Join Gloria’s Christmas Campaign. Donate now!
Clicks167

Le moine qui murmurait à l’oreille des chevaux : Père Alexandre Siniakov

shazam
11
Cosaque d’origine, le Père Alexandre Siniakov, directeur du séminaire orthodoxe russe d’Epinay-sous-Sénart a toujours rêvé d’adopter un cheval. Une ânesse rejoint le pré du séminaire en 2016, puis …More
Cosaque d’origine, le Père Alexandre Siniakov, directeur du séminaire orthodoxe russe d’Epinay-sous-Sénart a toujours rêvé d’adopter un cheval. Une ânesse rejoint le pré du séminaire en 2016, puis une autre, puis cinq chevaux. Que lui apportent ces animaux ? Ont-ils une âme ? Ce moine atypique nous raconte.
-

Alors, je suis né dans une famille de cosaque. c’est une ancienne catégorie de la population Russe qui, à l’origine, était chargé de défendre les frontières du pays face à des envahisseurs, et qui avait donné naissance à une culture très particulière, une culture qui était centré autour de la liberté, autour de la nature, et autour aussi du cheval.

Et donc nourri par cette culture de mes ancêtres cosaque j’étais dès le début, dès l’enfance, amoureux des chevaux. Mais ce rêve n’a pu se réaliser – voyez – qu’en France. Et derrière nous il y a l’enclos où vivent mes deux ânesses et mes cinq chevaux. Ils sont là depuis trois ans déjà pour certains d’entre-eux, d’autres sont arrivés il y a à peine (= depuis) un mois.

D’ où vous est venue cette idée, à priori saugrenue, d’acquérir un âne en 2016 ?

Alors, il m’est venue de l’Évangile, figurez-vous ! C’est en préparant en 2016 l’homélie de l’entrée du Seigneur à Jérusalem le dimanche des rameaux, que tout à coup (= subitement) j’ai perçu que cette invitation que le Christ avait lancé à deux de Ses apôtres d’aller chercher un âne dans le village voisin et de les lui amener, et bien j’ai eu l’impression que cette invitation m’était destinée.

Quelles leçons vous ont donné vos ânes et chevaux ?

Elles m’ont surtout appris la patience, et à savoir se contenter de peu pour avancer. Et donc ça donne un sacré coup à votre orgueil et à votre vanité, et qui vous oblige, vraiment, à apprécier des toutes petites avancées.

Il faut apprendre beaucoup d’humilité et de cohérence aussi parce que l’éducation des grands animaux n’est pas possible sans une véritable cohérence, et je trouve que c’est une excellente leçon pour un pasteur des humains que je suis aussi par ailleurs.

Et c’est surtout pour la prière qu’ils m‘ont apporté le plus, ces animaux, parce que le temps que je passe avec ces animaux lorsque je viens les nourrir ou leur changer l’eau, nettoyer leur abris, et bien, tout ce temps je l’ai mis, je l’ai utilisé pour cultiver cette prière personnelle, cette prière du cœur, la prière de Jésus, la répétition continue de nom du Christ avec la demande de Sa pitié et de Sa miséricorde. Et dans cette humilité du service du près, j’ai trouvé que cette prière était parfaitement opportune.

Les animaux ont-ils une âme ? Iront-ils au paradis ?

Alors, que les animaux ont une âme, ça je n’en ai aucun doute puisque l’âme au sens biblique du terme signifie la vie, et ce sont bel et bien des êtres vivants, des êtres doués d’une véritable sensibilité, et d’une intelligence qui est, certes, différente de la nôtre, mais qui n’est pas moins réelle. Après, je ne peut pas du tout m’engager pour le projet de Dieu à l’égard des animaux.

Ce que j’essaie de ma dire c’est que dans la mesure où l’univers dans lequel nous vivons, et qui est l’œuvre de la sagesse créatrice de Dieu, n’est pas un univers exclusivement humain, il est peuplé d’autres êtres vivants que nous les hommes.

Et bien, si j’applique ce même principe de la diversité de la vie que Dieu a déjà appliqué dans ce monde-ci, et bien je peux supposer que le règne de Dieu à venir, ce ciel nouveau et cette terre nouvelle que nous attendons et que nous espérons, nous, chrétiens, ne seront pas non plus, exclusivement humain.
Psaume 62 likes this.
shazam
Alexandre Siniakov, « Détachez-les et amenez-les-moi. Le moine qui murmure à l'oreille des ânes et des chevaux » (Éditions Fayard)

La plupart du temps, les moines murmurent des prières à l’oreille de Dieu, pendant que les chevaux écoutent bruire l’univers. La plupart du temps, les moines vont à pied à l’appel des cloches, pendant que les chevaux piétinent ou dodelinent sans nulle part où aller. …More
Alexandre Siniakov, « Détachez-les et amenez-les-moi. Le moine qui murmure à l'oreille des ânes et des chevaux » (Éditions Fayard)

La plupart du temps, les moines murmurent des prières à l’oreille de Dieu, pendant que les chevaux écoutent bruire l’univers. La plupart du temps, les moines vont à pied à l’appel des cloches, pendant que les chevaux piétinent ou dodelinent sans nulle part où aller. La plupart du temps, les moines se retirent dans leur cellule, pendant que les chevaux regagnent leur stalle.

« Mais il arrive qu’un moine se recueille auprès des chevaux sous leur abri. Il arrive qu’il aille à cheval par les chemins à la rencontre de l’inconnu et peut-être de l’abandonné. Il arrive qu’il murmure ses prières à l’oreille des chevaux comme une hymne de louange adressée par l’homme à l’univers. »

Russe et français, cosaque et moine, recteur de séminaire et éleveur de chevaux, le père Alexandre Siniakov a dévoilé son étonnant parcours dans un premier livre, Comme l’éclair part de l’Orient, remarqué et récompensé en 2018 par le prix du livre de spiritualité La Procure Panorama.

Son nouveau récit débute par la rêverie d’un Cosaque, se poursuit dans les pas d’un pèlerin russe à dos d’âne, avant de se conclure sur la vision lumineuse d’un starets à cheval.

Éditions Fayard (15 mai 2019)
Thierry73 likes this.