Catholique et Français
www.santegidio.org/…/Assisi1986_gp2_… & youtu.be/TjqjPB29Txw : ces images rappellent, pour les personnes informées de ces choses, la fameuse vision du F… Corneloup, rappelée par feu Jacques Ploncard d’Assac dans son célèbre livre "Le Secret des Francs-Maçons", maintes fois réédité (ma 2° édition est de 1983... 3 ans AVANT Assise) : «...Autour d’une Cour centrale, un Architecte a bâti les …More
www.santegidio.org/…/Assisi1986_gp2_… & youtu.be/TjqjPB29Txw : ces images rappellent, pour les personnes informées de ces choses, la fameuse vision du F… Corneloup, rappelée par feu Jacques Ploncard d’Assac dans son célèbre livre "Le Secret des Francs-Maçons", maintes fois réédité (ma 2° édition est de 1983... 3 ans AVANT Assise) : «...Autour d’une Cour centrale, un Architecte a bâti les temples de toutes les Religions; au centre, sous une Coupole largement ouverte vers le Zénith, un piédestal très simple. Sur le piédestal, un Rosier en fleur s’élançant vers le ciel. Les hommes viennent prier dans le Temple de leur choix. Après avoir prié ils sortent dans la Cour, se mêlant les uns les autres et aussi avec ceux qui ne sont entrés dans aucun Temple. Et, tous ensembles, sans sacrifier quoi que ce soit de leur Foi et de leurs croyances particulières, ils communient dans l’admiration, le respect et l’amour de la Rose, emblème de la Vie.» Bis repetita placent ! 😈
Catholique et Français
Ah ce rosier ! On commence par affirmer qu’il s’agit de « roses mystiques » bien catholiques et absolument pas du célèbre rosier maçonnique; puis on dit qu’on ne voit rien du tout au milieu de la cour, même en cherchant bien sur le web, alors que le dernier des maladroits trouve 4 ou 5 photos et 2 films en 10mn; puis on affirme encore qu’il est impossible que le Patron, le Saint Homme ! soit au …More
Ah ce rosier ! On commence par affirmer qu’il s’agit de « roses mystiques » bien catholiques et absolument pas du célèbre rosier maçonnique; puis on dit qu’on ne voit rien du tout au milieu de la cour, même en cherchant bien sur le web, alors que le dernier des maladroits trouve 4 ou 5 photos et 2 films en 10mn; puis on affirme encore qu’il est impossible que le Patron, le Saint Homme ! soit au courant de cette facétie des frères trois-points. Ensuite on assure qu’il ne s’agit pas d’un rosier, mais probablement de bégonias ou de pissenlits; enfin, on prétendra, si, si, pourquoi pas ? que l’on voit la Tête d’une statue de Notre-Dame de Fatima dépassant du rosier. L’ennui, c’est que Notre-Dame de Fatima, Seule Reine de la Paix pour notre temps, Elle se tenait à l’entrée du Sanctuaire d’Assise, debout sur un magnifique brancard fleuri, seule Personne à être interdite d’entrée ce jour-là (là aussi, il y a de belles photographies pour les Catholiques du futur qui hésiteront à croire l’incroyable !). Ainsi va la comédie qui s’acharne à tout justifier, jusqu’à l’injustifiable farandole des religions ! Finalement, la seule chose certaine dans ce drôle de Jardin d’Eden, c’est qu’on on essaie de faire tourner le pauvre Catholique éberlué en bourrique en lui faisant prendre des vessies pour des lanternes et un rosier "séphirotique" pour l’Arbre de Jessé !!! 😜 Sur ce... salut les bouffons ! 🤗
😀
2 more comments from Catholique et Français
Catholique et Français
Comme on dit, "il n'y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir et il n'y a pas pire sourd que celui qui refuse d'entendre" ! Laissons ces individus là où ils sont mais je dois cette parenthèse aux gens honnêtes devant lesquels je suis diffamé sur ce point précis ! A titre d'exemple volontairement choisi "à gauche", le site "Sant'Egidio" est un site catholique versé dans l'oecuménisme de …More
Comme on dit, "il n'y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir et il n'y a pas pire sourd que celui qui refuse d'entendre" ! Laissons ces individus là où ils sont mais je dois cette parenthèse aux gens honnêtes devant lesquels je suis diffamé sur ce point précis ! A titre d'exemple volontairement choisi "à gauche", le site "Sant'Egidio" est un site catholique versé dans l'oecuménisme de type Vatican II : le lien suivant : www.santegidio.org/pageID/3/langID/en/itemID/10003 (il suffit de coller ce lien dans le moteur de recherche du site et de lancer, la 1° ligne est la bonne; j'avais eu ces documents par la recherche "Google image", voie par laquelle on peut aussi les retrouver) montre les chefs de religion (y compris Saint Jean Paul II, le meneur de cette journée !) entourant le rosier (3° photo en partant du haut). L’image est encore plus impressionnante sur la petite video de 6mn12 qui se trouve en bas de page (voir à 4’29 !!!). Par ailleurs, deuxième insinuation malveillante, je n'ai jamais affirmé que Saint Jean Paul II était au courant de cette mascarade maçonnique centrée sur ce rosier; cela n'exonère d'ailleurs en rien, à mon avis, sa responsabilité gravissime de Pasteur qui a toutes les cartes en main pour se tenir informé, bien au contraire ! Louis XVI n'a peut-être pas compris le cérémonial maçonnique qu'il a présidé 17 juillet 1789 à l'Hôtel de Ville de Paris, cela ne l'a pas empêché d'être le principal responsable de l'effroyable naufrage de la France ! Fin de la parenthèse.
valens735
Errata : au dixième paragraphe, remplacez "La bulle Hebraeorum gens de saint Pie V" par "La bulle Cum nimis absurdum de Paul IV". Mea culpa.
valens735
@abbapère On sent directement l'esprit de charité et de cohérence qui guide votre texte lorsque vous me reprochez, d'une part, ma sympathie envers de "sales collabos nazis" et, dans un second temps, votre défense de l'attitude de Ratzinger à l'égard d'hérétiques notoires qui, pour certains, furent condamnés par le Saint-Siège. Est-ce que le "péché" de collaboration est plus grave à vos yeux …More
@abbapère On sent directement l'esprit de charité et de cohérence qui guide votre texte lorsque vous me reprochez, d'une part, ma sympathie envers de "sales collabos nazis" et, dans un second temps, votre défense de l'attitude de Ratzinger à l'égard d'hérétiques notoires qui, pour certains, furent condamnés par le Saint-Siège. Est-ce que le "péché" de collaboration est plus grave à vos yeux que le caractère d'hérésie manifeste ? Voilà la nouvelle morale en pleine action.

Je respecte les personnes des conciliaires, mais je combats publiquement leurs hérésies. Je tiens compte du fait que la sphère de l'historicité est distincte de la sphère du dogme, mais cela ne peut servir de blanc-seing à des actes publics d'apostasie que sont les actions de communicatio in sacris commises aussi bien par Ratzinger que par Wojtyla.

Je n'éprouve aucune nostalgie d'un temps que je n'ai pas vécu (et vous non plus). J'ai conscience que chaque époque a eu son poids de difficultés diverses pour l'Eglise et je n'envisage pas de simplement revenir à une situation antérieure, car ce qui me guide, c'est d'abord, non pas la mélancolie passéiste, mais la volonté antécédente de Dieu.

Ni Darnand, ni Degrelle, ni Reynouard n'ont défendu l'idolâtrie de la race ou de la nation ainsi que le mépris et la haine d'autres races et d'autres peuples. Je ne suis pas sur la même longueur d'onde que Bibliothèque de Combat sur certains points, dont celui-ci. Il est beaucoup trop influencé par Maurras dans ses conceptions politiques et son gallicanisme y transparaît, notamment sur la façon qu'il a de ne tenir que peu compte du droit canon dans ses explications de la crise actuelle. Au passage, sur l'excommunication, je me permets de corriger une petite erreur que j'ai commise : Degrelle fut effectivement excommunié quelques mois en 1943 pour avoir giflé un prêtre en pleine messe qui lui refusait la communion au motif qu'il était habillé d'un costume allemand et que, dans une région où le résistancialisme fit des ravages (et provoquera finalement la ruine morale de la nation avec la "Question royale"), c'était un crime plus grave que l'adultère (comme quoi, vous aviez de bons prédécesseurs). Finalement, cette excommunication d'ordre purement disciplinaire fut levée et tout rentra dans l'ordre. Ni Reynouard, ni Darnand, ni Degrelle (je précise que je préférais le Degrelle d'avant-guerre que celui d'après-guerre, car le fait religieux l'intéressait dorénavant moins que le fait politique), ni moi-même ne sommes soumis à ce que l'idéologie en acte que fut le national-socialisme avait effectivement de condamnable. Il est par ailleurs cocasse de constater que quelqu'un qui plaide la contextualisation pour expliquer les errements coupables des conciliaires refuse d'agir de la même façon lorsqu'il s'agit d'analyser le cas des fascismes. Par exemple, avez-vous lu l'analyse contextuelle de Pierre Maximin sur Mit brennender Sorge, pourtant disponible sur le Net ? Apparemment non, puisque vous tombez dans de multiples travers qu'il a dénoncés.

Je condamne, bien évidemment, le chauvinisme national ou racial et toute volonté génocidaire, mais je note que ce chauvinisme était partagé par les trois camps lors de la seconde guerre mondiale. Le massacre de Bromberg du 3 septembre 1939 par les Polonais, le massacre de Katyn par les Russes, la déportation des citoyens d'origine japonaise des USA, les massacres de Juifs, de Russes, de Polonais par l'Allemagne sur le front de l'Est, l'épuration ethnique de la minorité allemande en Pologne par l'Armée rouge (et par des Polonais, dont des prêtres, ce dont peu de personnes se souviennent) sont tous moralement condamnables de la même façon. Pourquoi ce qui est funeste dans un camp est ignoré dans l'autre ? N'est-ce pas une discrimination injuste et condamnable ?

J'apprécie particulièrement votre justification de l'écrasement du faible par le fort comme étant le fruit de la volonté divine. "Votre clique idéologique fascisante est de fait la grande perdante de l’histoire récente, et, personnellement, je ne vais pas m’en plaindre ! Rien n’arrive dans l’Histoire sans la volonté du Seigneur tout-puissant." Avec un raisonnement pareil, on peut tout justifier : la Révolution française, la Révolution bolchevique, la révolte protestante, le schisme oriental, les persécutions romaines voire même la mort du Christ. Parler d'un "certain affaiblissement temporel de l’Eglise " est un doux euphémisme pour parler de la volonté quasiment réalisée d'expulsion totale de Dieu de la société et à laquelle a contribué aussi bien Roosevelt (la mise en place d'un programme massif de "contraception"), que de Gaulle (constitution "athée" de 1958) pour ne pas parler de Staline.

Pour preuve que vous ne connaissez rien de "notre milieu", je dirai simplement que Reynouard n'est pas complotiste, qu'il s'en est déjà expliqué à de multiples reprises et que je ne nie aucunement le plan de Dieu sur les Juifs, rappelé, entre autres, par l'abbé Meinvielle. Je note, d'ailleurs, que c'est vous qui avez mis le sujet de la "Question juive" sur la table (je n'avais initialement fait que relever les falsifications des citations de Pie XII), c'est vous qui avez constitué plusieurs dossiers sur ce point sur Gloria.tv. C'est donc vous que le sujet travaille, ni Degrelle, ni Darnand, ni Reynouard n'étaient obsédés par ce point, même si, à votre décharge, je dois bien reconnaître que ce sujet peut être une obsession chez certains, notamment ceux de la "dissidence" car ils ne disposent d'aucun corpus doctrinal bien constitué et que cela rend propice tous les abus.

"La doctrine catholique véritable ne fonctionne pas de manière binaire" Certes, mais elle n'est pas non plus syncrétiste et pyrrhonienne, elle est fondée sur la philosophie réaliste qui pose comme un des premiers principes de l'être, celui de la non-contradiction.

Je ne suis pas non plus feeneyiste et je reconnais l'existence d'un baptême de désir et donc une certaine action du Saint-Esprit, non pleinement en dehors des frontières de l'Eglise, mais pour ceux appartenant à son âme, vous ne m'apprenez rien ici.

"Ces paroles de papes sont évidemment à contextualiser historiquement et ne sont revêtus d’aucune valeur d’infaillibilité" Là, par contre, je ne suis pas d'accord : à partir du moment où le Pape entend enseigner l'Eglise universelle, les points relatifs à la foi et à la morale sont infaillibles. La bulle Hebraeorum gens de saint Pie V, par exemple, est donc infaillible, non en ce qu'elle comporte de contingent, mais bien en ce qu'elle touche à la Foi.

Ensuite, je vois que vous citez Pie XI dans son encyclique Caritate Christi Compulsi, mais cela s'entend parfaitement d'un point de vue thomiste non-conciliaire : l'existence de Dieu étant connaissable naturellement à l'homme, on peut collaborer avec des gens qui n'ont pas la Foi, mais qui entendent user convenablement de leur raison naturelle et qui croit en un Dieu non révélé (et donc au prix de grands risques pour leur survie spirituelle), pour lutter contre l'athéisme qui est, lui, contre-nature. On se place ici dans un ordre strictement naturel et la suite de l'encyclique le confirmera. Cela ne s'entend pas comme une union entre les différentes "traditions religieuses" (au passage, il n'y a que deux traditions religieuses d'un point de vue catholique : la tradition apostolique et la tradition de Babel) pour lutter contre l'athéisme. Il y a un gouffre entre les deux conceptions et la seule façon pour vous de tenir à votre interprétation revient à conclure que Pie XI était contradictoire, donc hétérodoxe... Et vous traitez d’orgueilleux ceux qui jugent les autorités conciliaires...

Ce qui est condamnable dans les propos de Wojtyla que j'ai rappelé (pour contredire votre assertion tendancieuse visant à faire croire que son objectif prioritaire et maintenant "caché" était la conversion des hérétiques), et que vous avez esquivé, c'est sa conclusion : "l'humanité, avec sa diversité même, doit puiser aux sources les plus profondes et les plus vivifiantes où la conscience se forme et sur lesquelles se fonde l'agir moral des hommes." L'agir moral des hommes, c'est la morale naturelle acquise par la conscience, bien sûr, mais aussi les principes moraux inculqués par la religion et révélés par Dieu lui-même. Cette phrase est bien une négation de la morale surnaturelle, voire une tendance à "naturaliser" le surnaturel, typique de la doctrine wojtyléenne.

"Quand on connait les autres paroles publiques de St JP II quant à l’évangélisation résolue et dynamique des non-catholiques (...)" Comme celles-ci, peut-être, dans Redemptoris Missio : « Il faut assurer les non-chrétiens, et en particulier, les pouvoirs publics des pays vers lesquels s’oriente l’activité missionnaire, que celle-ci a pour fin unique de servir l’homme en lui révélant l’amour de Dieu qui s’est manifesté en Jésus-Christ.(...) Vous tous les peuples, ouvrez les portes au Christ ! Son Évangile n’enlève rien à la liberté de l’homme, au respect dû aux cultures, à ce qu’il y a de bon en toute religion… » ? La gloire de Dieu à laquelle les missionnaires, surtout jésuites, ambitionnaient de concourir était donc vaine, puisque l'unique fin de l'activité missionnaire serait de servir l'homme ? Et, quand on sait que les cultures païennes sont imprégnées par leurs fausses religions, on reste songeur face à cette "évangélisation" qui n'enlèverait rien au respect dû à ces cultures...

Ensuite, vous citez Dominus Iesus pour prouvez l'orthodoxie des conciliaires. Deux choses : 1) cela n'enlève rien à leurs autres comportements hétérodoxes, les modernistes ne reconnaissant pas le principe de non-contradiction et 2) ce document présente l’Église comme « sacrement universel de l’unité » (nn. 18 et 20). Cela fait de l’Église un moyen pour une fin ultérieure, comme si l’union intime avec Dieu était ultérieure à l’Église catholique, comme si celle-ci n’était pas le lieu du salut, comme si « l’unité du salut » était ultérieure à l’unité de l’Église. Certes l’Église possède les moyens de cette union que sont les sept sacrements, mais cette union n’est pas ultérieure à l’Église elle-même : c’est dans l’Église qu’on trouve cette union, et en elle seule. L’Église triomphante n’est pas une autre église ; elle n’est avec l’Église militante et souffrante qu’une seule et même Epouse du Christ. Dominus Iesus ordonne l’Église, réalité surnaturelle, à une fin naturelle, humaniste ! Tiens, cela me rappelle le texte précédemment rapporté de Redemptoris Missio... Et je ne reviendrai pas sur le catéchisme de 1997, un certain nombre de catholiques ont montré les hérésies contenues dans cet ouvrage.

Pour finir, je ne nierai évidemment pas les paroles de vérité trouvable chez des non-catholiques et je vous retourne l'argument, que vous n'avez visiblement pas compris auparavant : ne peut-on pas s'inspirer aussi de paroles de vérité venant de "sales collabos nazis" ? Après tout, on trouve de bien belles paroles dans Les Âmes qui brûlent, de Léon Degrelle et la conduite de Darnand en prison fut admirable d'un point de vue catholique... Si vous défendez Ratzinger pour son soutien à des gens comme Teilhard (il faudra d'ailleurs m'expliquer ce qu'il y a de beau et de vrai dans ce ramassis d'hérésies panthéistes et absurdes), alors souffrez que l'on puisse admirer l'oeuvre de "sales collabos nazis", car ces "sales collabos nazis", éminemment critiquables sur maints aspects, sans doute, comme la quasi-totalité d'entre nous (sauf la Sainte Vierge) des suites des conséquences du péché originel, ne sont pas plus infâmes que des gens qui ont osé blasphémer directement le nom de Dieu, comme Teilhard, et qui ont causé un schisme perdant un grand nombre d'âmes et provoquant des guerres à répétition, comme Luther.
Spina Christi 2
abbapère, mouillez-vous un peu et confessez ici à la suite de Jean-Paul II (et contre l'avis des Missionnaires de la Miséricorde Divine et donc je suppose celui de l'abbé Loiseau) que les musulmans adorent et prient LE Vrai Dieu Père Fils et Esprit-Saint ! 🧐
Spina Christi 2
"Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur. Bien au contraire il déforme les enseignements de l'ancien et du nouveau testament par des récits légendaires, comme c'est évident pour qui étudie sa loi.
Aussi bien, par une mesure pleine d'astuces, il interdit à ses disciples de lire les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient le convaincre de fausseté. C'est donc chose …More
"Aucune prophétie divine ne témoigne en sa faveur. Bien au contraire il déforme les enseignements de l'ancien et du nouveau testament par des récits légendaires, comme c'est évident pour qui étudie sa loi.
Aussi bien, par une mesure pleine d'astuces, il interdit à ses disciples de lire les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament qui pourraient le convaincre de fausseté. C'est donc chose évidente que ceux qui ajoutent foi à sa parole, croient à la légère."(Saint Thomas d'Aquin)

Assez baratiné abbapère ! : Si l'enseignement de Muhammad est faux, c'est qu'il n'est pas prophète de Dieu et donc le coran et l'islam -révélés par Muhammad- ne sont pas de Dieu. Si l'islam n'est pas de Dieu c'est que le Allah de l'islam et du coran n'est pas Dieu et de fait les musulmans n'adorent ni ne prient le Vrai Dieu Père Fils et Esprit-Saint ainsi que le déclarait Jean-Paul II et ainsi que ne l'écrivait pas Grégoire VII !


🤗 😇
4 more comments from Spina Christi 2
Spina Christi 2
"En fait de vérités, il n'en a avancé que de faciles à saisir par n'importe quel esprit médiocrement ouvert. Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines des plus fausses. Il n'a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l'inspiration divine, quand une oeuvre visible qui ne peut être que …More
"En fait de vérités, il n'en a avancé que de faciles à saisir par n'importe quel esprit médiocrement ouvert. Par contre, il a entremêlé les vérités de son enseignement de beaucoup de fables et de doctrines des plus fausses. Il n'a pas apporté de preuves surnaturelles, les seules à témoigner comme il convient en faveur de l'inspiration divine, quand une oeuvre visible qui ne peut être que l'oeuvre de Dieu prouve que le docteur de vérité est invisiblement inspiré." (Saint Thomas d'Aquin)
Spina Christi 2
abbapère :
"Les fondateurs de sectes ont procédé de manière inverse. C'est le cas évidemment de Mahomet qui a séduit les peuples par des promesses de voluptés charnelles au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair. Lâchant la bride à la volupté, il a donné des commandements conforme à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement." (Saint Thomas d'Aquin)
More
abbapère :

"Les fondateurs de sectes ont procédé de manière inverse. C'est le cas évidemment de Mahomet qui a séduit les peuples par des promesses de voluptés charnelles au désir desquelles pousse la concupiscence de la chair. Lâchant la bride à la volupté, il a donné des commandements conforme à ses promesses, auxquels les hommes charnels peuvent obéir facilement." (Saint Thomas d'Aquin)
Spina Christi 2
abbapère :
Je ne juge pas Jean-Paul II (ainsi que vous jugez que je le fais) mais je dis qu'il a commis des actes hérétiques comme par exemple en recevant au front la marque de Shiva ou en baisant le coran (ce qui s’appelle dénoncer un comportement). Vos vaines tentatives de culpabilisation ne fonctionnent pas mon cher.
Grégoire VII écrivait : "qui unum Deum, licet diverso modo, credimus et …
More
abbapère :
Je ne juge pas Jean-Paul II (ainsi que vous jugez que je le fais) mais je dis qu'il a commis des actes hérétiques comme par exemple en recevant au front la marque de Shiva ou en baisant le coran (ce qui s’appelle dénoncer un comportement). Vos vaines tentatives de culpabilisation ne fonctionnent pas mon cher.

Grégoire VII écrivait : "qui unum Deum, licet diverso modo, credimus et confitemur… "
Or "unum Deum" en latin signifie "un Dieu unique" et non pas "le même Dieu" ni d'ailleurs "le Dieu unique" (qui se serait écrit "eumdem...").

La traduction exacte est donc "
Vous et nous qui, bien que ce soit sous une forme différente, adorons un Dieu unique , et qui chaque jour louons et vénérons en lui le créateur des siècles et le maître du monde..."

Mais pour une fois mouillez-vous un peu abbapère, et confessez ici à la suite de Jean-Paul II (et contre l'avis des Missionnaires de la Miséricorde Divine) que les musulmans adorent et prient LE Vrai Dieu Père Fils et Esprit-Saint ! 🧐
Spina Christi 2
@abbapère :
... Comme je me fiche pas mal du vôtre !
Au motif de son "admiration" pour Jean-Paul II l'abbé Loiseau se met dans une posture bredouillante et confuse pour tenter péniblement de justifier les actes apostats de ce Pape.
Mais avant de justifier Jean-Paul II, il faudrait que l'abbé Loiseau mette un peu d'ordre dans ses affaires !
On peut lire en effet sur le site des "Missionnaires la …
More
@abbapère :

... Comme je me fiche pas mal du vôtre !

Au motif de son "admiration" pour Jean-Paul II l'abbé Loiseau se met dans une posture bredouillante et confuse pour tenter péniblement de justifier les actes apostats de ce Pape.

Mais avant de justifier Jean-Paul II, il faudrait que l'abbé Loiseau mette un peu d'ordre dans ses affaires !
On peut lire en effet sur le site des "Missionnaires la Miséricorde Divine" (misericordedivine.fr/Chretiens-et-mu…) :
"Affirmer que l’on prie le même Dieu que les musulmans va à l’encontre du dogme de l’unicité de la Révélation divine, qui affirme que Dieu a parlé par l’Ecriture et la Tradition, et non par les textes des autres religions."
Or Jean-Paul II déclarait à Casablanca :
"Nous croyons au même Dieu, le Dieu unique, le Dieu vivant, le Dieu qui crée les mondes et porte ses créatures à leur perfection. "

Mais vous allez peut-être nous expliquer que "prier le même Dieu" n'implique pas "croire au même Dieu"...?
Catholique et Français
Exemple d'écrit maçonnique concernant la "rose" : "Le travail que je vous présente aujourd’hui est une réflexion que je nourris depuis quelque temps. En effet au soir de mon initiation au grade d’apprenti j’ai été interpellé par la rose qui m’a été offerte mais surtout par la phrase rituellique qui l’accompagnait.(je ne vous ferai pas l’injure de la citer; nous la connaissons tous). Dans ma …More
Exemple d'écrit maçonnique concernant la "rose" : "Le travail que je vous présente aujourd’hui est une réflexion que je nourris depuis quelque temps. En effet au soir de mon initiation au grade d’apprenti j’ai été interpellé par la rose qui m’a été offerte mais surtout par la phrase rituellique qui l’accompagnait.(je ne vous ferai pas l’injure de la citer; nous la connaissons tous). Dans ma progression maçonnique, à l’occasion de différentes manifestations il m’est apparu que les fleurs et singulièrement la rose sont omniprésentes, de la naissance jusqu’à la mort. Aussi, jeune maçon impétueux, j’ai engagé une réflexion sur ce sujet et en ai fait part à deux de nos ff.°. aînés de mon désir d’alors de présenter un travail sur la Rose. Avec une droiture toute fraternelle ils m’ont fait comprendre qu’il était prématuré d’entreprendre ce chantier et que le moment approprié viendrait et se manifesterait naturellement. Mon très grand respect de la nature, mon intérêt pour les merveilles dont regorgent cette nature me conduisent aujourd’hui à vous proposer mes FF.°. de partager avec moi ces quelques minutes, que j’espère agréables, consacrées à l’une des reines de cette nature : la Rose. (...)

La Rose et son symbolisme. Après ce préambule venons à l’objet de cette planche qui est La Rose.

L’Antiquité faisait remonter l’origine de la rose à la mort d’Adonis l’amant d’Aphrodite dont le sang avait fait naître les premières roses rouges. La rose devint alors le symbole de l’amour qui parfois vainc la mort.

Remarquable par sa beauté, sa forme et son parfum la rose est la fleur symbolique la plus employée en occident, elle désigne une perfection, un accomplissement, on lui reconnaît une certaine similitude avec le lotus en Asie, l’une et l’autre étant proches du symbole de la roue. Quand on se penche sur le symbolisme de la rose, il est tellement vaste qu’il paraît inépuisable et parfois difficile à cerner, elle n’évoque pas seulement une fleur charmante, mais tout un univers qui peut émerveiller le maçon quelque soit son grade. De la famille des rosacés la rose est la fleur du rosier qui est une forme élaborée de l’églantier. Originaire de l’hémisphère nord, on en dénombre une centaine d’espèces, de nombreuses sélections et hybridation ont donné naissance à plus de 20.000 cultivars exhibant une diversité de formes et de couleurs incluant toutes les teintes de rose allant du blanc, passant par le rouge écarlate au jaune éclatant à l’exception du bleu. Les caractères de la rose lui ont valu très tôt une symbolique forte; éphémère et fragile elle éveille les sens et révèle l’instant précieux, elle est probablement la fleur la plus connue, celle que l’on offre à son amour, tel un présent sans prix, telle une image de vie. Symbole de l’amitié et de l’amour la rose quelque soit sa couleur est l’une des meilleurs façons d’exprimer ses émotions ; il existe un langage quasi universel qui permet d’identifier et de comprendre le message délivré.

(rose rouge = Amour et respect).

La magie de la rose, la fascination qu’elle exerce semblent donner raison au poète latin Catulle de Vérone qui disait qu’elle naquit d’un sourire d’amour, elle est devenue symbole de tout un art d’aimer ; aucune fleur n’a autant inspiré les artistes , à toutes les époques on la déclame dans les poèmes , on la célèbre en peinture et elle fleurit également dans l’art musical aussi bien mineur que majeur, depuis les immortels « Rosa » de Jacques Brel, «la Vie en Rose» d’Edith Piaf ou de notre ff... Louis Armstrong, «L’important c’est la Rose» de Gilbert Bécaud jusqu’à la musique des ff.°. Mozart, Berlioz, Schumann. Tout l’univers poétique s’est inspiré de cette fleur qui allie pureté et passion, douleur et tendresse tels Ronsard qui nous dit ces vers à jamais célèbres "Mignonne..." Il plait à penser que la rose, cette fleur qui apporte la lumière magnifique et si attachante, illustre l’immense message de l’intelligence du cœur et de l’amour fraternel.

La rose et la croix : le franc-maçon doit garder à l’esprit que la rose reçue le jour de l’initiation renforce le serment d’obligation prêté à l’Orient et du silence qui s’impose aux apprentis. Dans ce moment capital où le nouvel initié s’intègre dans la chaîne d’union il reçoit l’amour fraternel et est invité à le transmettre, il prend sa place comme le pétale de la rose autour d’un centre. Aller au centre de la rose c’est aller à l’UN et à la lumière infinie. A la fois cœur pour lui même et pétale pour les autres, c’est de la composition parfaite de l’ensemble que la rose tient sa beauté, c’est à cette harmonie parfaite que travaille la Franc-Maçonnerie.

Dans la symbolique du 4° degré, ce silence pourra prendre sa pleine valeur, il ne sera plus obligation mais démarche volontaire du Maître Secret, devoir librement consenti et observé, prouvant sa maîtrise du verbe… mais aussi plus modestement que «ce qu’il sait, c’est qu’il ne sait pas». La rose illustre l’Amour et la beauté, elle implique naturellement les hautes valeurs spirituelles de sagesse de force et de beauté si chères aux F.°.M.°. (la primauté de l’Amour sur toute autre valeur intellectuelle, morale ou spirituelle confirme ainsi l’ordre traditionnel de l’arbre de vie (l’arbre séphirotique), la rose rend également témoignage à la lumière de la part sacrée qui existe dans tout homme le rendant ainsi unique et digne d’un amour ineffable.

Abordons la symbolique de la croix et de la rose qui sont deux des symboles forts du 18° degré. La croix est un symbole universel, l’un des plus anciens, formée par la rencontre de 2 lignes qui se croisent en un point central à partir duquel se dessinent 4 directions. Quatre signifie de nombreux éléments cosmiques : quatre saisons, quatre points cardinaux, quatre phases lunaires, quatre vents… ; elle est avec le carré, le cercle et son centre un des symboles fondamentaux de l’humanité, sur un plan initiatique elle est l’union fécondante des principes opposés tels esprit et matière. Le symbole de la croix est à considérer, pour le Maître Maçon comme une représentation de l’Homme universel, il écarte tout antagonisme, toute dualité entre horizontalité et verticalité.

La rose symbole de beauté et de perfection, placée au centre de la croix, elle relie directement l’homme (le microcosme) à la création de l’univers (le macrocosme). La rose représentée au cœur de la croix est une rose à cinq pétales appelée rose de Jéricho. C’est un symbole sacré équivalant à l’étoile flamboyante, elle rappelle l’harmonie essentielle et la beauté qui règnent dans la nature. Le double symbole de la rose sur la croix rappelle la mort du vieil homme écartelé par les épreuves de la vie , et l’espérance d’une vie nouvelle de l’esprit que symbolise la rose épanouie au cœur de la croix. Travaillons à faire fleurir la rose d’une conscience libre au cœur de la croix que forme le corps humain; aller vers cette nouvelle conscience redonne à notre vie superficielle toute sa valeur, toute sa profondeur et tout son sens initiatique.

Parmi tous les enseignements que porte en lui le symbole de la Rose Croix , il en est un qui retient tout particulièrement notre attention, car il résume fort bien les devoirs et la finalité de notre mission; évoquer l’interprétation connue de cet emblème qui consiste à faire coïncider la partie verticale de la croix avec notre aspiration vers le cosmos, affirmant la certitude d’un lien direct entre chaque être humain et la cause première de toute chose. La partie transversale de la croix figure l’opportunité qui nous est offerte de mettre en pratique les leçons inspirantes que nous recevons, parfois inconsciemment, grâce à la liaison permanente établie entre notre moi intérieur et la conscience Universelle.

Lorsque nous parviendrons à maîtriser les flux d’énergie parcourant les deux branches de notre propre croix réalisant l’osmose entre la partie matérielle et spirituelle de notre être, alors s’épanouira la rose, symbole de réalisation". et bla, bla, bla... Faudrait que les ff... (et aussi les soeurs ss...) arrêtent de prendre tous les Catholiques pour de gros C..S ! 😈
MaMie
Catholique et Français
Pour ceux qui ont des doutes :
- recherche Google images, en italien, en anglais ou en français : "assise", "1986", "roses" > on voit les chefs de toutes les religions réunis dans une grande cour, tout autour d'un parterre de roses ou d'un grand rosier. J'ai moi-même vu en 1986 le rosier en gros-plan sur un montage vidéo.
- "Le Secret des Francs-Maçons" par Jacques Ploncard d'Assac. Editions de …More
Pour ceux qui ont des doutes :
- recherche Google images, en italien, en anglais ou en français : "assise", "1986", "roses" > on voit les chefs de toutes les religions réunis dans une grande cour, tout autour d'un parterre de roses ou d'un grand rosier. J'ai moi-même vu en 1986 le rosier en gros-plan sur un montage vidéo.
- "Le Secret des Francs-Maçons" par Jacques Ploncard d'Assac. Editions de Chiré. 2° édition décembre 1983. Page 244.
- Serge Hutin, "Les Francs-Maçons". p.28.
Catholique et Français
En 1986, lors de la Réunion d'Assise "pour la Paix", il y avait la tribune des chefs religieux contre la Basilique; plus bas, une petite estrade avec l’ambon, où chacun est allé prier. Entre les deux, un espace assez vaste au milieu duquel était posé, à même le sol, un magnifique bouquet de roses; c'était le seul emblème exposé à la vue de tous en ces lieux. La caméra a fait, une seule fois …More
En 1986, lors de la Réunion d'Assise "pour la Paix", il y avait la tribune des chefs religieux contre la Basilique; plus bas, une petite estrade avec l’ambon, où chacun est allé prier. Entre les deux, un espace assez vaste au milieu duquel était posé, à même le sol, un magnifique bouquet de roses; c'était le seul emblème exposé à la vue de tous en ces lieux. La caméra a fait, une seule fois..., un gros plan de ces roses.

Cela rappelle, pour les personnes informées de ces choses, la fameuse vision du F… Corneloup, rappelée par feu Jacques Ploncard d’Assac dans son célèbre livre "Le Secret des Francs-Maçons", maintes fois réédité : «...Autour d’une Cour centrale, un Architecte a bâti les temples de toutes les Religions; au centre, sous une Coupole largement ouverte vers le Zénith, un piédestal très simple. Sur le piédestal, un Rosier en fleur s’élançant vers le ciel. Les hommes viennent prier dans le Temple de leur choix. Après avoir prié ils sortent dans la Cour, se mêlant les uns les autres et aussi avec ceux qui ne sont entrés dans aucun Temple. Et, tous ensembles, sans sacrifier quoi que ce soit de leur Foi et de leurs croyances particulières, ils communient dans l’admiration, le respect et l’amour de la Rose, emblème de la Vie.» 😈
One more comment from Catholique et Français
Catholique et Français
Merci beaucoup "valens35" pour ces lumières ! Permettez-moi juste deux petites remarques accessoires :
- "...Saint Augustin affirme : « Il n’y a qu’une seule véritable Église, appelée Église catholique; autour d’elle circulent un certain nombre de sectes séparées de son unité; et s’il arrive que ces sectes engendrent, ce n’est pas elles qui engendrent, c’est l’Église catholique qui engendre …More
Merci beaucoup "valens35" pour ces lumières ! Permettez-moi juste deux petites remarques accessoires :
- "...Saint Augustin affirme : « Il n’y a qu’une seule véritable Église, appelée Église catholique; autour d’elle circulent un certain nombre de sectes séparées de son unité; et s’il arrive que ces sectes engendrent, ce n’est pas elles qui engendrent, c’est l’Église catholique qui engendre en elles et par elles.»" : J'ajouterais (Que Saint Augustin pardonne mon impertinence !) : "qui engendre en elles et par elles et, surtout, MALGRE elles."
- Dans ce domaine précis, il me semble que le critère de "Vérité" ou de "vérités" communes est beaucoup moins une belle base de rapprochement qu'un danger ou un risque d'autant plus considérables que la secte ou la fausse religion contiennent plus de parts de Vérité ! Saint Pie X parlait, si je ne me trompe, du Modernisme, comme de l'"égoût collecteur de toutes les hérésies". En poussant ce raisonnement jusqu'au bout, on arrive à Lucifer, perfection de l'imperfection, 666, singe génial de Dieu..., qui est certainement la créature la plus proche de la Vérité de Dieu (Notre-Dame est à part). Ce n'est pas par hasard que l'on évoque la "Foi" des démons. C'est, me semble-t-il encore, une erreur très répandue et dangereuse depuis 50 ans que de croire que plus une autre religion, secte ou hérésie contient de vérités communes avec le Catholicisme, plus nous sommes faits pour nous entendre. Je crois cet oecuménisme non seulement stérile mais extra-ordinairement dangereux : l'Orgueil, la pire des choses, aime à se tenir très proche, au contact intime de la Vérité ! C'est aussi, me semble-t-il, l'une des explications profondes du retentissement si prodigieux qu'aura la conversion de la "si proche" orthodoxie orientale après la réalisation miraculeuse des Promesses de Notre-Dame de Fatima dans des circonstances probablement dramatiques.
valens735
Le fait de reconnaître une part de vrai dans les fausses religions n'est, en effet, pas nouveau. Ce qui est nouveau, par contre, c'est d'affirmer que cette part de vrai ne provient pas de l'unique religion du Christ, mais bien de ce qui caractérise en propre ces faux cultes. Est-ce qu'une part de vérité peut exister en-dehors du Corps Mystique de Notre-Seigneur Jésus-Christ ? Assurément non.
More
Le fait de reconnaître une part de vrai dans les fausses religions n'est, en effet, pas nouveau. Ce qui est nouveau, par contre, c'est d'affirmer que cette part de vrai ne provient pas de l'unique religion du Christ, mais bien de ce qui caractérise en propre ces faux cultes. Est-ce qu'une part de vérité peut exister en-dehors du Corps Mystique de Notre-Seigneur Jésus-Christ ? Assurément non.

Saint Augustin affirme : « Il n’y a qu’une seule véritable Église, appelée Église catholique; autour d’elle circulent un certain nombre de sectes séparées de son unité; et s’il arrive que ces sectes engendrent, ce n’est pas elles qui engendrent, c’est l’Église catholique qui engendre en elles et par elles.»

Il suffit de comparer cela avec ce que dit V2 dans son décret Unitatis Redintegratio : « Ceux qui naissent aujourd’hui dans de telles communautés, et qui vivent de la foi au Christ, ne peuvent être accusés de péché de division, et l’Église catholique les entoure de respect fraternel et de charité. En effet, ceux qui croient au Christ et qui ont reçu validement le baptême, se trouvent dans une certaine communion, bien qu’imparfaite, avec l’Église catholique. Assurément, des divergences variées entre eux et l’Église catholique sur des questions doctrinales, parfois disciplinaires, ou sur la structure de l’Église, constituent nombre d’obstacles, parfois fort graves, à la communion ecclésiale. Le mouvement œcuménique tend à les surmonter. Néanmoins, justifiés par la foi reçue au baptême, incorporés au Christ, ils portent à juste titre le nom de chrétiens, et les fils de l’Église catholique les reconnaissent à bon droit comme des frères dans le Seigneur. »

Ce n'est pas du tout le même discours.

Pie XII, c'est également à souligner, a bien précisé, effectivement, que les Juifs veulent adorer le Christ mais que leur attente est vaine et qu'il faut leur ouvrir les bras et les accueillir dans l'Eglise du Christ avec un grand zèle et un véritable amour, ce qui n'implique pas de participer activement à leurs cultes vains fondés sur des erreurs, cela relèverait de la communicatio in sacris.

Léon Degrelle et Joseph Darnand étaient catholiques, que cela vous plaise ou non. Ils n'ont jamais été excommuniés et n'ont jamais apostasié publiquement. Quant à Vincent Reynouard, je l'ai largement critiqué lorsqu'il abjura sa foi, au point qu'il consacra plusieurs vidéos pour tenter de répondre à nos arguments. Je n'éprouve nulle haine envers qui que ce soit, fut-il juif, maçon, fasciste ou que sais-je, si ce n'est envers le démon "menteur et homicide". Cette attaque ad hominem est donc indigne. Si l'on se place sur ce terrain, je pourrais en dire bien davantage de Ratzinger, admirateur de Luther, de Teilhard, de Buber et j'en passe.

Quelles étaient les intentions de Wojtyla au moment d'Assise ? Il suffit de se reporter à son discours du 24 janvier 2002 pour voir que le but premier de ces rencontres n'était pas "d'amener (progressivement) vers le Christ Jésus les hommes de bonne volonté venant d'autres traditions religieuses" mais bien de collaborer pleinement avec ces fausses religions en faveur de la paix. C'était déjà dit textuellement par Wojtyla dés 1986 : « Le fait que nous soyons venus ici n'implique aucune intention de chercher un consensus religieux entre nous, ou de mener une négociation sur nos convictions de foi. Il ne signifie pas non plus que les religions peuvent être réconciliées sur le plan d'un engagement commun, dans une concession au relativisme en matière de croyances religieuses, car tout être humain doit suivre honnêtement sa conscience droite avec l'intention de rechercher la vérité et de lui obéir. Notre rencontre atteste seulement, et c'est là sa grande signification pour les hommes de notre temps, que, dans la grande bataille pour la paix, l'humanité, avec sa diversité même, doit puiser aux sources les plus profondes et les plus vivifiantes où la conscience se forme et sur lesquelles se fonde l'agir moral des hommes. » Parler après de procès d'intention et de jugement téméraire quand on a pris note de ces déclarations relèverait de l'effronterie la plus manifeste.

"Quant aux juifs, il s'est agi il me semble pour le magistère catholique récent de reconnaître avec plus d'objectivité et de bienveillance le travail de l'Esprit Saint chez une partie des juifs (...)". Je dois bien avouer que je ne comprends pas cette phrase. Est-ce un sous-entendu critiquant l'action du magistère antérieur comme n'étant pas aussi objectif et bienveillant à l'égard de l'action de l'Esprit-Saint ? Je n'ose le croire : cela relèverait d'un véritable blasphème envers l'Eglise.

Ce qui est, par contre, très critiquable, c'est ce genre de déclaration : Francis Deniau, président du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme, en 2004 : « Aujourd'hui, l'Église a répudié toute « théologie de la substitution » et reconnaît l'élection actuelle du peuple juif, « le peuple de Dieu de l'Ancienne Alliance qui n'a jamais été révoquée » selon l'expression du pape Jean-Paul II devant la communauté juive de Mayence le 17 novembre 1980. » L'emploi du terme "répudié" est, ici, extrêmement grave, car il implique un changement au sein même de la foi, ce qui ne peut arriver dans le cadre de l'Eglise.
Spina Christi 2
Quelle différence en effet cher valens735 !
"Tout ce qui peut-être juste et bon" indique une possibilité restant encore à démontrer (toujours au stade de l'éventualité en 1952, au moment où était prononcé ce discours).
"Tout ce qui est juste et bien" signifie l'affirmation, -sans pouvoir toutefois la déterminer ni l'identifier précisément-, de la présence incontestable de ce qui est juste …
More
Quelle différence en effet cher valens735 !

"Tout ce qui peut-être juste et bon" indique une possibilité restant encore à démontrer (toujours au stade de l'éventualité en 1952, au moment où était prononcé ce discours).

"Tout ce qui est juste et bien" signifie l'affirmation, -sans pouvoir toutefois la déterminer ni l'identifier précisément-, de la présence incontestable de ce qui est juste et bien.

En réalité l'abbé Loiseau ne sait plus trop comment se tortiller pour faire avaler une pilule à laquelle lui-même d'ailleurs semble avoir bien du mal à trouver quelque vertu...
valens735
Ce n'est pas joli-joli de falsifier des citations.
Pie XII, le 31 décembre 1952, dans son radiomessage aux fidèles de Malabar réunis pour fêter saint Thomas, apôtre et Saint François Xavier, (non l'Aquinate) a écrit ceci : "Démontrez que tout ce qui peut être juste et bon dans d'autres religions trouve sa signification plus profonde et son achèvement parfait dans le Christ, tandis que la …More
Ce n'est pas joli-joli de falsifier des citations.

Pie XII, le 31 décembre 1952, dans son radiomessage aux fidèles de Malabar réunis pour fêter saint Thomas, apôtre et Saint François Xavier, (non l'Aquinate) a écrit ceci : "Démontrez que tout ce qui peut être juste et bon dans d'autres religions trouve sa signification plus profonde et son achèvement parfait dans le Christ, tandis que la foi catholique révèle une connaissance de la vérité divine et une puissance de salut, de sanctification et d'union de l'homme avec Dieu, qui la rendent infiniment supérieure. Soutenez la parole de vérité par votre exemple. Vivez en sorte que votre conduite soit un puissant argument attirant les hommes à la vraie foi en Jésus-Christ. C'est là le sublime apostolat auquel vous êtes appelés." On est toujours dans "l’œcuménisme du retour", donc.

Pie XII, radiomessage au monde du 23 décembre 1949 : "Pour tous les adorateurs du Christ, sans exclure ceux qui, dans une sincère mais vaine attente, l'adorent comme promis dans les prédications des Prophètes et non encore venu, Nous ouvrons la Porte sainte et, devenu Père de tous par un inscrutable dessein de Jésus Rédempteur, Nous ouvrons aussi à tous Nos bras et Notre cœur." Le Pape invite donc bien les Juifs à se tourner vers Notre-Seigneur Jésus-Christ et non à reconnaître leur attente comme étant pleinement légitime.