais à rendre chacun le plus heureux possible, car cela n'est en rien incompatible avec la croix qu'il lui faut porter à la suite du Christ.

"Mais Jésus sourit et Pierre se rassure."

Ce passage qui n'est pas même effleuré par la bave de cette critique calomnieuse, est profondément mariologique, et pourrait donc être cité en exemple pour illustrer à merveille le traité de saint Louis Grignon de Montfort sur la vraie dévotion à la Sainte Vierge.

Conclusion :
"Un catholique peut-il imaginer ces mots indignes sortir du Fils de Dieu ? "

En réalité : un vrai catholique ne peut même pas imaginer que cette question suspecte et mal écrite puisse être posée par quelqu'un de lui-même catholique.

( à suivre )
apvs shares this
806
"La quantité vaut pour quelques uns plus que la qualité." dixit de la Baure ! 😂 😂 😂
France Fidele shares this
3900
St Thomas d'Aquin sut utiliser dans sa somme théologique les objections pour mettre en lumière la vérité. Notre ami répond de façon très objective et circonstanciée à l'objectant au sujet du passage où St Pierre est convoqué par le Christ parce que ce dernier avait corrompu sa Mère.
apvs
@Arthur De la Baure : je vous modère, puisque vous ne savez pas le faire vous-même.
apvs
Vous mentez, cher monsieur. Vous n'avez pas fait ce que vous prétendez, ce n'est que vantardise.
Toutes vos contributions vaines et inutiles seront systématiquement modérées sur mes pages.
One more comment from apvs
apvs
Si votre but est de produire un commentaire argumenté et constructif, vous ne serez pas modéré, et je vous répondrai volontiers.
Par contre, je n'ai pas une seconde à perdre avec quelqu'un cherchant comme vous uniquement à me rabaisser, avec zéro argument sérieux.
Vu le nombre de mes posts, je m'épuiserais si à chaque fois, je devais tenir le crachoir à des intervenants toxiques.More
Si votre but est de produire un commentaire argumenté et constructif, vous ne serez pas modéré, et je vous répondrai volontiers.

Par contre, je n'ai pas une seconde à perdre avec quelqu'un cherchant comme vous uniquement à me rabaisser, avec zéro argument sérieux.

Vu le nombre de mes posts, je m'épuiserais si à chaque fois, je devais tenir le crachoir à des intervenants toxiques.
France Fidele
Excellente réponse ; c'est tout l'avantage des objections de l'ennemi de mettre en évidence la vérité !
apvs
Merci à vous, monsieur l'abbé +